Une défense russe sous forme de mur

96

La course aux quarts continue. La Slovaquie doit s’imposer pour conserver son destin en mains, et choisit Čiliak comme gardien partant.


Côté russe, l’objectif est de ne pas perdre de terrain sur la Suède, avant le choc au sommet de mardi soir. Andronov est en tribunes, Shalunov centre la première ligne. Buchnevich est rétrogradé en treizième attaquant, et Dadonov prend sa place sur la deuxième ligne.

Une Russie étouffante

La Russie entame fort et décroche plusieurs situations chaudes dans l’enclave. Un manque de précision dans le dernier geste les prive cependant de la concrétisation de leurs efforts et les palets ont tendance à fuir le cadre ou à échapper aux crosses sur les rebonds… Datsyuk, par exemple, tire sur l’épaule du gardien et le palet vient frapper la barre transversale.

À la cinquième minute, Nikita Tryamkin se rend coupable d’un cinglage. La Slovaquie ne capitalise pas sur cette occasion, et recule dès le retour à cinq contre cinq.

Jaroš concède deux minutes pour coup de coude, et le jeu de puissance russe s’installe. Les duels sont intenses, âprement disputés. La défense slovaque s’accroche et ne concède aucun tir dangereux.

Cette pression finit cependant par payer. Soshnikov reçoit le palet de l’aile au cercle droit et lance à la cage. Le gardien repousse et Mamin, qui avait contourné le but, s’empare du rebond, qu’il bonifie du revers dans la cage ouverte (1-0).

La Russie déroule. Kaprizov, au rebond, frôle le deuxième but et se heurte au grand écart de Čiliak. Les jeux sont parfois un peu trop compliqués. Et c’est en jouant plus simple que la Russie creuse l’écart. Datsyuk s’avance jusqu’à la ligne de fond, fixe et donne en retrait du revers. Nikita Gusev, en tête de cercle, reprend d’une volée puissante qui ne laisse aucune chance au gardien, gêné par la déviation d’un défenseur (2-0).

Il reste une minute à jouer, et Jurčo, au duel en zone offensive, sort pour la deuxième fois pour crosse haute. Trente secondes plus tard, Čajkovský commet la même erreur près de son propre but et laisse son camp à deux de moins. La Russie joue trop la passe parfaite et n’en profite pas. Elle aura tout de même 1’02 de double avantage à la reprise.

La Slovaquie se réveille

La supériorité reste mal gérée et Čiliak ne reçoit aucun tir. La Russie domine cependant dans le jeu et Graňák sauve sur la ligne une action chaude dans l’enclave. En face, Dávid Buc tourne autour de la défense et lance du cercle gauche. Shestyorkin a bien suivi et réalise… son quatrième arrêt seulement en vingt-cinq minutes.

La Russie trouve alors le poteau sur un lancer croisé de la bleue. Čiliak, perdu, parvient à contrôler le rebond dans la confusion.

Barabanov et Mikheyev combinent ensuite mais la reprise en deux temps de ce dernier manque de puissance.

La Slovaquie fait tout de même meilleure figure dans ce tiers et se crée elle aussi quelques situations. Jurčo, notamment, se met en valeur et trouve la plaque de Shestyorkin avec un tir du cercle gauche. Ce temps fort coûte deux minutes à Tryamkin pour accrocher. Le jeu de puissance tourne bien et Graňák, du cercle droit, fait chauffer la mitaine de Shestyorkin.

La Slovaquie finit bien ce tiers, sans obtenir pour autant d’occasion franche. Elle a toutefois dominé 11 tirs à 8 et repris un peu la main.

La Russie verrouille

À la reprise, Gavrikov reste sur la glace suite à un contact et met du temps à rentrer au banc. Pire, Kaprizov, au duel avec Graňák pour aller chercher un palet dans le coin, perd l’équilibre et vient percuter la balustrade. Un contact très bruyant et le jeune ailier, sonné, peine à rentrer au banc… Les deux joueurs reprendront le jeu.

