Brest – Courchevel-Méribel-Pralognan (Division 1, 13e journée)

338

Les Albatros enchaînent 

Privés de leur antre de Méribel par le championnat du monde U20 Division 1A, les Bouquetins ont quitté la neige alpine pour trouver la pluie brestoise. Battus d’un petit but lors des deux dernières rencontres, ils sont bien déterminés à faire pencher la balance de leur côté et réaliser un exploit loin de chez eux. Ils l’annoncent même sur les réseaux sociaux avec une revanche à prendre après leur élimination en demi-finale sur cette même glace la saison passée. Mais la tâche n’est pas simple car en face se trouve une équipe ayant une bonne dynamique.

Brest a beau n’être resté leader qu’une journée, c’est une série de quatre succès qui est en cours pour les Bretons. Une belle performance dans un championnat aussi homogène qui leur permet de voir les autres batailler au loin et passer parfois en l’espace d’une journée des play-off à la poule de maintien.

Malgré cette belle séquence, l’effectif des locaux n’est toujours pas définitif. Déjà absent face à Anglet, David Fritz-Dreyssé avait en fait déjà quitté l’équipe. Nick MacParland, lui, était bien là mais cloué sur le banc, ce qui équivaut pour un joueur étranger quasi assurément à un départ en sursis. Cela a visiblement été acté depuis lors, sans réelle communication du club sur ce sujet.

Dans ce ballet impressionnant de joueurs qui rappellent l’ère « pré-Oprandi », un nouveau centre a été recruté. Il s’agit d’Ondrej Rusnák, fils de l’ancien international Tchécoslovaque Dárius Rusnák. Malgré un accident grave enfant qui lui a brûlé 20% de son corps et laissé des séquelles au visage, il a suivi les traces de son père en représentant son pays en catégorie junior. Mais hélas, lors du championnat du monde 2009, il a subi une grave blessure aux genoux. Après quatre opérations et deux saisons blanches entre 2010 et 2012, il a tenté de se relancer en Extraliga Slovaque avant de rejoindre plusieurs championnats en Europe de l’Est. Le voici maintenant en France pour une nouvelle aventure avec à n’en pas douter un caractère de battant au vu des épreuves qui ont jalonné sa vie.

Privé en défense de la licence bleue Alexandre Pascal, Pierre Rossat-Mignod a décidé d’aligner à la place le jeune Lauric Convert, non-retenu en sélection U20. S’appuyant notamment sur les mêmes joueurs étrangers depuis plusieurs saisons (les frères Pek, Kalinovic, Stoklasa, Matejicek, Zmeskal), les Bouquetins sont très souvent coriaces et redoutables devant le but.

Les premières minutes sont plutôt favorables à cette impression avec plusieurs incursions en territoire adverse mais cela ne dure guère face à des Albatros véloces. Tomas Pek est sauvé par son poteau sur un déboulé de Kyle Shapiro (4’50’’) avant de s’interposer à bout portant à nouveau face à une tentative de l’Américain (5’57’’).

Très intelligemment, les Bretons annihilent plusieurs tentatives d’incursions adverses en déjouant les crosses alpines plutôt que de jouer le bonhomme. Jonathan Avenel est tout de même pris pour charge avec la crosse (7’53’’) mais l’infériorité numérique est une formalité pour Brest. Lubin est même tout proche de marquer en s’en allant seul défier Pek encore intraitable (8’40’’).

Le gardien slovaque multiplie les arrêts et bénéficie également d’une mire non ajustée de la part des Brestois qui tirent souvent hors-cadre. Finalement, la faille est trouvée par une déviation de Pain dans le slot sur un centre venant de la droite par Kristek (1-0 à 16’15’’). Une action qui doit beaucoup à la belle feinte de Rusnák qui a mystifié le défenseur au marquage et permis de libérer un espace derrière le but qui a finalement profité à Kristek.

Malgré plusieurs occasions, les Albatros ne parviennent pas à augmenter l’écart avant la sirène. La faute à Tomas Pek qui continue d’être solide à l’amorce du tiers médian. Le Slovaque arrête même un tir de pénalité de Kyle Shapiro sans doute peu habitué à ce type d’exercice (23’33’’). Tout heureux d’être toujours à portée de crosses de leurs adversaires, les Savoyards connaissent un rare temps fort et sont proches d’égaliser.

