L’Allemagne passe devant la France

329

Finlandais et Allemands ont vécu des émotions opposées la veille : les premiers ont remporté une victoire d’éclat 5-1 face au Canada en soirée, et les seconds ont laissé définitivement échapper leur qualification face à la Lettonie le midi (1-3). Le sélectionneur allemand Marco Sturm en profite du coup pour lancer dans le grand bain son troisième gardien, Mathias Niederberger.

Pour son premier match en championnat du monde, sa septième sélection au total, le gardien de Düsseldorf est cueilli à froid dès la troisième minute par un but du « sniper-junior » Eeli Tolvanen, entré en zone à très haute vitesse. Il faut attendre dix minutes que les Allemands prennent leur premier tir et entrent enfin dans le match.

Mais au deuxième tiers-temps, l’Allemagne devient soudain efficace. Elle tue d’abord une pénalité pour obstruction de Plachta, Niederberger captant notamment un lancer de la bleue d’Aho. Puis, une minute après le retour au complet, Marc Michaelis remporte un engagement en zone offensive pour un tir direct de Yannic Seidenberg. Dos au but, Frederik Tiffels parvient à prendre le rebond et à égaliser. Les Allemands prennent même l’avantage sur un lancer de la ligne bleue de Björn Krupp. Le mérite en revient à Plachta et Hager qui ont masqué la vue du gardien Ville Husso, mais aussi à Markus Eisenschmid qui semble avoir dévié ce palet sans que cela ait été pris en compte sur la feuille de match officielle.

La Finlande pousse en troisième période pour refaire ce retard inattendu. Posté au poteau droit, Mikka Rantanen a une grosse occasion d’entrée, mais Mathias Niederberger parvient à fermer la porte. Les Allemands restent compacts, ils défendent bien leur zone et ne laissent que des tirs extérieurs à leurs adversaires. La pression s’intensifie quand Tiffels part en prison pour une charge avec la crosse à moins de quatre minutes de la fin. Un lancer puissant de Mikael Granlund fait d’abord résonner le poteau. Puis c’est l’inévitable Sebastian Aho qui finit par égaliser sur un one-timer.

Lors de la prolongation à trois contre trois, Mathias Niederberger signe un arrêt décisif devant Kasperi Kapanen. Sur la contre-attaque, Dominik Kahun se défait alors de Kapanen et sert parfaitement en 2-contre-1 Markus Eisenschmid qui marque dans la cage ainsi ouverte. Pour la première fois depuis 1993 (à Dortmund), l’Allemagne bat la Finlande lors d’un championnat du monde. Voilà qui rachète les vice-champions olympiques de leurs précédentes contre-performances dans ce tournoi.

Certes, l’Allemagne, a battu un adversaire qu’elle ne pouvait de toute façon plus rattraper. Elle reste hors course pour les quarts de finale, mais ces deux points lui permettent à ce jour de gagner une place en passant – à ce jour – devant le sixième de l’autre poule (la France). Ce sont des points importants engrangés au classement IIHF dans la perspective de la prochaine qualification olympique, que les Allemands espèrent directe.

Ce résultat ne remet pas en cause la qualification de la Finlande. Il signifie juste qu’il faudra battre les États-Unis dans le temps réglementaire (un succès en prolongation ou aux tirs au but ne suffisant plus) si elle veut terminer première de poule, et affronter alors la Suisse ou la Slovaquie. Mais en cas de défaite, les Finlandais pourraient maintenant se retrouver quatrièmes de leur poule, ce qui les enverrait face au vainqueur de Suède-Russie.

Désignés joueurs du match : Mathias Niederberger pour l’Allemagne et Eeli Tolvanen pour la Finlande.

