Défi d’envergure pour les Russes et les Finlandaises aux JO

104

Samedi, les quarts de finale du tournoi féminin aux JO avaient rendu leur verdict. La hiérarchie mondiale a été respectée avec les qualifications de la Finlande et des Athlètes olympiques de Russie, respectivement troisième et quatrième nation mondiale. Elles auront à charge de déloger le Canada et les USA d’une finale qui leur tend les bras.

Le show Shokhina

Dernières du groupe A, les Russes ont déjoué la Suisse en quart de finale sur le score de 6-2. La rencontre se présentait pourtant sous les meilleurs auspices pour la Nati avec un double avantage numérique à la 7e minute. Mais un cafouillage de la Suissesse Lara Stalder à la ligne rouge a offert un contre à Anna Shokhina. Seule face à Florence Schelling, la jeune capitaine du Tornado Dmitrov (20 ans) déborde et patiente astucieusement en dégainant après la parade de la gardienne helvète. A l’issue de la rencontre, Stalder reconnaissait sa bourde : « C’est mon erreur, j’en assume la responsabilité. Mais je pense que nous sommes bien revenues dans le match. Nous avons tout simplement manqué d’efficacité.« 

Les Athlètes olympiques de Russie ont ouvert le score par un très joli but, la Suisse égalisera en seconde période, également avec la manière, après seulement 48 secondes. Alina Müller est lancée en zone neutre, s’infiltre parmi la défense russe, enrhume l’arrière Nikolayeva et décoche un tir du revers sous la barre, sublime ! C’était la sixième réalisation de l’attaquante zurichoise de 19 ans, qui mène largement le classement des meilleures buteuses dans ce tournoi.

A la mi-match, la rencontre s’est emballée. Stalder a donné l’avantage à la Suisse, mais deux minutes plus tard l’AOR a égalisé, Viktoria Kulishova profitant d’un rebond généreux de Schelling. Et à 67 secondes de la seconde pause, Liana Ganeyeva, d’un tir de la ligne bleue, a redonné l’avantage aux Russes (3-2).

Les Suissesses n’arriveront pas à revenir en troisième période. Et Shokina refera des siennes pour enfoncer le clou,  avec un service remarquable pour Yelena Dergachyova à la 48e minute, puis Shokhina elle-même à la finition à la 54e minute, qui a profité à son tour d’une splendide passe le long de la ligne de but de sa complice de Dmitrov Dergachyova : 5-2. Olga Sosina scellera la marque à 6-2 avec un but en cage vide.

Auteure d’un match à 4 points, la jeune Anna Shokhina, qui dispute déjà ses deuxièmes Jeux olympiques, aura fait de l’ombre à Müller et la Suisse, au sein d’une équipe russe plus décontractée : « Après le dernier match, nous étions tellement sérieuses, nous avons donc essayé de détendre l’atmosphère. Nous avons mis de la musique dans les vestiaires, nous nous sommes mises à danser, afin que personne ne s’en fasse pour ce match.« 

Battues en quart de finale par la Suisse chez elles à Sotchi, les Russes ont pris leur revanche. Elles en auront une autre à prendre en demi-finale face au Canada, les Canadiennes ayant surclassé l’AOR 5-0 au tour préliminaire.

Les Lionnes derrière la doyenne

L’autre quart de finale était également une affiche identique à celle de Sotchi. Et là-aussi, l’équipe perdante des JO 2014, la Finlande, a pris sa revanche, face à la Suède. Les Finlandaises ont mené 3-0 dès la première période, par Petra Nieminen, Riikka Välilä et Susanna Tapani. A la 28e minute, l’équipe suomi menait même 4-0 grâce à Michelle Karvinen, d’un tir lointain.

Les Suédoises n’ont jamais eu l’emprise sur la rencontre. Emma Nordin a certes débloqué le compteur de la Damkronorna, dans un angle fermé. Mais 36 secondes plus tard, Riikka Välilä a ensuite profité d’un rebond dans le slot pour inscrire un doublé. Déjà présente à Nagano en 1998, Välilä, la doyenne de 44 ans des hockeyeurs et hockeyeuses à PyeongChang, comptabilise 12 buts aux Jeux olympiques, l’attaquante native de Jyväskylä savoure sa chance : « Je prends beaucoup de plaisir à jouer avec ces filles. Elles sont tellement douées, ce sont vraiment des joueuses formidables.« 

Rebecca Stenberg, seule en contre en infériorité numérique, est parvenue à ajouter un deuxième but aux Suédoises. Insuffisant puisque Emma Nuutinen et Sanni Hakala ont aggravé le score en troisième période : 7-2. La gardienne Noora Räty effectuait son quatrième départ consécutif en autant de rencontres devant la cage des Lionnes, elle détient un pourcentage d’arrêts de 92,4%.

En demi-finale, les Finlandaises affronteront les Américaines face auxquelles elles avaient résisté, ne s’inclinant que 1-3. Depuis la création du tournoi olympique féminin en 1998, le Canada et les États-Unis se sont affrontés à chaque fois en finale, hormis 2006. Les Russes et les Finlandaises réussiront-elles à court-circuiter l’hégémonie nord-américaine  ? Verdict lundi.

La course au classement

Les quatre autres équipes bataillent quant à elles pour le classement définitif de ce tournoi olympique. Au lendemain de son élimination en quart, la Suisse a battu la Corée unifiée 2-0. Un score loin d’être large, en grande partie grâce aux nombreux arrêts de la gardienne coréenne Shin So-jung, qui a arrêté 51 des 53 tentatives de la Nati ! Schelling laissée au repos après 28 départs consécutifs Mondiaux / JO (!), c’est Janine Alder qui a signé ce blanchissage… pour son premier match en équipe nationale senior ! Sabrina Zollinger et Evelina Raselli ont inscrit les buts suisses.

Pour le match de la cinquième place, la Suisse rencontrera le Japon. Jamais les Japonaises n’avaient battu une équipe européenne aux Jeux olympiques. C’est chose faite après une victoire 2-1 contre la Suède. Shiori Koike a ouvert le score à la 22e minute mais Lisa Johansson, en infériorité numérique, a égalisé. La prolongation a été nécessaire pour départager les deux équipes, et c’est Ayaka Toko, avec un slap passant sous le bras de Sara Grahn, qui a libéré le pays du Soleil Levant.

Les commentaires sont fermés.