Tentant d’intercepter une longue passe à l’attention de Lukas Pek, Clément Colombin abandonne son marquage mais ne parvient pas stopper la rondelle. L’attaquant visiteur hérite du palet et file vers le but mais Jordan Ruby s’interpose avec autorité sans rebond (25’28’’). Le portier brestois est ensuite forcé à un double arrêt sur Dorian Duchosal (26’55’’).

Les Albatros durcissent le ton avec quelques charges bien appuyées dont une sur Jordan Mugnier qui coûte deux minutes de pénalité au capitaine Jonathan Avenel (28’45’’). C’est ainsi que sur une action a priori anodine la rencontre bascule totalement. Cherchant à gagner du temps en infériorité numérique, Bryan Kolodziejczyk balance un palet en cloche du milieu de la glace vers Tomas Pek. Le gardien slovaque pense avoir bloqué ce palet flottant et reste figé en attendant le coup de sifflet de l’arbitre. Il ne voit pas que la rondelle a rebondi et il est trop tard pour réagir face à Rusnák qui pousse le disque errant dans le filet ouvert (2-0 à 29’11’’).

Un but gag en total contraste avec la prestation jusque là quasi-impériale du gardien visiteur. Le HCMP demeure en supériorité numérique et bénéficie même de deux pénalités quasi consécutives (31’23’’, 34’08’’). Rien ne s’arrange pour les Savoyards pour autant. Réduits à quatre, les Albatros travaillent fort et laissent peu d’espace. Ils se paient le luxe de s’avancer en zone offensive et sur un cafouillage devant le but, Alexandre Lubin trouve un trou de souris entre les jambières de Pek (3-0 à 34’59’’). Un quatrième but en trois matchs pour le Français qui fait bonne impression depuis son arrivée.

Avec deux buts encaissés alors qu’ils évoluaient en supériorité numérique, les Bouquetins ont pris un gros coup sur le casque. Un nouveau coup du sort intervient à deux secondes de la sirène sur un puissant lancer-frappé de Shapiro qui ricoche sur un défenseur du HCMP et trompe Pek (4-0 à 39’58’’).

L’écart qui aurait pu être fait au premier tiers l’a été au deuxième pour les Albatros. On peut parler de réussite qui a basculé de leur côté dans cette période. Mais il est indéniable qu’elle a été provoquée par un travail constant de tous les blocs. L’indiscipline est compensée par un bon travail en infériorité qui amène au final deux buts. Une juste récompense face à l’effort fourni.

Sans doute déstabilisé par les buts évitables pris, Tomas Pek laisse sa place à Corentin Noré pour la dernière période. Ce dernier est pris à froid sur un revers de Weidauer et laisse un rebond fatal repris par Kolodziejczyk (5-0 à 41’27’’). Avec cette avance confortable, Sylvain Codère donne du temps de jeu à son quatrième bloc.

Malgré cet écart et une regrettable indiscipline qui les laissent à trois contre cinq après deux pénalités (44’32’’, 44’43’’), les Albatros demeurent combatifs à l’image de Kolodziejczyk qui donne de sa personne en se couchant face à un slap adverse (45’50’’). Le HCMP ne peut rien face à ce mur défensif et demeure muet.

L’addition se corse après encore une fois un bon travail de Rusnák. Plutôt mobile pour sa grande taille (1 mètre 91), le centre slovaque résiste à un défenseur derrière le but et parvient à trouver en retrait Kristek qui marque d’une frappe limpide (6-0 à 47’05’’). Après la mi-tiers c’est au tour du HCMP d’être réduit à trois sur des fautes de Lukas Pek (51’44’’) et Duchosal (52’42’’). Graham Avenel les sanctionne à sa façon d’un lancer frappé sur réception (7-0 à 53’22’’).

La fin du match est décousue avec de multiples arrêts de jeu. Pour l’anecdote, le meilleur pointeur du club Benjamin Lagarde est le dernier buteur de la soirée après une mise en jeu emportée en zone offensive par Bryan Kolodziejczyk (8-0 à 57’53’’).

