Grenoble – Anglet (Ligue Magnus, 42e journée)

Les Brûleurs de Loups malmenés par Anglet

71

Dernière ligne droite avant les play-offs avec les trois dernières journées de la saison régulière de la Synerglace Ligue Magnus. Pour les Brûleurs de Loups, l’enjeu est limité puisqu’ils sont sûrs de terminer à la deuxième place du classement, derrière Rouen (à 12 pts) et devant Amiens (à 30 pts). L’objectif est donc de poursuivre la série de victoires (8 en cours) et de préparer au mieux les quarts de finale qui débutent dans une semaine.

Pour la première fois de la saison, Edo Terglav pourra sur un effectif quasiment au complet puisque tous les blessés à l’exception de Goličič sont aptes. Le public de Pôle Sud pourra donc voir pour la première fois de la saison sous le maillot grenoblois Sacha Treille et Kyle Hardy, dont le retour a été annoncé fin janvier. Damien Fleury, Teddy Da Costa, Antonin Manavian et Patrick McEachen sont également de retour dans un effectif qui a fière allure. Revers de la médaille, c’est l’heure des choix pour Edo Terglav, obligé de laisser de côté des joueurs valides. Si Lucien Onno et Dylan Fabre sont laissés à la disposition de Vaujany et Chambéry qui jouent le maintien dans leurs divisions respectives, c’est surtout Vincent Kara qui fait les frais des choix de l’entraîneur grenoblois.  Les Brûleurs de Loups se présentent avec quatre lignes d’attaque et quatre lignes de défense pour cette répétition générale avant les derniers matchs à Nice dimanche et contre Rouen mardi.

Pour Anglet, il s’agit d’une des dernières chances pour accrocher les play-offs. Une défaite en temps règlementaire ce soir condamnerait en effet les Angloys. Les espoirs de l’Hormadi se sont en effet sérieusement réduits au cours des dernières journées avec des défaites face à des concurrents directs : 3-4 contre Mulhouse, 3-5 contre Chamonix, et 3-4 après tirs au but contre Lyon la semaine dernière.  Beaucoup de points laissés en route qui pourraient être rédhibitoires au moment du décompte final surtout que les Basques enchaînent avec un match à Amiens demain. Le retour d’Ylönen a fait du bien dans l’effectif après une longue blessure alors que Decock, Blain et Silvennoinen sont toujours à l’infirmerie.

Les Angloys montrent rapidement qu’ils ne sont pas venus pour jouer les faire-valoir. Ce sont eux qui montrent les premières intentions offensives avec une première tentative de Lamboley. Plutôt prudents au cours des premières minutes, les Brûleurs de Loups accélèrent sous l’impulsion de leur première ligne : après plusieurs tentatives de Champagne et Kearney, Leclerc fait le tour de cage et met le palet entre le poteau et la jambière de Ylönen (1-0, 03’11). Ce but libère les Grenoblois qui passent l’accélérateur avec la seconde ligne et une multitude de tirs de McEachen, Treille et Manavian qui bombardent la cage angloye.

Passé ce coup de chaud, la défense basque arrive à se dégager mais Grenoble ne garde pas moins la maîtrise du palet avec une grosse activité en zone offensive. Une reprise de Champagne en excellente position n’est pas cadrée mais la défense angloye court après le palet en ce début de match… Sur une remontée de palet foudroyante, McEachen lance Fleury qui décale Sacha Treille, lequel se présente seul face à Ylönen et lève le palet pour inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs (2-0, 09’58). Les Brûleurs de Loups semblent un ton au-dessus en ce début de match. Dès le coup d’envoi, Latendresse met Tartari en position idéale pour inscrire le troisième but grenoblois mais Tartari, aligné en attaque ce soir, croise trop son tir.

La première pénalité de la rencontre est bêtement concédée par Denny Kearney qui dégage directement le palet au-dessus du plexiglas. Riendeau en profite pour mettre le turbo et traverser la défense grenobloise. Il se fait accrocher par Trabichet au moment de tirer. Trabichet rejoint Kearney en prison et les Angloys peuvent donc évoluer à cinq contre trois, une occasion rêvée. Après une bonne circulation de palet en zone offensive, un lancer de Jalbert est contré dans une forêt de jambes. Le palet revient sur Arrossamena qui n’a plus qu’à le pousser dans la cage grande ouverte (2-1, 13’05). Anglet se relance avec ce but qui vient interrompre un début de match très compliqué.

