Grenoble – Briançon (Ligue Magnus, 30e journée)

Feu d’artifice grenoblois pour conclure l’année !

113

Après avoir partagé les points lors de la double confrontation contre Gap la semaine dernière, les Brûleurs de Loups se sont déplacés mardi à Mulhouse en effectif réduit avec huit joueurs malades ou blessés. Et sans leur entraîneur en chef, Jyrki Aho, testé positif au COVID. Malgré cela, ils sont quand même revenus de l’Illberg avec un succès 5-3 face aux Scorpions. Ce soir, c’est de nouveau Ari-Pekka Siekkinen qui, comme à Mulhouse, coache derrière le banc en l’absence d’Aho. Plusieurs retours sont à signaler dont ceux d’Adel Koudri et Dylan Fabre mais aussi celui du gardien n°1 Jakub Stepanek qui s’était blessé lors du deuxième match contre Gap.

L’attraction du jour, c’est bien entendu Jani Tuppurainen, 41 ans, la nouvelle recrue grenobloise en attaque, qui dispute ce soir son premier match à Pôle Sud sous l’uniforme des Brûleurs de Loups. En revanche, la mauvaise nouvelle venue de Mulhouse est la blessure au genou du capitaine grenoblois Joël Champagne, victime d’une agression d’Olivier Labelle et absent pour plusieurs semaines. Quant aux Diables Rouges, ils sont sur leur petit nuage depuis leur succès mardi contre Gap (7-2) dans le derby des Hautes-Alpes. Privés de Lukas Hvila, Robin Colomban et Félix Plouffe, ils n’ont rien à perdre ce soir et espèrent bien créer l’exploit.

2021 12 30 grenoble briançon1

Les Diables Rouges sont acculés dans leur zone et Olivier Richard voit passer quelques palets chauds autour de sa cage, mais ils s’en sortent plutôt bien et laissent passer l’orage du début de match. Sous pression, la défense briançonnaise concède quelques dégagements interdits et finit par être poussée à la faute lorsque Tomko fait trébucher Flavian Dair derrière la cage. Les Brûleurs de Loups accentuent leur pression, le palet circule bien en zone d’attaque. Rouhiainen à la pointe est chargée d’expédier quelques boulets de canon, un rôle que reprend Bisaillon sur le shift suivant. Flavian Dair manque la cage sur une reprise à bout pourtant. Les actions sont très chaudes sur le but briançonnais mais le palet ne rentre pas. À 5 contre 5, Stepanek fait son premier arrêt du match sur un lancer de Charles Schmitt. Grenoble est tout près d’ouvrir le score sur une incursion de Baylacq qui se fraye un chemin jusqu’à la cage sans parvenir à tromper Richard. Finalement c’est Rouhiainen qui est le premier à faire trembler les filets par un énorme lancer côté gauche, poteau rentrant (1-0, 08’26).

En maîtrise totale du palet, les Brûleurs de Loups continuent de pousser. Mais sur un 2 contre 1 finement joué entre Igier et Huna, Stepanek sort un arrêt spectaculaire. Les Diables Rouges essaient de surprendre la défense grenobloise en contre-attaque : Ruel laisse en retrait à Schmitt dont le lancer est bloqué par Stepanek. Hudak est touché par le palet sur un lancer lointain de Bisaillon, il sort en boitant mais peut reprendre sa place. Les hommes de Daniel Sedlak s’enhardissent au fil des minutes : sur un contre rapidement joué, Ruel laisse en retrait plein axe pour Huna et Stepanek arrête de la mitaine.

Les Briançonnais arrivent mieux à porter le danger en zone offensive en bloquant le palet à la ligne bleue. Mais ils oublient parfois de couvrir leur arrière-garde : si une passe de Fleury pour Deschamps est un peu trop appuyée alors que le centre québécois se présentait seul face à la cage, le lancer lointain de Tartari est lui parfaitement dévié par Poukkula (2-0, 17’49). Grenoble fait le break au moment où les Diables Rouges se montraient plus dangereux. Et ces derniers prennent un petit coup au moral. Ils laissent de nouveau le palet aux Isérois qui font un peu ce qu’ils veulent en zone offensive à l’image d’Adel Koudri qui installe le jeu, laisse à Flavian Dair derrière la cage. Ce dernier sert sur un plateau Julien Munoz, laissé complètement seul devant le slot. Une erreur de marquage qui coûte cher à Briançon (3-0, 18’41). Un petit brassage entre Aurélien Dair et Kaïs Faure-Brac vient conclure cette première période. Fleury sur une échappée puis Deschamps sur un tour de cage auraient même pu ajouter un quatrième but dans la dernière minute.

