Rouen – Cergy (Coupe de France, 8e de finale)

370

Place à la coupe de France. Ce huitième de finale est le troisième affrontement, en 10 jours, entre Rouen et Cergy. Mais ce soir est sans lendemain pour une des deux équipes. Tous les portes-flingues des Jokers, sont présents. Malgré les deux défaites rapprochées des « verts » face aux « noir et jaune » , la confiance est maintenue devant la cage à Sebastian Ylönen. Deux grands noms manquent chez les Dragons, Florian Chakiachvili depuis quelques semaines déjà et Rolands Vigners, remplacés par Yoan Salve et Tommy Perret.

263 dehaenguttig 20211103

Sur l’île Lacroix, la pression de la ligue Magnus a été oubliée. Place est faite aux riffs glissants et aux frappes percussives, bases d’un rythme puissant, d’un rare ravissement chaotique et spectaculaire, qui ira crescendo. Gros cœurs pour grosses émotions. Feu !

Rajamäki réalise le morceau d’ouverture (1’20). Tomasino (1’56) et Gilbert (3’55) chauffent le gardien visiteur. Les Franciliens sèment la tempête. Dorey (4’19), Da Costa (5’45) et Sherbinin (6’21) ne parviennent pas à exploiter totalement le potentiel de leurs bonnes positions. Par contre, sans trembler, face à un filet ouvert par Guttig, dans le rôle du passeur raffiné, escamoteur de problème de goalie, Vincent Nesa, lui, fait hurler la foule, dans un enchaînement – revirement à « deux-contre-zéro » – préparé sur « NHL20 » (1-0 à 7’13).

134 guttignesa 20211103

Les hommes de Paredes, toujours badass, sont plus précis mais Pintaric n’est pas conciliant. Le soliste dégauche Vincent Melin arboré par Da Costa (8’43). Subir, c’est dans l’ADN de ces Dragons version 2022 qui savent exploser comme du pop-corn, sublime trame à leur édifice nouveau. Kelsey aux mains d’argent fait péter ses poignets d’acier. Le RHE double la mise avec Caron en rideau de fer, condamnant Ylönen à la cécité et un Lampérier combattant, si poisseux, si utile (2-0 à 11’38) [photo ci-dessous].

110 caronylonen 20211103

Parfois ces luttes dans la profondeur du sérac entraînent la prison. Lors de celle du Lovérien, le HCCP trace sa route, avec ses envies échevelées, maladroites sur cette première supériorité. Mauvaise nouvelle pour les aboyeurs en tout genre, les crosses distordues des bords de l’Oise continuent de produire leurs growls. Parmi lesquels, ceux de Suire (18’04) et de Rajamäki (18’39) sont les plus puissants. Celui de Johnston avant de suer au vestiaire est aussi trapu (19’06).

281 caronrajamakiyeo 20211103

Le répit a été propice aux anesthésiantes effluves cergyssoises d’après bouquet de feux d’artifice. Les Rouennais, biberonnés aux sangs de charognes diverses, eux, ne sont pas alanguis dans l’arène gelée. Les proies jouent en infériorité, lorsqu’Ylönen malchanceux tente un long beau gros dégagement flippé… contré par Tessier directement dans le repaire des coéquipiers de Da Costa (3-0 à 23’26).

431 tessier 20211103

Des prisonniers s’enchaînent d’abord pour le plaisir de Nesa (25’48) devant un Ylönen autoritaire comme une gorgée d’alcool fort. Yeo et Kearney s’embrouillent, l’un profite de sa suprématie pour régler des comptes, l’autre amorce le talion. Tout bascule alors dans l’orgie, tout s’enflamme sur cette étincelle. La poudre qu’un Pintaric ignifugé transforme en cendres, c’est encore Kearney (30’14).

Yeo est décidément indocile et retourne en prison. L’embrasement, c’est maintenant. Are you ready ? Rajamäki (31’16), Kestillä (31’36 & 31’47) et Owre (32’27) soufflent sur les braises. Jusqu’à un bijou de passe flamboyante du dernier nommé à travers le tison local pour une salve ignescente d’Hordelalay. Début de la crémation de la cage aérée de Pintaric (3-1 à 32’48).

723 pintarichordelalay 20211103

Cela foisonne de part et d’autre car Rouen, roussi, a senti le danger et recouvre sa soif de passion et d’abnégation. Le contingent de Fabrice Lhenry obtient deux jeux de puissance. Guttig (33’10), Flood (34’18) et Perret (36’34) sont ses principaux éclairs offensifs en cette fin de période. Cergy réplique par Levesque (38’53) et Abramov (34’53 & 39’13). Prémices du hockey décapant que la foule parcimonieuse, mais régalée, admirera au dernier vingt.

