Brest – Tours (Division 1, 20e journée)

34

Une cinquième de suite 

Trajectoire inverse pour les deux clubs opposés ce soir. Pour Brest il s’agit de viser une cinquième victoire de rang et de se rapprocher de l’objectif de top 4. Pour les Remparts de Tours il faut absolument stopper la série de deux défaites en cours sous peine d’être menacés au classement dans le haut de tableau.

Les deux équipes ne tournent qu’à cinq défenseurs. Pour Brest, Charlie Doyle est toujours absent suite à une infection pulmonaire qui devrait le laisser à l’écart du jeu au moins jusqu’aux play-off. C’est donc Isabelle Mer, joueuse de l’équipe féminine, qui est sur le banc afin que l’équipe atteigne le quota de JFL.

Sur leur lancée d’un brillant succès 8-3 obtenu la semaine passée à Arago, les Albatros entament tambour battant la rencontre. Leur domination est fort logiquement récompensée par l’ouverture du score de Benjamin Lagarde suite à un palet flottant consécutif à une barre transversale qui trompe le néo-portier tourangeau Jure Verlic (1-0 à 6’31’’). Un but qui réveille les Remparts, notamment leur joueur du match Kévin Altidor, dont la vivacité et le bon travail derrière la cage permettent au jeune Valentin Morais d’égaliser (1-1 à 14’26’’).

Le match est engagé physiquement. Les Albatros n’hésitent pas à terminer leur mise en échec. Tours encaisse sans véritablement répondre jusqu’à une énorme charge dans le dos de Paulus Rundgren sur Ben Power. La tête du meilleur attaquant breton percute violemment le plexiglass et provoque une plaie sanguinolente au visage de ce dernier. Le centre finlandais est exclu sur le champ et laisse son équipe en infériorité pendant cinq minutes incompressibles (16’51’’).

Ce fait de jeu marquant va donner le ton pour la soirée où les deux équipes vont se rendre coup pour coup avec un jeu rude « à la canadienne ». Tours effectue un excellent travail pour tuer cette longue pénalité tandis que Brest la joue un peu trop en dilettante. La boîte à gifles ressort vite après une occasion de Bernard qui crée une bousculade autour de Verlic (23’11’’).

Comme au premier tiers, Brest marque assez rapidement pour rebasculer en tête sur un tir dans l’axe contré par un patin qui revient directement sur Graham Avenel (2-1 à 23’57’’). Karel Richter marque un troisième but dans la foulée mais les arbitres l’annulent pour un contact sur le gardien (3-1 à 24’09’’).

L’indiscipline locale remet les visiteurs dans la course. Des pénalités consécutives de Gyesbreghs (28’16’’) et Dana (28’48’’) réduisent l’envergure des Albatros à trois contre cinq. Bradley Robbins, à l’instar de Graham Avenel précédemment, profite d’un palet contré pour nettoyer la lucarne droite de Dubé-Rochon (29’42’’).

Le jeu brestois devient alors très brouillon dans cette deuxième moitié de tiers. Le virevoltant Altidor est désormais aligné aux côtés de la doublette Downey-Robbins et ils créent de la misère à la défensive brestoise (34’28’’). Des amabilités continuent d’être distribuées à l’image d’un violent coup de crosse de Graham Avenel dans le dos de Vepsäläinen qui était visiblement une réponse à un mauvais coup du Finlandais puisque cela débouche sur la sanction des deux joueurs par le corps arbitral (35’37’’).

Alors qu’on se dirige vers la fin du deuxième tiers, la défensive brestoise commet une très mauvaise relance sanctionnée par une interception adverse juste devant Dubé-Rochon. L’intenable Altidor trompe habilement le gardien brestois dans un angle fermé et fait basculer Tour en tête pour la première fois du match (2-3 à 39’25’’). Mais Brest réagit immédiatement avec une déviation lumineuse de Power dans le haut du but après une passe-lancer d’un coéquipier (3-3 à 39’50’’). Un but extrêmement important qui met un bon coup sur le casque de l’adversaire juste avant de rentrer aux vestiaires.

Le dernier tiers s’annonce particulièrement accroché. C’est au tour de Brest de commettre une énorme charge dans le dos par l’intermédiaire de Bernard sur Kluuskeri (46’05’’). Pas de saignement cette fois mais un gros choc sanctionné d’un 2’+10’ à l’encontre du Canadien. Brest tue la prison mais n’en démord pas physiquement à l’image de la charge à retardement de Greverend sur Lanceleve qui en perd son casque (49’56’’). Pas de pénalité sur l’action.

On s’approche peu à peu du « money-time ». Colin Downey fait tinter du métal en voyant sa frappe s’écraser sur le poteau de Dubé-Rochon (50’27’’). Verlic n’a pas la partie facile avec les Bretons qui s’évertuent à mettre du trafic devant lui et à venir le frôler. La tactique s’avère payante sur une contre-attaque qui permet à Graham Avenel d’inscrire le quatrième but brestois non sans l’aide d’Erwan Pain venu gêner Verlic au moment où son coéquipier armait son tir (4-3 à 54’).

