Colmar – Annecy (Division 2, huitième de finale aller)

348

Après une saison on ne peut plus satisfaisante pour un promu, Colmar inaugurait ce soir les premiers play-offs de Division 2 de son histoire. En face des Titans, les Chevaliers du Lac d’Annecy faisaient légitimement figures de favoris, malgré l’absence de nombreux « cadres » pour cette partie (Martin Millerioux, Mathieu Leblond, Yann Diaferia et Alexandre Delplanque notamment). Les Savoyards, récemment descendus de Division 1, ont lutté durant toute la saison en quête du podium de la poule Sud, plus relevée que celle où ont évolué les Alsaciens.

Qui plus est, les Titans ont eu quelques difficultés à confirmer leur excellent début de saison, échouant à la dernière minute du dernier match de saison régulière à la sixième place, après avoir côtoyé durablement le podium eux aussi.

Qu’importe, ces play-offs sont la cerise sur le gâteau de leur saison. Ils pouvaient donc maintenant offrir à leur public (trop peu nombreux ce soir, c’est une déception) un match de gala en guise de remerciements, avant de se voir privés de patinoire durant six mois, le temps de refaire la dalle en béton et les installations de réfrigération, obsolètes.

… à moins que les Haut-Rhinois créent une nouvelle surprise. Qui sait, les Annéciens sont sans doute donnés favoris, mais les play-offs, c’est autre chose que la saison régulière. Attention toutefois aux situations spéciales. Si les deux adversaires du soir sont relativement efficaces au niveau des jeux en infériorité, il n’en est pas de même au niveau des supériorités, Colmar étant parmi les équipes les plus faibles (10% d’efficacité) quand Annecy tire plutôt bien son épingle du jeu (environ 25%). La gestion des pénalités sera sans doute une des clés de ce duel… entre autres.

Les deux protagonistes débutent à peine qu’ils se voient déjà renvoyés aux vestiaires, le temps que la glace soit consolidée le long du portail d’accès de la surfaceuse. C’est donc avec une bonne demi-heure de retard que les équipes se retrouvent de nouveau sur la glace, passablement déconcentrées par ce contretemps. Les échanges sont prudents, crispés, même si Colmar rencontre la transversale lors de sa première vraie action, en supériorité (4’33). Annecy ouvre la marque sur son unique supériorité du tiers, par un tir de Victor Vitton-Mea occasionnant un cafouillage devant la cage de Roman Shumikhin (0-1 à 7’58).

Hormis une réponse à bout portant que Lukas Prokop ne peut concrétiser (9’31), la partie est jouée prudemment. Les deux équipes sont postées très défensivement. Le match est donc relativement fermé, même si la fin de période semble se débrider un peu sur cet essai de Fabrice Leglaive (16’43), ou cet envoi de Raphaël Papa dévié par la mitaine de Shumikhin (17’53). Colmar, pourtant crédité de quatre supériorités numériques, ne parvient pas à perforer le box statique des quatre Hauts-Savoyards et encore moins à tirer, si ce n’est sur cette jolie combinaison à trois qui échoue sur Benjamin Accarier bien placé (18’22). Les Titans, en confirmant leurs mauvaises dispositions de powerplay, ne sont-ils pas en train de perdre de précieuses occasions de revenir à la marque ?

À vrai dire, ils n’auront pas trop le temps de se pencher sur la question puisqu’ils vont désormais vivre une grosse partie du reste du match à jouer en situations spéciales, et notamment en infériorité. Lors d’une première accalmie à ce sujet, Ruslan « TGV » Bashirov fait parler sa pointe de vitesse en s’échappant le long de la bande en zone neutre pour repiquer sur la droite d’Accarier (1-1 à 27’36). Le speaker n’a pas eu le temps d’annoncer le but que la roquette russe se fait de nouveau idéalement servir lors du coup d’envoi, pour le même schéma d’échappée et le même résultat (2-1 à 27’44). En l’espace de 8 secondes, Colmar vient de se mettre à l’abri de son adversaire, devant un public médusé, puis euphorique.

Annecy pilonne alors la cage de Shumikhin, mais les Haut-Rhinois vont tenir, même sur cette double infériorité due à un blocage « cul de poule » contre la bande de Mehdi Moushrif, mal récompensé de son geste pourtant impeccable (30’18), puis d’un bout de crosse de Shumikhin qui heurte un patin annécien lors d’un dégagement de sa cage (31’55). La bronca du public se fait entendre, mais le trio alsacien, tout comme le reste de l’effectif, tient la baraque, bien aidé par son portier qui reste concentré sur ses angles, fréquemment visés par les Hauts-Savoyards. Colmar commence à revenir à la surface en fin de tiers , sur un essai de Bashirov, servi impeccablement par Thomas Mathieu, mais que bloque Accarier (39’02).

