France – République Tchèque (à Amiens)

223

Après avoir commencé au mieux sa préparation aux championnats du monde, contre l’hôte de cette édition, avec deux victoires contre le Danemark à Pôle Sud, l’équipe de France de Dave Henderson et Pierre Pousse retrouve le Coliséum pour le premier de deux matchs contre la République Tchèque. Rudy Matima et Jérémie Romand n’ont pas été conservés pour ce stage, et Henri-Corentin Buysse, qui a reçu le trophée du meilleur gardien de SLM cette saison, n’a même pas été retenu dans le groupe, ce qui montre le niveau des gardiens français de cette sélection. Stéphane Da Costa est lui absent pour des raisons familiales, tandis que Valentin Claireaux, Damien Fleury, Floran Douay et Anthony Guttig sont laissés au repos.

Les Bleus sont rapidement pénalisés, après seulement deux minutes de jeu, et doivent se priver d’un de leurs meilleurs défenseurs, Florian Chakiachvili, pour l’infériorité numérique. Heureusement, les Tchèques sont maladroits et n’arrivent pas à décaler le bloc français. La première vraie occasion française intervient après cinq minutes trente de jeu, et force les tchèques à faire faute. Si la première minute de jeu de supériorité est un peu brouillonne, Teddy Da Costa, lui, ne se fait pas prier : le n°80 français entre en zone, dribble deux défenseurs, et envoie un lancer frappé croisé qui surprend Dominik Furch (1-0 à 7’19).

Juste après l’engagement, les hommes de Josef Jandač sont pénalisés une fois de plus. L’occasion pour les Français de profiter du « momentum » pour prendre deux longueurs d’avance. Cependant, ce sont bien les Tchèques qui s’offrent une occasion en infériorité : ils s’échappent à 2 contre 1 et forcent Hardy à faire un arrêt. Les joueurs de Dave Henderson sont beaucoup pénalisés dans la deuxième moitié du premier tiers, mais ils rentrent aux vestiaires avec une avance de deux buts : après un engagement en zone offensive remporté, Hugo Gallet lance instantanément. Furch laisse un rebond, et Guillaume Leclerc augmente la marque (2-0 à 15’36, photo).

Les Bleus ont fait preuve d’un froid réalisme dans le premier tiers (2 buts sur 7 lancers), mais ce sont bien les Tchèques qui ont le contrôle du palet. La première moitié du deuxième tiers se déroule sans vraie grosse occasion, tant l’intensité est faible.

Les Français, certainement aspirés par le faux rythme imposé par les joueurs tchèques, laissent le contrôle de la rondelle aux sixièmes du classement IIHF, et cela finit par se payer cash. Matěj Stránský dévie un lancer de Andrej Nestrašil (2-1 à 34’01). Moins de trente secondes plus tard, David Kaše termine un superbe jeu en « tic-tac-toe » d’un lancer frappé en lucarne (2-2 à 34’27). David Tomášek se saisit d’un rebond laissé par Florian Hardy et glisse le palet entre les jambes du gardien français (2-3 à 36’21). Les hommes de Dave Henderson ont reçu un coup derrière la tête après avoir encaissé 3 buts en deux minutes trente, mais n’auront jamais l’occasion de revenir dans ce match.

Si le deuxième tiers était pauvre en occasions, le troisième tiers, lui, est pauvre en jeu. Les Tchèques enfoncent le clou d’entrée, par David Šťastný, servi par Musil, et qui dribble Hardy (2-4 à 41’50). Deux minutes plus tard, Andrej Nestrašil inscrit le cinquième et dernier but tchèque, à la surprise générale. En effet, il a fallu quelques secondes aux joueurs pour comprendre que le palet avait franchi la ligne. Comment, cela reste un mystère (2-5 à 43’14).

Les Bleus ne réagissent pas. Quand ils arrivent à entrer en zone offensive, ne cadrent pas. Difficile de revenir d’une avance de trois buts avec seulement deux tirs cadrés dans le tiers, et c’est sans surprise que les Tchèques s’imposent.

Les Français sont passés complètement à côté de leurs deux derniers tiers, et n’ont vraiment joué que cinq minutes dans le match. Les Tchèques, eux, n’ont pas vraiment eu besoin de forcer leur talent pour revenir dans un match assez terne. Il faudra rester concentré soixante minutes pour espérer battre cette sélection Tchèque dès demain, à Cergy.

Néanmoins, Dave Henderson finit la soirée sur une bonne note, car le club des Gothiques lui rend un superbe hommage pour son dernier match à Amiens avec une haie d’honneur des joueurs (photo). Pur « produit » amiénois, Dave Henderson a commencé sa carrière en Picardie, d’abord en tant que joueur, puis en tant qu’entraîneur, avant de prendre les rênes de l’équipe de France. Le début d’une belle histoire pour le hockey français, pour lequel Dave Henderson a beaucoup œuvré, et continuera d’œuvrer.

