L’adversaire des Bleus change d’entraîneur en urgence

488

À un mois de la qualification olympique à Riga, la Lettonie, principale adversaire de l’équipe de France et grande favorite de son tournoi, est contrainte de changer d’entraîneur en urgence. Bob Hartley, sélectionneur national depuis quatre ans et homme-clé, ne sera pas libéré par son club, l’Avangard Omsk, car le champion KHL priorisera un tournoi de présaison à Saint-Pétersbourg – à seulement 600 kilomètres de Riga – au même moment.

Le président de la fédération lettone, Aigars Kalvitis, s’est montré désabusé en déclarant à Sportacentrs : « Les négociations ont pris place depuis trois semaines. Nous avons gardé espoir et attendions qu’il soit libéré pour le camp d’entraînement pour préparer la sélection. Il ne s’agissait pas du premier jour du camp – nous n’avons pas parlé du 16 août. Nous espérions le 20 août, date du premier match de préparation. Mais il ne sera même pas autorisé à nous rejoindre pour le premier match du tournoi de qualification. Il n’y avait aucun moyen de nous entendre.

On aurait pu penser que, dans ces conditions, Hartley aurait été remplacé par son adjoint, Artis Abols, qui dirige le stage avec 31 joueurs en ce mois de juillet, mais la fédération a refusé cette hypothèse : « Nous ne parlons pas de théories de probabilité. Nous avons besoin d’un coach expérimenté qui unisse l’équipe. » Elle a donc choisi Harijs Vitolins, qui n’a une grande expérience… que comme adjoint de Znarok en équipe de Lettonie puis de Russie. En tant qu’entraîneur en chef, hormis en amateur à Oberthurgau, Vitolins a travaillé deux ans au Dynamo de Moscou – qui a mis un veto à son retour au point d’arrêter de négocier avec Znarok il y a quelques semaines parce qu’il ne voulait pas venir sans Vitolins – et quelques mois à Davos. Une expérience moins longue en fait que celle d’Abols en KHL (certes au Dinamo Riga et à Togliatti, pas des grands clubs) !

Cette décision semble impliquer une certaine défiance envers Abols, qui avait portant déjà assuré l’intérim pendant les absences de Hartley. Les assistants seront choisis la semaine prochaine. Si jamais Abols n’en faisait pas partie, il y aurait une rupture de continuité, ce qui représente un risque certain à un mois de l’échéance et avec un temps court de préparation. Les supporters lettons se rassurent comme ils peuvent… en se disant que l’adversité est assez faible ! Il a été annoncé que Vitolins serait aussi l’entraîneur aux Jeux olympiques… si la Lettonie se qualifie. Les discussions sur la suite de son mandat se tiendront après le tournoi, qui semble éclairé d’un jour différent par ce rebondissement inattendu.

Les commentaires sont fermés.