Autriche – France (Mondial U20, Division 1A)

540

La France fait figure d’outsider dans ce tournoi, car elle compte dans ses rangs neuf joueurs qui ont participé à la médaille de bronze l’an dernier. Une partie de l’effectif champion du monde U18 de division 1A au printemps a par ailleurs intégré la catégorie supérieure, à commencer par le gardien Gaëtan Richard. Bien sûr, tous les regards sont tournés vers « la » star du tournoi, Alexandre Texier, l’un des deux seuls draftés NHL du tournoi – 45e, au deuxième tour, par Columbus en juin dernier. L’attaquant grenoblois a fait le saut en élite finlandaise avec un certain bonheur, et sera sans aucun doute surveillé par les défenseurs autrichiens… Une Autriche qui compte quatre « revenants » mais dont l’entraîneur Alexander Mellitzer tempère les ambitions : jouer le maintien, et tout donner dans un match contre la Hongrie qu’il estime décisif.

La France avec autorité

Texier se met rapidement en action et, lancé en un-contre-un, feinte son défenseur et lance du revers. Rama enchaîne avec un tir de loin. Pataude, l’Autriche concède un surnombre dès la deuxième minute. Les Bleuets tirent à tout va, par Texier et Bougro. Texier mène le jeu et trouve Bougro en diagonale, qui remet sur Sarlin dans le slot : 0-1 en lucarne !

Un début idéal pour des Tricolores, qui jouent vers l’avant et mettent la pression. Schreier accroche et le jeu de puissance revient en jeu. Guebey et Texier, à la bleue, allument de loin pendant qu’Addamo fait écran dans l’enclave. Le palet tourne bien et la défense doit contrer plusieurs tirs. L’Autriche, asphyxiée, revient à cinq et concède encore un bon tir de Leroux, suite à une relance atroce.

Alors que Richard passe un début de match tranquille, l’Autriche subit tant que Schreier envoie son poing au visage de Melin dans un duel. Nouvel avantage numérique et méconduite de l’Autrichien. L’équipe spéciale s’installe bien, sans parvenir à percer la muraille. La défense bloque bon nombre de tentatives et la pénalité est tuée.

L’agressivité tricolore est évidente, mais dépasse le cadre à mi-période. Texier sort suite à un duel en zone offensive et le palet découvre enfin la zone défensive. Une découverte timide : l’échec-avant des Bleuets gêne la relance adverse et les Rouges mettent une éternité à poser leur jeu. Aucun tir sur Richard et Texier revient au jeu.

La séquence a cependant perturbé le rythme des joueurs de Dany Gelinas, qui concèdent immédiatement un surnombre et doivent à nouveau se battre à un de moins… puis deux de moins, avec un accrochage de Melin. 1’20 de cinq contre trois pour les visiteurs… Bien placés, les Bleuets échappent au pire. L’Autriche, lente et imprécise, ne cadre rien. Olive travaille fort en défense mais concède une crosse haute. L’indiscipline commence à peser sur les organismes. Malgré tout, les hommes de Alexander Mellitzer n’obtiennent aucune occasion franche et, dès le retour à cinq contre cinq, inversent la supériorité lorsque Obersteiner commet un cinglage sous le nez des officiels. Le premier groupe français ne parvient pas à faire mouche, mais enferme l’Autriche dans son camp pendant les deux minutes. Dans les dernières secondes, Munoz travaille fort ligne de fond et trouve Boudon dans l’enclave (0-2). Il ne restait que six secondes avant la pause, et c’est un but idéal pour les Français. Solides en défense malgré leur indiscipline, les Bleuets ont su exploiter leur qualité technique et leur mouvement en supériorité.

Les Bleuets maîtrisent

Les Français repartent pied au plancher, portés par Addamo et Texier, lequel trouve Guebey d’une transversale précise. L’Autriche échappe au pire sur cette action, et surprend Richard sur la présence suivante. Le tir de Marco Rossi passe sous le bras du portier français (1-2). Joli but de Rossi, âgé seulement de seize ans.

La première ligne tricolore sonne la révolte. Addamo et Texier bataillent dans les bandes et Guebey allume encore de la bleue. Holzer capte le palet. La quatrième ligne continue, avec un gros travail de Berard et deux tirs dangereux, dont un dans l’enclave sorti de justesse.

Le rythme retombe peu à peu. Plus agressifs, les Autrichiens concèdent moins d’occasions et viennent frapper à la porte de Richard, qui sauve son camp. Les Bleuets ripostent avec un démarrage en un-contre-un, puis, sur la présence suivante, par deux tirs de Sarlin.

La partie s’est équilibrée et les tirs cadrés se font rares. Une interception de Texier offre une occasion énorme à l’espoir de Columbus, qui feinte son défenseur mais se heurte au gardien à bout portant. La France complète ses mises en échec et met la pression, décochant quelques tirs lointains intéressants. La France pousse, avec une belle action de Guebey qui met le feu dans l’enclave autrichienne. Le gardien parvient à geler le disque sous le nez des attaquants français. Une nouvelle interception de Texier lui permet de feinter encore son défenseur et d’attaquer la cage, sans réussite.

Malgré son échec-avant à deux joueurs, l’Autriche ne parvient pas à empêcher une longue passe de Mermoux parfaitement contrôlée par Petit. L’attaquant tricolore bataille avec Olive et, après un peu de confusion dans l’enclave, le rebond finit au fond des filets (1-3). Initialement donné à Boudon, le but sera attribué à Olive après la fin du match.