Désignés joueurs du match : Teddy Da Costa pour la France et David Kaše pour la République Tchèque.

Commentaires d’après match :

Guillaume Leclerc (attaquant de la France) : « On a fait des bonnes choses sur les vingt premières minutes, mais après voilà, on n’a pas entamé le deuxième tiers de la meilleure des façons. On a perdu un peu le momentum après le premier but, et on n’a pas su le reprendre. On a laissé partir le match et ils ont profité. Les trois buts nous ont mis un coup derrière la tête. C’est une très bonne équipe, avec de la qualité offensive. On a laissé un peu des espaces, si tu fais pas attention aux détails, on le paye cash. Ils ont été rapides pour nous le faire payer. »

Alexandre Texier (attaquant de la France, photo ci-dessous) : « On a fait un bon premier tiers, après quand on a pris le premier but on s’est un peu relâché, et ils ont enchaîné, et puis je pense que ça va nous faire une bonne leçon pour demain. Il faut qu’on joue mieux défensivement, et puis, dès qu’on prend un but il faut savoir relever la tête rapidement et on n’a pas su le faire ce soir. C’est dommage, c’est un peu frustrant mais ce n’est qu’un match de préparation, c’est sûr qu’on est des compétiteurs donc on a envie de gagner tous les matchs, mais après c’est comme ça, on va essaye de s’améliorer sur des petits détails pour être prêts aux championnats du monde. […] Je me sens bien, l’année dernière il y a une blessure, je n’y pense pas trop. Juste prendre du plaisir avec les gars, avec l’équipe, jouer mon hockey et puis on verra par la suite ce qui se passera, mais ouais, je suis très content d’être dans cette équipe. »

 

France – République Tchèque 2-5 (2-0, 0-3, 0-2)
Vendredi 13 avril 2018, 19h au Coliséum d’Amiens. 2836 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Benjamin Gremion assistés de Thomas Caillot et Jérémie Douchy.
Pénalités : France 12′ (8′, 0′, 4′), République Tchèque 12′ (4′, 4′, 4′)
Tirs : France 14 (7, 5, 2), République Tchèque 39 (14, 18, 7)

Évolution du score :
1-0 à 07’19 : T. Da Costa assisté de Rech (sup. num.)
2-0 à 15’36 : Leclerc assisté de Gallet et Texier
2-1 à 34’01 : Stránský assisté de Nestrašil et Pavelka
2-2 à 34’27 : Kaše assisté de Birner et Moravcik
2-3 à 36’21 : Tomášek assisté de Kaut et Sklenicka
2-4 à 41’50 : Šťastný assisté de Musil et Hrbas
2-5 à 43’14 : Nestrašil assisté de Stránský

 
France (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Romain Gutierrez (-1) – Nicolas Ritz (-1) – Jordann Perret (-1, 2′)
Guillaume Leclerc (-1) – Alexandre Texier (-1) – Sacha Treille (-1, 2′)
Anthony Rech (-1) – Maurin Bouvet (-1) – Teddy Da Costa (-1)
Loïc Lampérier (-1, 4′) – Eliot Berthon (-1) – Damien Raux (-1)

Défenseurs :
Yohann Auvitu (-1) – Nicolas Besch (-1)
Hugo Gallet (-1) – Kevin Hecquefeuille (-1)
Florian Chakiachvili (-2, 2′) – Antonin Manavian (-2)
Jonathan Janil

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Sebastian Ylönen (G). En réserve : Ronan Quemener (G), Stéphane Da Costa (raisons personnelles), Damien Fleury, Valentin Claireaux, Floran Douay, Anthony Guttig.

République Tchèque

Attaquants :
Matej Stránský (+2) – Robin Hanzl (2′) – David Kaše (+1)
Michal Birner (C, +1) – Robert Kousal – Andrej Nestrašil (+2, 2′)
David Štastný (+1) – Adam Musil (+1, 2′) – Jakub Orsava (+1)
Jan Ordoš – David Tomášek (2′) – Martin Kaut (+1)

Défenseurs :
Michal Jordan (+1) – Filip Pyrochta (+1)
Marek Hrbas (+2) – Tomáš Pavelka (+2)
Jakub Galvas (+2, 4′) – David Sklenicka
Lukáš Klok (+2) – Michal Moravcík (+1)

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçant : Patrik Bartošák (G). En réserve : Michal Řepík.

Les commentaires sont fermés.