L’Allemagne prend sa revanche de la finale olympique

259

Quand on réussit un exploit incommensurable, il est important de savoir identifier ses points faibles. C’est ce qu’a fait l’Allemagne après la finale olympique. Si une génération est arrivée à son sommet, la relève ne doit pas être oubliée. Or les jeunes sont très rares en DEL. Un programme a donc été établi pour mettre progressivement en place des quotas de jeunes joueurs à partir de la saison prochaine : 1 puis 2 puis 3 puis 4…

Les clubs qui concentrent les internationaux sont en demi-finale et les médaillés d’argent olympiques sont au repos : Marco Sturm a raclé les fonds de tiroir parmi ceux qui sont titulaires en DEL. Le plus « capé » dans cette équipe inexpérimentée (Nico Krämmer qui comptait à peine 32 sélections) a été nommé capitaine, à 25 ans. Sept joueurs ont débuté au premier match en Russie : Bender, Wagner, Sezemsky, Schmölz, Elsner, Hafenrichter et Michaelis. Et un huitième le fait lors de ce deuxième match : le meilleur gardien de la saison de DEL Dustin Strahlmeier, que l’on attendait avec l’équipe nationale même si la concurrence s’annonce féroce. Son équipe de Schwenningen compte six joueurs dans ce premier effectif allemand, une consécration pour le club entraîné par Pat Cortina qui s’est distingué en faisant confiance aux jeunes.

Marco Sturm a annulé l’entraînement sur glace du matin, remplacé par une promenade puis une séance vidéo afin de garder de la fraîcheur en enchaînant un second match en deux jours. L’Allemagne a mis 40 minutes à entrer dans la partie hier, et elle subit encore l’entame. Mirko Höfflin prend la première pénalité et Aleksandr Khokhlachyov ouvre le score d’un tir bas en supériorité numérique dès la quatrième minute. Mais Marc Michaelis ne tarde pas à égaliser à 4 contre 4, son deuxième but en autant de rencontres internationales. Suivra-t-il le même destin que Frederik Tiffels, qui avait épaté en préparation l’an passé en débarquant de son université et avait continué sur sa lancée jusqu’aux Mondiaux ?

Les Russes finissent la première période à 5 contre 3, mais Dustin Strahlmeier repousse les tirs du cercle gauche de Tryamkin et de Kagarlitsky. Au retour sur la glace, ils sont encore à 5 contre 4 et Aleksandr Dergachyov inscrit le 2-1. L’appel à la vidéo prouve que le but n’a pas été inscrit du patin. Les nombreux débutants allemands ont néanmoins pris confiance. Ils trouvent un meilleur rythme à la mi-match et se procurent des occasions : Tim Bender allume quelques missiles de la ligne bleue, David Elsner tire du cercle gauche, et Fabio Wagner n’arrive pas à convertir la passe de Michaelis à 2 contre 1. Mais avant la seconde pause, Nikolai Demidov marque le 3-1 sur un but-gag pendant une pénalité différée : en essayant de bloquer le palet, Höfflin l’a dévié malencontreusement dans ses propres filets avec la main.

La Russie peut tuer le match au début du troisième tiers-temps : le capitaine Kagarlitsky bute sur Strahlmeier à bout portant et Khokhlachyov virevolte autour de la défense sans que sa passe offrant une cage ouverte soit contrôlée. C’est au contraire l’Allemagne qui se relance grâce à un but en lucarne de Simon Sezemsky, qui avait marqué contre son camp hier et trouve aujourd’hui les bons filets pour son deuxième match international. Entre deux pénalités idiotes pour surnombre, les jeunes joueurs de Marco Sturm passent assez de temps à cinq pour que Max Kammerer égalise à 3-3.

Même si parler de revanche de la finale olympique est usurpé dans le contexte de préparation entre deux équipes rajeunies, le destin va jusqu’à renverser le score qui avait donné la médaille d’or aux Russes : 4-3 en prolongation, mais pour l’Allemagne cette fois. Le palet est envoyé par Bernhard Ebner à la cage, où Max Kammerer perturbe le gardien en faisant écran. D’une manière ou d’une autre, peut-être avec un rebond sur une culotte russe, le palet termine sa course devant le but. Et soudain, les 11000 spectateurs sont silencieux : l’équipe russe a été victime de l’insolence de cette jeune génération allemande.

