Énième sacre de Frölunda en CHL

421

C’est l’heure de la grande finale pour la Champions Hockey League 2018-2019, avec pour cette cinquième édition une affiche entre un habitué et un petit nouveau.

Ces dernières années, Frölunda a obtenu une insolente réussite sur la scène européenne : les Indians de Göteborg sont parvenus à se hisser jusqu’à leur quatrième finale en cinq éditions ! Et pour la deuxième fois, les Suédois la disputent à domicile, mais pour la première fois au grand Scandinavium (et non sur la glace secondaire du Frölundaborg). Cette finale se joue cette fois-ci à guichets fermés, devant plus de 12.000 spectateurs, soit quasiment autant que le cumul des quatre finales précédentes, qui ont passé péniblement le seuil des 3.000 personnes !

Frölunda a donc mis les petits plats dans les grands pour l’occasion, et le soutien de cette foule sera plus que nécessaire. Les hommes de Roger Rönnberg, en dépit d’un nouveau parcours remarquable en CHL, ne sont pas forcément au mieux, glissant à la 5e place du championnat suédois après trois défaites consécutives.

C’est tout le contraire de leurs adversaires. Le Red Bull Munich, champion d’Allemagne en titre et actuel deuxième en DEL, enchaîne les victoires en championnat (9 d’affilée !) et il a déjà acquis sa place pour les quarts de finale. Et gageons que les Bavarois ont également de l’appétit pour cette CHL. L’enjeu est d’ailleurs national pour le hockey allemand : un sacre en CHL serait évidemment une première et cela permettrait en conséquence à l’Allemagne d’obtenir un quatrième représentant pour la saison prochaine, au détriment des clubs tchèques.

Frölunda domine le début de match, mais écope aussi de la première pénalité, sans conséquence. Le club de Göteborg peut repartir à l’attaque, avec une belle action individuelle de Viktor Ekbom pour Max Friberg… qui loupe un puck de but devant l’enclave. Frölunda ouvrira finalement le score grâce à son premier jeu de puissance, Voakes se montrant trop violent le long de la balustrade. Le powerplay du FHC se met en place, Chay Genoway parvient à garder le palet en zone offensive en le transmettant à Samuel Fagemo, dont la frappe puissante n’est pas capté par le gardien allemand, Danny aus den Birken (1-0, 10’32). Aus den Birken parvient tout de même à arrêter l’essai d’Ekbom, dans une position similaire à celle de Fagemo et à deux doigts de doubler la mise.

Le match gagne en intensité, à l’image de cette impressionnante charge de Fagemo sur Voakes en zone neutre. Il faut garder ses esprits, car ça va vite, à l’image de Patrik Carlsson qui prend tout le monde de vitesse en partant seul, mais il ne réussit pas à armer face à Aus den Birken. Munich tente tant bien que mal à se faire respecter en jouant des épaules, et à forcer la porte, mais celle-ci est toujours fermée par le gardien suédois, Johan Gustafsson.

Une faute d’Ekbom en fin de première période donnera lieu à un avantage numérique bavarois qui débordera en seconde. Frölunda s’en sort, Gustafsson détournant notamment de la jambière une tentative de Seidenberg. C’est de nouveau au tour des Suédois de se retrouver en avantage numérique. Et leur jeu de passe léché fait merveille, au bout duquel le sniper Ryan Lasch est à la conclusion (2-0, 24’16). La situation va devenir encore plus critique lorsque Seidenberg, auteur d’un tampon violent sur Rakhshani, est sanctionné d’un 2’+2′. Il n’en faut pas plus à Frölunda pour lâcher une fois de plus sa force collective. Simon Hjalmarsson semble se diriger vers un tir mais il donne à Pontus Westerholm, qui laisse traîner sa crosse et bat Aus den Birken, le puck passant de justesse entre le poteau et le patin (3-0, 34’27). 3-0 pour les Suédois, 3 buts en supériorité numérique.

Munich est en train de lâcher la finale. Les hommes de Don Jackson bénéficient de deux jeux de puissance en fin de seconde période et tentent de bousculer leurs hôtes, mais ils n’ont pas la même réussite et la même fluidité dans leur jeu.

Les nerfs prennent le dessus en troisième période. Le jeu est plus haché et les pénalités pleuvent. Malgré tout, Joslin (sur la barre transversale) et Hjalmarsson (contré par le bouclier d’aus den Birken) se procurent des occasions très franches. Dans les dix dernières minutes, alors que les cachots sont bien remplis, Jackson rappelle Aus den Birken sur le banc pour créer l’avantage numérique. Une décision payante puisque, seulement quelques secondes plus tard, Yasin Ehliz réduit le score, d’une parfaite frappe du poignet (3-1, 51’29).