2021 12 30 grenoble briançon4

La deuxième période débute à quatre contre quatre. Le palet va rapidement d’une cage à l’autre. Fabre place une grosse accélération dès le coup d’envoi. De l’autre côté, une reprise de Tomko sur une passe caviar de Michalcin n’est pas cadrée. Hardy fait trébucher Torres et Briançon obtient sa première supériorité numérique du match. Les Diables Rouges installent le jeu de puissance à 4 contre 3, Michalcin prend un bon lancer bloqué par Stepanek. Mais Tuppurainen gagne un engagement en zone neutre, joue parfaitement le 2 contre 1 avec Poukkula, lance à la cage et profite du rebond laissé par Richard pour enfoncer le clou, ouvrant ainsi son compteur pour son premier match avec sa nouvelle équipe (4-0, 21’20).  Un but en infériorité numérique qui semble confirmer la domination totale des Brûleurs de Loups à ce moment du match.

Les Diables Rouges n’ont cependant pas abdiqué. Ils tentent de se rattraper sur le power-play, sans réussite. À 5 contre 5, le jeu se rééquilibre. Hudak vient tenter sa chance de près suite à un palet perdu dans la zone grenobloise. Les Brûleurs de Loups répondent avec un lancer de Hardy dans le trafic, Dair et Fabre se battent pour le rebond mais la défense briançonnaise a le dernier mot et Richard peut geler le palet. Flavian Dair fait parler sa vitesse pour déborder sur l’aile gauche mais Richard bloque de la jambière. Alors que les locaux semblent en contrôle, les Diables Rouges accélèrent : Fertin a toutes les peines du monde à contenir Zahradnik. Sur un palet récupéré par Berard en zone neutre, Fauchon gagne le palet derrière la cage et sert en retrait Berthon qui se joue de Stepanek (4-1, 29’17).

2021 12 30 grenoble briançon5

Ce premier but redonne beaucoup d’énergie aux Briançonnais qui vont prendre le dessus dans les minutes suivantes. Un vrai momentum face à une équipe grenobloise un peu trop sûre d’elle et qui a perdu le mordant nécessaire dans les duels. Dès lors, les Diables Rouges récupèrent beaucoup de palets. Tomko s’avance mais son lancer, contré, passe au-dessus. Sur un engagement gagné en zone offensive, Tomko s’avance de nouveau, lance à la cage : cette fois le rebond est favorable pour Ruel qui pousse au fond alors que Stepanek a perdu de vue le palet (4-2, 31’24). L’écart se resserre et les Brûleurs de Loups semblent douter à l’image d’une sortie hasardeuse de Stepanek dont Fauchon est tout près de profiter.

Les Diables Rouges se battent sur tous les palets : Berthon se jette devant un lancer de Bisaillon. La vitesse est du côté briançonnais : Filip Vasko place une grosse accélération sur l’aile droite, fait le tour de la cage et parvient à glisser le palet à Bastien Colomban qui arrivait dans l’autre sens. La défense grenobloise est prise par surprise et Colomban conclut en lucarne un très beau mouvement offensif (4-3, 33’13). En l’espace de quatre minutes, les Diables Rouges sont revenus à un petit but seulement ! Et ils se mettent à y croire plus que jamais face à des Grenoblois qui vacillent. Ceux-ci essaient de retrouver le fil avec un très bon travail de la ligne d’Adel Koudri qui tourne autour de la cage. Mais Hardy se fait contrer par Fauchon et il s’en faut de très peu pour que ce dernier n’égalise suite à une passe de Berard juste devant le but. Stepanek est soulagé de voir le palet passer à côté et tout le banc grenoblois a dû trembler sur cette action.