Après une période de flottement, Grenoble repart à l’attaque avec notamment un beau lancer de Leclerc capté de la mitaine par Ylönen. Dominateurs à cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups reprennent leur entreprise de domination dans la zone offensive avec notamment des lancers de McEachen et Treille, tous deux captés par Ylönen de nouveau mis sous pression. Sur une action anodine dans la dernière minute, Latendresse fait trébucher Phelps en zone offensive. Les Angloys n’ont quelques secondes en supériorité numérique avant la fin du tiers pour marquer : et ce sera fait sur un palet ressorti le long de la bande par Poudrier pour Riendeau qui peut s’avancer sans opposition avant de nettoyer la lucarne de Horak (2-2, 19’54). Les compteurs sont remis à zéro à la fin de la première période !

Les Brûleurs de Loups semblent déterminés au début de la seconde période : Ylönen doit s’employer pour repousser un tir du revers de Rohat dès les premières minutes. Le portier angloy s’illustre de nouveau en repoussant successivement les tirs de Baylacq, Arnaud et Kramar sur la même action ! Il remet ça quelques instants plus tard en anticipant bien une passe en retrait de Kearney pour Hardy qui arrivait lancé pour prendre un tir très bien repoussé par le portier angloy. Très chaud en ce début de tiers, Ylönen sort encore le grand jeu en repoussant un palet laissé par Rohat en retrait pour Tartari dans l’axe.

À force de pousser, les Brûleurs de Loups obtienne une pénalité de Pons. Mais paradoxalement, les Isérois jouent bien moins bien à cinq contre quatre qu’à égalité numérique. Le boxplay angloy tue facilement la pénalité et enchaîne avec une supériorité numérique à la suite d’une faute de Tartari sur Olsson. Poudrier lance tout de suite à la cage en power-play mais un contre grenoblois est tout près d’aboutir sur un contre de Balyacq qui décale bien Hardowa mais le tir de ce dernier est contré. Mais encore une fois les Brûleurs de Loups se font sanctionner pour indiscipline avec un coup de coude de Champagne en zone offensive.

De nouveau à cinq contre trois, Anglet a une énorme occasion de prendre l’avantage au tableau d’affichage. Horak doit multiplier les arrêts devant Poudrier et Jalbert notamment pour repousser l’échéance. Sova aurait pu marquer sur un gros lancer à la cage au milieu du trafic. Le boxplay grenoblois plie mais cette fois ne rompt pas. De retour à cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups placent deux contres bien placés mais Fleury puis Leclerc manquent la cage. Une fois l’orage passé, les Isérois essaient de reprendre le fil du match et peuvent se relancer après une pénalité de Phelps. Mais le power-play grenoblois manque d’automatismes avec l’intégration de plusieurs nouveaux éléments. L’installation du jeu de puissance est trop longue, tout comme la transition du palet.

Finalement c’est de retour à cinq contre cinq que Grenoble se montre le plus dangereux : Ylönen réalise deux arrêts exceptionnels sur une reprise de Hardy puis en face-à-face avec Leclerc qui avait réussi à fausser compagnie à la défense angloye. Sur cette action, Mathieu Pons est contraint de faire la faute sur Leclerc et les Brûleurs de Loups peuvent enchaîner avec une deuxième supériorité numérique. Mais le manque de présence devant la cage adverse ne permet pas aux Grenoblois de trouver la faille dans la muraille Ylönen qui monte en puissance au fil du match. Kunnas profite d’un relâchement de la défense grenobloise au retour à cinq contre cinq pour se frayer un chemin jusqu’à la cage mais Horak repousse de justesse. Après un tiers animé au cours duquel les gardiens ont fait le spectacle, les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score toujours de parité.

Anglet montre sa détermination dès le début de la troisième période avec un lancer de Tarantino bien bloqué par Horak. Mais la bataille est féroce pour la conquête du palet en zone neutre entre deux équipes bien impliquées défensivement. Sur un des rares relâchements de la défense angloye, Leclerc parvient à faire la différence pour se présenter seul face à Ylönen… qui une fois de plus remporte le duel avec l’attaquant grenoblois. Les Brûleurs de Loups continuent d’insister en zone offensive mais continuent de buter sur le gardien basque, impressionnant de solidité ce soir. Les minutes défilent sans qu’on ne sache de quel côté la rencontre va basculer. Une pénalité de Louis Vitou sur Tartari en zone neutre donne un premier élément de réponse. Très peu efficace sur leurs trois premières supériorités numériques, les Brûleurs de Loups doivent cette fois se montrer mieux organiser en mettant plus de trafic devant Ylönen. Kearney lance une première fois à la cage mais Ylönen bloque sans rebond. Finalement Grenoble parvient enfin à trouver l’ouverture sur un lancer de McEachen dévié subtilement devant la cage par Da Costa alors qu’Ylönen avait anticipé du mauvais côté (3-2, 50’08).