La Slovaquie prend la possession, et Shestyorkin doit tenir son camp dans la partie. La pression sur son but monte lorsque Mamin accroche Jurčo dans la neutre, juste après un bel arrêt de Čiliak sur Gavrikov. La Slovaquie balbutie son avantage numérique : l’écart reste de deux buts.

La Russie se contente de défendre et ne produit plus grand chose offensivement. Il faut un contre et une mauvaise relance pour voir une occasion : Dadonov manque le cadre, seul entre les cercles. Un peu avant, Mamin, au duel, avait trouvé la jambière de Čiliak. Mais l’ailier des Panthers percutait la bande derrière et finissait par rentrer au vestiaire, blessé à l’épaule.

L’impuissance offensive slovaque est réelle. Seul Jurčo tente de créer mais il est bien trop seul. La Russie défend extrêmement bien et Shestyorkin n’a finalement pas trop d’arrêts à faire. Čiliak sort pour un attaquant. Shalunov marque cage vide (3-0), et Mikheyev fait de même peu après (4-0).

Sans briller et presque sans forcer, la Russie remporte donc son match et s’offre sa finale contre la Suède, mardi soir. La Slovaquie reste en course pour les quarts et devra à tout prix s’imposer contre la Biélorussie… et compter sur une victoire française contre la Suisse.

Désignés joueurs du match : Igor Shestyorkin (Russie) et Marek Čiliak (Slovaquie)

 

Russie – Slovaquie 4-0 (2-0, 0-0, 2-0)
Lundi 14 mai 2018, 16h15. Royal Arena de Copenhague. 7732 spectateurs.
Arbitrage de Mark Lemelin (USA) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de Lukas Kohlmüller (ALL) et Brian Oliver (USA).
Pénalités : Russie 6′ (2′, 2′, 2′), Slovaquie (6′, 0′, 0′)
Tirs : Russie 36 (17, 8, 11), Slovaquie 23 (2, 11, 10)

Récapitulatif du score
1-0 à 11’10 : Mamin assisté de Soshnikov
2-0 à 16’50 : Gusev assisté de Datsyuk et Zaitsev
3-0 à 58’49 : Shalunov assisté de Soshnikov (cage vide)
4-0 à 59’44 : Mikheyev assisté de Barabanov et Shalunov (cage vide)

Russie

Attaquants
Kirill Kaprizov (+1) – Pavel Datsyuk (C, +1) – Nikita Gusev (+1)
Mikhail Grigorenko – Artyom Anisimov – Yevgeni Dadonov (A)
Maksim Mamin (2′, +1) – Nikita Soshnikov (+2) – Maksim Shalunov (+3)
Aleksandr Barabanov (+1) – Ilya Kablukov – Ilya Mikheyev (+1)
Pavel Buchnevich (+1)

Défenseurs
Vladislav Gavrikov (+2) – Bogdan Kiselevich (+1)
Nikita Nesterov (+2) – Nikita Zaitsev (A, +1)
Yegor Yakovlev – Aleksei Bereglazov (+2)
Nikita Tryamkin (4′)

Gardien :
Igor Shestyorkin

Remplaçant : Vasili Koshechkin (G). Réservistes : Ilya Sorokin (G), Dinar Khafizullin (D), Sergei Andronov (A)

Slovaquie

Attaquants
Ladislav Nagy (A, -3) – Michal Krištof (-2) – Tomáš Jurčo (4′, -2)
Marcel Haščák (-2) – Marek Hovorka – Martin Bakoš (-3)
Dávid Bondra – Dávid Buc (-1) – Patrik Svitana
Lukáš Cingel – Tomáš Marcinko – Andrej Kudrna

Défenseurs
Michal Čajkovský (2′, -2) – Andrej Sekera (C, -3)
Christián Jaroš – Marek Ďaloga
Dominik Graňák (A) – Martin Fehérváry
Adam Jánošík (-1) – Mario Grman (-1)

Gardien :
Marek Čiliak

Remplaçant : Patrik Rybár (G). Réservistes : Denis Godla (G), Juraj Mikúš (A), Pavol Skalický (A)