Il reste encore vingt minutes à tenir. Annecy démarre tambour battant, d’un essai de près de Jiri Jelen, après que Thomas Mathieu a chauffé de près les jambières d’Accarier, qui repousse d’un grand écart (40’40). Le duo Cruchandeau-Prokop n’est pas en reste (42’00), ce qui donne une partie animée, bien que tenue principalement par les Annéciens. Ils se font cependant surprendre sur ce tir à mi-distance de Benjamin Leconte : le palet ricoche devant la cage, Michal Macko en faction ne se pose pas de question pour le pousser au fond (3-1 à 42’53). Les locaux peuvent alors souffler mais le danger rôde, notamment après une charge dos à la bande d’Eloi Lenner (45’17). Dans la foulée, Thomas Mathieu vient harceler très haut la relance et ne peut contenir un geste d’accrocher, le genre de geste qu’un hockeyeur pratique 20-30 fois par match, par réflexe. Sur le coup, le geste est sanctionné, occasionnant une double infériorité, rapidement exploitée sur un travail de près conclu par Cyril Papa décalé (3-2 à 47’05). Voilà qui risque de mettre à mal le travail des Alsaciens, que l’on retrouve progressivement anesthésiés devant leur zone, et passablement passifs pour soulager leur gardien des assauts adverses.

C’est le moment où le capitaine Maxime Mathieu lâche un grand coup de gueule en revenant sur le banc, histoire de recadrer ses troupes (50’52). Grand bien lui fasse, les Titans se reconcentrent devant Shumikhin, impeccable de placement, et opposent une résistance arc-boutée devant les assauts des visiteurs, même dans les derniers instants, alors que les organismes sont cramés au point de ne plus pouvoir relancer vigoureusement le palet. La sortie d’Accarier (59’16) puis le temps mort demandé par le banc annécien ne changeront pourtant rien. C’est bien Colmar qui tient son match, et pense même avoir enfoncé le clou en cage vide, avant que l’arbitre n’invalide le but suite à un dégagement interdit, tardivement sifflé.

Qui eût crû que les Colmariens seraient, au soir de ce premier tour de play-offs, les seuls de la poule Nord à avoir vaincu leurs adversaires ? Certes, la domination savoyarde fut effective, mais rendue stérile par la solidarité de Colmar, qui a opposé un courage sans faille, malgré la fatigue de ce combat. Six défenseurs prudents, appliqués, concentrés sur leur repli et leur placement, devant un Shumikhin qu’on n’avait plus vu aussi déterminant depuis le début de saison. Les trios offensifs ont, avant tout, joué au culot tout en misant sur la vitesse d’un Bashirov, la dextérité d’un Thomas Mathieu et surtout le volontarisme de tous.

C’est peut-être un peu de cette détermination qui a manqué aux Chevaliers du Lac. Certes, ils sont venus sans une ligne complète d’attaquants (et pas des moindres). Pourtant, ils disposaient, sur le papier, de plus de métier, mais ils ont manqué de percussion devant la cage (densément protégée), et ont peut-être péché d’avoir trop voulu exploiter le schéma de viser les angles inférieurs des cages de Shumikhin, bien concentré à ce niveau.

Les Annéciens n’ont donc plus de droit à l’erreur face aux Colmariens qui continueront, eux, de jouer crânement leurs chances. Après tout, la patinoire alsacienne ne fermera que le 30 mars prochain, il reste donc encore de la place pour accueillir au moins un tour supplémentaire de play-offs !

 

Colmar – Annecy 3-2 (0-1, 2-0, 1-1)
Samedi 23 février 2019 à 18h15 à la patinoire de Colmar. 400 spectateurs.
Arbitrage de Jason Thorrignac assisté de Guillaume Gardiol et Johan Fauvel.
Pénalités : Colmar 18′ (2′, 8′, 8′) ; Annecy 12′ (8′, 4′, 0′).
Tirs : Colmar 29 (14, 9, 6) ; Annecy 39 (9, 19, 11).

Évolution du score :
0-1 à 07’58 : Moncenix assisté de Vitton Mea et R.Papa (sup.num.)
1-1 à 27’36 : Bashirov assisté de Kern
2-1 à 27’44 : Bashirov assisté de Salvin et Urusev
3-1 à 42’53 : Macko assisté de Kern et Leconte
3-2 à 47’05 : C.Papa assisté d’Arnaud et Vitton Mea (double sup.num.)

Colmar

Attaquants :
Ruslan Bashirov – Maxime Mathieu (C) – Thomas Mathieu
Jonathan Estienne – Corentin Cruchandeau – Lukas Prokop
Michal Macko – William Kern – Benjamin Leconte

Défenseurs :
Ilya Urusev – Benoit Salvin
Eloi Lenner (A) – Mehdi Moushrif
Lucas Maurer – Julien Maricato

Gardien :
Roman Shumikhin

Remplaçant : Étienne GrandPerrin (G). Absents : Marek Bais, Mickaël Tin, Maximilien Lambolez, Maxime Leroux, Teo Haffner.

Annecy

Attaquants :
Benjamin Arnaud (C) – Cyril Papa – Pierrick Pierrée
Hugo Moncenix – Raphaël Papa (A) – Florentin Lardy
Fabrice Leglaive – Jiri Jelen – Valbert Contat

Défenseurs :
Martin Cizek ou Luca Bertrand – Victor Vitton Mea (A)
Gregory Dufour – Alban Rodriguez

Gardien :
Benjamin Accarier

Remplaçant : Ulysse Held (G). Absents : Martin Millerioux, Dorian Rachex, Mathieu Leblond, Yann Diaferia, Alexandre Delplanque (doigt cassé).

Les commentaires sont fermés.

elit. odio accumsan Phasellus Aenean porta. libero commodo Donec vulputate, dapibus fringilla