La Finlande à l’usure

222

Finlande-Grande Bretagne ou le duel des deux derniers adversaires de la France… Qu’attendre ce cette affiche déséquilibrée sinon la confirmation de l’écart de niveau entre le numéro 5 mondial et le promu de la bande ? Un nouveau fait d’armes de Kakko ?

La Grande-Bretagne est coriace en entame de match et ne laisse rien aux Finlandais, aussi nonchalants que la veille contre le Danemark. Une pénalité de Ben O’Connor (5’54) pour rudesse permet au Suomi de s’installer enfin durablement dans le camp britannique. Bowns s’en sort acrobatiquement sur des agressions répétées. L’Union Jack tue cette première infériorité.

Le capitaine Marko Anttila voit sa déviation de la frappe de Petteri Lindbohm passer juste à côté du poteau gauche. La Finlande presse mais se heurte à un gardien vaillant, comme sur cette reprise à bout portant de Kaapo Kakko dans le slot. Anttila chipe une mauvaise transmission et inquiète de suite Bowns d’une frappe tendue qui finit dans le plastron du portier.

Photo Nicolas Leborgne

Juhani Tyrvainen décoche de loin et Veli-Matti Savinainen ne cadre pas le rebond alors que le gardien était en retard dans son replacement. La Grande-Bretagne se bat comme un mort de faim. Elle développe probablement son meilleur hockey depuis le début du tournoi, en tout cas défensivement. La Finlande, qui n’a pas l’air de faire semblant, patiente donc.

Jussi Olkinuora se fait une sacrée frayeur lorsqu’il est à deux doigts de repousser dans sa cage un lancer pourtant anodin de Tim Billingsley dans le coin droit finlandais. Jonathan Phillips est trop court pour récupérer le rebond qui file.

Bowns danse encore une fois dans tous les sens sur une frappe de Harri Pesonen que ses coéquipiers, Kakko et Sakari Manninen en tête, tentent de reprendre, en vain. Evan Mosey accroche dans sa zone en toute fin de période (19’40). La Finlande commencera donc le deuxième chapitre en supériorité numérique.

Combativité britannique, patience finlandaise

En contre, Toni Rajala ouvre immédiatement le score dès la reprise sur une frappe envoyée depuis le rond droit (1-0, 20’24). Mais cela ne calme pas les ardeurs britanniques, Ben Lake cherche le trou au poteau droit et, malgré le renfort de Brett Perlini, Olkinuora éteint le feu. Sur la relance finlandaise, Colin Shields fait trébucher un joueur adverse (21’42). Le power-play n’aboutit à rien.

Tyrväinen est à la lutte dans le coin droit britannique mais parvient à conserver la rondelle et sert en retrait, Atte Ohtamaa qui vient se replacer dans l’axe pour mieux ajuster Bowns sur la bleue (2-0, 25’08).

Un faux rythme s’installe par la suite. La Finlande relâche la pression, recule un peu plus, et la Grande-Bretagne en profite évidemment pour multiplier ses incursions en zone offensive, sans grand danger toutefois.

Photo Nicolas Leborgne

La Finlande remet un petit coup d´accélérateur. Kristian Kuusela lève trop sa tentative alors qu’il était démarqué. Le tir de Koivisto à l’angle de la bleue et de la bande gauche trouve le goalman mais Joel Kiviranta, revenu de fond de zone à toute vitesse, lui pique le rebond et glisse le puck sur le flanc droit que Bowns a laissé découvert (3-0, 34’59). Savinainen, seul dans le slot, rate le quatrième but en visant trop large.

La Grande-Bretagne bredouille

La Grande-Bretagne hérite d’un power-play (faire trébucher de Tyrväinen, 43’00) mais c’est le Suomi qui squatte la zone adverse. L’infériorité tuée avec facilité, le Finlande poursuit sa présence dans le camp britannique. Kakko, en fond de zone, ne voit pas de solution sur ses côtés ; il opte pour une passe lobée au dessus du filet mais le palet est giflé au vol par une crosse adverse.

Photo Nicolas Leborgne

Bowns dévie de la botte un lancer lointain de Oliwer Kaski, qui arrive après un long moment sans réelle offensive. L’Union Jack n’a pas les moyens offensifs pour rivaliser avec la Finlande, mais sa combativité en défense et ses contres menés sans complexe forcent le respect.

Tyrväinen est encore prié d’aller faire un tour en prison pour une obstruction dans le camp britannique (54’10) et sa réaction devant le verdict (coup de crosse sur la glace) exprime clairement la nervosité finlandaise devant cette Grande-Bretagne d’une ténacité exemplaire. Olkinuora va chercher de la mitaine un slap de O’Connor qui sortait du cadre.

Peter Russell utilise son temps-mort à quatre minutes de la sirène : les Britanniques, auteurs d’une prestation très honorable, veulent leur but. Bowns déserte son poste vingt secondes plus tard et Kuusela corrige le score en cage vide après une récupération de Savinainen (4-0, 57’27).