Les Brûleurs de Loups n’ont plus qu’à travailler pour conserver leur avantage alors qu’Anglet doit faire le forcing pour égaliser car une défaite en temps règlementaire les éliminerait des play-offs. Sacha Treille se fait une petite frayeur en plongeant la tête la première dans la bande. Une grosse charge de Legault sur Phelps donne le ton de la fin du match avec l’intensité qui monte d’un cran. Défensivement bien en place, les Grenoblois laissent venir les attaquants basques en écartant au maximum le palet sans concéder d’occasion très franche. Olivier Dimet sort alors son gardien dans les deux dernières minutes pour essayer de trouver l’égalisation à six contre cinq. Arnaud offre le palet sur un plateau le palet du but à Baylacq qui manque le contrôle face à la cage vide ! Une occasion manquée de tuer le match qui aurait pu coûter cher car le palet flirte dangereusement avec la cage grenobloise dans les instants suivants. Finalement, Damien Fleury récupère le palet en zone défensive et l’offre à Sébastien Rohat qui lui ne manque pas l’occasion de marquer en cage vide (4-2, 59’50).

Les Brûleurs de Loups étaient partis en trombe avec deux buts marqués au cours des dix premières minutes. On pouvait penser que l’armada grenobloise alignée ce soir n’allait faire qu’une bouchée du promu angloy. Mais la belle machine s’est enrayée le temps de deux infériorités numériques (pour une fois) mal négociées qui ont permis à Anglet de revenir au score juste avant la fin du premier tiers-temps. Comme face à Mulhouse (mais cette fois sans l’excuse des absences !), la suite fut laborieuse pour une équipe grenobloise clairement en manque d’automatismes avec le retour des blessés et l’intégration des nouveaux joueurs. On retiendra tout de même les bons débuts de Sacha Treille pour son retour à Pôle Sud et ceux plus timides de Kyle Hardy qui doit encore trouver son rythme. Les Brûleurs de Loups ont encore deux matchs pour trouver leurs repères et monter vraiment en puissance avant le début des play-offs : dimanche à Nice et mardi face à Rouen pour un dernier choc en saison régulière qui fera figure de test.

Anglet ne disputera donc pas les play-offs cette saison pour son retour en Ligue Magnus. La défaite en temps règlementaire condamne l’Hormadi qui a réalisé une grosse prestation ce soir sur la glace de Pôle Sud malgré la différence de profondeur de banc. Bien organisés défensivement, les Angloys ont su surprendre Grenoble par deux fois en supériorité numérique grâce notamment à la vista d’un Riendeau dans tous les bons coups offensivement. Mais la star du jour côté Anglet, c’est sans conteste Sebastian Ylönen qui a très longtemps frustré les attaquants grenoblois en multipliant les arrêts exceptionnels. Une grosse performance qui a permis à son équipe d’y croire presque jusqu’au bout. Anglet jouera demain à Amiens pour préparer déjà les play-downs mais à la vue de ce qu’ils ont montré ce soir, ils devraient conserver sans difficulté leur place en Ligue Magnus.

