Grenoble – Nice (Ligue Magnus, 15e journée)

34

Grenoble repart de l’avant

Après une belle série de trois victoires consécutives, les Brûleurs de Loups ont subi un coup d’arrêt vendredi chez le leader Bordeaux (1-3). Une défaite honorable mais qui vient ralentir la progression des Grenoblois vers la huitième place, qualificative pour les play-offs. Une réaction est attendue dès aujourd’hui face au promu niçois qui précède Grenoble au classement. En cas de victoire, les Brûleurs de Loups dépasseraient leurs adversaires du jour.

2016 10 23 Grenoble Nice1Du côté niçois, la dynamique est inverse. Après un bon début, le promu a marqué le pas en s’inclinant successivement face à Épinal, Bordeaux, Gap, Rouen et Lyon. Cinq défaites, souvent par une petite marge, qui ont fait glisser les Aigles au classement. La mauvaise série a été enrayée par une victoire mardi à Chamonix (4-2) qui permet à Nice de vernir à Grenoble le cœur un peu plus léger.

Lors de la première rencontre entre les deux équipes, Grenoble s’était imposé d’un petit but (5-4) sur la Côte d’Azur au terme d’une rencontre fertile en rebondissements. À noter que Tom Charton, très bon mardi à Chamonix, est reconduit devant la cage niçoise, alors que le titulaire habituel, Vojtech Sedlacek, n’est pas présent sur le banc. C’est une vieille connaissance des Grenoblois, Jean-Philippe Schoch, 50 ans, qui occupe exceptionnellement le rôle de doublure ce soir.

Quasiment au complet pour la première fois de la saison avec le retour de Trabichet dans l’alignement, les Brûleurs de Loups débutent bien en mettant la pression en zone offensive sur les défenseurs niçois. Un pressing qui paye rapidement suite à une belle remontée de palet de Kuralt, Goličič sert de relais derrière la cage et ressort le palet pour Chouinard dont le tir croisé sans contrôle fait mouche (1-0, 02’26 »). Nice essaie de réagir et un tir à bout portant de Milan Varga monté aux avant-postes oblige Horák à un premier arrêt important. Sur le contre, Gauthier a une belle opportunité mais son tir est repoussé par Charton.

2016 10 23 Grenoble Nice3Une charge avec le genou le long de la bande de Scolari sur Romand provoque une interruption du match, le joueur niçois étant évacué sur civière. Scolari est expulsé et Grenoble doit défendre pendant cinq minutes en infériorité numérique. L’occasion pour les Niçois de se porter à l’offensive mais l’avantage sera de courte durée à cause d’une faute d’Aurélien Maçon qui remet les deux équipes à quatre contre quatre. Une situation qui aurait pu profiter à Vladimir Kubus qui se heurte à Horák. Mais Nice se fait peur en perdant en zone défensive un palet offert à Miettinen qui ne parvient pas à gagner son duel avec Charton.

Après le retour de Maçon sur la glace, Nice évolue toujours en supériorité numérique mais a du mal à contourner le bloc compact grenoblois qui ressort régulièrement le palet. À cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups reprennent l’initiative du jeu. Bisaillon fait le tour de la cage, le palet est repoussé par Charton mais Baylacq se trouve à la retombée du palet pour le pousser derrière la ligne (2-0, 14’47 »). Après une obstruction de Bisaillon sur Matej Hamrak, les joueurs de Stanislav Sutor ne sont pas très à l’aise en supériorité numérique et Grenoble tue la pénalité assez facilement. La période se termine par une faute de Carpentier devant la cage.

2016 10 23 Grenoble Nice4En supériorité numérique dès l’entame de la deuxième période, les Grenoblois vont rapidement concrétiser : bien décalé par Chouinard, Kyle Hardy reprend sans contrôle et marque d’un lancer au-dessus de la botte de Charton (3-0, 20’15 »).

Avec trois buts de retard, les Niçois se doivent de réagir mais c’est toujours Grenoble qui a la mainmise sur le palet et qui maintient le jeu en zone offensive. Et pourtant contre le cours du jeu, Nice parvient à revenir au score sur un palet bien remonté en zone offensive par Matej Hamrak : le lancer du Slovaque est repoussé par Horák mais Aurélien Maçon profite du trafic devant la cage grenobloise pour marquer d’un tir du revers en pivot (3-1, 25’03 »).