Une crosse haute de Ben Davies en fond de zone finlandaise (58’45) annihile les espoirs de la Grande-Bretagne de sauver l’honneur. Lehtonen alourdit même la note en reprenant au poteau gauche le centre de Jokiharju (5-0, 59’49). D’un hypothétique 3-1, les blancs passent à un 5-0 qui ne récompense guère leurs efforts fournis devant leur gardien, une nouvelle fois sollicité de toute part. Les Leijonat ont fait le job, sans fioritures comme la veille, et reprennent provisoirement la tête de la poule.

Désignés joueurs du match : Joel Kiviranta (Finlande) et Robert Farmer (Grande-Bretagne)

Photo Nicolas Leborgne

Réactions d’après-match

Harri Pesonen (attaquant de la Finlande) : « Nous savions que ce ne serait pas un match facile. Ils sont là pour une bonne raison. Nous avons fait un match correct. Leur gardien a fait un bon match. Pour nous, globalement, c’est un match solide. La première place, nous verrons, il reste encore deux matchs à jouer. Rester à Košice serait un énorme avantage, mais je ne veux pas penser trop à l’avenir. Il faut plutôt se focaliser sur le présent. La France ? Je les ai vus jouer plusieurs fois à la télévision. C’est une équipe très rapide, qui marque en supériorité. Ils ont plusieurs joueurs capables de créer du danger offensivement. Ce sera beaucoup plus difficile que ce soir. »

Brett Perlini (attaquant de la Grande-Bretagne) : « Je ne dirai pas que c’était notre meilleur match, mais certaines parties étaient bonnes. Nous avons bien débuté, mais ensuite nous avons pris trop de pénalités inutiles. Cette indiscipline est dangereuse face à une équipe pareille. Mais nous sommes restés à portée la plupart du match. Nous allons continuer à construire sur cela, à progresser. Nous avons eu quelques situations en supériorité, nous avons réussi à mettre du trafic devant le gardien. Quand nous avons réussi à nous installer, il y a eu quelques occasions. La Slovaquie ? Ce sera une patinoire bruyante ! Nous avons peu de temps pour nous y préparer, mais il faudra être prêt. La Slovaquie est difficile à jouer, et il faudra que nous réduisions la foule au silence. La France ? Ce sera un gros match, le match de la mort. Nous devrons tout donner. Et espérons que ce dernier match soit notre meilleur. »

Photo Nicolas Leborgne

Finlande – Grande-Bretagne 5-0 (0-0, 3-0, 2-0)
Vendredi 17 mai 2019 à 20h15 à la Steel Aréna de Košice. 5618 spectateurs.
Arbitrage de Linus Ohlund (SUE) et Stephen Reneau (USA) assistés de Joep Leermakers (HOL) et Nathan Vanoosten (CAN).
Pénalités : Finlande 4′ (0′, 0′, 4′) ; Grande-Bretagne 8′ (4′, 2′, 2′).
Tirs : Finlande 49 (12, 18, 19) ; Grande-Bretagne 12 (2, 5, 5).

Évolution du score :
1-0 à 20’24 : Rajala assisté de Lehtonen et Olkinuora (sup. num.)
2-0 à 25’08 : Ohtamaa assisté de Tyrväinen et Savinainen
3-0 à 34’59 : Kiviranta assisté de Koivisto et Tyrväinen
4-0 à 57’27 : Kuusela assisté de Savinainen (cage vide)
5-0 à 59’49 : Lehtonen assisté de Jokiharju (sup. num.)

Finlande

Attaquants :
Toni Rajala – Arttu Ilomäki – Niko Ojamäki
Harri Pesonen – Sakari Manninen – Kaapo Kakko
Veli-Matti Savinainen (A, +2) – Eetu Luostarinen – Kristian Kuusela (+1)
Joel Kiviranta (+1) – Juhani Tyrväinen (4′, +3) – Marko Anttila (C, +2)

Défenseurs :
Mikko Lehtonen (A, +1) – Atte Ohtamaa (+1)
Petteri Lindbohm – Henri Jokiharju
Niko Mikkola (+1) – Oliwer Kaski (+1)
Miika Koivisto (+1) – Jani Hakanpää (+1)

Gardien :
Juho Olkinuora

Remplaçant : Veini Vehviläinen (G). En réserve : Kevin Lankinen (G), Juho Lammikko (A), Jere Sallinen (A).

Grande-Bretagne

Attaquants :
Ben Lake (-1) – Brett Perlini (-1) – Colin Shields (2′)
Robert Farmer (-2) – Mike Hammond (-2) – Robert Dowd (A, -2)
Oliver Betteridge – Robert Lachowicz – Jonathan Phillips (C)
Liam Kirk (-1) – Ben Davies (2′, -1) – Joseph Lewis (-1)
Luke Ferrara

Défenseurs :
Ben O’Connor (2′, -2) – David Phillips
Mark Richardson (A, -1) – Stephen Lee (-1)
Tim Billingsley (-1) – Evan Mosey (2′)
Dallas Ehrhardt

Gardien :
Ben Bowns

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Thomas Murdy (G), Paul Swindlehurst (D), Matthew Myers (A).

Les commentaires sont fermés.

in commodo leo dictum Lorem efficitur. ut ut Aenean