Briançon a laissé passer sa chance. Aurélien Dair vient se heurter au sens propre comme figuré à Richard. Sur l’engagement qui suit, le palet rebondit contre la bande sur un gros lancer de Rouhiainen. Poukkula est présent au rebond et sert en retrait Damien Fleury qui marque en équilibre devant la cage (5-3, 35’34). Un but qui fait le plus grand bien au moral des Brûleurs de Loups qui reprennent le contrôle. Fleury et Deschamps négocient mal un 2 contre 1 alors que sur la contre-attaque Stepanek a la mitaine ferme face à Torres qui avait un joli coup à jouer avec Colomban. Un « big save » qui frustre les Diables Rouges. L’efficacité a changé de camp. Mis sous pression par Tuppurainen, Schmitt relance le palet en aveugle sur… Aurélien Dair qui convertit l’offrande en ajustant Olivier Richard (6-3, 37’28). Briançon continue de pousser en fin de tiers à l’image de Hudak qui manque de peu une cage ouverte mais un surnombre vient anéantir les espoirs briançonnais. Grenoble termine en supériorité numérique et n’est pas loin d’enfoncer définitivement le clou sur une reprise de Poukkula et un lancer d’Aurélien Dair. Richard multiplie les arrêts pour éviter le pire mais les Brûleurs de Loups ont repris la main.

2021 12 30 grenoble briançon6

En supériorité numérique au début de la troisième période, les Brûleurs de Loups ont du mal à installer le jeu en zone offensive mais obtiennent une grosse opportunité avec Munoz et Flavian Dair. Briançon parvient tout de même à tuer la pénalité. Les Grenoblois poussent très fort en ce début de période avec Poukkula, très en verve ce soir, qui vient solliciter Richard suite à un engagement gagné en zone offensive. Les esprits s’échauffent aux abords du slot grenoblois, les Diables Rouges sortent encore de leur zone avec Berthon, auteur d’un tir soudain sur Stepanek. Le portier grenoblois se montre décisif face à Hudak parti seul en échappée. Briançon domine ces dix premières minutes du troisième tiers mais les contre-attaques grenobloises sont tranchantes : à 2 contre 1, Dylan Fabre sert Nicolas Deschamps qui manque de peu sa reprise. Koudri et Flavian Dair sont virevoltants en zone offensive et Charles Schmitt est contraint de faire trébucher Koudri derrière sa cage. En infériorité, Briançon repousse une première fois les Grenoblois hors de sa zone. Aurélien Dair manque son one timer, Fleury voit son lancer bloqué par Richard.

Mais à force de presser, le power-play grenoblois finit par trouver l’ouverture sur un lancer de Fleury : Richard ne parvient pas à bloquer la rondelle, Poukkula la ressort pour Deschamps qui n’a plus qu’à pousser le palet dans le but vide au moment où Schmitt revenait sur la glace (7-3, 51’54). Les Briançonnais protestent et prennent deux minutes de banc mineur supplémentaires. Une pénalité stupide qui va coûter cher. Kes Brûleurs de Loups marquent sur un très joli jeu en triangle entre Deschamps derrière la cage, Fleury sur le côté et Poukkula devant la cage qui conclut en deux temps du revers après un premier arrêt de Richard (8-3, 53’40). Les Diables Rouges souffrent en cette fin de match. Après une faute évitable de Berard sur Ferton en zone offensive, la sanction est la même avec cette fois un lancer de la bleue de Rouhiainen qui transperce Richard masqué par Poukkula (9-3, 57’32). Une dernière pénalité contre Hardy qui accroche Vasko en zone défensive ne changera rien, les Brûleurs s’imposent finalement largement après s’être fait une petite frayeur au deuxième tiers.

2021 12 30 grenoble briançon7

Malgré une chaude alerte lorsqu’ils ont vu les Diables Rouges revenir de 4-0 à 4-3, les Brûleurs de Loups ont dans l’ensemble largement dominé cette rencontre avec une prestation offensive de haute volée. Et ce fut d’autant plus remarquable que Joël Champagne et Sacha Treille étaient absents. Parmi les joueurs les plus en vue, le Finlandais Markus Poukkula, auteur d’un match à 7 points (2 buts et 5 assistances) ! Mais aussi le défenseur finlandais Jere Rouhiainen, auteur d’un doublé et très présent dans le jeu grenoblois. Nicolas Deschamps et Damien Fleury continuent leur rythme de croisière avec respectivement 4 et 3 points dans ce match. On notera également les bons débuts de Jani Tuppurainen, crédité d’un but et d’une assistance pour son premier match avec les Brûleurs de Loups. Encore une fois, les unités spéciales ont fait la différence avec un but en infériorité et quasiment trois buts marqués en situation d’avantage numérique au troisième tiers-temps. Le seul bémol, il est défensif avec cet étrange passage à vide au deuxième tiers qui a permis à Briançon de marquer 3 buts en 4 minutes. Mais la réaction par la suite fut positive ce qui a permis aux Brûleurs de Loups de terminer en beauté l’année 2021.

