Seattle entre en piste

410

Mercredi, le Kraken de Seattle a officiellement rejoint les 31 autres équipes de la NHL à l’issue de la draft d’expansion. La nouvelle franchise a pioché un joueur par équipe, non sans quelques choix surprises.

L’angoisse était palpable dans une bonne partie des équipes : quel joueur de valeur allaient-ils perdre ?

En effet, l’arrivée de Seattle s’accompagnait des mêmes mesures d’intégration que Vegas il y a quatre ans. Les trente franchises – Vegas, trop récente, était exempte – devaient protéger au choix :
– 7 attaquants, 3 défenseurs, 1 gardien
– 8 joueurs au choix, 1 gardien

Les joueurs éligibles devaient compter un certain nombre de matchs d’expérience, ce qui excluait ainsi les joueurs dans leurs deux premières années de contrat, comme Alexandre Texier.

Seattle devait aussi se conformer à des exigences particulières avec au minimum 14 attaquants, 9 défenseurs et 3 gardiens.

Les équipes ont appris leur leçon

Il y a quatre ans, Vegas, en position de force, avait exploité une certaines naïveté de ses futurs adversaires. Les équipes avaient protégé leurs superstars, contraintes parfois par les clauses de non échange, et perdu quelques joueurs de soutien de qualité. Ainsi, les Golden Knights sont devenus des monstres, accumulant les choix de draft et se posant en faiseurs de rois pour échanger leur surplus… au point d’atteindre la finale de la coupe Stanley.

Cette fois, tout le monde a cherché à jouer au plus malin ! De nombreux vétérans en fin de contrat n’ont pas été protégés, d’autres ont accepté de lever leur clause de non-échange. On a donc vu libres des joueurs à très gros salaire. Seattle aurait très bien pu faire son marché avec des joueurs aussi prestigieux que Carey Price, Jakub Voracek, Gabriel Landeskog, Alexander Ovechkin par exemple. Encore aurait-il fallu que certaines de ces vedettes, agents libres sans restrictions, acceptent l’offre du Kraken. Et que Seattle accepte d’endosser des salaires frôlant parfois les 9 millions de dollars… Plusieurs formations espéraient se délester de gros contrats et en sont ainsi pour leurs frais.

Soucieux de ne pas exploser sa masse salariale, le manager général Ron Francis, après avoir étudié de près certains cas, notamment celui de Price, n’a pas mordu. Price, 33 ans, qui compte encore 5 ans de contrat à 10M$ par an, reste donc à Montréal, mais devrait manquer une bonne partie de l’année à cause de soucis de genou et à la hanche.

Seattle a donc pioché des gardiens moins prestigieux, mais tout aussi capables :
– Chris Driedger, excellent avec Florida, sera le n°1, lui qui ne pouvait pas vraiment déboulonner le gros salaire de Sergei Bobrovsky, et se voyait concurrencé par l’arrivée du grand espoir Spencer Knight. Driedger a immédiatement signé un contrat avec le Kraken.
– Vitek Vanecek, second d’Ilya Samsonov à Washington, sera son remplaçant et, à 25 ans, n’est sans doute pas encore à maturité, après une très bonne saison.
– Joey Daccord, 24 ans, n’a été qu’entrevu à Ottawa.

On est loin des Price, Bishop, Rantaa, Kahkonen ou Rask qui étaient eux aussi disponibles !

Une défense de qualité

Même schéma pour les lignes arrières. Seattle a choisi quelques profils de 24-25 ans, qui semblent avoir une marge de progression. Ils devront toutefois s’imposer dans une brigade assez dense :
– Mark Giordano, 37 ans, en sera le doyen. L’ex-capitaine de Calgary, présent lors de la cérémonie annonçant les choix, pourrait devenir le premier capitaine du Kraken. « Je ne vais pas mentir, c’est très différent aujourd’hui. C’est la première fois de ma carrière que je suis drafté ! Merci le Kraken, je suis heureux d’être là », explique l’ancien vainqueur du trophée Norris.
– Adam Larsson, agent libre sans restriction, a accepté un contrat de 4 ans, et compte ainsi comme le choix d’Edmonton.
– Jamie Oleksiak, grand gabarit physique, a fait de même côté Dallas.
– Vince Dunn est lui le choix de St. Louis, pour un profil mobile et offensif.
– Kurtis McDermid quitte lui Los Angeles
– Carson Soucy est le choix tiré du Wild de Minnesota.
Derrière ce probable top-6, Haydn Fleury (Anaheim) retrouve son frère Cale (Montréal). Jérémy Lauzon s’était lui imposé à Boston. Will Borgen a connu pas mal de blessures à Buffalo. Denis Cholowski est un ancien premier choix de Detroit.
La plus grosse surprise est venue du joueur pioché à Columbus : Gavin Bayreuther compte une très faible expérience NHL après une solide carrière NCAA, et s’apparente à un pari.

