Brest – La Roche-sur-Yon (Division 1, 24e journée)

290

Brest perd la tête 

Brest a conservé sa place de leader malgré une défaite 4-1 à Cholet samedi dernier. Mais Cergy-Pontoise est revenu à une petite longueur. Le top 3, et donc l’avantage de la glace en quart de finale, est tout de même assuré à trois journées de la fin du championnat pour les Bretons. L’enjeu est donc maintenant de conserver la place de leader synonyme d’avantage de la glace systématique en cas d’aventure prolongée en phases finales. Sylvain Codère estime dans la presse locale qu’un « joker » a été utilisé à Glisséo et qu’une réaction immédiate s’impose ce soir en jouant comme un leader doit le faire.

Ce sont les Vendéens du Hockey sur Glace Yonnais (HOGLY) qui se déplacent au Rïnkla Stadium ce soir avec l’objectif impératif de s’imposer pour continuer à croire à une qualification en play-off. Cinq points séparent les joueurs de La Roche-sur-Yon de la huitième et dernière place qualificative. Le week-end dernier, les hommes de Serge Forcier se sont imposés avec autorité (5-1) contre un concurrent direct (Montpellier) après quatre défaites consécutives. Le public a le plaisir de retrouver Michal Dian, ancien Albatros et meilleur pointeur des Aigles.

Les deux équipes pratiquent un jeu plutôt ouvert permettant ainsi aux gardiens Alexis Neau et Marek Peksa de s’échauffer. On passe tout juste la mi-tiers lorsqu’une passe coupée par Kivimäki permet à Joanette d’hériter d’un palet en profondeur. Le canadien démontre sa rapidité d’exécution en logeant instantanément la rondelle dans le haut du but (1-0 à 11’04’’). La réaction est rapide pour La Roche-sur-Yon qui égalise dans la minute suivante sur une déviation de Valentin Jacques absolument libre de tout marquage (1-1 à 12’22’’).

La marque reste identique jusqu’à trois dernières minutes de folie où Brest va perdre totalement pied. C’est d’abord Jimi Palanto qui marque en poteau rentrant d’un maitre tir dans un angle quasi impossible (1-2 à 17’19’’). Brest égalise seize secondes plus tard par un Kivimäki autoritaire dans l’enclave de Peksa (2-2 à 17’35’’).

Baptiste Bruyas écope de la seule pénalité brestoise du match pour accrocher (18’28’’) ce qui permet à Labbe de marquer d’un tir dans l’axe probablement dévié (2-3 à 18’46’’). La défensive brestoise est franchement nonchalante ensuite sur le tir de Laporte. Neau laisse un mauvais rebond et permet à Dian, premier sur le palet, de le reprendre du revers (2-4 à 19’17’’).

Gros coup de froid sur le Rïnkla Stadium où la différence d’envie est assez flagrante avec d’un côté une équipe qui joue pour sa survie et de l’autre une formation qui ne fait pas honneur à sa position de leader en jouant par à-coups. Alexis Neau est le premier à en faire les frais afin de provoquer un électrochoc en laissant sa place à Guerriero au deuxième tiers-temps. Sylvain Codère permute également Thos et Petersen.

Ces retouches ne portent guère leurs fruits puisque la défensive des Albatros perd le palet derrière sa cage et permet à Charvát de tirer dans une masse de joueurs devant le but qui dévie dans les filets de Guerriero (2-5 à 24’50’’). Le palet ne va pas vraiment dans le sens des locaux avec beaucoup de contres défavorables mais ce n’est pas une excuse pour ne pas montrer un peu plus d’orgueil face à un score de plus en plus défavorable. Charvát est tout proche du sixième but mais Carmine Guerriero sauve le peu de meubles qu’il reste.

Les deux équipes changent peu à peu de jeu et procèdent régulièrement par de longues transmissions pour placer des contre-attaques. Une timide éclaircie pour les locaux est le but de Samuli Kivimäki, le plus beau de la soirée, après un déboulé à l’aile gauche. Le Finlandais effectue un brusque changement de direction en diagonale qui prend tout le monde de vitesse, y compris Marek Peksa qui voit une fusée traverser son enclave et loger le palet dans son but (3-5 à 34’14’’).

L’écart n’a pas été accentué dans le tiers médian mais il n’a pas diminué non plus. L’espoir ne dure guère puisque dès la reprise de la troisième période, une relance hasardeuse défensive dans l’axe est interceptée par Michal Dian qui temporise bien et ajuste Guerriero (40’27’’). La partie tourne au naufrage, inédit à ce niveau de compétition au Rïnkla Stadium, avec le coup du chapeau de Michal Dian mis sur orbite par Medeiros. Le Slovaque ajuste en solitaire Guerriero en lucarne (3-7 à 47’57’’).

Décidément à réaction ce soir, Brest réagit par Justin Bernier qui travaille bien derrière le but et est récompensé d’une réalisation (4-7 à 49’56’’). Une faute de Cannizzo est ensuite sanctionnée d’un tir de pénalité transformé côté mitaine par Piačka (4-8 à 53’12’’).

