Le Bélarus espère une autre atmosphère qu’à Paris

346

À l’heure où commence l’Euro Hockey Challenge, cela fait déjà deux semaines que l’équipe du Bélarus a commencé son camp, avec les joueurs du Dynamo Minsk et du Red Star Kunlun qui en avaient fini avec la saison de KHL au 1er mars pour cause de non-participation en play-offs. Cela fait un total six semaines jusqu’au début des championnats du monde, un temps long. L’entraîneur Dave Lewis avait donc prévu une première semaine plus agréable avec moins de routine. Son objectif déclaré est de conserver la passion et d’arriver à créer une atmosphère familiale dans l’équipe. C’est une gageure dans le vestiaire biélorusse, mais c’est clairement l’enjeu majeur.

Le Bélarus s’était déjà rassemblé avant les JO en affrontant les Russes et les Canadiens pendant leur préparation olympique. Il n’avait alors pas inscrit le moindre but en trois matches. Il y a de quoi douter de ses capacités offensives. Le retour sur la glace en Finlande apporte un soulagement : les filets tremblent enfin grâce au capitaine Aleksandr Pavlovich, qui vient s’imposer dans la défense sur un service de Charles Linglet pendant une pénalité différée.

L’autre chantier majeur pour le Bélarus, c’est le poste de gardien. Un nouveau candidat est testé ce soir : Ival Kulbakov. International junior exilé à 20 ans, il a bouclé deux saisons outre-Atlantique. Il a d’abord fini sur la deuxième équipe-étoile d’USHL (la meilleure ligue junior américaine) puis vient d’achever sa première saison professionnelle entre AHL et ECHL. Il fait bonne impression tant dans le positionnement et la lecture du jeu que dans son utilisation du gant et de la crosse.

Il faut dire que Kulbakov a de quoi se mettre en valeur. En protégeant leur gardien, Graborenko en première période et Henkel en deuxième période sont pénalisés pour dureté. Dans le cas de Henkel, il est en plus renvoyé aux vestiaires avec Veli-Matti Savinainen pour une bagarre. Ces pénalités aident la Finlande à reprendre le contrôle de la partie. Elle accélère fort au début du deuxième tiers-temps et inscrit deux buts par le défenseur Santeri Lukka et par l’attaquant physique dans l’enclave Eemeli Suomi, deux des onze (!) débutants de cette équipe finlandaise.

Le Bélarus se met lui-même en mauvaise posture par une accumulation de pénalités. Mais c’est au moment où la pression finlandaise est la plus forte qu’il profite d’une situation de 4 contre 4 à la faveur d’une pénalité de Myttynen : le jeune Belevich offre l’égalisation à Sergei Drozd.

Les Biélorusses sont impeccables en infériorité numérique et font surtout forte impression par leur défense très physique, emmenée par un Evgeni Lisovets solide et fiable. Cela leur permet non seulement de résister, mais de remporter un beau succès en prolongation, où Egor Sharangovich, le junior révélé au Mondial de Paris, est laissé bien trop seul dans l’enclave pour rater l’occasion.

Désignés joueurs du match : Juuso Riikola pour la Finlande et Ivan Kulbakov pour le Bélarus.

Commentaires d’après-match

Lauri Marjamäki (entraîneur de la Finlande) : « La première période était plate et nos adversaires étaient plus combatifs. J’ai été content des deux dernières périodes, surtout du travail et de l’énergie de l’équipe. Les débutants sont aussi mieux entrés dans le match à partir du deuxième tiers. On a insisté sur le jeu direct à la cage. Les joueurs ont répondu pendant les 40 dernières minutes. Le jeu de puissance est le gros point à améliorer. Nos défenseurs savent patiner, serrer le jeu et soutenir l’offensive. Ce sont nos arrières de premier plan de demain qui grandissent. Il y a toujours un changement de génération et tout le monde a complètement mérité sa place dans cette équipe. »

 

Finlande – Bélarus 2-3 après prolongation (0-1, 2-1, 0-0, 0-1)
Jeudi 5 avril 2018 à 18h30 à la HK Areena de Turku. 1862 spectateurs.
Arbitrage de Lassi Heikkinen et Mikko Kaukokari (FIN) assistés de Sakari Suominen et Lauri Nikulainen (FIN).
Pénalités : Finlande 37′ (6′, 4’+5’+20′, 0′, 2′) ; Bélarus 65′ (4′, 14’+5’+20′, 2’+10’+10′, 0′).
Tirs : Finlande 50 (7, 27, 15, 1) ; Bélarus 21 (9, 5, 5, 2).

Évolution du score :
0-1 à 10’05 : Pavlovich assisté de Linglet
1-1 à 21’50 : Lukka assisté de Puustinen et Riikola
2-1 à 28’42 : Suomi assisté de Meskanen et Vaakanainen
2-2 à 30’54 : Drozd assisté de Belevich
2-3 à 61’40 : Sharangovich assisté de Pavlovich et Korobov (sup. num.)

Finlande

Attaquants :
Veli-Matti Savinainen (A, 5’+20′) – Matias Myttynen (6′) – Kasper Björkqvist (-1, 2′)
Pekka Jormakka (+1) – Sakari Manninen – Juuso Puustinen (+1)
Eemeli Suomi (+1) – Sami Sandell (+1, 2′) – Ville Meskanen (+1)
Jere Sallinen (C, -1) – Mika Niemi (-1) – Juuso Ikonen (-1, 2′)

Défenseurs :
Joonas Lehtivuori (-1) – Kristian Näkyvä (-1)
Juuso Riikola (A, +1) – Santeri Lukka (+1)
Casimir Jürgens – Juuso Vainio
Urho Vaakanainen

Gardien :
Eero Kilpeläinen

Remplaçant : Emil Larmi (G). Non aligné : Antti Suomela (fièvre).

Bélarus

Attaquants :
Danila Karaban – Andrei Belevich (+1) – Artyom Demkov
Artur Gavrus (-1, 2′) – Evgeni Kovyrshin (-1) – Andrei Stepanov (10′)
Charles Linglet (+1) – Egor Sharangovich (+1) – Aleksandr Pavlovich (C, +1)
Aleksandr Kitarov (A, -1, 4′) – Artyom Volkov (-1, 2′) – Sergei Drozd (4’+10′)
Dmitri Ambrozheichik

Défenseurs :
Evgeni Lisovets (+2) – Kristian Henkel (-1, 2’+5’+20′)
Dmitri Korobov (A, +1) – Pavel Vorobei (-1)
Roman Dyukov (-1) – Roman Graborenko (4′)
Dmitri Znakharenko

Gardien :
Ivan Kulbakov (2′)

Remplaçant : Mikhaïl Karnaukhov (G). En réserve : Daniil Bokun, Oleksandr Materukhin.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :