La Russie doucement mais sûrement

169

La Russie est l’un des grands favoris du groupe B des Mondiaux, statut qu’elle partage avec la Suède.

Les Russes débutent semble-t-il en douceur face à une équipe de Norvège qui veut assurer avant tout le maintien, avant de penser aux quarts de finale. Mais les Scandinaves peuvent-ils gratter des points aux Russes ? C’est un sacré défi qui s’offre à eux, en particulier pour leur gardien Henrik Haukeland, désigné titulaire à la suite du forfait de Lars Haugen.

Cela semble particulièrement difficile, au vu des stars mobilisées pour la Mère Patrie. L’équipe composée par Ilya Vorobyov a fière allure, alors qu’elle comptera un talent de plus samedi ou dimanche (suivant l’obtention du visa) avec l’arrivée du défenseur du Colorado Nikita Zadorov. Très peu de changement côté russe par rapport aux Carlson Hockey Games de la semaine dernière, si ce n’est que Kucherov et Dadonov échangent leur place entre le premier et deuxième trio. Un pari gagnant ?

Les Russes ont bien l’intention de plonger dans le bain des Mondiaux sans cogiter, Ovechkin offrant la première occasion à la Russie en déviant un tir de Nesterov après seulement une minute de jeu. Hormis une accélération intéressante d’Olden, la Norvège n’a pas grand chose à se mettre sous la dent, déjà bien occupée à se sortir des dangereuses séquences d’Anisimov, Kucherov ou Malkin. Et à la 9e minute, Mathis Olimb écope de la première pénalité du match, faisant faute sur Kovalchuk en zone neutre. Et les Russes ne mettront que très peu de temps pour convertir leur jeu de puissance, 12 secondes très exactement : Evgeny Malkin se poste derrière le but et sert devant l’enclave Evgeny Dadonov qui, entouré des quatre norvégiens, parvient à frapper et ouvrir le score (1-0, 08’39).

La Russie mène déjà au score, et réussit même à tuer sa première pénalité, une faute stupide d’Orlov qui n’était pas parvenu à contrôler le puck. Cela a au moins le mérite d’offrir aux Norvégiens de bonnes séquences et d’acquérir davantage de confiance… jusqu’au deuxième but russe. Les Russes montre un fantastique jeu de passes en zone offensive : Dmitri Orlov pour Mikhail Grigorenko pour Artyom Anisimov, placé devant le demi-cercle, qui marque du revers (2-0, 14’33). Les Russes sont dominateurs dans ce premier tiers-temps, et auraient pu arriver à la pause avec un 3-0 en poche si Grigorenko avait cadré sa tentative devant Haukeland.

Il faut rapidement réagir pour la Norvège si elle ne veut pas sombrer. Une faute de Malkin à l’amorce de la seconde période semble un bon début, mais le jeu défensif des Russes est toujours solide et ne permet pas de casser le mur tenu par Andrei Vasilevskiy. Pire, Nørstebø est envoyé en prison en tentant d’enrayer tant bien que mal une accélération de Malkin. Le jeu de puissance est profitable à la Russie, grâce à un lancer redoutablement précis de Nikita Kucherov (3-0, 28’13). Le calvaire n’est pas fini. Une minute plus tard, Haga voyage à son tour sur le banc des pénalités, et les Russes inscrivent un copié-collé du premier but : Malkin derrière la cage, pour Dadonov devant le but qui frappe à bout portant (4-0, 29’47). Vorobyov apprécie, lui qui a connecté Dadonov à Malkin sur le même trio.

Cela commence sérieusement à sentir le roussi pour la Norvège entraînée par Petter Thoresen, qui peine à se créer des occasions franches pour déstabiliser une Russie redoutablement efficace. À une minute de la deuxième pause, les Scandinaves réussissent à se créer leur occasion la plus franche : Andreas Martinsen récupère le palet couloir gauche et centre, Mathis Olimb reprend, mais bien trop mollement pour inquiéter Vasilevskiy, qui s’interpose en papillon.

Auteur d’une passe particulièrement dangereuse avant le buzzer du deuxième tiers-temps, Nikita Gusev aura davantage de réussite dans le troisième. Nikita Kucherov et Dinar Khafizullin effectuent un une-deux en zone offensive, puis le puck est transmis à la flèche de Saint-Pétersbourg Gusev qui frappe instinctivement, entre les jambes de Haukeland (5-0, 41’26). Le gardien norvégien n’est pas à la fête mais, en dépit des cinq pions, il continue tout de même de faire bonne figure. D’abord devant Ovechkin dans le slot. Mais surtout à la 45e minute, le portier du TPS Turku étend sa mitaine pour capter une nouvelle frappe de Kucherov, fantastique arrêt !