Les Grenoblois reprennent immédiatement l’initiative en attaque et tentent par Miettinen puis Texier mais Charton veille. La pression grenobloise provoque une pénalité de Vondracek qui retient Kuralt. En power-play, les Brûleurs de Loups s’installent en zone offensive et retentent leur chance par Miettinen puis Texier mais sans pouvoir surprendre Charton.

Les Niçois défendent bien et profitent d’un moment de relâchement des Isérois pour installer leur jeu en zone offensive. Une bonne présence niçoise est ponctuée par un tir de Quinn que Horak parvient à capter malgré le trafic. Le rythme baisse d’un cran dans la rencontre et Hardy se retrouve même bêtement pénalisé pour avoir dégagé le palet depuis sa zone défensive directement au-dessus du plexi derrière la cage de Charton. Avantage numérique donc pour Nice mais de courte durée puisque Maçon se fait pénaliser à son tour pour une charge dans le dos de Gervais, avec une méconduite au passage. Et à quatre contre quatre, c’est Grenoble qui en profite rapidement sur une contre-attaque menée et conclue par Goličič avec Chouinard en relais (4-1, 33’27 »).

Avec de nouveau trois buts d’avance, les Brûleurs de Loups sont plus sereins en fin de tiers même si Horak doit être vigilant sur un lancer en angle fermé de Kubus. Avec la maîtrise du palet, les Grenoblois continuent à inquiéter Charton, notamment par Miettinen mais une faute de Goličič sur Varga en zone offensive permet à Nice de finir en supériorité numérique.

2016 10 23 Grenoble Nice5En power-play au début de la troisième période, les Aigles n’arrivent que rarement à poser leur jeu en zone offensive.

De retour à cinq contre cinq, les Grenoblois adoptent une position plus attentiste et Quinn teste Horak, obligé de s’employer. Mais les Brûleurs de Loups ramènent vite le jeu en zone offensive, par Gauthier tout d’abord avec un lancer détournée par Charton puis par Kuralt qui profite d’une passe abandon de Gauthier pour ajuster Charton au-dessus de la jambière (5-1, 43’33 »). Avec quatre buts d’avance, les locaux vont se relâcher et sur un lancer anodin de la bleue de Montenoise, Carpentier réalise une déviation parfaite pour tromper Horak alors que les Grenoblois réclamaient une crosse haute (5-2, 44’15 »).

Un cinglage de Hamrak sur Hardy qui était en train de remonter le palet offre une nouvelle supériorité numérique à Grenoble, mal engagée : une passe de Goličič pour Chouinard est interceptée par Lauris Bajarūns. L’attaquant letton porte le palet en zone d’attaque, temporise et sert sur un plateau Vladimir Kubus qui ajuste Horak d’un tir croisé (5-3, 45’35 »). Heureusement, les Brûleurs de Loups vont profiter du reste de leur supériorité numérique pour se rattraper, grâce notamment à Aziz Baazzi qui prend un lancer en entrant en zone offensive, avant de récupérer le palet relâché par Charton pour marquer en angle fermé (6-3, 46’48 »).

2016 10 23 Grenoble Nice6Nice n’abandonne pas pour autant à l’image de Hampl qui remonte le palet et prend un bon lancer à la cage. Une pénalité de Rohat redonne une chance à Nice de revenir au score. Bien installés en zone offensive, les Aigles lancent sur Horak de la ligne bleue par Slovak et Varga notamment. Touché par un palet, Baylacq doit sortir prématurément mais Grenoble parvient à tuer la pénalité.

Les minutes défilent alors que le jeu, alerte, va d’une cage à l’autre avec une équipe niçoise qui joue à fond les coups en contre-attaque à l’image de Vondracek qui se heurte à Horak. Finalement, la bonne période niçoise est récompensée par un but de Hamrak qui dévie habilement un lancer de Misura (6-4 à 55’23 »). Avec deux buts de retard, les Niçois peuvent se remettre à y croire, surtout lorsque Rohat se fait pénaliser en zone offensive pour une obstruction sur Bajarūns.