Du côté des Diables Rouges, on retiendra la réaction au deuxième tiers alors que la rencontre semblait déjà pliée à 4-0. Le potentiel offensif de Briançon est ressorti lorsque pendant cinq minutes ils ont réussi à bousculer leurs adversaires, remporté les duels et parfois pris de vitesse leurs adversaires. Ruel a de nouveau marqué et la ligne de Berthon, Fauchon et Berard a été récompensée de son activité par un but. Mais défensivement la soirée fut difficile ce soir avec quelques erreurs individuelles qui ont coûté des buts. Et au troisième tiers, l’accumulation de pénalités a eu raison de la détermination des Diables Rouges qui ont fini par sombrer. Olivier Richard a tenté de maintenir son équipe à flot mais s’est tout de même incliné à neuf reprises. Briançon n’a pas confirmé son succès de mardi face à Gap mais a maintenant les yeux rivés sur son principal objectif : la demi-finale de coupe de France face aux Rapaces.

Désigné meilleurs joueurs du match : Markus Poukkula (Grenoble) ; Olivier Richard (Briançon)

2021 12 30 grenoble briançon3

 (Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Ari-Pekka Siekkinen (entraîneur-adjoint de Grenoble) : « On a eu une très bonne première période et dix bonnes minutes en deuxième période. On jouait vraiment bien mais ensuite on a arrêté de patiner, on a perdu les duels. Parfais, on perd le fil de notre jeu. On en a parlé à la fin de la seconde période, on devait retrouver notre jeu, patiner plus et en faire plus. Au final, c’est un match à neuf buts et c’est vraiment un bon résultat obtenu devant les fans. Mais parfois on a un peu trop de hauts et de bas et c’est bien sûr à corriger. Quand il y a un nouveau joueur qui entre, l’équipe est différente. Il faut s’adapter en permanence, même au fil du match, parfois en changeant les positions des joueurs comme avec Tuppurainen qui a joué au centre au troisième tiers. Mais l’équipe est sûrement un peu fatiguée et on attend la nouvelle année. Chaque match est un apprentissage car il y a beaucoup de mouvements dans l’effectif d’un match à l’autre. On arrive à jouer un très bon jeu offensif en permanence. Mais on doit aussi penser à la défense où on doit faire mieux si on veut gagner quelque chose de grand. Tupurainen, j’étais déjà coach dans l’équipe où il jouait il y a de nombreuses années. Et c’est un grand leader, il a 40 ans mais il peut encore très bien patiner. Il comprend très bien le jeu et a une très bonne vision du jeu. Et je suis content qu’il ait pu avoir ce but parce qu’il ne lâche jamais. Toutes les équipes ont besoin de leaders, à chaque match il va se bonifier. J’ai vraiment aimé son jeu aujourd’hui. Poukkula a très bien joué aussi, il a été récompensé. Si vous allez vers la cage, devant le filet, vous héritez souvent du palet et c’est comme un cadeau. Après 25 matchs, il peut y avoir de la fatigue. Et ça fera du bien à tout le monde de basculer sur la nouvelle année. C’est bien d’être premiers, on doit continuer à jouer ainsi, on peut rester à la première place en 2022. »