C’est le but de l’espoir, mais cet espoir va rapidement se dissiper. Danny aus den Birken réalise un dernier arrêt mitaine de grande classe, seul devant Ponthus Westerholm, mais ses coéquipiers seront incapables de revenir dans le match. Les supporteurs de Göteborg, qui déploient les drapeaux et sautent dans les tribunes dans la dernière minute, n’ont plus aucun doute face à des Munichois devenus inoffensifs.

Pour la troisième fois (en quatre finales), Frölunda remporte la Champions Hockey League, une victoire logique qui couronne sa supériorité technique et tactique. Derrière le CSKA Moscou (hors de portée), Frölunda devient le deuxième club le plus titré à l’échelle européenne, à égalité avec le Metallurg Magnitogorsk, avec trois trophées européens dans la vitrine.

Commentaires d’après-match :

Samuel Fagemo (attaquant de Frölunda) : « Un sentiment incroyable de fêter ça avec nos fans dans un Scandinavium plein. Je suis si heureux pour cette équipe. Nous avons très bien joué, en particulier en powerplay. »

Johan Gustafsson (gardien de Frölunda) : « C’était fantastique et je suis simplement heureux. Notre public aussi était fantastique et nous a fouettés ves l’avant. Dans les quinze dernières secondes, j’avais la chair de poule. Nous savions que ce serait un match difficile contre une très bonne équipe, bien structurée et bien coachée. C’était quand même la finale. »

Michael Wolf (attaquant de Munich) : « Bien sûr, nous sommes fiers de notre parcours. Mais perdre une finale, c’est très amer. Frölunda a mieux fait les petites choses et a marqué trois fois en powerplay. »

Konrad Abeltshauser (défenseur de Munich) : « Échouer si près du but et voir l’autre équipe célébrer la victoire, cela fait mal. Nous n’abandonnerons pas jusqu’à ce que nous ramenions cette coupe à Munich. »

Don Jackson (entraîneur de Munich) : « Je suis vraiment fier de notre performance, parce que l’engagement dans le travail est le plus important. Nous avons eu des occasions, mais le match est fini. Nous avons échoué près du but et nous aurons des souvenirs. Ils méritent du respect pour leur powerplay, ça ne fait aucun doute. Ils sont rapides et ont une circulation de palet exceptionnelle. Ryan Lasch est le meilleur marqueur de la compétition. »

 

Frölunda HC – Red Bull Munich 3-1 (1-0, 2-0, 0-1)
Mardi 5 février 2019 à 19h00 au Scandinavium de Göteborg. 12044 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari (FIN) et Marc Lemelin (USA) assistés de Hannu Sormunen (FIN) et Balazs Kovacs (SUI).
Tirs : Frölunda 31, Munich 36.
Pénalités : Frölunda 14′, Munich 24′.

Évolution du score :
1-0 à 10’32 : Fagemo assisté de Genoway et Friberg (sup. num.)
2-0 à 24’16 : Lasch assisté de Lundqvist et Hjalmarsson (sup. num.)
3-0 à 34’27 : Po. Westerholm assisté de Hjalmarsson et Lundqvist (sup. num.)
3-1 à 51’29 : Ehliz assisté de Seidenberg et Voakes (sup. num.)

 

Frölunda HC

Attaquants :
Rhett Rakhshani – Joel Lundqvist (C) – Max Friberg
Ryan Lasch – Patrik Carlsson – Samuel Fagemo
Ponthus Westerholm (2′) – Pathrik Westerholm – Joel Mustonen
Sebastian Stålberg (2′) – Simon Hjalmarsson (A) – MatsRosseli-Olsen (2′)
Oliwer Fjällström (2′)

Défenseurs :
Jonathan Sigalet (A) – Chay Genoway (2′)
Brandon Gormley – Anders Grönlund
Viktor Ekbom (4′) – Jacob Moverare
David Printz

Gardien :
Johan Gustafsson

Remplaçant : Johan Mattsson (G).

Red Bull Munich

Attaquants :
Yasin Ehliz – Patrick Hager (2’+10′) – Michael Wolf (C)
Maximilian Daubner – Mark Voakes (2′) – Frank Mauer
Justin Shugg – Matthew Stajan – Trevor Parkes
Jakob Mayenschein – Andreas Eder – Mads Christensen (2′)

Défenseurs :
Keith Aulie – Ryan Button (2′)
Konrad Abeltshauser – Yannic Seidenberg (A, 4′)
Andrew Bodnarchuk (2′) – Derek Joslin
Daryl Boyle – Emil Quaas

Gardien :
Danny aus den Birken [sorti à 51’21 »].

Remplaçant : Kevin Reich (G). Absents : John Mitchell, Maximilian Kastner, Jason Jaffray (blessés).

Les commentaires sont fermés.

in Praesent adipiscing luctus Curabitur ipsum accumsan ut