La tendance affichée vise des profils assez rugueux et physiques, ce qui semble destiné à être l’identité de l’équipe. Il est tout a fait probable que Seattle échange une partie de ces défenseurs lors de la draft afin de renforcer d’autres postes moins bien garnis, bien que visant eux aussi des joueurs de caractère à l’impact physique non négligeable.

Une attaque qui manque de peps

Et ce sera principalement en vue d’étoffer un top-6 qui, sur le papier, manque sérieusement de mordant. Le centre numéro 1 semble en effet le double vainqueur de la coupe Stanley Yanni Gourde. Le Québécois, brillant sur la troisième ligne de Tampa Bay, peut-il envisager une plus grande production offensive, comme un William Karlsson à Vegas ?

À ses côtés, Jordan Eberle (Islanders) est le seul buteur établi de la liste avec plus de 25 buts en carrière. Derrière, une collection de seconds couteaux :
– Calle Järnkrok (Nashville) a de bonnes références en joueur de soutien,
– Morgan Geekie (Carolina) a montré de belles promesses la saison dernière,
– Joonas Donskoi (Colorado) est un très bon joueur de soutien en ligne d’échec,
– Colin Blackwell (Rangers) fut une révélation tant à New York qu’aux derniers Mondiaux,
– Brandon Tanev (Pittsburgh) a sans doute un potentiel intéressant en ligne 2 ou 3,
– Jared McCann (Toronto) venait d’être échangé aux Maple Leafs et peut lui aussi fournir un scoring d’appoint.
Pour le bottom-6, avantage à Mason Appleton (Winnipeg), solide profil défensif, et Nathan Bastian (New Jersey), un grand gabarit réputé pour ses mises en échec et son jeu devant la cage.

Le reste des choix fait figure de bouche-trou : Seattle tenait avant tout à ne pas exploser sa masse salariale afin de la monnayer plus tard contre de meilleurs profils.
On y trouve donc des joueurs de niveau AHL comme John Quenneville (Chicago), Carsen Twarynski (Philadelphie), Alexander True (San Jose) et Kole Lind (Vancouver) qui se battront pour une place en bout d’alignement.

Enfin, Tyler Pitlick (Arizona) n’aura été un Kraken que quelques heures : il est officiellement le premier joueur échangé par Seattle, qui l’a expédié à Calgary contre un choix de draft.

Au final, la moyenne d’âge est de 25 ans et 79 jours, presque aussi jeune que les Rangers. Mais l’effectif de 30 joueurs devra être réduit à 20 d’ici le début de saison.

Draft d'expansion de Seattle
Les sélections du Kraken de Seattle

Un show à contre-temps

Pour annoncer tous ces choix, Seattle bénéficiait de la retransmission sur ESPN avec la complicité de Kevin Weekes. Positionné devant un aquarium géant – pieuvre de Detroit et requin des Sharks ont été cités – l’ancien gardien NHL s’est efforcé de mettre du spectacle.

Il faut dire qu’il avait réalisé de multiples vidéos dans la journée afin de brouiller les pistes. Il fut ainsi vu sur les réseaux sociaux en train d’annoncer Alex Kerfoot (Toronto) en fausse piste.

Autre clin d’oeil, le nom de Nathan Bastian, annoncé avec une écriture manuscrite dans un carnet, hommage à la journaliste des Devils Amanda Stein qui annonce traditionnellement les compositions d’équipe avec sa plus belle plume.

Une poignée de joueurs avaient fait le déplacement et portaient ainsi les trois maillots du Kraken : Giordano, Tanev, Larsson, mais aussi Eberle, à l’issue d’un voyage de dix heures en avion, et d’une inscription à l’hôtel sous un faux nom !

Ce secret n’a pourtant servi à rien. La date limite des choix de Seattle était à 10h du matin, et l’annonce à 20h le soir : pendant ces dix heures, les journalistes spécialisés ont tout simplement fait leur travail de journalistes et identifié les 30 joueurs piochés en quelques minutes.

Qu’importe, le show a proposé le Mt. Rainier, le marché de Pike Place – avec lancer de poisson, la célèbre tour Space Needle, mais aussi de nombreuses célébrités comme les anciens basketteurs Gary Panton et Shawn Kemp (de l’ancienne franchise NBA des Seattle Supersonics), plusieurs stars des Seahawks, l’équipe NFL locale, comme Bobby Wagner et Marshawn Lynch,  le joueur de baseball des Mariners Kyle Lewis, ou encore Sue Bird.

Derrière le plateau, des supporters en bateau et kayak défilaient et parfois discutaient avec les quelques joueurs présents.

Maintenant, place à la glace : premier match le 12 octobre à Vegas, et débuts à domicile le 23 contre le voisin, Vancouver.

Les commentaires sont fermés.