Désignés joueurs du match : Maksim Mineev pour la Russie et Mark Michaelis pour l’Allemagne.

Commentaires d’après-match

Marco Sturm (entraîneur de l’Allemagne) : « Par rapport au premier match, la hausse de performance était notable. Mon équipe était plus courageuse, plus mordante, et elle a mérité de gagner. Elle n’a pas dévié de son concept et a toujours cru au système même après avoir été menée de deux buts. Nous avons connu une très bonne semaine qui s’est très bien finie. Je suis satisfait des débutants. Nous voulons conserver cet élan dans la prochaine semaine. »

Dustin Strahlmeier (gardien de l’Allemagne) : « Nous étions meilleurs qu’au premier match. Nous avons plus cru en nous, surtout à l’avant. Nous en avons été récompensés. Quand les Russes ont accéléré, c’était difficile mais nous avons tenu. Nous sommes ensuite allés plus durement à la cage et je trouve donc la victoire méritée. Les gars m’ont bien aidé. C’est super de célébrer une victoire pour son premier match en équipe nationale. Je n’était pas nerveux, c’était un autre sentiment, une tension particulière. Tout va plus vite dans le jeu international. Cela fait plaisir. »

 

Russie – Allemagne 3-4 après prolongation (1-1, 2-0, 0-2, 0-1)
Samedi 7 avril 2018 à 17h00 au palais de glace Bolchoï de Sotchi. 11008 spectateurs.
Arbitrage de Yuri Oskirko et Aleksandr Soin (RUS) assistés de Nikita Novikov et Nikolai Krasotin (RUS).
Pénalités : Russie 6′ (4′, 0′, 2′, 0′) ; Allemagne 14′ (8′, 0′, 6′, 0′).
Tirs : Russie 34 (8, 12, 13, 1) ; Allemagne 26 (6, 9, 9, 2).

Évolution du score :
1-0 à 03’41 : Khokhlachyov assisté de Kagarlitsky et Semyonov (sup. num.)
1-1 à 07’23 : Michaelis assisté de Bender et Nowak
2-1 à 20’51 : Dergachyov assisté de Leshchenko et Provolnev (sup. num.)
3-1 à 38’58 : Demidov assisté de Byvaltsev et Vereshchagin
3-2 à 45’38 : Sezemsky assisté de Schmölz
3-3 à 50’12 : Kammerer assisté de Wagner
3-4 à 63’08 : Ebner

Russie

Attaquants :
Dmitri Kagarlitsky (C) – Pavel Kraskovsky (A) – Yegor Korshkov
Semyon Koshelev – Kirill Semyonov (2′) – Ilya Mikheev
Aleksandr Khokhlachyov – Aleksandr Dergachyov (2′) – Vyacheslav Leshchenko
Denis Zernov – Aleksei Byvaltsev – Pavel Padakin puis Artyom Ilyenko

Défenseurs :
Nikita Tryamkin (A) – Aleksandr Elesin
Maksim Mineev – Aleksei Bereglazov
Evgeni Kulik – Vladislav Provolnev
Nikolai Demidov – Ivan Vereshchagin (2′)

Gardien :
Ivan Bocharov [sorti de 38’40 à 38’58]

Remplaçant : Aleksandr Sudnitsin (G).

Allemagne (4′ pour surnombre)

Attaquants :
Marc Michaelis – Mirko Höfflin (2′) – Sebastian Uvira
Nicolas Krämmer (C) – Stefan Loibl (2′) – David Elsner
Thomas Holzmann – Simon Danner (A) – Daniel Schmölz
Maximilian Kammerer – Jaroslav Hafenrichter

Défenseurs :
Marco Nowak (A, 2′) – Fabio Wagner (2′)
Pascal Zerressen – Stephan Daschner
Tim Bender – Benedikt Brückner
Bernhard Ebner – Simon Sezemsky (2′)

Gardien :
Dustin Strahlmeier

Remplaçant : Mathias Niederberger (G).

Les commentaires sont fermés.

pulvinar Curabitur id ut ultricies luctus sem, dictum dolor. commodo