Le retour des Lionnes affamées

94

Troisième du groupe A, la Finlande peut s’estimer heureuse d’avoir fini à ce rang après le tour préliminaire, après tant de remous avant le tournoi féminin (la non-sélection de la gardienne Noora Räty) puis pendant (le départ précipité de l’entraîneur Pasi Mustonen pour une urgence familiale) en plus de performances peu reluisantes sur la glace. Ce rang, la Finlande l’a finalement obtenu grâce à une victoire contre une équipe russe décimée par le covid, une victoire suffisante pour devancer ces mêmes Russes et la Suisse malgré une égalité à trois.

Difficile à savoir si les Naisleijonat sont véritablement en pleine relance avant ce quart de finale dont il faudrait bien se méfier. Les Finlandaises affrontent en effet une équipe du Japon qui a remporté le groupe B avec deux points d’avance sur la Tchéquie, performance qu’elle n’a jamais atteinte depuis l’instauration des groupes de niveau aux championnats du monde en 2012. « Smile Japan » comme on la surnomme est d’ailleurs invaincue dans les 60 minutes, avant tout grâce aux unités spéciales très efficaces, à sa rigueur défensive et évidemment grâce à Nana Fujimoto toujours au sommet devant les filets avec 95,3% d’arrêts. Anni Keisala, désignée comme titulaire depuis le début du tournoi, se présente sans surprise devant la cage suomi.

La fragilité finlandaise constatée depuis le début du tournoi ne semble plus d’actualité. Rapidement, Ukita est sanctionnée pour un faire trébucher sur Holopainen. La Finlande va alors convertir cette supériorité numérique, Noora Tulus décale Petra Nieminen qui reprend de volée, Fujimoto est gênée par l’écran de la grande Susanna Tapani : 1-0. Deux minutes plus tard, la Finlande gagne la mise en jeu en zone offensive, Nelli Laitinen frappe de la ligne bleue, la trajectoire du palet est alors déviée par Vivi Vainikka : 2-0 après seulement 4’32 de jeu, les Finlandaises réalisent une entame parfaite. D’autant plus qu’elles parviennent à tuer deux pénalités consécutives, malgré une action chaude d’Ukita et un puck qui rebondit sur le poteau.

À la 16e minute, les Naisleijonat manquent toutefois de concentration quand les Japonaises réussissent à se créer un contre à 3 contre 1, Akane Shiga file couloir droit, regarde sur sa gauche mais prend tout de même sa chance, le palet passe entre les jambières de Keisala : 2-1. Les Japonaises demeurent motivées et Osawa s’offre une bonne chance dans la dernière minute du premier tiers, action qui provoquera une faute finlandaise.

Le Japon commence donc la deuxième période en supériorité numérique. Malgré les difficultés à rester dans le camp finlandais, Haruna Yoneyama s’illustre particulièrement, d’abord par un tir du revers qui passe à quelques centimètres du but, puis un lancer à bout portant sur Keisala dans le slot. La gardienne finlandaise reste concentrée, notamment un arrêt jambière sur Miura, face à une équipe du Japon qui déploie toutes ses forces pour égaliser.

tapaniMais ces temps forts japonais vont connaître un coup d’arrêt. Les Lionnes montrent de nouveau les crocs. À la 26e minute, Petra Nieminen fait un bon travail de conservation dans le rond gauche, donne à Tapani qui reprend de volée, après plusieurs rebonds Michelle Karvinen n’a plus qu’à pousser le palet dans l’angle ouvert, 3-1. La domination finlandaise s’accentue face à des Japonaises sonnées, il est temps de plier de match pour les joueuses de Juuso Toivola. Et la première ligne, décidément intenable, s’en charge. En zone neutre, Michelle Karvinen fait une passe dans son dos entre ses jambes vers Petra Nieminen, qui rentre en zone offensive côté gauche et place un somptueux lancer lucarne gauche : 4-1.

En l’espace de quelques minutes en seconde période, le rêve d’une demi-finale olympique a pris du plomb dans l’aile pour le Japon. Et l’affaire ne va s’arranger au début de la troisième. Avec de la réussite, Petra Nieminen gagne le palet le long de la bande face à Aoi Shiga, elle créée un 2 contre 1 mais la joue en solo, l’attaquante de Luleå délivre un nouveau tir remarquable, sous la barre. C’est un hat trick pour Nieminen, elle qui n’avait pas encore marqué de but avant ce match !

5-1, l’addition se corse et le navire japonais est en train de chavirer. Car même en infériorité numérique, les Finlandaises se montrent dangereuses, grâce en particulier à Tapani. Cette dernière sera finalement récompensée à la 49e minute, en profitant d’une passe de derrière la cage de Michelle Karvinen (6-1). Quatre minutes plus tard, c’est Sanni Hakala qui se met en évidence, elle élimine Ayaka Toko, protège le palet tout en s’approchant du but, elle marque finalement entre les jambes : 7-1.