128 abramovguttig 20211103

Cette fois il n’y a pas vraiment de coton dans les patins des Jokers. Vifs, ils sont bien présents dans l’arène. Ils peuvent s’opposer à Gilbert (43’07) et à une infériorité (50’49). Mieux, après dix minutes, ils deviennent conquérants et attaquent la cage de Pintaric. Le combo Kestilä, Diffley, Rajamäki, Kearney, Dorey mélange le violoncelle et les mosh pits. Les trois derniers jouent au morpion avec la défensive adverse. Un « Tic-Tac-Toe » géant et jouissif permet à l’ex-défenseur rouennais d’enfourner la rondelle (3-2 à 53’42).

162 pintarickearney 20211103

La fin de match est explosive. L’assistance encourage pendant les descentes de batteries des uns et des autres. Lampérier (55’23), Yeo (55’58) et Guimond (57’19) provoquent autant de montées de gosiers favorables, tout comme des clameurs solidaires sur des lancers de Owre (54’18), Sherbinin (54’43) et Hordelalay (56’34).

Paredes réclame son « temps-mort » et remplace Ylönen par un attaquant supplémentaire. Toutes les aiguilles sont dans le rouge. Rouen va finalement se qualifier, contraignant pendant plus de deux minutes le palet à un trajet elliptique autour d’un slot emprunt d’un trafic pourtant ravageur.

449 tait 20211103

À l’arrivée les Dragons se qualifient, dans 7 minutes de souffrance mitonnée, touillée par un système à la fois puissant, direct et très arrangé, durant lequel pour l’emporter il fallait se mettre au niveau et être plus efficace dans les moments faibles de l’adversaire. Dès que l’on accepte les tics de ce genre de hockey, des revirements aléatoires, souvent inspirés, parfois trop risqués, ce style qui peut tout balayer sur son passage, qui fait voler des buts aux gardiens, loin du hockey d’orchestres plus classiques, on adore. En clair le match nous a bluffés, malgré nous. Bravo à tous les acteurs.

588 rajamakireynaud 20211103

Rouen – Cergy 3-2 (2-0, 1-1, 0-1)
Mercredi 3 novembre 2021 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2560 spectateurs.
Arbitres : Yann Furet et Pierre Dehaen assistés de Jérémie Douchy et Jérémie Collin.
Pénalités : Rouen 16′ (2’, 4+10’, 0’) ; Cergy 12′ (0′, 10′, 2’)
Tirs : Rouen 31 (12, 13, 6) ; Cergy 27 (10, 7, 10)
Supériorités : Rouen 1/5, Cergy 1/2

Évolution du score :
1-0 à 07’13 : Nesa assisté de Guttig et Flood
2-0 à 11’38 : Tessier assisté de Lampérier et Guimond
3-0 à 23’26 : Tessier assisté de Flood et Bedin (sup.num.)
3-1 à 32’48 : Hordelalay assisté de Owre et Rajamäki (sup.num.)
3-2 à 53’42 : Dorey assisté de Kearney et Rajamäki

 

Rouen

Attaquants :
David Gilbert – Anthony Guttig (A) – Vincent Nesa
Loïc Lampérier (A) – Kelsey Tessier – Joël Caron
Joris Bedin – Andrew Johnston – Quentin Tomasino
Jordan Hervé – Joran Reynaud – Tommy Perret

Arrières :
Sacha Guimond – Marc-André Dorion
Yoan Salve – Mark Flood (C)
Dylan Yeo – Enzo Cantagallo

Gardien :
Matija Pintaric (25 arrêts)

Remplaçant : Valentin Duquenne (g). Absents : Florian Chakiachvili et Rolands Vigners.

Cergy

Attaquants :
Pierre-Charles Hordelalay – Steven Owre – Thomas Suire
Tuukka Rajamäki – Aku Kestilä – Dennis Kearney (A)
Norbert Abramov – Charles Levesque (A) – Ryan Tait
Kevin Da Costa (C) – Timothée Franck – Louis Petit

Arrières :
Vincent Melin – Brayden Sherbinin
Brien Diffley – Aurélien Dorey
Antti Kauppila – Jules Lefebvre

Gardien :
Sebastian Ylönen (28 arrêts) [sorti de 57’38 à 60’00]

Remplaçant : Patrick Munson (G).

808 pintarickearney 20211103

585 reynauddiffley 20211103

540 reynaudkistila 20211103

514 nesaylonen 20211103

419 guttigowre 20211103

398 dorionguimond 20211103

379 kearneyyeo 20211103

322 guttignesaylonen 20211103

272 doreytessier 20211103

259 tait 20211103

245 taitbedin 20211103

218 caronkestila 20211103

186 dorionpetit 20211103

173 franckguttig 20211103

387 melindorion 20211103

Les commentaires sont fermés.