Christophe Tartari (défenseur de Grenoble) : « L’essentiel est là, on a les trois points mais ce petit passage à vide nous dérange un peu. On essaie de ne jamais se satisfaire du résultat, il y a encore des choses à corriger, on n’est pas encore arrivés là où on voulait arriver. Il y a peut-être eu un relâchement à 4-0 qu’il faut gommer. On a vu qu’à la dernière journée, ils ont mis 7-2 à Gap, ils ont des qualités offensives et il ne faut pas leur laisser de chances. On a eu un petit trou d’air à un moment où on était trop projetés sur l’avant en unité de cinq et défensivement on n’a pas fait le boulot. Les changements incessants ne sont pas évident à gérer, mais il y a de la qualité dans cette équipe, de la profondeur, des jeunes joueurs qui poussent fort. On se concentre chacun sur son job et ça permet de ne pas être trop parasité par ces changements d’effectifs ou d’associations. Tous les soirs on joue avec l’idée de garder notre avance sur nos concurrents directs pour finir premiers sur l’ensemble de la saison. Markkus, ce n’est pas forcément son rôle de mettre des buts ou d’être un gros pointeur, ce match récompense le travail fourni depuis le début de l’année. Il fait un peu un travail de l’ombre. On a nos repères, les consignes sont données par AP qui est en relation avec Jyrki, pour nous cela ne change rien, le plan de match est le même et on fournit le même effort tous les soirs. Avec les blessures, les changements d’effectif, on est habitué d’avoir des situations où il faut se concentrer sur soi. C’est bien de donner des responsabilités aux jeunes joueurs, ce sont de belles personnes donc ça fait plaisir de voir qu’ils sont prêts à prendre la relève. Les joueurs et les entraîneurs sont prêts à leur donner cette confiance pour qu’ils n’aient pas peur de faire des erreurs. Il faut qu’ils continuent dans cette voie-là. »

 

Grenoble – Briançon 9-3 (3-0, 3-3, 3-0)
Jeudi 30 décembre 2021 à 20h à Pôle Sud. 4171 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion et Julien Peyre assistés de Vincent Zede et Leevan Thiebault
Pénalités : Grenoble 6’ (2’, 2’, 2’), Briançon 12’ (4’, 2’, 6’)
Tirs : Grenoble 41 (16, 14, 11), Briançon 26 (5, 13, 8)
Engagements : Grenoble 45 (18, 17, 10), Briançon 29 (7, 13, 9)

Évolution du score :
1-0 à 08’26 : Rouhiainen assisté de Poukkula
2-0 à 17’49 : Poukkula assisté de Tartari et Deschamps
3-0 à 18’41 : Munoz assisté de F.Dair et Koudri
4-0 à 21’20 : Tuppurainen assisté de Poukkula (inf. num.)
4-1 à 29’17 : Berthon assisté de Fauchon et Berard
4-2 à 31’24 : Ruel assisté de Tomko et Huna
4-3 à 33’13 : B.Colomban assisté de Vasko et Hudak
5-3 à 35’34 : Fleury assisté de Poukkula et Rouhiainen
6-3 à 37’28 : A.Dair assisté de Tuppurainen et Poukkula
7-3 à 51’54 : Deschamps assisté de Poukkula et Fleury
8-3 à 53’40 : Poukkula assisté de Fleury et Deschamps (sup. num.)
9-3 à 57’32 : Rouhiainen assisté de A.Dair et Deschamps (sup. num.)
 

Grenoble

Attaquants :
Markus Poukkula – Nicolas Deschamps (A) – Damien Fleury (C)
Jani Tuppurainen – Aurélien Dair (2’) – Dylan Fabre
Flavian Dair – Adel Koudri – Julien Munoz
Paul Siraudin – Julien Baylacq – Matias Bachelet

Défenseurs :
Jere Rouhiainen – Janne Jalasvaara (A)
Kyle Hardy (4’) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari – Antoine Fertin

Gardien :
Jakub Stepanek

Remplaçant : Raphaël Garnier (G). Absents : Malo Ville (épaule), Peter Valier (phlébite), Sacha Treille (main), Lucien Onno (épaule), Joël Champagne (genou).

Briançon

Attaquants :
Nicolas Ruel – Antoine Torres – Rudolf Huna (A)
Benjamin Berard (2’) – Quentin Berthon (A) – Quentin Fauchon
Filip Vasko – Filip Hudak – Samuel Zahradnik
Kaïs Faure-Brac (2’) – Radovan Cutt – Bastien Colomban

Défenseurs :
Kristaps Bazevics – Charles Schmitt (2’)
Thomas Carminati – Kévin Igier
Slavomir Tomko (C) (2’) – Christian Michalcin
Jakub Sedlak

Gardien :
Olivier Richard

Remplaçants : Jan Broz (G). Absents : Lukas Hvila, Robin Colomban, Félix Plouffe.

Les commentaires sont fermés.