Canada – États-Unis (Jeux olympiques 2022, groupe A)

Mauvaise journée pour les gardiens

photo A. Ringuette - IIHF
170

Pour ce choc nord-américain très attendu, les deux équipes sont au complet. Bloqué un temps en Californie par le Covid-19, le prometteur défenseur Jake Sanderson est arrivé en Chine. Sa titularisation signifie, selon les règles du tournoi, que son « substitut médical » Justin Abdelkader doit obligatoirement ressortir de l’effectif : cela démontre l’implication de l’ancien attaquant de Détroit – capitaine des États-Unis aux derniers Mondiaux – d’avoir fait le voyage probablement juste pour jouer le premier match contre la Chine. On imagine mal en effet le coach David Quinn se priver de Sanderson.

Suivi par les médecins suisses dans ses exercices de reprise, Claude Julien a eu l’autorisation de prendre l’avion après son opération d’un pneumothorax (il avait heurté un arbre dans un accident de luge durant le camp de préparation de l’équipe à Davos). Il est arrivé sur le banc de l’équipe canadienne et il a l’avantage du dernier changement sur ce match. Il lance d’abord sa troisième ligne – avec le centre dominant physiquement Eric O’Dell – puis sa quatrième ligne, et elles mettent toutes une forte pression. L’ouverture du score vient rapidement grâce à une erreur de gardien, car le lancer excentré de Mat Robinson passe entre les jambières de Cameron Mann (1-0). Le poste devant les filets constitue un point d’interrogation pour les États-Unis, et Mann, qui réussit une bonne première saison pro en Suède à Skellefteå après une bonne carrière universitaire, ne pouvait pas espérer pire début olympique deux jours après le blanchissage de Commesso en ouverture.

Mais la réaction américaine est immédiate. La première ligne revient sur la glace et un joli relais en une touche de palet de Brian O’Neill envoie Andy Miele à 2 contre 1. Le capitaine laisse croire jusqu’au dernier moment à la passe pour Kenny Agostino et place un revers dans la lucarne proche d’Eddie Pasquale (1-1). Deux buts en deux minutes et demie : entame tonitruante pour ce match à haute intensité ! Les Américains poussent de plus en plus fort en fin de période. Au quart d’heure du jeu, Nick Abruzzese hérite d’un rebond dans le slot mais Pasquale étend la jambe pour lui dénier ce but. Peu avant de rentrer au vestiaire, Sean Farrell fait croire au tir et passe à Ben Meyers qui place le palet entre les jambes du gardien (1-2).

2022 02 12 can usa2

Au début de la deuxième période, Mason McTavish sonne l’appel pour Canada en faisant tinter le haut de la barre transversale. Mais une minute plus tard, le gardien Eddie Pasquale est gêné par le forechecking de Nathan Smith qui tape sa crosse alors qu’il sort derrière son but. Nick Shore récupère le palet et le donne en retrait à Brendan Brisson qui marque dans les filets déserts (1-3). La vitesse américaine a l’avantage. Après un bon centre de Nick Perbix, Matt Knies puis Nick Abruzzese au rebond obligent Pasquale à un double arrêt. Le Canada réagit et reprend le dessus par sa force physique et sa domination aux mises au jeu. Un tir en angle bien travaillé de Maxim Noreau frappe le poteau. Staal donne un coup de coude à un joueur sur son chemin en rentrant au banc. Pendant l’avantage numérique, Matt Beniers commet une erreur en plongeant pour tenter une interception impossible. Daniel Winnik l’évite et part à 2 contre 1 avec Corban Knight. Celui-ci marque d’un lancer croisé à mi-hauteur, un angle de tir qui montre que Mann était en position trop reculée dans son but (2-3).

Le Canada a repris le fameux « momentum » et finit le tiers en avantage numérique après une charge deux pieds décollés d’Agostino. Un lancer dévié de Noreau heurte la barre transversale. Josh Ho-Sang manque une cage ouverte. Au retour des vestiaires, également à 5 contre 4, Eric Staal donne un méchant coup de crosse dans le bras de Ness et retourne en prison. Le jeu de puissance se renverse mais Demers intercepte un palet dangereux envoyé dans le slot par Meyers pour une déviation. Le rythme descend à 5 contre 5, les deux équipes ne prennent plus de risques. Mais Andy Miele poursuit son effort sur une contre-attaque pour contrer Noreau et passe en retrait à Kenny Agostino dont le lancer passe sous le bras droit d’Eddie Pasquale (2-4).