Commentaires d’après-match

Lauri Marjamäki (entraîneur de la Finlande) : « Nous savions que ce match serait difficile après le match d’hier soir. L’Allemagne n’avait plus rien à perdre et pouvait jouer librement. Nous avons bien joué au début et ouvert le score, ensuite ça a été plus difficile. Le troisième tiers a été excellent, nous avions décidé dans le vestiaire de montrer de quoi cette équipe était faite. Nous aurions pu gagner, mais quand l’efficacité aux tirs est en dessous de 10%, cela ne suffit pas. Les États-Unis sont comme le Canada, ils ont d’excellentes individualités, peut-être un petit plus astucieuses. Un gros défi pour nous, mais un beau défi. »

Eeli Tolvanen (attaquant de la Finlande) : « Je n’ai pas joué mon jeu, il y a encore beaucoup à améliorer. J’ai marqué le premier but, mais après j’étais invisible. »

Marco Sturm (entraîneur de l’Allemagne) : « Les équipes allemandes ont toujours du mal contre la Suède et la Finlande. On apprécie d’autant plus cette victoire. Je n’ai pas reconnu mon équipe dans les dix premières minutes. Mais ensuite, nous avons vraiment joué en équipe, nous avons bien fait les petites choses et nous avons bien défendu. J’aime ce hockey. Mathias Niederberger n’avait plus joué depuis mi-avril pendant la deuxième semaine de préparation, mais en raison de son implication positive, j’ai décidé de le titulariser. Je me réjouis de sa désignation comme joueur du match. »

Björn Krupp (défenseur de l’Allemagne) : « Nous avons gardé les choses positives du match contre la Lettonie et essayé de les réitérer. Cela a fonctionné. Nous avons simplement essayé d’être sûrs derrière et de partir vite vers l’avant. J’ai reçu une super passe de Patrick Hager sur mon but, et je crois en fait que Markus Eisenschmid a touché le palet après. L’important est que le tir soit rentré. »

 

Allemagne – Finlande 3-2 après prolongation (0-1, 2-0, 0-1, 1-0)
Dimanche 13 mai 2017 à 20h15 à la Jyske Bank Boxen de Herning. 5077 spectateurs.
Arbitrage d’Olivier Gouin (CAN) et Jan Hribik (TCH) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Gleb Lazarev (RUS).
Pénalités : Allemagne 6′ (2′, 2′, 2′, 0′), Finlande 4′ (0′, 4′, 0′, 0′).
Tirs : Allemagne 15 (2, 6, 6, 1), Finlande 38 (11, 14, 13, 0).

Évolution du score :
0-1 à 02’26 : Tolvanen assisté de Riikola
1-1 à 25’56 : Tiffels assisté de Y. Seidenberg et Michaelis
2-1 à 38’48 : Krupp assisté de Hager et Eisenschmid
2-2 à 57’54 : Aho assisté de Granlund et Teräväinen (sup. num.)
3-2 à 62’00 : Eisenschmid assisté de Kahun

Allemagne

Attaquants :
Matthias Plachta (A, 2′) – Patrick Hager – Markus Eisenschmid (+2)
Yasin Ehliz – Leon Draisaitl – Dominik Kahun (+1)
Marc Michaelis (+1) – Frederik Tiffels (+1, 2′) – Marcel Noebels (+1, 2′)
Sebastian Uvira – Daniel Pietta – Nicolas Krämmer
Mirko Höfflin (-1)

Défenseurs :
Yannic Seidenberg (A) – Moritz Müller
Korbinian Holzer – Dennis Seidenberg (C)
Jonas Müller (+2) – Björn Krupp (+1)
Oliver Mebus

Gardien :
Matthias Niederberger

Remplaçant : Timo Pielmeier (G). En réserve : Niklas Treutle (G), Bernhard Ebner, Manuel Wiederer.

Finlande

Attaquants :
Kasperi Kapanen (-2) – Mikael Granlund (C, -1) – Mikko Rantanen (A, -2)
Veli-Matti Savinainen (2′) – Sebastian Aho (A) – Teuvo Teräväinen
Eeli Tolvanen (+1) – Sakari Manninen – Pekka Jormakka (+1)
Saku Mäenalanen (-1, 2′) – Janne Pesonen – Marko Anttila (-1)

Défenseurs :
Miro Heiskanen (+1) – Ville Pokka (-1)
Miika Koivisto (-1) – Markus Nutivaara (-2)
Tommi Kivistö – Julius Honka
Juuso Riikola

Gardien :
Ville Husso

Remplaçants : Harri Säteri (G), Olli Palola. En réserve : Eero Kilpeläinen (G), Niko Mikkola, Antti Suomela.

Les commentaires sont fermés.