L’Allemagne sauvée par son plus jeune joueur

298

Pour son premier match en élite en vingt-cinq ans, la Grande-Bretagne évolue presque à domicile. Curiosité des lignes aériennes, il existe en effet un vol direct entre Londres-Luton et Košice. Des milliers de supporters ont donc fait le voyage et colonisent les travées de la Steel Arena. Les Allemands sont battus à plate couture côté chants, en dépit de leurs efforts. Du coup, l’arena est bien garnie et vivante.

Bowns, dernier rempart

Sur la glace, les promus mettent comme anticipé du cœur à l’ouvrage. Perlini vole un palet et se crée la première chance du match, un lancer du cercle droit en hauteur sorti par Niederberger. Les Allemands ne tardent pas à répliquer et Ben Bowns sort un double arrêt spectaculaire sur le duo Ehliz-Pföderl.

Le schéma attendu se profile avec une formation britannique enfoncée dans son camp et qui subit le patinage adverse. Frank Mauer trouve ainsi le bout de la botte de Bowns : le danger se rapproche. Le portier sauve ensuite de l’épaule un essai de Nowak sur sa gauche.

Après ces cinq minutes dominantes, l’Allemagne desserre son étreinte. Ce qui permet une incursion du petit poucet. Betteridge aurait sans doute dû tenter plutôt le tir que la passe vers Farmer, qui ne parvient pas vraiment à lancer un tir dangereux, gêné, alors que le joueur de Nottingham avait du champ…

À mi-période, Holzer concède deux minutes. Cela ne perturbe pas vraiment la défense ; les Bleus n’arrivent pas à s’installer ou à échapper aux blocs adverse. La seule fois où ils y parviennent, la crosse de Farmer explose en morceaux sur la volée !

Fidèle à sa réputation, la Grande-Bretagne ne lâche rien, bataille dans les bandes et n’hésite pas à jouer de l’épaule. Un peu trop de combativité, avec un faire trébucher contre Dowd… La défense tient le choc, disposée en carré devant Bowns. L’Allemagne, presque trop patiente, ne décoche pas vraiment de tirs avant une occasion en toute fin de supériorité, sur laquelle Bowns se couche bien.

Les promus se défendent bec et ongles, et sortent de leur coquille en fin de tiers. Une bonne présence de la ligne Perlini aboutit à deux tirs hors cadre, puis un lancer dangereux d’O’Connor, seulement le deuxième du match. À la dernière minute, Mosey s’avance jusque dans le slot et reprend à bout portant une passe de derrière la cage. Niederberger évite la catastrophe. Sur un ultime arrêt de Bowns, les Britanniques rentrent au vestiaire avec un solide 0-0.

photo Michel BourdierUn jeune talent émerge

Au retour, Davies intercepte et décolle sur la droite. Son tir en hauteur échoue sur le casque de Niederberger. Pour le reste, le match suit le schéma et les Allemands ont bien du mal à échapper au marquage adverse. Hager y parvient à droite, et Bowns repousse de la plaque. Le portier ne tremble pas non plus sur une reprise d’Eisenschmid.

Les hommes de Peter Russell cherchent le contre parfait. Ils y parviennent presque lorsque le grand espoir Liam Kirk initie un trois-contre-deux, mais il ne cadre pas. Pas mieux pour Davies, au deuxième poteau, sur une passe transversale de Lachowicz.

L’Allemagne accélère à mi-match avec plusieurs mouvements collectifs, qui manquent sans doute d’audace au tir. L’audace, cela ne manque pas aux Lions, qui tirent tous azimuts dès qu’ils arrivent en zone. Les chances allemandes montent avec un 2-contre-1 terminé par Tiffels sur Bowns à bout portant.

Les « chiffonniers » d’outre-Manche ne lâchent rien en tout cas et la formation allemande seemble bien empruntée. Elle peine à trouver des angles de tirs dangereux, multiplie les passes au lieu de jouer plus simple. Et quand Pföderl parvient enfin à percer le rideau et à débouler en échappée, Bowns campe sur sa ligne et bloque le tir…

La défense tient bon, et offre parfois un contre. Kirk déboule à gauche et Myers suit au centre au duel avec un défenseur allemand. Niederberger sort le tir du bout de la botte et Myers ne peut reprendre, avant de percuter la bande.

L’Allemagne exulte finalement à 39 secondes, sauvée par un gamin de 18 ans, candidat au premier tour de la prochaine draft NHL. Moritz Seider expédie un tir croisé en hauteur qui trompe enfin Bowns, après un bon jeu posé de ses coéquipiers (1-0). Il devient ainsi le troisième défenseur U18 seulement à compter un point, après Phil Housley et Reijo Ruotsalainen… il y a quarante ans !

Soulagement du public allemand, qui part fêter ce but avec les nombreuses pintes disponibles dans les buvettes – là aussi, il y a match…

Un but historique, insuffisant

L’Allemagne reprend avec autorité au retour des vestiaires et confisque le palet. Encore faut-il ne pas faire n’importe quoi avec : Draisaitl tente une passe trop risquée derrière son but, Hammond intercepte et trompe Niederberger en tour de cage (1-1). Le public explose !

En feu, les promus manquent de doubler la mise sur une déviation d’un tir de Myers. Mais l’Allemagne réagit et reprend le palet vers l’avant. La pression pousse Swindlehurst à la faute. Draisaitl est tout proche du but pendant la pénalité différée, mais Bowns, couché sur la glace, est tout heureux de voir le palet bloqué le long de son corps.

Un accrochage de Swindlehurst met la défense au supplice. L’Allemagne s’installe. Bowns repousse un tir mi-distance de Plachta, mais Ehliz campe près de lui et bonifie le rebond (2-1). Cette fois, le but fait un bien fou au moral allemand. Alors que les Britanniques tentent de remonter le palet, ils subissent un contre, conclu en retrait par un tir précis de Draisaitl, qui fait oublier son erreur précédente (3-1).

La fin de match se montre plus anecdotique : le promu n’a plus vraiment les armes pour revenir et l’Allemagne gère jusqu’à la sirène. Elle a échappé au piège tendu par les joueurs de Russell. Ces derniers ont montré que leur cœur pouvait presque renverser des montagnes. Ils ne sont pas loin d’avoir le niveau élite.

Désignés joueurs du match : Moritz Seider (Allemagne) et Mike Hammond (Grande-Bretagne)

Commentaires d’après-match :

Ben Bowns (gardien de la Grande-Bretagne) : « Je ne pense pas que nous ayons fait un mauvais match. Juste à quelques moments, quelques mauvaises décisions, mais autrement c’était plutôt bon. Globalement, il y a plus de positif que de négatif. Nous avons montré que nous pouvions joué à ce niveau et je suis confiant sur nos chances de maintien. »

Leon Draisaitl (attaquant de l’Allemagne) : « À leur crédit, ils ont patiné fort et nous ont mis la pression. Quand vous restez aussi longtemps à 0-0, il faut rester calme. Nous savions qu’il faudrait l’être durant soixante minutes et je pense que nous avons fait du bon travail sur ce plan. Ils ont bien joué, mais les trois points pour nous sont tout ce qui compte. »

Allemagne – Grande-Bretagne 3-1 (0-0, 1-0, 2-1)
Samedi 11 mai 2019, 16h15. Steel Arena de Košice, Slovaquie. 6866 spectateurs.
Arbitrage de Olivier Gouin (CAN) et Jan Hribik (TCH) assistés de Andreas Malmqvist (SUE) et Lauri Nikulainen (FIN).
Pénalités : Allemagne 2′ (2′, 0′, 0′), Grande-Bretagne 4′ (2′, 0′, 2′).
Tirs : Allemagne 35 (10, 15, 10), Grande-Bretagne 17 (4, 7, 6).

Récapitulatif du score
1-0 à 39’21 : Seider assisté de Y. Seidenberg
1-1 à 43’36 : Hammond
2-1 à 50’39 : Ehliz assisté de Plachta
3-1 à 52’03 : Draisaitl assisté de Plachta et Eisenschmid

Allemagne

Attaquants :
Matthias Plachta (+1) – Leon Draisaitl (A, +1) – Markus Eisenschmid
Frederik Tiffels (+2) – Domink Kahun (+1) – Frank Mauer
Yasin Ehliz (+1) – Patrick Hager (A, +1) – Leo Pföderl
Marcel Noebels – Gerrit Fauser – Lean Bergmann (+1)

Défenseurs :
Moritz Müller (C) – Korbinian Holzer (2′)
Yannick Seidenberg (+2) – Moritz Seider (+2)
Benedikt Schopper (-1) – Marco Nowak (-1)
Denis Reul

Gardien :
Mathias Niederberger

Remplaçant : Niklas Treutle (G). Réserviste : Jonas Müller (D)

Grande-Bretagne

Attaquants :
Robert Farmer – Brett Perlini (-1) – Oliver Betteridge
Ben Lake – Mike Hammond – Robert Dowd (A, 2′)
Robert Lachowicz – Ben Davies (-1) – Jonathan Phillips (C)
Liam Kirk (-1) – Matthew Myers – Colin Shields (-1)

Défenseurs :
Ben O’Connor – David Phillips
Mark Richardson (A) – Stephen Lee
Dallas Ehrhardt (-2) – Evan Mosey (-3)
Paul Swindlehurst (2′, -1) – Tim Billingsley

Gardien :
Ben Bowns

Remplaçant : Jackson Whistle (G). Réservistes : Thomas Murdy (G), Joseph Lewis (A), Luke Ferrara (A)

Les commentaires sont fermés.

in id mattis ut venenatis elementum neque.