Délivrance des Bleues… à 5 secondes de la fin

230

Victorieuse du Danemark mais piégée par la Norvège, la France se devait de réagir dans un Mondial D1A féminin toujours aussi serré. C’est chose faite, après une rencontre riche en rebondissements. 

Ce mercredi, le début de match face à l’Autriche, troisième adversaire des Bleues, aura été catastrophique. Les Autrichiennes ont mené 2-0 après seulement 2’51 » de jeu, deux buts à 48 secondes d’intervalle. Tamara Grascher a prolongé la trajectoire d’un puck se dirigeant vers Caroline Baldin, puis Theresa Schafzahl a repris à bout portant devant l’enclave. Menées rapidement au score, les Françaises ont réagi par Chloé Aurard, percutante et profitant de l’écran de Marion Allemoz à la 10e minute, 2-1. Une belle réaction des Bleues qui ont par ailleurs tuer deux pénalités et gérer l’absence de Chloé Aurard pendant 10 minutes, pénalisée pour méconduite, durant la première période. Estelle Duvin et Marion Allemoz, bien placées, ne sont toutefois pas parvenues à égaliser avant la pause.

Cette égalisation à 2-2 interviendra finalement dans le deuxième tiers-temps. Meixner au cachot, la France va profiter de ce jeu de puissance : Lore Baudrit récupère habilement et décale vers sa droite Gwendoline Gendarme, totalement excentrée mais qui parvient à loger le palet au fond des filets. La France a retrouvé de l’énergie mais l’Autriche demeure dangereuse. En particulier Anna Meixner, dont les deux essais successifs sont tout de même arrêtés en papillon par Caroline Baldin. 2-2 après 40 minutes de jeu.

La troisième période s’annonce indécise, tendue, intense. Elle le sera. Duvin, Passard, Meixner et Aurard obtiennent chacune une chance sérieuse de redonner l’avantage à leur équipe. Les Françaises connaissent un coup dur en fin de match avec une blessure semble-t-il sérieuse de Betty Jouanny, qui s’était déjà blessée grièvement à la cheville l’année dernière. Un coup dur. Puis un coup de génie. Verworner est sanctionnée à 9 secondes du buzzer : les Bleues obtiennent une supériorité numérique, qui débordera sur une éventuelle prolongation. Une prolongation ? Emmanuelle Passard n’en veut pas. Son ancienne coéquipière des Carabins de Montréal Marion Allemoz remporte la mise en jeu, le palet atterrit dans la crosse de Passard, aile droite, qui repique au centre, profite du trafic et frappe du poignet : but gagnant à 5 secondes de la fin !

Malmenée en début de match, les Bleues, énergiques et déterminées, ont fait preuve d’un mental d’acier pour revenir au fil de la rencontre malgré le déficit de deux buts et l’emporter au finish. La France remporte sa deuxième victoire à Vaujany, la deuxième obtenue durant la dernière minute (!), et totalise 6 points, tout comme les deux équipes de tête, la Hongrie et le Danemark.

Défait par la France en ouverture de tournoi puis vainqueur de la Slovaquie, le Danemark s’est imposé par le plus petit des scores, 1-0, contre la Norvège. En bloquant les 21 tirs norvégiens, Emma-Sofie Nordström a réalisé ce blanchissage danois, l’inévitable Silke Glud marquant le but victorieux, sa sixième réalisation en trois matchs à Vaujany.  

Les promues slovaques n’ont elles pas pesé bien lourd face à la Hongrie, qui menait déjà 3-0 après une période grâce à un triplé d’Alexandra Huszak. La suite de la rencontre n’a guère été plus rayonnante pour la Slovaquie puisque Gasparics, Nooren, Gowie, Horvath et Ungar ont porté le score à 8-0 pour les Hongroises. Lucia Záborská a finalement sauvé l’honneur pour les Slovaques à huit minutes de la fin. 

La Hongrie, le Danemark et la France ont donc remporté deux de leurs trois matchs. Les Bleues ont donc encore leur destin entre leurs mains et deux matchs, la Hongrie (vendredi) et la Slovaquie (samedi), pour décrocher la médaille d’or synonyme de promotion en élite mondiale.

Les commentaires sont fermés.