Grenoble à la fois proche et loin du compte en CHL

photos HK Mountfield
702

Après avoir perdu les deux rencontres les plus abordables à domicile, les ambitions de Grenoble ont été sévèrement douchées dans cette Ligue des Champions. Battus de peu samedi par le Mountfield Hradec Králové (3-4), les champions de France veulent essayer de prendre leur revanche sur la glace des Tchèques. Deux internationaux français sont absents ce soir : Jordann Perret, qui a pris un coup au match aller, dans le camp tchèque, et surtout Damien Fleury, meilleur marqueur de Ligue Magnus la saison dernière.

Grenoble, qui avait encaissé un but en neuf secondes au match aller, débute bien mieux. Sacha Treille se procure la première occasion sur un palet de Floran Douay qui a frappé le fond de zone : son revers en angle fermé n’est pas loin de surprendre Jan Růžička. C’est aussi Treille qui provoque la première pénalité, lorsque l’ex-Gapençais Graeme McCormack le fait trébucher en zone neutre. En avantage numérique, les Grenoblois se font sortir rapidement de la zone offensive… mais quand ils y reviennent, Joël Champagne, excentré sur la droite, décoche un tir du poignet dans la lucarne opposée (0-1).

Les Tchèques reprennent alors la conduite du match. La crosse haute de Floran Douay monte au visage d’un adversaire. Dès le début de la supériorité numérique, l’attaquant ruse Nikita Shcherbak sert Radek Smoleňák devant la cage et une mêlée se forme… mais Treille finit par dégager le palet. Une bonne contre-attaque de Dylan Fabre – dont le tir se fiche sous la botte du gardien – et une passe manquée de Blain pour Lev éloignent le danger pendant le reste des deux minutes. Un accrochage de Rouhainen remet les Brûleurs de Loups à quatre, mais c’est encore Dylan Fabre qui hérite de l’occasion majeure en infériorité numérique en contrant une passe de McCormack. La vitesse des jeunes Grenoblois réussit donc à rivaliser avec une équipe de Hradec Králové qui se repose un peu trop sur ses qualités techniques et ne fait pas toujours les bons choix.

Un cinglage d’Alexandre Pascal dans le coin à trente secondes de la pause oblige Grenoble à aborder la deuxième période avec la troisième infériorité numérique d’affilée, tuée elle aussi. Mais dans la minute qui suit le retour à 5 contre 5, une relance de Richard Nedomlel envoie Oliver Okuliar mener une entrée de zone dans l’axe avec Martin Štohanzl près de lui. Les trois défenseurs grenoblois couvrent ces deux joueurs, mais Bobby Raymond oublie dans son dos Radovan Pavlík qui est allé plus vite et remporte son face-à-face avec Jakub Štěpánek d’une jolie feinte (1-1).

Grenoble doit faire le dos rond mais a encore sa chance. Quand Oliver Okuliar n’arrive pas à bien rabattre le palet du gant en zone neutre, c’est Floran Douay qui part en breakaway. Il en avait déjà manqué un contre Berlin, il n’arrive toujours pas à feinter le gardien, par contre il n’est pas loin de marquer en filou – via le patin du gardien – après avoir passé la ligne de fond. L’ailier slovaque Okuliar fait mieux que se rattraper de cette erreur : il donne l’avantage à son équipe par un tir flottant depuis la ligne bleue qui finit dans les filets (2-1).

Radovan Pavlík enfonce le clou par une action magnifique : il dribble le défenseur suisse Makai Holdener puis évite le poke-check de Jakub Štěpánek pour un but superbe (3-1). En chargeant le buteur, Nehring l’envoie sur son gardien, percuté très violemment. Štěpánek reste de longues minutes couché puis assis sur la glace avec les médecins autour de lui, mais il reste en poste. Okuliar enchaîne par un débordement qui envoie Poukkula en prison. Grenoble tient toujours bon en infériorité numérique… mais ce sera la seule satisfaction de ce deuxième tiers-temps. Il n’y aura rien à tirer de la pénalité de Smoleňák, car Sacha Treille voit sa crosse bloquée par Nedomlel, un mètre devant la cage ouverte.

2022 09 08 hk grenoble2

Remonter deux buts de retard à l’extérieur, Rouen l’avait bien fait à Tampere la saison dernière… Grenoble, qui a accusé le coup moralement, doit continuer d’y croire. En partant à la poursuite d’un palet de contre en zone neutre, Julien Munoz est atteint en pleine tête par une charge de Jakub Lev et reste au sol : aucune faute n’a été sifflée sur le moment mais, en se concertant, les arbitres ne peuvent qu’infliger au moins deux minutes pour obstruction. À la dernière seconde de la pénalité, un tir du poignet à mi-distance de Joël Champagne trouve la lucarne de Růžička, masqué par son défenseur Filip Pavlík (3-2).

Les Brûleurs de Loups reprennent confiance et se montrent de nouveau plus offensifs. Le match reprend vie. Une fantastique relance de Kyle Hardy depuis sa ligne de fond envoie Brent Aubin seul face au gardien, mais son tir est capté par la mitaine de Růžička. On entre dans les neuf dernières minutes et Hardy fait trébucher Christophe Lalancette dans le coin. C’est la cinquième pénalité tuée par Grenoble, et Poukkula contre même une passe de Smoleňák, mais il est trop excentré pour pouvoir conclure cette contre-attaque par un tir. À cinq minutes de la fin, un slap puissant de Petr Kalina frappe l’épaule de Štěpánek, retombe derrière lui… et est sauvé par un retour fantastique de Kyle Hardy !