Ce score humiliant est légèrement amoindri en fin de rencontre. Petersen transforme tout d’abord une passe magnifique dans le dos de la part de Jonathan Avenel (54’47’’). De plus en plus fébrile, le HOGLY termine à reculons et est sanctionné pour cinglage (56’32’’). La victime de la faute, Kivimäki, se fait justice en marquant en lancer frappé sur réception après une bonne passe décalée de Perron-Fontaine (6-8 à 58’30’’).

Conjuguée à la large victoire de Cergy-Pontoise face au Mont Blanc (11-0), cette défaite fait perdre la première place aux Albatros. L’équipe est clairement victime d’un gros relâchement après un début 2019 tonitruant qui l’avait fait, de manière tout à fait méritée, grimper au sommet du classement. Ce soir c’est une seconde contre-performance consécutive mais avec la circonstance aggravante pour les hommes de Sylvain Codère qu’elle s’est déroulée à domicile et qu’ils étaient pourtant avertis.

L’équipe a payé son manque de constance dans le travail. La défensive, qui était pourtant montée d’un cran face à des adversaires de haut de tableau en janvier, a pris l’eau de toute part. L’absence d’Aurélien Gréverend (présent sur la feuille de match mais remplaçant) s’est faite lourdement sentir.

Tout n’a pas été mauvais offensivement comme en témoignent les quelques très beaux buts inscrits par les Bretons mais il aurait fallu travailler ainsi sur la totalité du match et dans les deux sens de la patinoire. En face l’équipe du HOGLY, portée par un Michal Dian toujours en jambe, jouait avec nettement plus d’envie pour tenter de décrocher une qualification en play-off.

Brest a maintenant une pause prolongée pour retrouver ses esprits avant un difficile déplacement à Briançon qui les remettra dans le bain.

Joueurs du match : Jonatahan Avenel (Brest), Michal Dian (La Roche-sur-Yon).

 

Brest – La Roche-sur-Yon 6-8 (2-4, 1-1, 3-3)
Mardi 12 février 2019 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 774 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Tom Léonard et Thomas Honoré
Pénalités : Brest 2′ (2’, 0’, 0’), La Roche-sur-Yon 6′ (2’, 0’, 4’).
Tirs : Brest 33 (10, 9, 14), La Roche-sur-Yon 24 (12, 8, 4).

Évolution du score :
1-0 à 11’04’’ : Joanette assisté de Kivimäki et Sprukts
1-1 à 12’22’’ : Jacques assisté de Seignez et Donald
1-2 à 17’19’’ : Palanto assisté de Järviluoma et Piačka
2-2 à 17’35’’ : Kivimäki assisté de Sprukts et Bruyas
2-3 à 18’46’’ : Labbe assisté de Charvát et Piačka (sup. num)
2-4 à 19’17’’ : Dian assisté de Laporte et Farkašovský
2-5 à 24’50’’ : Charvát assisté de Järviluoma et Palanto
3-5 à 34’14’’ : Kivimäki assisté de Sprukts
3-6 à 40’27’’ : Dian
3-7 à 47’57’’ : Dian assisté de Medeiros et Farkašovský
4-7 à 49’56’’ : J. Bernier assisté de Thos
4-8 à 52’58’’ : Piačka (tir de pénalité)
5-8 à 54’47’’ : Petersen assisté de J. Avenel et Motreff
6-8 à 58’30’’ : Kivimäki assisté de Perron-Fontaine et Sprukts (sup. num)

Brest

Attaquants :
Nicolas Thos (puis Petersen) – Jonathan Avenel (C) – Dimitri Motreff
Gatis Sprukts – Jonathan Joanette – Samuli Kivimäki
Trevor Petersen (Thos) – Graham Avenel – Justin Bernier
Nathan Bernier – Jan Krivohlavek – (alternance d’ailiers)

Défenseurs : (rotation à cinq)
Gaëtan Cannizzo – Alexandre Perron-Fontaine (A)
Baptiste Bruyas – Nicolas Favarin
David Hennebert

Gardien :
Alexis Neau (jusqu’à 20’) puis Carmine Guerriero (sorti de 57’30 à 58’30 puis de 59’05’’ à 60’)

Remplaçants : Aurélien Gréverend (A), Maël Letort. Absents : Markus Piispanen.

La Roche-sur-Yon

Attaquants :
Bohuš Farkašovský – Nathan Medeiros – Michal Dian
Andrew Donald (C) – Matthieu Frecon – Valentin Jacques
Jimi Palanto – Edmund Piačka – Valtteri Järviluoma
Matthieu Joerger – Quentin Durand – Antoine Mony

Défenseurs :
Skylar Strumas – Hugo Laporte
Marek Charvát – Gabriel Labbe
Louis Seignez – Gaétan Magne

Gardien :
Marek Peksa.

Remplaçants : Julien Gaubert (G), Damien Bourguignon, Alexandre Vigor. Absents : Justin Vienneau, Cyril Selin.

Les commentaires sont fermés.