Premier joueur de Ligue Magnus sélectionné par un grand pays

1 142

La Slovaquie a procédé à cinq changements après les deux lourdes défaites en Suède au début de sa préparation. Sloboda, Bodák, Štrauch, Šoltés et Krivošík sont rentrés à la maison. À leur place, une ligne offensive complète de Nitra (Mikúš-Krištof-Paulovič), le défenseur de KHL Michal Čajkovský et… l’invité-surprise Richard Stehlík, tout juste champion de France avec Rouen.

C’est une reconnaissance pour la Ligue Magnus : c’est la première fois qu’un joueur du championnat français est sélectionné dans un des grands pays de hockey. En effet, même si les résultats de la Slovaquie ont décliné chez les séniors en pâtissant du conflit à la fédération, cette nation continue de former de bons joueurs. Cela reste une des huit équipes qui reste en permanence dans l’élite des Mondiaux juniors, huit pays qui constituent donc le top-8 mondial. S’il compte 88 sélections, Stehlík n’avait plus été appelé en équipe de Slovaquie depuis la saison 2013/14, c’est dire si son retour est une heureuse surprise.

Outre sa joie, le défenseur de Rouen a eu des paroles chaleureuses dans la presse slovaque : « Le championnat de France m’a surpris parce que les matches étaient de grande qualité, les Français font de leur mieux et le hockey va dans la bonne direction. J’ai apprécié le style rapide et agressif. […] Nous avons deux entraîneurs finlandais et deux entraîneurs français qui se complètent. Nous avons eu aussi des entraînements à la finlandaise et on se concentrait sur leur style. […] Si Rouen était en Extraliga slovaque, il serait dans le top-4. »

Cette sélection fait du bien à la Ligue Magnus dans une saison difficile, entre les piètres résultats dans les compétitions européennes et la non-reconduction du contrat de sponsoring du nom du championnat avec Saxoprint. A contrario, l’entreprise d’impression de Dresde vient de prolonger sa coopération pour deux ans avec la DEB, la fédération allemande.

Cette bonne nouvelle, tout comme la confirmation de la venue de Leon Draisaitl, contrebalance un peu en Allemagne l’annonce des retraites internationales conjointes de Patrick Reimer (105 sélections, 29 buts, 27 assists) et du capitaine Marcel Goc (112 sélections, 17 buts, 16 assists) en début de semaine. Heureusement, les vétérans Marcel Müller et Daniel Pietta – non-sélectionnés pour les Jeux olympiques – ont digéré leur peine et font leur retour en équipe nationale. Deux joueurs, Stephan Daschner (« bas du corps ») et David Elsner (conjonctivite) ont en revanche dû quitter le camp.

Le début de match est assez prudent, et c’est le débutant Tomáš Mikúš – frère cadet de l’international Juraj Mikúš – qui prend le premier lancer dangereux, arrêté par le gardien Mattias Niederberger. Les Allemands se créent quelques occasions par Mirko Höfflin à bout portant puis par Maximilian Kammerer du revers. Puis un tir d’Andrej Kudrna transperce Niederberger… mais est dégagé par la défense avant de franchir la ligne.

La Slovaquie peit jouer 1’24 à cinq contre trois en deuxième période après un accrochage de Sezemsky et un retard de jeu de Nowak. Mais les Allemands se défendent héroïquement, Nowak revenant même à toute vitesse pour bloquer un tir et mettre un terme à cette séquence. Après avoir contribué à tuer une nouvelle pénalité, Niederberger regagne son banc.

Le changement de gardien à la mi-match avait été annoncé à l’avance, et le public enthousiaste de Weißwasser n’attendait que ça pour célébrer Dustin Strahlmeier d’encouragements frénétiques : personne ici n’a oublié son passage dans le club local avant qu’il ne soit engagé en DEL. La reconnaissance témoignée à cet ancien joueur dont la carrière a décollé depuis lors est fantastique. L’Allemagne se retrouve bientôt en avantage numérique pour une charge avec la crosse de Valach. Le lancer du capitaine Nico Krämmer est alors repoussé du coude par Denis Godla vers le haaut… mais le palet retombe sur l’arrière du masque du malheureux gardien et va dans les filets !

La Slovaquie égalise au troisième tiers-temps par un but magnifique, une combinaison de passes entre trois joueurs de Poprad : Patrik Svitana côté gauche, David Bondra en haut des cercles puis David Buc au poteau gauche. Dos au but, Buc parvient à marquer sans contrôle du revers avant que Strahlmeier ne puisse se replacer. Il avait été mis totalement hors de position par ces passes enchaînées, tout comme sa défense puisque Buc était seul.