Le match est plié, et on peut supposer que les Russes appuient sur le frein dans les dix dernières minutes. L’occasion pour la Norvège de redresser la tête et de sauver l’honneur. Alexander Bonsaksen, Mattias Nørstebø et Andreas Martinsen obtiennent de bonnes occasions, mais échouent les uns après les autres face à Andrei Vasilevskiy. Thomas Valkvæ Olsen et Jonas Holøs y parviendront, permettant ainsi à la Norvège de ressortir de ce combat avec un score plus flatteur : 5-2 Russie.

En dépit des deux buts encaissés en fin de match, la Russie s’impose et annonce la couleur. La prochaine proie de l’armada d’Ovechkin et Malkin sera l’Autriche, dimanche, qui tentera de faire mieux que les Norvégiens, opposés quant à eux samedi à la Tchéquie.

Élus joueurs du match : Nikita Kucherov pour la Russie, Martin Røymark pour la Norvège.

Commentaires d’après-match

Patrick Thoresen (attaquant de la Norvège) : « Nous avons 10-12 bonnes premières minutes, puis à la fin du match. Nous y avons montré notre caractère. Tout le monde savait que le match était plié, mais nous voulions aller jusqu’au bout. Pour nous, cela fait du bien, nous allons transférer cette énergie au prochain match. Je pense que la Russie a joué à 70-80% de son potentiel. Quand ils commencent à jouer contre les meilleures équipes, ils ajoutent de l’essence. Ils seront très forts. »

 

Russie – Norvège 5-2 (2-0, 2-0, 1-2)
Vendredi 9 mai 2019 à 16h15 au Zimný štadión Ondreja Nepelu de Bratislava. 7698 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Stephen Reneau (USA) assistés de Roman Kaderli (SUI) et Miroslav Lhotsky (TCH).
Pénalités : Russie 6′ (2′, 2′, 2′), Norvège 8′ (2′, 4′, 2′)
Tirs : Russie 27 (9, 9, 9), Norvège 27 (7, 6, 14).

Évolution du score:
1-0 à 08’39 : Dadonov assisté de Malkin et Kucherov (sup. num.)
2-0 à 14’33 : Anisimov assisté de Grigorenko et Orlov
3-0 à 28’13 : Kucherov assisté de Sergachyov (sup. num.)
4-0 à 29’47 : Dadonov assisté de Malkin et Gusev (sup. num.)
5-0 à 41’26 : Gusev assisté de Kucherov et Khafizullin
5-1 à 56’07 : Valkvæ Olsen assisté de Reichenberg
5-2 à 57’47 : Holøs assisté de Martinsen

Russie

Attaquants :
Mikhail Grigorenko (+1) – Evgeny Malkin (A, 2′) – Evgeny Dadonov
Aleksandr Ovechkin (A, +1) – Evgeni Kuznetsov – Kirill Kaprizov
Nikita Gusev (+1) – Artyom Anisimov (+1) – Nikita Kucherov (+1)
Ilya Kovalchuk (C, -1) – Sergei Andronov (-1) – Sergei Plotnikov (-1)
Aleksandr Barabanov (-1)

Défenseurs :
Mikhail Sergachyov (+1) – Nikita Nesterov
Dmitri Orlov (2′) – Nikita Zaïtsev (-1)
Dinar Khafizullin – Vladislav Gavrikov (-1)

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Aleksandar Georgiev (G). En réserve : Ilya Sorokin (G).

Norvège

Attaquants :
Sondre Olden – Mathis Olimb (A, 4′) – Patrick Thoresen (A)
Mats Rosseli Olsen (-1) – Michael Haga (2′) – Thomas Valkvæ Olsen
Mathias Trettenes – Tobias Lindström – Andreas Martinsen
Martin Røymark – Kristian Forsberg – Tommy Kristiansen
Alexander Reichenberg (+1)

Défenseurs :
Erland Lesund – Jonas Holøs (C, +2)
Alexander Bonsaksen (A, -1) – Stefan Espeland (-1)
Mattias Nørstebø (2′) – Johannes Johannesen (-1)
Christian Bull (+1)

Gardien :
Henrik Haukeland

Remplaçant : Henrik Holm (G). En réserve : Jonas Arntzen (G), Christian Kåsastul (D), Niklas Roest (A).

Les commentaires sont fermés.

non ut vulputate, sit Praesent eleifend ut