À deux minutes de la fin, Jyrki Aho sort son gardien. Le gros effort de Grenoble provoque une chaude mêlée et Nikita Shcherbak se
Un long travail de Dylan Fabre dans le coin finit par ressortir le palet vers Sacha Treille qui donne en retrait dans l’enclave avec cinq secondes à jouer : à 2 contre 1, Brent Aubin décale alors Kyle Hardy… qui reprend à côté !

Grenoble n’a jamais été aussi près de faire un résultat dans cette CHL… mais être tout proche ne suffit pas à prendre un point. Comme contre Berlin (0-5), comme à l’aller (0-3), les Brûleurs de Loups ont connu une deuxième période très difficile qui leur a encore coûté le match. Lorsque leur banc est à l’opposé, ils se font un peu asphyxier et n’arrivent plus à garder le rythme. Leur déficit technique est alors plus net, surtout face à cette équipe tchèque très habile avec le palet. Il restera encore une chance samedi à Berlin, pour prendre la revanche sur l’humiliation de la semaine dernière.

Commentaires d’après-match :

Tomáš Martinec (entraîneur de Hradec Králové) : « Nous voulions avoir un bon départ et prendre les devants, mais nous avons encaissé un but. Nous n’avions pas la mobilité pour nous créer des occasions et mettre les adversaires sous pression pendant toute la première période. Le résultat a été décidé par le deuxième tiers, qui s’est avéré excellent. Comme à Grenoble, nous avons marqué trois buts et retourné le match. Mais nous nous sommes compliqué la situation en ne convertissant pas nos supériorités et en encaissant deux buts en infériorité. »

Jyrki Aho (entraîneur de Grenoble) : « Je suis heureux de notre première période, ainsi que de notre effort lors de la troisième période. Nous aurions pu marquer à la fin, nous avons eu de bonnes occasions à 6 contre 4. Perdre d’un but, ça fait une grosse différence avec une victoire puisqu’il faudrait deux buts de plus pour gagner. C’était un match similaire à l’aller, nous avons peut-être bataillé un peu plus dur. C’est ce qu’il faut faire, batailler toujours plus dur à chaque match. »

 

Hradec Králové – Grenoble 3-2 (0-1, 3-0, 0-1)
Jeudi 8 septembre 2022 à 17h30 à la ČPP Aréna. 2424 spectateurs.
Arbitres : Daniel Soos (HON) et Antonín Jeřábek (TCH) assistés de Lukáš Rampír et David Klouček (TCH).
Pénalités : Hradec Králové 8′ (2′, 2′, 4′) ; Grenoble 10′ (6′, 2′, 2′).
Tirs : Hradec Králové 29 (10, 13, 6) ; Grenoble 12 (5, 1, 6).

Évolution du score :
0-1 à 06’26 : Champagne assisté de Fabre et Douay (sup. num.)
1-1 à 22’16 : R. Pavlík assisté de Štohanzl et Okuliar
2-1 à 30’31 : Okuliar
3-1 à 31’07 : R. Pavlík assisté de Kevin Klíma
3-2 à 45’04 : Deschamps assisté de Nehring et Treille (sup. num.)

Hradec Králové

Attaquants :
Radek Smoleňák (C, 2′) – Lukáš Cingel – Jakub Lev (A, 2′)
Radovan Pavlík (+3) – Kevin Klíma (+2) – Oliver Okuliar (+3)
Nikita Shcherbak (2′) – Christophe Lalancette – Kelly Klíma
Petr Moravec – Martin Štohanzl (+1) – Lukáš Pajer

Défenseurs :
Petr Kalina – Jérémie Blain
Radek Pilař – Filip Pavlík (A)
Bohumil Jank (+2) – Graeme McCormack (+2, 2′)
Richard Nedomlel (+1) – Michael Gaspar (+1)

Gardien :
Jan Růžička

Remplaçant : Henri Kiviaho (G). Absents : River Rymsha, Jordann Perret, Marek Zachar.

Grenoble

Attaquants :
Sacha Treille – Joël Champagne (C) – Floran Douay (2′)
Dylan Fabre (-1) – Nicolas Deschamps (-1) – Markus Poukkula (-1, 2′)
Flavian Dair (-1) – Chad Nehring (-1) – Brent Aubin (-1)
Timothée Quattrone (-1) – Adel Koudri (-1) – Julien Munoz (-1)

Défenseurs :
Kyle Hardy (2′) – Maxim Lamarche
Jere Rouhiainen (-2, 2′) – Bobby Raymond (-1)
Janne Jalasvaara (-1) – Makai Holdener (-2)
Alexandre Pascal (2′)

Gardien :
Jakub Štěpánek [sorti à 58’04]

Remplaçant : Raphaël Garnier (G). Absents : Pierre Crinon (blessé), Lucien Onno (main), Aurélien Dair (cheville), Damien Fleury.

Les commentaires sont fermés.