Les Coréennes écrasées pour leur entrée en lice aux JO

191

Alors que les Suédoises ont battu difficilement en ouverture le Japon (2-1), la fameuse Corée unifiée fait son entrée en lice. Si les Japonaises ont montré qu’elles avaient les moyens de créer la surprise, est-ce vraiment le cas de l’autre équipe asiatique ?

L’heure n’est plus aux interrogations pour Sarah Murray. L’entraîneure de la Corée du Sud avait poli un groupe depuis 2014 avant que, à quinze jours du début des Jeux olympiques, on lui demande d’intégrer des joueuses de Corée du Nord, en vœu de réconciliation diplomatique. L’escouade élargie à 35 joueuses a dû faire face aux différences linguistiques et au manque de cohésion dans un timing serré. Mais désormais les Jeux de PyeongChang sont ouverts, et le grand jour est arrivé.

Un public animé

La Corée unifiée, qui combine deux nations classées 22e et 25e au classement IIHF, entame son tournoi face à la Suisse. La Nati avait conquis une étonnante médaille de bronze aux JO de Sotchi, elle s’est maintenue depuis en élite mondiale. Autant dire que les Coréennes entrent dans le vif du sujet. Sarah Murray a au moins une certitude : le poste de gardien, où Shin So-jung fait figure de titulaire parmi la sélection coréenne. À un niveau plus élevé, Florence Schelling est aussi une évidence pour la Suisse et sa coach Daniela Diaz.

En tout cas, l’entrée en lice de la Corée unifiée n’a rien de discrète. L’importante délégation de « pom-pom girls » envoyée par Kim Jong-un est présente pour suivre la discipline qui monopolise le plus d’athlètes nord-coréens. L’entrée sur la glace, chaque possession, chaque remontée de palet, chaque action coréenne est bruyamment saluée par cette cohorte de jeunes femmes chargées de mettre l’ambiance au Kwandoong Hockey Centre. Par leurs chants, elles parviennent même à concurrencer la sono, tout cela accompagné d’une gestuelle aussi précise… qu’une horloge suisse !

Et justement, c’est la Suisse que l’on retrouve aux avants postes. Les Coréennes voient le tir de Ruëdi toucher le casque de leur gardienne Shin, et celui de Meier touche même le poteau. La première occasion des Asiatiques intervient toutefois quelques instants plus tard : Kim Heewon contre dans sa zone défensive, elle n’arrive pas à garder le palet en zone neutre mais parvient à le glisser à Han Soojin, seule face à Schelling mais sa frappe touche la barre transversale. On était au bord de l’hystérie collective.

Le festival d’Alina Müller

Passé cette frayeur qui sera l’une des rares dans cette rencontre, la Suisse peut passer aux choses sérieuses. Trois coréennes entourent Alina Müller mais celles-ci, pourtant en supériorité numérique, ne gênent pas la jeune attaquante de Zurich, qui ouvre le score de son aile gauche, le puck passant sous le bras de Shin So-jung (1-0, 10’23). Une minute plus tard, on retrouve Müller, toujours à gauche, à la conclusion d’un contre, servi à l’opposé par Sara Benz, Ko Hyein ne pouvant couper la passe (2-0, 11’24).

Hormis la première occasion de Han, Florence Schelling ne voit que peu d’action devant son but. Elle doit toutefois capter du gant une occasion de Choi Jiyeon. Sans surprise, Shin So-jung continue d’être sollicitée : un tir du revers d’Isabel Waidacher, mais surtout une reprise de Müller devant l’enclave, l’arrêt-réflexe de la mitaine de Shin est splendide. Mais l’équipe à la croix blanche assomme la Corée juste avant la première pause, d’un superbe jeu de passes en offensive avec, poteau droit, Alina Müller à la conclusion (3-0, 19’48). Un but encaissé à 12 secondes du buzzer, Shin So-jung aurait mérité une bien meilleure issue dans ce premier tiers…

Et la surdouée Alina Müller commence la seconde période comme elle a fini la première. La défense coréenne peine à se dégager, la Zurichoise en embuscade a le temps d’ajuster et de frapper, c’est poteau rentrant et un quadruplé pour la coéquipière de la gardienne bleue Caroline Baldin (4-0, 21’26). Une minute plus tard, Evelina Raselli accélère sur son aile gauche et centre, une fois de plus la passe n’est pas coupée (merci Cho Mihwan) et Phoebe Staenz peut conclure facilement (5-0, 22’21).

Shin So-jung seule à la dérive

Déjà cinq buts alors que la seconde période a à peine commencé, l’addition commence à être corsée pour une Corée à la dérive. Heureusement que Shin s’interpose devant Rüedi, Nina Waidacher, Stalder, Raselli, Müller mais elle est totalement délaissée. Le sixième but helvète en est d’ailleurs symptomatique. À terre après un arrêt sur Raselli, Shin ne peut s’occuper de Phoebe Staenz, qui profite de la porte ouverte (6-0, 37’19).

