Bulletin NHL : Colorado et Florida perdent la main

293

Au menu : le tour de la ligue, McDavid le premier à 100pts, les universitaires signent en NHL, l’impact de la trade deadline, les poids de la loterie 2018, la draft de 2003, Chara rempile et un peu d’art.

 

Le tour de la ligue :

Coup d’état dans la conférence Est. Sortis vainqueurs du duel au sommet hier contre le Lightning, Boston s’empare de la première place de l’Atlantique et de la conférence. Nous sentions les Bruins monter en puissance depuis des semaines alors que Tampa stagne un peu. Boston qui trône déjà au sommet de notre Power Rankings et du Cup Score et s’en irait ainsi jusqu’en finale de la coupe, suivant « Normandy ».

Toujours dans l’est, Columbus continue sur sa lancée et colle aux basques des Penguins pour l’obtention de la 2e place de la Métropolitaine. Derrière, chaque match qui passe diminue les chances des Panthers de chiper la 8e place aux Devils. Florida, qui n’a plus son destin en main ce matin, avec un match en moins mais 3 points de retard. La dynamique des coéquipiers de Barkov est encore bonne, mais la réussite commence à s’étioler. Surtout que s’annonce un calendrier très resserré et 4 des 6 matchs restants sont contre Boston ou Nashville… Philadelphie regarde cela d’un œil plus ou moins serein, et se cale pour l’instant à la position la plus enviable (oui oui) de la conférence : celle qui permet d’affronter Washington au premier tour.

Dans l’ouest, après avoir perdu Calgary la semaine passée (Calgary qui passe au sud de la Yakuline), c’est Dallas qui décroche. Un miracle est encore possible mais la défaite contre Minnesota hier soir a sûrement scellé le sort de la troupe de Ken Hitchcock. C’est cruel pour cette équipe qui proposait pourtant un jeu bien orchestré, mais la NHL de 2018 n’admet aucun passage à vide, et surtout aucun manque de réussite. Encore largement au-dessus de la Yakuline malgré un PDO désormais négatif, Dallas risque fort d’être l’anomalie de notre outil pour cette saison.

Ceux qui sont toujours du mauvais côté de la Yakuline, ce sont les Avs du Colorado. Après Chicago ce soir, ils affronteront Sharks, Ducks, Kings et Blues dans un final plus que musclé. Peut-être, on se répète, trop musclé pour eux. Ce constat ne signifie que des bonnes choses pour Anaheim, Los Angeles et St Louis justement. Los Angeles est, comme Colorado, un poil en dessous de la Yakuline, mais leurs statistiques de buts anticipés ou de possession sont bien meilleures. Au mérite du jeu proposé, les Kings ont davantage leur place en séries.

 

McDavid dépasse les 100 pts

Connor McDavid est en feu, dans une équipe qui ne l’est pas. Les craintes de Hockey Archives sur la saison des Oilers dès le mois d’octobre se sont finalement révélées juste. Le débat sur le trophée Hart de meilleur joueur de la saison devient donc particulièrement ardu. Avec 102 pts, McDavid a désormais distancé Nikita Kucherov, 96 pts, Evgeni Malkin et Claude Giroux, 93 pts, et Nathan MacKinnon, 92 pts.

Dans toute l’histoire de la NHL, on compte sur les doigts d’une main le nombre de joueurs qui ont reçu le Hart alors que leur équipe n’a pas joué les playoffs. Cet aspect peut-il à lui seul éliminer la candidature de McDavid ?

Surtout que de nombreux joueurs méritent tout autant ce titre. Outre ses poursuivants directs, que dire des saisons incroyables d’Eric Staal, Anze Kopitar et Taylor Hall ? Ces deux derniers, privés de soutien, comptent une bonne trentaine de points de plus que le deuxième de leur propre équipe. Un impact majeur… Et les gardiens ? Pekka Rinne ou Connor Hellebuyck notamment peuvent aussi y prétendre. Bref, la course au trophée de “joueur le plus utile à son équipe” s’annonce particulièrement complexe, avec une dizaine de candidats…

 

Les poids de la loterie Dahlin sont connus

La NHL a révélé cette semaine les poids qui seront utilisés dans la loterie du repêchage 2018. Des poids qui donnent un peu plus d’avantage aux équipes les moins bien classées. Le 31e au classement aura cette année 18.5% de remporter la loterie, contre 17.9% l’an passé. Le 30e aura 13.5%, contre 12.1% en 2017. Le 29e aura 11.5%, contre 10.3% en 2017. Si vous voulez vous amuser à simuler la loterie, rendez-vous ici.