Nice aurait même pu jouer en double supériorité numérique lorsqu’Arnaud fait trébucher Vondracek mais le Tchèque part également en prison pour avoir accentué son plongeon. Malgré une bonne circulation du palet en zone offensive, les Aigles ne trouveront pas l’ouverture. Sutor n’a donc pas d’autre alternative que de sortir son gardien… À six contre cinq, une pénalité est appelée contre Gervais pour une irrégularité sur Bajarūns, Nice garde la possession du palet mais sur une passe en retrait mal ajustée de Hampl pour Slovak, le palet finit dans la cage désertée par Charton (7-4 à 58’51 »). Un but gag, finalement attribué à Horak, dernier Grenoblois à avoir touché le palet !

Deux jours après leur défaite à Bordeaux, les Brûleurs de Loups ont bien réagi en obtenant une victoire logique sur un score fleuve face à Nice, la deuxième consécutive à domicile. En prenant rapidement les devants 3-0 puis 4-1 à la fin du deuxième tiers, notamment sous l’impulsion d’une première ligne Chouinard – Goličič – Kuralt en très grande forme, ils se sont rendus la tâche facile car ils ont fait la course en tête pendant toute la rencontre. Mais en encaissant deux buts en une minute au troisième tiers, ils ont relancé Nice dans la rencontre et ont connu une fin de match relativement compliquée avec de nombreuses pénalités. Une fébrilité défensive due notamment à leur difficulté à faire le ménage devant la cage grenobloise (deux buts encaissés sur des déviations)… Physiquement dominateurs en début de rencontre, les Grenoblois ont été moins présents dans ce domaine en fin de rencontre. Un bon rappel à l’ordre avant le match éliminatoire face à Dijon mardi en coupe de France.

Nice a mis beaucoup de temps à rentrer dans cette rencontre et la blessure de Romand en début de match a semble-t-il inhibé les Aigles, assez en dedans dans le défi physique en début de match. En manque d’efficacité en supériorité numérique, les Niçois ont laissé leurs adversaires s’échapper au tableau d’affichage. Mais ils ont eu le mérite de ne pas lâcher le match et leur troisième tiers nettement plus abouti (avec trois buts à la clé) avec un scénario intéressant en fin de match leur donnera certainement des regrets sur le déroulement de la rencontre. Les Aigles ont des atouts à faire valoir mais il leur faudra resserrer les rangs défensivement pour la rencontre face à Briançon en coupe de France mercredi.

Désignés meilleurs joueurs du match : Julien Baylacq (Grenoble) et Matej Hamrak (Nice)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/872520)


Commentaires d’après-match
:

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On était sur une bonne dynamique avec trois victoires avant d’aller à Bordeaux. On a perdu là-bas mais c’était un des meilleurs matchs de l’année. On a été agressif, on a tout fait sauf devant les deux cages où on avait pas été assez solide, on n’avait pas assez de gnac, mais aujourd’hui on en a parlé avant le match, c’était important de mettre les défenseurs et le gardien adverse en difficulté, d’aller vers l’avant, de lancer et puis on a marqué les buts en créant beaucoup d’offensive avec les quatre lignes. Et marquer sept buts, ça fait du bien. À 4-1, on s’est dit de jouer simple, de mettre le palet derrière le défenseur et c’est là qu’on donne une chance à Nice de revenir : on prend des pénalités, on a quelques pertes de palet à la ligne bleue, c’est là qu’il faut qu’on soit plus fort, qu’on garde les choses encore plus simples… L’important c’est qu’on a bien fini le match, gagné trois points et qu’on se prépare pour mardi. »