Tours exerce un gros pressing pour revenir mais Brest défend dur et la lutte est intense le long des bandes avec parfois des Tourangeaux qui en rajoutent un peu trop. Ainsi Gyesbreghs effectue une charge dans le dos… et écope d’un cinglage. La « victime » Crosnier est punie pour simulation sur la même action (55’42’’) ! Les hommes de Bob Millette pensent avoir égalisé sur un gros cafouillage mais c’est à leur tour de se voir refuser un but puisqu’un joueur empêchait le déplacement de Dubé-Rochon au moment où le palet a franchi la ligne (57’01’’).  

Erwan Pain est pour une fois mal inspiré en commettant un gros « accrocher » sur un adversaire qui ne peut rester sans réponse arbitrale (57’16’’). Afin de mieux gérer cette situation de quatre contre trois, Bob Millette prend son temps mort et laisse Verlic sur le banc. Un choix qui tourne au fiasco instantanément puisqu’il ne faut que cinq petites secondes à Graham Avenel pour trouver le filet désert (5-3 à 57’21’’). Mais le coach canadien persiste, le jeu reprend et il fait signe à Verlic de sortir. Même le gardien ne semble pas bien comprendre la stratégie et se dirige sans conviction vers son banc qu’il atteint à peine au moment où Graham Avenel marque tranquillement le sixième but du match synonyme de quadruplé (6-3 à 57’46’’).

Cinquième victoire consécutive pour Brest, troisième défaite en autant de matchs pour Tours. Brest a alterné le bon et le moins bon ce soir dans une rencontre assez tendue où le physique aura eu la part belle. Il y a visiblement une animosité entre les joueurs des deux équipes qui s’annoncent explosive si les deux formations se croisent en play-off. Les Albatros se sont mis dans de bonnes conditions avant de se rendre à Anglet pour une rencontre décisive dans leur objectif de s’établir dans le top 4.

Tours n’aura mené que 25 secondes mais aura été au « contact » (au propre comme au figuré) de leur adversaire tout au long de la partie. Kevin Altidor a été étincelant et son but aurait donné un tout autre visage à la partie si les Albatros n’avaient pas réagi immédiatement derrière. L’ampleur du score est assez trompeuse puisque la tactique de sortir le gardien a semblé bien trop prématurée et a immédiatement scellé le sort de la partie au lieu de la relancer.

Brest – Tours 6-3 (1-1, 2-2, 3-0)
Samedi 21 janvier 2017 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 824 spectateurs
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Jérémie Douchy et François-Xavier Armand.
Pénalités : Brest 26′ (2’,6’, 8’+10’), Tours 33′ (5’+20’, 2’, 6’).
Tirs : Brest 32 (15, 9, 8), Tours 28 (9, 13, 6)

Évolution du score :
1-0 à 06’31’’ : Lagarde assisté de Greverend et Power
1-1 à 14’26’’ : Morais assisté de Altidor et Franck
2-1 à 23’57’’ : G. Avenel assisté de Pain et Gyesbreghs
2-2 à 29’42’’ : Robbins assisté de Altidor et David (sup. numérique 2)
2-3 à 39’25’’ : Altidor assisté de Robins et Downey
3-3 à 39’50’’ : Power assisté de Bernard et Lagarde
4-3 à 54’00’’ : G. Avenel assisté de Kolodziejcyk et J. Avenel
5-3 à 57’21’’ : G. Avenel (inf. numérique, cage vide)
6-3 à 57’46’’ : G. Avenel assisté de Dubé-Rochon (inf. numérique, cage vide)

Brest

Attaquants :
Jonathan Avenel (C) – Erwan Pain (A) – Graham Avenel
Benjamin Lagarde – Benjamin Power (Kolodziejczyk de 46’ à 58’) – Jessyko Bernard (Power de 46’ à 58’)
Jakub Schwarz – Bryan Kolodziejczyk (Bastien Lardière de 46’ à 58’) – Karel Richter
Alex Dulude (en infériorité uniquement)
 
Défenseurs (rotation à cinq) :
Aurélien Gréverend (A) – Aleksi Laine
Gaëtan Cannizzo – Vadim Gyesbreghs
Alan Dana

Gardien :
Sébastien Dubé-Rochon
 
Remplaçant(e)s : Guillaume Duquenne (G), Thibaut Chatellard, Isabelle Mer, Jérémy Cormier. Absent : Charlie Doyle (infection pulmonaire).

Tours

Attaquants
Alexis Crosnier – Paulus Rundgren – Ville Vepsäläinen
Kevin Altidor – Timothée Franck (A) – Valentin Morais
Judicaël Xavier – Toni Kluuskeri – Colby Lanceleve
Maxime Dordet (puis Altidor) – Bradley Robbins – Colin Downey

Défenseurs
Jussi Laine (A) – Thomas Giorgi
Eric David (C) – Christopher Lijdsman
Romain Bournand

Gardien :
Jure Verlic (sorti de de 57’16’’ à 57’21’’ et de 57’45’’ à 57’46’’)

Remplaçants : Renan Sarrazin (G), David Camy-Sarty, Mickaël Lamothe, Yoann Coubret,

Les commentaires sont fermés.

elementum mattis venenatis, adipiscing mi, Aliquam Sed Aenean suscipit efficitur. ut sit