Avec deux buts de retard, les Canadiens n’ont plus d’autre choix que de se ruer à l’attaque. Knies accroche Kent Johnson sur une grosse occasion. Un one-timer de Tambellini dans le cercle droit frappe le masque de Mann. Après une crosse haute de Kampfer, le Canada peut même jouer à 5 contre 3 pendant 31 secondes et Claude Julien utilise son temps mort. Au même endroit, Tambellini lance encore dans le masque de Mann (!) qui demande cette fois à arrêter le jeu, au moment où l’on revient à 5 contre 4. L’avantage numérique s’achève par un lancer de Mason McTavish sur la barre transversale. C’est la troisième fois que les Canadiens touchent le cadre, ce n’était donc pas leur jour…

2022 02 12 can usa3

On verra les conséquences de ce match sur le tableau final, car les gros scores face à la Chine pourraient qualifier les deux équipes en quart de finale. Il aura sans doute surtout une influence négative sur les deux gardiens, qui ont pris de mauvais buts. Cameron Mann a peut-être laissé passer sa chance d’être le portier titulaire. La place devant les filets d’Eddie Pasquale pourrait être remise en cause dès demain contre la Chine.

Commentaires d’après-match :

Claude Julien (entraîneur du Canada) : « Les perspectives n’étaient pas bonnes quand c’est arrivé [l’accident de luge], mais avec de bons soins médicaux, j’ai pu récupérer rapidement. C’est une opportunité d’apprendre et nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir ces hauts et ces bas dans notre jeu. L’adversité rend meilleur. Nous espérons que nous serons une meilleure équipe avec ce que nous avons vécu aujourd’hui. Je ne suis pas du genre à prendre une décision juste après un match [à propos du gardien qui jouera demain]. Il ne fait aucun doute que nous en parlerons, et que nous prendrons une décision… Qui ce sera, je n’en suis pas encore sûr. »

David Quinn (entraîneur des États-Unis) : « Si on n’apprécie pas ça, pourquoi venir ? Nous pouvons apprécier ce match et repartir à zéro. Nous devrons être prêts car le match de demain [contre l’Allemagne] est aussi important que celui que nous venons de jouer. »

 
Canada – États-Unis 2-4 (1-2, 1-1, 0-1)
Samedi 12 février 2022 à 12h10 au Palais national omnisports de Pékin. 948 spectateurs.
Arbitres : Andris Ansons (LET) et Tobias Björk (SUE) assistés de Daniel Hynek (TCH) et Dustin McCrank (CAN).
Pénalités : Canada 4′ (0′, 2′, 2′), États-Unis 6′ (0′, 2′, 4′).
Tirs : Canada 37 (12, 8, 17), États-Unis 27 (13, 9, 5).

Évolution du score :
1-0 à 01’24 : Robinson assisté de Ho-Sang et Staal
1-1 à 02’34 : Miele assisté de O’Neill et Kampfer
1-2 à 18’44 : Meyers assisté de Farrell et Sanderson
1-3 à 22’37 : Brisson assisté de Shore
2-3 à 34’13 : Knight assisté de Winnik (inf. num.)
2-4 à 46’13 : Agostino assisté de Miele

Canada

Attaquants :
Mason McTavish – Eric Staal (C, 4′) – Josh Ho-Sang
Adam Tambellini (-1) – Jordan Weal (-1) – Corban Knight
Ben Street (-1) – Eric O’Dell (-1) – Kent Johnson (-1)
Daniel Winnik – Davis Desharnais (A, -1) – Adam Cracknell (-1)
Jack McBain

Défenseurs :
Owen Power – Mat Robinson
Tyler Wotherspoon (+1) – Maxim Noreau (A, -2)
Mark Barberio (-1) – Jason Demers (+1)
Alex Grant (-3)

Gardien :
Eddie Pasquale [sorti à 57’34]

Remplaçant : Matt Tomkins (G). En réserve : Devon Levi (G), Morgan Ellis (D), Landon Ferraro (A), Daniel Carr (remplacé par Johnson pour cause de Covid-19, arrivé jeudi).

États-Unis

Attaquants :
Kenny Agostino (+2, 2′) – Andy Miele (C, +2) – Brian O’Neill (+2)
Matthew Knies (-1, 2′) – Matt Beniers (-1) – Nick Abruzzese
Noah Cates (A) – Ben Meyers – Sean Farrell
Brendan Brisson – Nathan Smith – Marc McLaughlin
Nick Shore (+1)

Défenseurs :
Aaron Ness (+3) – Steven Kampfer (A, +1, 2′)
David Warsofsky (-2) – Brock Faber (+1)
Jake Sanderson (+1) – Brian Cooper
Nick Perbix (+1)

Gardien :
Strauss Mann

Remplaçant : Drew Commesso (G). En réserve : Pat Nagle (G), Drew Helleson (D), Justin Abdelkader (A, substitut Covid provisoire de Sanderson), Sam Hentges (A).

Les commentaires sont fermés.