Shin So-jung n’aura pas plus de relâche en troisième période, déviant de la jambière un nouvel essai de Staenz, puis de l’épaule un essai de Müller. Elle a même un peu de réussite lorsque Benz loupe un palet libre dans le demi-cercle. Et malgré les absences de ses coéquipières, Shin continue de parader, encore du gant devant Stalder, encore de la jambière devant Müller. Mais Shin, malgré tout son courage, ne peut tout arrêter. Six secondes après le début d’un jeu de puissance de la Nati, Lara Stalder réalise une superbe reprise de volée à mi-hauteur (7-0, 49’42). Stalder en remet une couche deux minutes plus tard, débordant l’étudiante Cho Mihwan, et bien servie par Müller (8-0, 51’48). Huit buts, le compte est bon, Meier et Allemann se cassant les dents sur Shin.

Limitées sur le plan physique et technique, les Coréennes ne pouvaient résister qu’en bloc. Mais le manque d’automatismes, flagrant sur les unités spéciales, et la cohésion encore fragile ont précipité la chute de la Corée. Le temps manque mais il leur faudra se remettre en selle rapidement car lundi, c’est la Damkronorna suédoise qui les attend.

Commentaires d’après-match

Caroline Nancy Park (attaquante de la Corée) : « Il y avait effectivement une importante attention médiatique. En rentrant ici, on pouvait entendre les fans, c’était un moment surréaliste. »

Park Yoonjung (défenseure de la Corée) : « Ça s’est bien passé. Certains ont dit que ce serait difficile d’ajouter douze joueuses à notre équipe et de faire ce genre de travail. Mais les filles ont été géniales. Elles ont fait corps avec l’équipe. »

Florence Schelling (gardienne de la Suisse) : « Je ne suis pas habituée à ce genre de match. C’est difficile de rester concentrée avec seulement huit tirs en soixante minutes. Mais j’ai essayé de bouger avec le puck et de me garder dans le match. »

 

Suisse – Corée 8-0 (3-0, 3-0, 2-0).
Samedi 10 février 2018 à 21h10 au Kwandoong Hockey Centre. 3606 spectateurs.
Arbitrage de Dina Allen (USA) et Gabrielle Ariano-Lortie (CAN) assistées de Jessica Leclerc (USA) et Justine Todd (CAN).
Pénalités : Suisse 12′ (4′, 2′, 6′), Corée 6′ (4′, 2′, 0′).
Tirs : Suisse 52, Corée 8.

Évolution du score :
1-0 à 10’23 : Müller assistée de Benz (inf. num.)
2-0 à 11’24 : Müller assistée de Benz et Stalder
3-0 à 19’48 : Müller assistée de Benz et Meier
4-0 à 21’26 : Müller
5-0 à 22’21 : Staenz assistée de Raselli et Rüedi
6-0 à 37’19 : Staenz assistée de Raselli
7-0 à 49’42 : Stalder assistée de Meier et Müller (sup. num.)
8-0 à 51’48 : Stalder assistée de Müller et Meier

Suisse

Attaquantes :
Lisa Rüedi (+1) – Evelina Raselli (+2) – Phoebe Staenz (+2)
Sara Benz (+5) – Alina Müller (+5, 2′) – Lara Stalder (A, +4, 2′)
Isabel Waidacher – Dominique Rüegg (+1, 2′) – Nina Waidacher
Sarah Forster – Monika Waidacher – Tess Allemann

Défenseures :
Livia Altmann (C, +1) – Nicole Bullo
Nicole Gass (+7) – Christine Meier (+5)
Sabrina Zollinger – Laura Benz (+1, 2′)
Shannon Sigrist (2′) – Stefanie Wetli

Gardienne :
Florence Schelling

Remplaçante : Janine Alder (G).

Corée

Attaquantes :
Choi Yujung (-3, 2′) – Park Jongah (C, -2) – Lee Jingyu (-2)
Choi Jiyeon (-2) – Han Soojin (-2) – Jong Su-Hyon (-3)
Kim Un-hyang (-1) – Randi Griffin (-2) – Kim Heewon
Danelle Im (-1) – Jo Su-sie (A) – Hwang Chung-gum (-2)
Park Caroline-nancy (-2) – Ko Hyein (-1)

Défenseures :
Eom Suyeon (-1) – Park Chaelin (-3)
Kim Selin (-2, 2′) – Park Yoonjung (A, -2)
Park Ye-eun (-1, 2′) – Cho Mihwan (-3)

Gardienne :
Shin So-jung

Remplaçante : Han Dohee