 

La draft 2003 a encore la pêche

On se souvient de la mythique draft 2003. La génération née en 1984-1985 est tout simplement la plus belle de l’histoire de la NHL. Presque tous les joueurs du premier tour ont eu un impact majeur, ainsi qu’une bonne partie du deuxième et du troisième. Ces joueurs, qui ont brillé en 2005 pendant le lockout au mondial junior, ont connu une carrière faste, remplie de coupes Stanley et de titres olympiques. Aujourd’hui, à 32 ou 33 ans, certains connaissent encore des saisons records, à l’image d’Eric Staal, plus de 40 buts, son meilleur total depuis 2009.

L’impact de cette génération en illustration :

 

Chara rempile

Le capitaine des Bruins de Boston a lui aussi de beaux restes. Le géant slovaque de 40 ans a resigné pour 1 an, à 5 millions de dollars plus des bonus sur objectifs. Nul doute que la formation du jeune Charlie McAvoy figure parmi ses missions l’an prochain.

 

Evander Kane, meilleur transfert de la deadline ?

Avec 9 buts et 14 pts en 14 matchs, Evander Kane s’est fondu dans le groupe des Sharks de San Jose avec une facilité déconcertante. Privés de Joe Thornton, les joueurs de Pete De Boer ont finalement très bien digéré cette absence. La fiche des Sharks depuis l’arrivée de Kane ? 12-2-1. Les Requins montent en puissance juste avant les playoffs et sont en pleine confiance.

Ce qui nous ramène à cette fameuse deadline. Voici quelques uns des échanges majeurs impliquant des équipes bataillant pour les playoffs, avec leur apport…

Qui aurait attendu Ryan Spooner en tête de liste ?

 

La ruée vers l’or (universitaire)

Hockey Archives reviendra prochainement vers cette course effrénée des équipes NHL vers les stars universitaires. Alors que la saison se termine, les joueurs éliminés reçoivent des sollicitations appuyées et de très nombreuses vedettes NCAA ont signé cette semaine leur premier contrat professionnel. Il peut s’agir de “seniors”, joueurs de 4e année en fin de cursus, comme de profils n’ayant qu’une ou deux saisons universitaires, qui abandonnent leurs études pour un contrat pro.

Parmi eux, les trois finalistes au trophée Hobey Baker de joueur de l’année.

●     Henrik Borgström, de l’université de Denver, a quitté la NCAA après seulement deux saisons pour signer avec Florida, qui l’avait drafté au premier tour en 2016. Il compte 23 buts et 29 passes pour 52 pts en 40 matchs cette saison.

●     Ryan Donato, de Harvard, signe à Boston après trois saisons. Il a marqué 26 buts et 17 passes pour 43 pts en 29 matchs. Il a représenté les Etats-Unis aux Jeux olympiques et compte déjà cinq points en cinq matchs avec les Bruins.

●     Adam Gaudette, de Northeastern, ne jouera pas non plus sa quatrième année, puisqu’il a signé avec Vancouver, qui l’avait drafté au cinquième tour en 2015. Gaudette a terminé meilleur pointeur NCAA avec 30 buts et 30 passes pour 60 pts en 38 matchs. Il fait figure de grand favori pour ce trophée individuel.

Au total, 19 joueurs ont quitté la NCAA avant la fin de leur cursus en une dizaine de jours. Onze autres ont également obtenu un contrat NHL après leur quatrième et dernière année, draftés ou non. Une centaine d’autres a décroché un contrat ECHL ou AHL.

 

Patrik Laine en oeuvre d’art

Parfois, il suffit juste de se taire et d’admirer le travail. Le dessinateur Akke Saari dans ses oeuvres…

Les commentaires sont fermés.