Le quatrième est tout proche avec une interception d’Addamo qui tire au un-contre-un. Holzer s’impose. La France maîtrise bien ces derniers instants du deuxième tiers et vire en tête avec deux buts d’avance et une fiche de 20 à 8 aux tirs, rien qu’au deuxième tiers…

Totale domination

Le duo Boudon-Olive commence fort le troisième tiers : les Bleuets ne lâche pas leur mainmise sur la partie et confisquent le palet, gagnant des duels dans les bandes et interceptant les relances adverses. C’est finalement en contre que les Bleuets assomment la partie. Munoz travaille fort et percute. Il trouve Texier en retrait, qui attire la défense et décale Sarliève sur sa gauche pour une cage ouverte (1-4).

L’Autriche craque et concède un surnombre. Texier et Guebey manquent le cadre pour la première équipe spéciale. Le deuxième groupe se fait menaçant, avec deux tirs de Munoz dans le slot. La séquence ne se termine pas sur cela : Melin et Munoz participent au triplé (finalement doublé) de Louis Boudon (1-5).

Gaetan Richard n’a pas eu beaucoup de travail, mais sort une mitaine magnifique sur un deux-contre-un autrichien peu après ce cinquième but. L’Autriche affiche une réaction d’orgueil mais cela reste brouillon et loin du cadre par la suite. Cela dit, les occasions restent françaises, à l’image d’un joli tour de cage de Sarlin. Cette pression de la ligne Addamo provoque une faute de Schreier.

Boudon frôle un nouveau but suite à une passe à travers l’enclave : le jeu de puissance français brille dans ce match. L’Autriche s’en sort mais Holzer se fait bombarder par la suite : Sarlin, Pascal, Prissaint, Munoz… Les Bleuets ne lâchent plus le palet, tournent dans les bandes. Le patinage fait la différence. C’est fort logiquement que le sixième but arrive. Guebey domine à la bleue et son tir est dévié par le patin de Bougro (1-6). Texier enchaîne avec un joli slalom et force Holzer à un arrêt de l’épaule.

Le seul danger autrichien vient de Rossi et Baumgartner, sans qu’ils ne parviennent pour autant à cadrer. Leur équipe ne compte ainsi qu’un seul tir dans ce troisième tiers, contre dix-huit aux Tricolores.

L’aisance technique française, à l’image de Texier, écrase complètement l’équipe autrichienne, contrainte à la faute à deux minutes et demi de la fin. Le jeu de puissance se pose bien et Holzer sauve de la mitaine devant Leroux, bien servi de l’arrière de la cage par Sarlin. Le score ne change pas : victoire des Bleuets 6-1, avec une belle maîtrise.

La Hongrie, battue 4-1 par la Lettonie, est prévenue : lundi, les Bleuets auront faim de buts…

Désignés joueurs du match : Jakob Holzer (Autriche) et Vincent Melin (France)

Autriche – France 1-6 (0-2, 1-1, 0-3)
Dimanche 10 décembre 2017, 18h. Courchevel, 695 spectateurs.
Arbitrage de Roy Stian Hansen (NOR) assisté de David Obwegeser (SUI) et Viktor Zinchenko (BLR)
Pénalités : Autriche 24′ (8’+10′, 0′, 6′), France 8′ (8′, 0′, 0′)
Tirs : Autriche 19 (8, 8, 3), France 53 (12, 20, 21)

Récapitulatif du score
0-1 à 02’40 » : Sarlin assisté de Bougro et Texier (sup. num.)
0-2 à 19’54 » : Boudon assisté de Petit et Munoz (sup. num.)
1-2 à 21’13 » : Rossi assisté de Wurschl et Witting
1-3 à 37’24 » : Olive assisté de Mermoux et Petit
1-4 à 43’16 » : Sarliève-Fonfraid assisté de Munoz et Texier
1-5 à 46’16 » : Boudon assisté de Melin et Petit (sup. num.)
1-6 à 53’55 » : Bougro assisté de Guebey et Texier

Autriche

Attaquants :
Fabio Artner – Alexander Maxa – Dennis Sticha
Nico Feldner – Marco Rossi – Yannic Pilloni (A)
Julian Klockl – Benjamin Baumgartner – Tim Harnisch
Simon Hammerle – Timo Demuth – Daniel Obersteiner

Défenseurs :
Gregor Pilgram – David König
Niklas Wurschl – Samuel Witting (C)
Lukas Schreier – David Maier
Thimo Nickl – Kele Steffler (A)

Gardien :
Jakob Holzer

Remplaçant : Max Zimmerman (G)

France

Attaquants :
Jordann Bougro – Alexandre Texier – Justin Addamo (C)
Louis Petit – Louis Boudon (A) – Louis Olive
Maxence Leroux – Teo Sarliève-Fonfraid – Julien Munoz
Benjamin Berard – Hugo Sarlin – Jean Gleizes
Kevin Tassery

Défenseurs :
Alexandre Pascal – Axel Prissaint
Joris Rama – Enzo Guebey
Jules Lefebvre – Vincent Melin (A)
Clément Mermoux

Gardien :
Gaëtan Richard

Remplaçant : Julian Junca (G)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

ut sit leo. pulvinar vel, Lorem commodo eleifend accumsan non Aenean neque.