Ce n’est probablement pas le genre de performances qu’ont imaginé les Japonaises, en particulier leur fidèle gardienne Nana Fujimoto. Une collision avec Tapani forcera son départ du match, elle est alors remplacée par Akane Konishi. Cette dernière aura eu le mérite de ne pas céder davantage aux Finlandaises, arrêtant les 7 lancers adverses, mais le score ne laisse aucun suspense, malgré un dernier temps fort japonais dans les derniers instants.

La Finlande se qualifie pour les demi-finales pour la sixième fois en sept participations olympiques, probablement plus facilement que l’on aurait imaginé. Très bien en place, plus sereines et plus énergiques, les Finlandaises confirment leur montée en puissance. À l’image d’un premier trio Michelle Karvinen – Susanna Tapani – Petra Nieminen si discret depuis le début du tournoi mais qui aura cumulé 11 points aujourd’hui. Le plus dur reste à venir, défier les Américaines, les faire douter, et pourquoi pas prendre la revanche du Mondial d’Espoo et sa finale controversée. Le Canada affrontera la Suisse.

Commentaires d’après-match

Petra Nieminen (attaquante de la Finlande) : « C’est agréable d’avoir du succès. Surtout pour notre trio, marquer a été difficile depuis le début du tournoi, mais aujourd’hui, ça a fini par s’ouvrir. Finalement, c’est facile de marquer dans ce genre de match quand vos coéquipières jouent bien. Nous repartons avec une nouvelle attitude, nous avons les ressources nécessaires, nous savons que nous pouvons le faire et défier les États-Unis. »

 

Finlande – Japon 7-1 (2-1, 2-0, 3-0)
Samedi 12 février 2022 à 16h40 au Wukesong Sports Centre de Pékin. 675 spectateurs.
Arbitrage de Cianna Lieffers (CAN) et Anna Wiegand (SUI) assistées de Lisa Linnek (ALL) et Veronica Lovensno (SUE).
Pénalités : Finlande 8′ (6′, 0′, 2′), Japon 4′ (2′, 0′, 2′).
Tirs : Finlande 49 (18, 17, 14), Japon 25 (8, 11, 6).

Évolution du score :
1-0 à 02’08 : Nieminen assistée de Tulus et Hiirikoski (sup. num.)
2-0 à 04’32 : Vainikka assistée de Laitinen et Holopainen
2-1 à 15’01 : Ak. Shiga assistée de H. Toko
3-1 à 25’01 : Karvinen assistée de Nieminen et Tapani
4-1 à 28’29 : Nieminen assistée de Karvinen et Laitinen
5-1 à 40’18 : Nieminen assistée de Tapani et Hiirikoski
6-1 à 48’28 : Tapani assistée de Karvinen et Nieminen
7-1 à 52’29 : Hakala assistée de Niskanen et Laitinen

Finlande

Attaquantes :
Michelle Karvinen (A, +4) – Susanna Tapani (+4) – Petra Nieminen (A, +4)
Vivi Vainikka (+1) – Noora Tulus (+1) – Elisa Holopainen (+1)
Sanni Hakala (+1, 4′) – Tanja Niskanen (+1) – Sofianna Sundelin
Julia Liikala (-1) – Sanni Vanhanen (-1) – Jenniina Nylund (-1)
Emilia Vesa (+1)

Défenseures :
Jenni Hiirikoski (+2) – Ronja Savolainen (+2)
Ella Viitasuo (+1) – Minnamari Tuominen (+1, 2′)
Sanni Rantala (+2, 2′) – Nelli Laitinen (+2)
Sini Karjalainen

Gardienne :
Anni Keisala

Remplaçante : Meeri Räisänen (G). En réserve : Eveliina Makinen (G).

Japon

Attaquantes :
Rui Ukita (-2, 2′) – Haruka Toko (-3) – Akane Shiga (-3)
Hikaru Yamashita (-2) – Haruna Yoneyama (-2) – Chika Otaki [1 présence]
Chiho Osawa (C, -1) – Suzuka Taka – Remi Koyama
Miho Shishiuchi [2 présences] – Hanae Kubo (-1) – Mei Miura (-1)
Moeko Fujimoto [1 présence]

Défenseures :
Ayaka Toko (A, -3) – Aoi Shiga (-2)
Shiori Koike (-1) – Akane Hosoyamada (A, -1)
Yukiko Kawashima (-1, 2′) – Sena Suzuki (-2)
Shiori Yamashita [4 présences]

Gardienne :
Nana Fujimoto puis Akane Konishi à 52’29

En réserve : Miyuu Masuhara (G).

Les commentaires sont fermés.