Désignés joueurs du match : Sacha Treille (Grenoble) et Sebastian Ylönen (Anglet)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a commencé comme on voulait, on marque deux buts et après les deux pénalités nous ont coupé l’énergie, le momentum. Ça ne prend pas grand-chose aujourd’hui dans le hockey. À 2-1, on prend une autre pénalité en toute fin de première période, ils reviennent dans le match…. C’était un peu dommage que notre jeu en désavantage numérique aujourd’hui n’était pas au même niveau que tout au long de la saison mais sinon il y a eu beaucoup de bonnes choses. Défensivement, à cinq contre cinq, si on regarde les quatre-cinq derniers matchs, on n’a donné que trois buts. C’est cet aspect du jeu dont on parle beaucoup, les jeux sans palet, bloquer les shoots, être bien dans la zone défensive… C’est une des choses que j’ai beaucoup aimées ce soir. Très content de Sacha [Treille], son premier shift, deux mises en échec, un shoot bloqué, c’est super pour lui, il marque son premier but aussi. Kyle [Hardy], c’est ce qu’on a vu l’année passée, il fait beaucoup de bonnes choses sur la glace, ça fait du bien à tout le monde de le revoir sur la glace. Les deux derniers matchs, Nice est une équipe qu’on peut jouer en play-offs et derrière le match contre Rouen…. C’est important de jouer de la bonne manière avec l’équipe au complet. On joue contre des équipes qui se battent pour aller jouer en séries ou des équipes qui préparent pour les séries, il faut qu’on soit prêt à jouer avec beaucoup d’intensité, à gagner les batailles… Tout le monde est là, c’est la première fois de l’année, c’est important que tout le monde rentre dans le rythme, que tout le monde connaisse son rôle pour les play-offs. Ces matchs sont importants pour ça. On a 23 joueurs, maintenant c’est à moi de voir qui joue ou pas. Le message aux joueurs, c’est à chacun de garder sa place ».

Sacha Treille (attaquant de Grenoble) : « C’était super sympa d’aller chercher la victoire pour le premier match… c’était le plus important. Après, le but fait toujours plaisir, surtout après deux mois et demi d’absence, je suis quand même content du retour. Il y a encore beaucoup de choses à travailler. La performance a été bonne les vingt premières minutes et après j’ai vite un peu perdu le rythme. J’ai trois matchs avant les play-offs pour travailler là-dessus et ça devrait aller. C’était super, on s’est bien trouvé pour un premier match, surtout que ça fait très peu de temps qu’on joue ensemble. J’ai hâte de me remettre encore plus en forme pour être performant sur soixante minutes. »

Kyle Hardy (défenseur de Grenoble) : « Ça fait trois quatre semaines que je suis là pour les entraînements mais pas pour les matchs, ça fait du bien de retrouver le public, de jouer avec mon équipe… C’est toujours un peu différent de jouer les matchs même si on s’entraîne à fond. J’avais les jambes un peu lourdes à la fin du match. On a une victoire, pour moi c’est la première de la saison, ça fait du bien. Avec Sébastien [Bisaillon], je sais comment il joue, ça fait deux ans qu’on joue ensemble. C’est très facile de jouer avec Seb, on se connaît bien. Je suis venu là pour gagner, tout le monde le sait. On a deux matchs qui restent avant les play-offs, l’objectif pour moi c’est de retrouver mon niveau. Après une blessure comme ça, ça va prendre quelques matchs de retrouver mes habitudes sur la glace mais ça va venir vite. Le premier match est toujours le plus dur, il est derrière moi. Ça fait deux mois que je m’entraîne à fond. Même si je pense que je suis en forme, jouer les matchs c’est toujours différent. J’attendais le feu vert du staff, je voulais jouer dès que je suis arrivé il y a trois semaines. Je pense que c’est important de jouer pour être en forme, comprendre comment tout le monde joue et reprendre mes habitudes. J’étais content ce soir, je n’étais pas à 100% mais j’ai eu des occasions. On a beaucoup de bons joueurs, beaucoup de talent et je pense que ça va être le fun de jouer avec eux le prochain mois et demi. L’année dernière, on n’a pas vraiment réussi mais on a tous pris de l’expérience, on sait ce qu’il faut faire pour aller au bout. Tout le monde a le même objectif en tête pour gagner la coupe à la fin. »

