Chamonix – Rouen (Ligue Magnus, 31e journée)

340

Le premier match de l’année civile 2022 se dispute dans un contexte très particulier. Avec plus de vingt rencontres reportées (majoritairement en raison de l’épidémie) et dix-huit qui restent à reprogrammer, la Ligue Magnus se retrouve dans une situation d’exercice de grande complexité. Des réunions se sont tenues cette semaine entre les instances fédérales et les clubs, et si le calendrier est à ce jour maintenu « en l’état », les questionnements subsistent sur les possibilités d’achever la saison régulière dans les meilleures conditions possibles.

En tout cas, ce n’est pas ce qui occupe l’esprit des Pionniers et des Dragons ce soir, avec des objectifs bien différents dans cette partie : lanterne rouge du championnat, Chamonix veut sortir de sa spirale de onze défaites de série, et retrouver la victoire pour la première fois depuis le 29 octobre et une victoire 3-4 à Mulhouse. Un succès de prestige contre le tenant du titre pourrait constituer un vertueux déclic pour les Haut-Savoyards, qui ont toujours les Scorpions et les Diables Rouges en ligne de mire. Du côté normand, les résultats en dents de scie du mois de décembre n’ont pas eu de fâcheuses conséquences au classement, d’autant que Rouen compte à ce jour quatre matchs de retard sur Grenoble (à quatorze points) et sur son dauphin Angers (à sept points), ce qui lui permet de rester au contact. L’ambition est donc de capitaliser à Bozon sur la belle victoire acquise à Angers il y a une semaine (0-1).

chamonix rouen6

Très rapidement, Rouen bénéficie d’une pénalité appelée contre Durand, qui permet aux visiteurs de prendre le contrôle du palet. Une autre opportunité s’offre après une crosse haute de Coffy. Le danger se précise sur la cage de Sabol et Nesa trouve le haut de la barre dans les dernières secondes du powerplay. À cinq, Chamonix réagit timidement et Guer piège le défenseur rouennais pour chiper la rondelle mais ne cadre pas. La domination demeure normande et Tomasino prend un lancer aussi subite que puissant, dévié par l’épaule de Sabol. Puis c’est Gilbert qui lance en butant sur la défense, qui se montre mobile notamment pour couper les trajectoires de passe. Les Chamoniards s’enorgueillissent en fin de période et le capitaine Masson s’essaie mais trouve Chakiachvili sur son chemin. Quelques secondes plus tard, Pintaric vient jouer un palet loin de sa cage, mais se loupe un peu et se voit suppléer par le repli défensif. Il y a enfin plus d’espace et Terrier sollicite le gardien slovène. À la dernière seconde, Silfver accélère pour prendre le meilleur et mettre Pintaric à contribution, et pousse par la même occasion Chakiachvili à la faute.

Dans un tiers globalement dominé par les Dragons, Chamonix a su se montrer solide défensivement et a pu trouver à son tour des opportunités en fin de période. Les Pionniers redémarreront avec leur première supériorité du match.

chamonix rouen5

Cette supériorité permet au tableau de marque de se débloquer très vite : après une lourde charge contre Yeo, le Canadien sort un peu de son rôle, joue plus le joueur que le palet et se fait sanctionner. Dans la pénalité différée, Masson se retrouve en position préférentielle pour dribbler Pintaric. Terrier n’a plus qu’à pousser le palet, mais le but est finalement accordé à l’expérimenté capitaine, dans une fiche qui sera certainement corrigée dans un second temps (1-0, 21’02).

C’est tout bénéfice pour les Pionniers qui peuvent enchaîner sur un deuxième 5 contre 4consécutif, qui reste stérile mais évite a minima aux Rouennais de se ruer à l’offensive. D’ailleurs, au retour au complet, Rouen passe proche de la correctionnelle après une glissade d’Hervé, un palet joué par Marinaccio et une reprise de volée de Convert. Pintaric s’impose à nouveau devant Marinaccio à l’issue d’un superbe mouvement offensif engagé par des Chamoniards désormais en confiance et plus proche alors du deuxième but que de l’égalisation, sollicitant le portier jaune à plusieurs reprises. Et alors que Rouen retrouve quelques possibilités, les joueurs de Marc Lefebvre procèdent en contres et n’hésitent pas à lancer une fois la bleue franchie. De son côté, Richard Sabol a eu le temps de se chauffer et annihile à mi-match les réactions adverses : il réalise même un double arrêt incroyable devant Lampérier puis Nesa, et s’impose à nouveau sur un lancer lointain de Flood, puis de près devant Johnston. Après plusieurs minutes à subir, les rouges semblent reprendre les choses en main, au prix d’un gros patinage. Mais le moindre relâchement est fatal contre ce type de formation et Nesa trouve Tessier seul à mi-zone, qui peut s’emmener le palet et conclure le travail pour l’égalisation (1-1, 33’43).

chamonix rouen4
Chamonix essaie de réagir instantanément et Terrier met Pintaric à contribution. Ce dernier voit un coéquipier le percuter et montre des signes de souffrance, mais il reste dans la partie, avec la manière car peu de temps après il dit non d’un arrêt de la botte sur un 2 contre 1. Le palet circule d’un but à l’autre et dans la vitesse, Lampérier lance, Sabol dévie mais Nesa pousse le palet derrière la ligne, la question est de savoir si c’est de la poitrine ou de la main. Après consultation de la vidéo, les arbitres décident que c’est bien de la poitrine puis de la crosse et valident le but, au plus mauvais moment pour Chamonix pense-t-on alors (1-2, 38’18).