Les Albatros enchaînent un cinquième succès consécutif et repassent en tête en attendant le match d’Anglet mardi prochain. L’écart a longtemps été retardé par l’imposant Tomas Pek mais le travail continu des Bretons et la bourde du portier slovaque sur le but de Rusnák a fini par faire définitivement basculer la rencontre dans l’escarcelle des Bretons.

Un succès largement mérité où toutes les lignes ont participé à l’effort. Le fait qu’il y ait huit buteurs différents en est un beau symbole. Le nouveau venu Rusnák a engrangé de la confiance en récoltant quatre points et a montré une bonne entente avec Kristek et Pain. Le statut de meilleure défense est renforcé avec un beau blanchissage obtenu par l’excellent Jordan Ruby. Tout juste pourra-t-on regretter les pénalités évitables (deux surnombres) et multiples, mais comme face à Anglet le travail en infériorité numérique a été excellent et a limité la casse.

Les Savoyards repartent la valise pleine de buts. Ils n’auront pas su tirer profit de la performance jusqu’à mi-match de leur gardien qui les a maintenu au contact de l’adversaire. Les supériorités numériques auraient pu permettre de les relancer mais elles ont au final tourné au calvaire et condamné leurs chances ce soir. Il n’en demeure pas moins que cette équipe a un potentiel avec des jeunes (Dair, Torres, Bonnardel) à qui Pierre Rossat-Mignod confie courageusement des responsabilités (en infériorité et supériorité numérique). Mais ce soir les cadres offensifs ont donné l’impression de trop rapidement baisser les bras. On a entraperçu Lukas Pek et le capitaine Petr Stoklasa mais Martin Kalinovic et surtout Dominik Kadura (aucun tir) ont été transparents.

Joueurs du match : Jaroslav Kristek (Brest), Petr Stoklasa (Courchevel-Méribel-Pralognan)

 

Brest – Courchevel-Méribel-Pralognan 8-0 (1-0, 3-0, 4-0)
Samedi 9 décembre 2017 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 672 spectateurs
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Florian Tocqueville et Maxime Laboulais.
Pénalités : Brest 16′ (2’, 8’, 6’), Courchevel-Méribel-Pralognan 6′ (0’, 2’, 4’).
Tirs : Brest 33 (13, 11, 9), Courchevel-Méribel-Pralognan 16 (5, 4, 7)

Évolution du score :
1-0 à 16’15’’ : Pain assisté de Kristek et Rusnák
2-0 à 29’11’’ : Rusnák assisté de Kolodziejczyk et Dobron (inf. num)
3-0 à 34’59’’ : Lubin assisté de Weidauer (inf. num)
4-0 à 39’58’’ : Shapiro assisté de Pain et Rusnák
5-0 à 41’27’’ : Kolodziejczyk assisté de Weidauer et Lagarde
6-0 à 47’05’’ : Kristek assisté de Rusnák et Pain
7-0 à 53’22’’ : G. Avenel assisté de Dobron et Kristek (sup. num)
8-0 à 57’53’’ : Lagarde assisté de Kolodziejczyk

Brest

Attaquants :
Alexandre Lubin – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Adam Stuart
Jaroslav Kristek – Ondrej Rusnák – Erwan Pain (A)
Jérémy Cormier – Bastien Lardière – Antonin Marcelle (ligne à partir de 43’)

Défenseurs :
Gaëtan Cannizzo – Michal Dobron
Aurélien Gréverend (A) – Christian Weidauer
Clément Colombin – Kyle Shapiro

Gardien :
Jordan Ruby

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Maxime Foulon.

Courchevel-Méribel-Pralognan

Attaquants :
Maxence Wagret – Petr Stoklasa (C) – Lukas Pek
Dominik Kadura – Jordan Mugnier – Martin Kalinovic
Antoine Torres – Lucas Bonnardel – Dorian Duchosal (A)
Aurélien Dair ; Nathanaël Fournier

Défenseurs :
Jan Zmeskal – Jiri Matejicek
Lauric Convert – Petter Lindberg
Quentin Chevassu – Alexis Gomane (A)

Gardien :
Tomas Pek puis Corentin Noré à 40’

Remplaçant : Raphaël Charlet. Absent : Alexandre Pascal (équipe de France U20)

Les commentaires sont fermés.

odio Aliquam commodo mattis vulputate, ut dolor