Après 24 secondes de prolongation, Marc Michaelis se crée une grosse occasion et se fait accrocher par Ďaloga. L’Allemagne gère mal la supériorité numérique en laissant le palet ressortir trop souvent de la zone offensive. À la fin du mauvais du temps supplémentaire, Maximilian Kammerer subit une faute en échappée et obtient un tir de pénalité, non converti. Un mauvais présage avant la séance de tirs au but ? Apparemment oui. Martin Bakoš est le seul à transformer le sien, entre les bottes de Strahlmeier. Quand Michaelis manque le cadre pour la dernière tentative, les visiteurs s’adjugent la victoire.

Commentaires d’après-match

Marco Sturm (entraîneur de l’Allemagne) : « Je ne suis pas satisfait, nous n’avons pas montré ce que nous pouvons faire. Ce qui était super, c’est le soutien des fans. C’était vraiment quelque chose pendant tout le match. Malheureusement, nous n’avons pas pu leur faire cadeau de la victoire. Les deux gardiens ont été parfaits. Dustin [Strahlmeier] suit actuellement un chemin qui va très vite. C’est la première fois qu’il est avec nous en équipe nationale, il est encore très très jeune et nous devons le préparer lentement. Nous avons d’autres gardiens d’expérience, mais s’il continue aussi, il nous procurera d’autres joies dans le futur. »

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous avons fait un très bon match. Nous avons joué assez agressivement, nous avons pris beaucoup de tirs. Godla a été été très bon, il nous a maintenus dans le match plusieurs fois, et je suis fier de lui même s’il a pris un but-gag. »

Allemagne – Slovaquie 1-1 (0-0, 0-1, 1-0, 0-0) / 0-1 aux tirs au but
Samedi 14 avril 2018 à 17h45 à l’Eisarena Weißwasser. 2750 spectateurs.
Arbitrage de Stephan Bauer et Jens Steinecke (ALL) assistés d’Andreas Flad et Thorsten Lajoe (ALL).
Pénalités : Allemagne 8′ (2′, 6′, 0′, 0′) ; Slovaquie 6′ (2′, 2′, 0′, 2′).
Tirs : Allemagne 22 (6, 8, 3, 5) ; Slovaquie 31 (9, 14, 7, 1).

Évolution du score :
1-0 à 38’31 : Krämmer assisté de Müller et Ebner (sup. num.)
1-1 à 43’51 : Buc assisté de Bondra et Svitana

Tirs au but :
Slovaquie : Nagy (manqué), Bakoš (réussi), Miklík (manqué), Krištof (manqué), Hovorka (manqué).
Allemagne : Pietta (manqué), Loibl (manqué), Höfflin (manqué), Müller (manqué), Michaelis (manqué).

Allemagne

Attaquants :
Marc Michaelis (-1) – Daniel Pietta – Marcel Müller
Nicolas Krämmer (C) – Mirko Höfflin (-1) – Sebastian Uvira (-1, 2′)
Maximilian Kammerer – Stefan Loibl – Jaroslav Hafenrichter (2′)
Thomas Holzmann – Simon Danner – Daniel Schmölz

Défenseurs :
Pascal Zerressen – Bernhard Ebner
Fabio Wagner – Marco Nowak (2′)
Benedikt Brückner (-1) – Tim Bender (-1)
Simon Sezemsky (2′)

Gardien :
Mathias Niederberger [20/20] puis à 31’58 » Dustin Strahlmeier [10/11].

En réserve : Timo Pielmeier (G), Björn Krupp, Frederik Tiffels.

Slovaquie

Attaquants :
Martin Bakoš (A) – Marek Hovorka – Michel Miklík
Tomáš Mikúš – Michal Krištof – Matej Paulovič
Patrik Svitana (+1) – Dávid Buc (+1) – Dávid Bondra (+1)
Andrej Kudrna – Eduard Šimun – Ladislav Nagy (C)

Défenseurs :
Martin Fehérváry – Michal Čajkovský (A, 2′)
Marek Ďaloga (2′) – Mário Grman
Richard Stehlík (+1) – Martin Gernát (+1)
Peter Trška – Juraj Valach (2′)

Gardien :
Denis Godla

Remplaçant : Dávid Hrenák (G). En réserve : Patrik Rybár (G), Lukáš Cingel.