Olivier Dimet (entraîneur d’Anglet) : « C’est dommage parce que je crois que ce soir on aurait mérité un point. On a eu une entame de match difficile où Grenoble nous a mis sous pression et c’est vrai qu’on a eu du mal à prendre nos repères avec les dimensions de la glace par rapport à la nôtre qui est une petite glace. Ils mènent rapidement 2-0, derrière on a su réagir et on arrive à revenir. Je crois que le deuxième tiers a été un peu en notre faveur, on a eu de grosses infériorités qui nous ont donné de la confiance. Derrière, ça se joue à pas grand-chose mais l’effectif de Grenoble est supérieur au nôtre même si on était venu là pour faire quelque chose et pour montrer qu’on était capable de rivaliser. J’avais dit aux joueurs qu’on n’avait pas de pression, qu’il fallait jouer libérés et surtout prendre du plaisir parce qu’on joue dans une belle patinoire face à une superbe équipe. Donc il ne fallait pas avoir de regrets, il fallait jouer notre jeu à fond. Je crois que les gars l’ont fait ce soir, donc il faut leur rendre hommage, on a eu un super Sebastian Ylönen aussi dans la cage. Mais il manque deux ou trois petites choses pour ramener un point. On va récupérer, on a un match demain à Amiens, on savait qu’on avait un road trip important en enchaînant Grenoble et Amiens. On est sûr de jouer les play-downs donc on va se concentrer pour assurer le maintien le plus rapidement possible. Il n’y a pas de honte, on avait annoncé que l’objectif de cette saison était le maintien. Il nous reste encore des points à aller chercher pour l’assurer. Mais on est des compétiteurs, on aurait aimé aller chercher les play-offs mais on a eu pas mal de mésaventures cette année, notamment avec la blessure de Sebastian Ylönen pendant trois mois, ça nous a manqué et je suis persuadé que s’il avait été là et avec un peu moins de blessés, on aurait pu aller chercher une huitième ou septième place, mais c’est comme ça, c’est le sport… Aujourd’hui, l’objectif, c’est vraiment d’assurer ce maintien et de faire en sorte que l’Hormadi reste en Ligue Magnus. Ce soir on a prouvé qu’on était capable de jouer à ce niveau-là. C’est un effort collectif, le gardien a été bien protégé, les joueurs ont fait les efforts, ils se sont sacrifiés sur pas mal de shoots et pas mal de palets. C’est notre philosophie de jeu, on sait qu’on est moins bons individuellement que des équipes comme Grenoble, Rouen ou Amiens mais collectivement, on a cette cohésion et cette force qui fait que chacun se bat pour le copain d’à côté et défend le maillot le plus fièrement possible. On va garder ça comme crédo et aller chercher les points qui nous manquent pour assurer le maintien. »

 

Grenoble – Anglet 4-2 (2-2, 0-0, 2-0)

Vendredi 22 février 2019 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3539 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Crégut et Jérémy Rauline assistés de Guillaume Gielly et David Courgeon
Pénalités : Grenoble 10’ (6’, 4’, 0’), Anglet 8’ (0’, 6’, 2’)
Tirs : Grenoble 42 (14, 16, 12), Anglet 29 (10, 11, 8)

Évolution du score :

1-0 à 03’11 : Leclerc assisté de Kearney et Champagne
2-0 à 09’58 : Treille assisté de Fleury et McEachen
2-1 à 13’05 : Arrossamena assisté de Jalbert et Sosa (double sup. num.)
2-2 à 19’54 : Riendeau assisté de Poudrier et Jalbert (sup. num.)
3-2 à 50’08 : Da Costa assisté de McEachen et Treille (sup. num.)
4-2 à 59’50 : Rohat assisté de Fleury et Treille (cage vide)

Grenoble

Attaquants :

Denny Kearney (2’) – Joël Champagne (C) (2’) – Guillaume Leclerc
Sacha Treille – Sébastien Rohat – Damien Fleury (A)
Christophe Tartari (A) (2’) – Olivier Latendresse (2’) – Maxime Legault
Julien Baylacq – Teddy Da Costa – Mathias Arnaud

Défenseurs :

Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Patrick McEachen – Antonin Manavian
Teddy Trabichet (2’) – Connor Hardowa
Dominik Kramar – Aleksandar Magovac

Gardien :

Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Boštjan Goličič (poignet), Vincent Kara, Lucien Onno, Dylan Fabre.

Anglet

Attaquants :

Alexander Olsson – Loik Poudrier – Yanick Riendeau
Chase Phelps (2’) – Sébastien Gauthier (A) – Nicolas Arrossamena
Florent Neyens – Robin Lamboley – Lionel Tarantino
Alejandro Burgos – Louis Vitou (2’) – Victor Ranger

Défenseurs :

Dominic Jalbert – Joona Kunnas
Ales Sova – Kévin Maso
Mathieu Pons (4’) – Dave Grenier

Gardien :

Sebastian Ylönen [sorti de 58’35’ à 60’00’]

Remplaçant : Léo Bertein (G). Absents : Miika Wiikman, Thomas Decock, Luc-Olivier Blain, Riku Silvennoinen.

Les commentaires sont fermés.

nunc libero sit dapibus in quis, sem, ante. risus efficitur. Praesent