2016 10 23 Grenoble Nice2Stanislav Sutor (entraîneur de Nice) : « On a très mal commencé, on ne s’est pas entraîné de la semaine à cause d’une compétition de patinage artistique, on a travaillé toute la semaine hors glace et on a mis du temps à se mettre dans le rythme. On a vu en première période qu’on était en retard sur les palets. On a essayé de jouer agressif mais comme on était en retard, c’était impossible. Il y a une grosse différence entre les deux équipes en première période et tout au long du match, on a fait quelques retouches. On est passé à trois lignes très rapidement, on est rentré dans le match et à la fin on résultat. Dommage que tactiquement on ne donne pas le palet et on se met un but tout seuls malheureusement. Mais Grenoble a gagné ce match parce qu’ils en voulaient bien plus ou parce qu’on n’était pas capable de patiner plus qu’eux. C’est malheureux ce qui est arrivé à Romand. Ce genre d’action ne devrait pas exister sur la glace, j’ai vu le joueur de Grenoble arriver de la ligne bleue… À aucun moment il n’a joué le palet, je sais que ce joueur-là, ce n’est pas la première fois qu’il est pénalisé… Il faudrait que la fédération regarde ce cas parce que c’est gratuit et qu’on ne sait pas quelle période ça va prendre. C’est dommage de voir ces actes sur la glace. »

Julien Baylacq (attaquant de Grenoble) : « On revenait de Bordeaux avec une défaite et on avait besoin de points assez rapidement donc on avait à cœur ce soir de retrouver la victoire chez nous devant notre public. C’est chose faite, tout n’a pas été bon mais on va garder les trois points, c’était primordial. Il y a beaucoup de choses à améliorer, défensivement il faut qu’on travaille sur certaines choses. »

 

Grenoble – Nice 7-4 (2-0, 2-1, 3-3)
Dimanche 23 octobre 2016 à 15h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2600 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Matthieu Barbez et Guillaume Gielly.
Pénalités : Grenoble 61′ (2’+10’+25’, 6’, 8’+10’), Nice 24′ (4’, 6’+10’, 4’)
Tirs cadrés : Grenoble 31 (11, 10, 10), Nice 30 (7, 7, 16)

Évolution du score :
1-0 à 02’26 » : Chouinard assisté de Kuralt et Goličič
2-0 à 14’47 » : Baylacq assisté de Gauthier et Bisaillon
3-0 à 20’15 » : Hardy assisté de Chouinard et Goličič (sup. num.)
3-1 à 25’03 » : Maçon
4-1 à 33’27 » : Goličič assisté de Chouinard et Favarin
5-1 à 43’33 » : Kuralt assisté de Gauthier et Chouinard
5-2 à 44’15 » : Carpentier assisté de Montenoise et Vondracek
5-3 à 45’35 » : Kubus assisté de Bajarūns (inf. num.)
6-3 à 46’48 » : Baazzi assisté de Bisaillon et Horák (sup. num.)
6-4 à 55’23 » : Hamrak assisté de Misura et Varga
7-4 à 58’51 » : Horák (cage vide)
 

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Boštjan Goličič (2’) – Anže Kuralt
Norbert Abramov – Alexandre Texier – Camilo Miettinen
Julien Baylacq – Christophe Tartari (A) – Sébastien Rohat (4’+10’)
Sébastien Gauthier – Mathias Arnaud (4’)

Défenseurs :
Kyle Hardy (2’) – Sébastien Bisaillon (2’+10’)
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Quentin Scolari (25’) [puis Trabichet à 07’09 »] – Stéphane Gervais (2’)
Teddy Trabichet (A)

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absent : Rhett Bly (ligaments du genou)

Nice

Attaquants :
Zbynek Hampl – Roman Vondracek (4’) – Jérémie Romand [puis Carpentier à 07’09 »]
Aurélien Maçon (C) (4’+10’) – Matej Misura – Matej Hamrak (4’)
Lauris Bajarūns – Vladimir Kubus – Martin Slovak
Patxi Biscard – Kevin Marion – Romain Carpentier (2’)

Défenseurs :
Arthur Montenoise – Michael Quinn
Alexis Birolini – Milan Varga (A)
Stanislas Aubert (A) – Lukas Spelda
Bohdan Visnak – Pierrick Hoehe

Gardien :
Tom Charton (sorti de à 58’10 » à 58’51 »)

Remplaçant : Jean-Philippe Schoch (G). Absents: Vojtech Sedlacek, Yoanne Lacheny, Cédric Cheylan.

Les commentaires sont fermés.

libero ut Phasellus eleifend leo non leo. Donec ut