Sauf que les Pionniers ont de l’orgueil, de la ressource, et un capitaine qui retrouve temporairement ses jambes de rookie sur l’engagement pour partir dans une série de dribbles et terminer le travail au niveau de l’épaule du gardien slovène (2-2, 38’52). Après un tiers de contrôle, le match s’est animé et la sirène retentit sur un score de parité plutôt logique.

chamonix rouen2
Rouen prend le meilleur en entame de la troisième période, et Sabol doit s’étendre pour geler un palet dangereux. De l’autre côté, Chamonix diversifie son jeu. Cerny joue le palet derrière la cage et le glisse rapidement à Kara à l’entrée de l’enclave qui n’a plus qu’à convertir et redonner l’avantage à son équipe (3-2, 42’41). En essayant de réagir, les joueurs de Fabrice Lhenry s’exposent également, et Pintaric fait la déviation nécessaire sur un lancer rapide. Chamonix bénéficie ensuite d’une nouvelle supériorité quand Lampérier est envoyé au banc. La première tentative est pour Marinaccio qui, faute de projeter le palet derrière la ligne, termine lui même sa course dans la cage. Un autre joueur connaîtra le même sort, sauf que lui aura eu le temps avant cela de marquer : Vincent Nesa part en incursion en infériorité et s’offre une présence sur chaque but rouennais dans le match (3-3, 47’11).

D’une situation complexe, les Dragons ont peut-être fait une force en ne s’écroulant pas en infériorité, mais au contraire en égalisant. Ce sont des situations qui peuvent faire basculer une rencontre. Mais l’adversité reste et les Pionniers semblent hermétiques aux différents temps de la partie, soucieux de respecter les plans de défendre proprement (comme sur un sacrifice collectif devant la cage sur un lancer de Gilbert) et de produire offensivement à chaque fois qu’ils en ont la possibilité. Et dans cette optique, ils sont de nouveau récompensés après une mise au jeu remportée, un puck remis à Silfver qui tire depuis la bleue : le lancer n’est pas surpuissant, mais il est précis et trompe Pintaric sans doute masqué au déclenchement (4-3, 52’02).

C’est compliqué pour Rouen de courir à répétition après le score, mais le jeune duo Leborgne-Perret puis le plus expérimenté Gilbert portent une nouvelle fois le danger sur la cage du gardien slovaque. Alors que les cinq dernières minutes se présentent, les jaune et noir tentent de siéger dans la zone offensive. Hervé récupère un palet en position préférentielle, mais il ne cadre pas, alors que l’intenable Nesa bute sur la barre transversale de Sabol. Chamonix joue la défense mais essaie de finir le travail sur des palets récupérés, en confondant parfois vitesse et précipitation technique. Cela a toujours le mérite de faire s’écouler le temps et Pintaric sort alors qu’il reste une minute à faire. Les Pionniers défendent intelligemment et empêcheront jusqu’au bout Rouen de revenir, malgré le lancer non cadré de Salonen en cage vide dans les derniers instants, qui aurait pu parachever le succès.

Les Haut-Savoyards peuvent exulter ! Ils signent une très belle victoire d’équipe pour commencer 2022 de la plus belle des manières, après une fin 2021 cauchemardesque. Avec ce match référence dans la rigueur défensive et offensive, ils mettent fin à cette longue série de défaites et reviennent à un point de Briançon et de Mulhouse, avec quatre matchs de retard sur les Diables Rouges. Coup d’arrêt en revanche pour Rouen, au potentiel indéniable pour mettre à mal toutes les équipes de la Ligue, mais qui peine à enchaîner les performances.

Désignés joueurs du match : Clément Masson pour Chamonix et Vincent Nesa pour Rouen.

chamonix rouen3

(Photos du match : Alexandre Juillet)

Chamonix – Rouen 4-3 (0-0, 2-2, 2-1)
vendredi 7 janvier 2022 à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon. 1 080 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Pierre Dehaen assistés de Gwilerm Margry et Vincent Zede.
Pénalités : Chamonix 4′ (4′, 0′, 0′) ; Rouen 6′ (2′, 2′, 2′).
Tirs : Chamonix 26 (4, 14, 8), Rouen 40 (10, 17, 13).

Évolution du score :
1-0 à 21’02 : Masson (sup. num.)
1-1 à 33’43 : Tessier assisté de Nesa et Salve
1-2 à 38’18 : Nesa assisté de Lampérier et Yéo
2-2 à 38’52 : Masson assisté de Terrier
3-2 à 42’41 : Kara assisté de Cerny et Silfver
3-3 à 47’11 : Nesa (inf. num.)
4-3 à 52’02 : Silfver assisté de Terrier et Masson


Chamonix

Attaquants :
Samuel Salonen (A) – Phil Marinaccio – Loïc Coulaud
Jarkko Harjula – Jakub Cerny – Vincent Kara
Matthias Terrier – Clément Masson (C) – Fabien Kazarine
Sébastien Delemps – Samuel Guer – Lauric Convert

Défenseurs :
Joakim Lilliehöök – Konsta Mesikämmen
Christian Silfver – Camil Durand (2’)
Tomas Kudelka (A) – Valentin Coffy (2’)

Gardien :
Richard Sabol

Remplaçant : Clément Ginier (G). Absent : Emil Bejmo.

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier (A, 2′) – Kelsey Tessier – Vincent Nesa
David Gilbert – Joël Caron – Joris Bedin
Jordan Hervé – Andrew Johnston – Rolands Vigners
Tommy Perret – Kaylian Leborgne – Quentin Tomasino

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (A, 2’) – Yoan Salve
Dylan Yeo (2′) – Mark Flood (C)
Sacha Guimond – Marc-André Dorion

Gardien :
Matija Pintaric [sorti à 59’11]

Remplaçant : Valentin Duquenne (G). Absents : Enzo Cantagallo, Théo Gueurif, Anthony Guttig, Joran Reynaud.

Les commentaires sont fermés.