Les adieux de Marco Sturm

121

Depuis qu’il a conduit l’Allemagne à une formidable médaille d’argent olympique, Marco Sturm ne cachait pas qu’il avait de nombreux contacts outre-Atlantique, et peut-être uniquement pour se renseigner sur ces étonnants joueurs allemands. Il ne cachait pas son envie d’entraîner un jour en NHL, un monde habituellement très fermé aux entraîneurs européens. Quand l’opportunité s’est présentée dimanche au moment du licenciement du coach des Los Angeles Kings, il l’a donc aussitôt saisie : ce poste d’adjoint proposé était idéal pour lui mettre le pied à l’étrier.

La fédération, connaissant les ambitions de son coach, a accepté de le laisser partir malgré son contrat qui courait jusqu’en 2022. Marco Sturm n’est tout de même pas parti comme un voleur : comme il restait quatre jours avant le début de la Deutschland Cup, le premier tournoi international de la saison, il accomplira cette mission urgente jusqu’au bout, laissant le temps ensuite à la fédération de lui trouver un successeur (le prochain stage de l’Allemagne est prévu en janvier avec une équipe des moins de 25 ans, les cadres ne seront pas rassemblés avant avril).

L’Allemagne se présente avec Sturm mais sans la plupart des cadres olympiques. Gerrit Fauser a toujours des problèmes d’épaule. Felix Schütz a décliné l’invitation, comme Yannic Seidenberg pour raisons personnelles. Patrick Hager s’est blessé dimanche. Yasin Ehliz, dont le retour a été annoncé en grande pompe après une expérience très vite avortée en NHL, a finalement la grippe. Même Moritz Müller, blessé au pied, est forfait de toute dernière minute pour ce match. Il n’y avait qu’un débutant dans la liste initiale, Fabio Pfohl. Il y en a finalement trois puisqu’on a rappelé Phil Hungerecker, le meilleur espoir de DEL la saison passée, et la jeune sensation du début de saison Lean Bergmann (Iserlohn).

La première période commence sans round d’observation, mais n’est pas non plus époustouflante. Les Allemands ont quelques occasions par Pföderl, Noebels ou encore le débutant Bergmann, une fusée sur ses patins. Mais alors qu’ils sont en supériorité numérique, perdent le palet en zone offensive et Björn Krupp ne peut empêcher la contre-attaque de Nikolaï Demidov qui ouvre le score du revers (0-1).

Les Allemands égalisent dès le début de la deuxième période sur un avantage numérique : Leo Pföderl, critiqué dans le début de saison de Nuremberg (alors que signature pour la saison prochaine à Berlin est un secret de polichinelle), est parfaitement placé au rebond d’un tir de Mathias Plachta. La Russie réplique en trois minutes sur une contre-attaque conclue par un tir à mi-distance de Dmitri Yudin, mais Pföderl égalise de nouveau sur un but identique un premier : un tir venu de la droite et un rebond offert à gauche du but (2-2). C’est à 22 secondes de la fin du tiers-temps que les Allemands prennent l’avantage sur un but personnel de Frank Mauer qui s’est approprié le palet.

Le duel se poursuit en troisième période, y compris dans les tribunes de Krefeld où les supporters russes répondent à leurs homologues allemands. Marcel Noebels pourrait creuser un écart plus conséquent sur un breakaway, mais il n’y parvient pas. Par conséquent, c’est Andrei Chibisov qui égalise à dix minutes de la fin. La Russie force en fin de match et l’Allemagne ne peut que pousser le match jusqu’en prolongation. Celle-ci, à 3 contre 3, sera de courte durée. En 22 secondes, Igor Bobkov fait gagner les visiteurs et renvoie tout le monde aux vestiaires.

Commentaires d’après-match

Marco Sturm (entraîneur de l’Allemagne) : « Nous n’avons eu qu’une séance d’entraînement, plus 20 minutes de glace ce matin. C’était un bon match. Nous avons mis un bon tempo. De plus, notre gardien Mathias Niederberger a livré une très grosse performance. »

 

Allemagne – Russie B 3-4 après prolongation (0-1, 3-1, 0-1, 0-1)
Jeudi 8 novembre 2018 à 19h00 au Königpalast de Krefeld. 4180 spectateurs.
Arbitrage de Lasse Kopitz et Gordon Schukies (ALL) assistés d’Andreas Kowert et Robert Schelewski (ALL).
Pénalités : Allemagne 6′ (2′, 0′, 4′, 0′) ; Russie 6′ (2′, 4′, 0′, 0′)
Tirs : Allemagne 41 (12, 20, 8, 1) ; Russie 39 (9, 11, 18, 1).

Évolution du score :
0-1 à 16’08 : Demidov assisté de Chibisov (inf. num.)
1-1 à 20’53 : Pföderl assisté de Plachta et Akdag (sup. num.)
1-2 à 23’50 : Yudin assisté de Prokhorkin
2-2 à 28’05 : Pföderl assisté de Plachta et Wolf (sup. num.)
3-2 à 39’38 : Mauer
3-3 à 50’17 : Chibisov assisté de Yudin et Prokhorkin
3-4 à 60’22 : Zemchyonok assisté de Svetlakov et Okulov

Allemagne

Attaquants :
Matthias Plachta (A, -2) – Stefan Loibl (-1) – David Wolf (A, -1, 4′)
Leonhard Pföderl (-1) – Daniel Pietta (-2) – Marcel Noebels (-2)
Fabio Pfohl – Frank Mauer – Lean Bergmann (+1)
Marcus Kink (C) – Mirko Höfflin – Phil Hungerecker

Défenseurs :
Daryl Boyle – Konrad Abeltshauser (-2)
Denis Reul – Sinan Akdag
Björn Krupp (-2, 2′) – Bernhard Ebner (-2)
Simon Sezemsky (+1)

Gardien :
Mathias Niederberger

Remplaçant : Niklas Treutle (G). Absents : Danny aus den Birken (G), Moritz Müller (pied), Pascal Zerressen, Nico Krämmer, Markus Eisenschmid.

Russie B

Attaquants :
Nikolai Prokhorkin (+2, 2′) – Andrei Chibisov (+3) – Aleksei Kruchinin (+1, 2′)
Andrei Svetlakov (+2) – Vladimir Tkachyov – Konstantin Okulov (+1)
Mikhaïl Maltsev – Daniil Ilyin (+1, 2′) – Nikita Mikhaïlov
Artur Kayumov (-1) – Maksim Kazakov (-1) – Denis Alekseev (-1)

Défenseurs :
Roman Rukavishnikov – Artyom Zemchyonok (+1)
Nikolaï Demidov (+1) – Andrei Ermakov (+1)
Damir Sharipzyanov – Pavel Padakin (2′)
Dmitry Yudin (+1) – Rushan Rafikov (+1)

Gardien :
Igor Bobkov

Remplaçant : Vasily Demchenko (G).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :