Le Mondial est Stone

Photo Michel Bourdier
199

Avec déjà 12 points, l’Allemagne a décroché l’une des quatre places qualificatives en quarts de finale. La défaite du Danemark plus tôt dans l’après-midi a éliminé un concurrent, et la Slovaquie, qui pourrait revenir à égalité, ne peut la doubler – le but de Draisaitl à trente secondes de la fin a assuré aux hommes de Toni Soderholm la différence de buts particulière.

Le Canada, avec 9 points, y est presque également : en cas de succès aujourd’hui, l’équipe d’Alain Vigneault éliminerait la Slovaquie, grâce à la différence de buts particulière – le but de Mark Stone à deux secondes de la sirène pèse lourd.

La dernière victoire allemande contre le Canada remonte à 1996, un succès 5-1…

Stone efficace

Le Canada débute bien, avec un premier test de Mark Stone, passé avec succès par Niklas Treutle. Le deuxième test en revanche est un échec : contenir le jeu de puissance canadien. L’accrochage de Marco Nowak n’est défendu que 42 secondes, avant que Thomas Chabot, en tête du cercle droit, n’expédie un tir croisé en hauteur imparable (1-0). Avec 63,64% de réussite avant le match, ce secteur est bien l’arme forte des Rouges (8e but sur 12 avantages). Chabot avait tenu la bleue à deux reprises, privant l’Allemagne d’un changement.

L’Allemagne régit immédiatement et se crée une série de situations sur le but de Matt Murray. De quoi se découvrir : Treutle laisse échapper un palet et est tout heureux de voir Mathieu Joseph manquer le cadre devant la cage offerte.

La possession est cependant allemande, et permet une nouvelle séquence dangereuse. Draisaitl efface son défenseur d’une feinte, mais croise trop son tir. Un peu plus tard, Eisenschmid prend la défense de vitesse et se heurte encore au gardien des Penguins.

À moins de six minutes de la pause, une mauvaise passe de Theodore en zone offensive est interceptée. Ehliz décolle et, au duel avec le défenseur décroche une pénalité. L’Allemagne s’installe… sans obtenir de tir.

Dès le retour à cinq, Nurse tire de l’aile et Severson dévie au cercle. Noebels veut dégager alors que Treutle était prêt à s’emparer du palet… mais Stone, en renard, intercepte la passe (2-0).

Sans forcer, les joueurs à la feuille d’érable ont déjà fait la différence. La pénalité de Dubois, qui fait trébucher, manque de réduire le score sur un tir détourné par un défenseur. Un contre permet cependant à Cirelli d’éprouver la solidité de l’épaule de Treutle sur un lancer en hauteur. La pénalité est tuée, et le Canada rentre au vestiaire avec deux buts d’avance.

Photo Michel Bourdier

Un petit tir

La reprise manque de rythme et d’occasions franches. La possession est canadienne, mais se cantonne à des tirs lointains – Severson, Nurse et peu d’actions de près. Un revers de Myers, monté aux avant-postes, constitue la seule réelle chance à bout portant.

Cette domination se traduit par une crosse haute de Tiffels, donc un but canadien après seulement treize secondes. Le jeu de passe se montre bien trop rapide pour la défense. Stone, au cercle gauche, transforme une passe de Strome à travers l’enclave (3-0). Ce qui fait 9/13 en avantage numérique…

Un surnombre allemand fait craindre le pire… Mais cette fois, la défense résiste, après avoir passé presque les deux minutes entières à subir les tirs de Stone, Marchessault, Strome, Turris et Chabot, solidement campés en attaque.

Treutle réalise alors son seizième arrêt du tiers-temps, pendant que Murray aurait largement le temps d’aller chercher un café pour rester éveillé.

Le faux rythme du match finit par piéger les joueurs de Vigneault. Inattentifs sur un changement de ligne trop lent, ils concèdent un surnombre. Le jeu de puissance allemand peine à s’installer, mais convertit tout de même à une trentaine de secondes de la fin. Sur une passe entre les cercles, Cirelli ne parvient pas à contrôler. Ehliz tire en pivot et profite de l’écran de Pföderl (3-1).

Un feu de paille : une minute plus tard, Stone complète son tour du chapeau, oublié entre les cercles (4-1). De quoi conclure un tiers largement dominé : six-sept tirs à un seul, l’Allemagne marquant sur sa seule occasion.

Photo Michel Bourdier

L’indiscipline touche l’équipe la moins pénalisée du tournoi dès la reprise : Hager commet une charge contre la bande qui lui vaut en plus une méconduite. Le jeu de puissance canadien obtient quelques situations sans marquer. Dès le retour à égalité numérique, Mantha remonte le palet depuis l’arrière de son but. Il le perd un peu en route, mais Schöpper cafouille et laisse l’ailier de Detroit tromper Treutle d’un geste technique spectaculaire, d’un tir entre les jambes (5-1).

L’homme en forme côté canadien continue deux minutes plus tard. L’Allemagne se dégage et change de ligne, mais le palet n’est pas allé bien loin. Turris le remonte en deux contre un. Son tir laisse un rebond que Mantha pousse à peine dans le but vide (6-1).

À peine le temps de respirer que Strome gagne un duel au fond et parvient à tirer sur la botte de Treutle. Le palet bondit, ce qui ne gêne pas Reinhart (7-1).

Trois buts en 2’27, de quoi finir en roue libre. Strome est puni de deux minutes pour accrocher et Murray a enfin un peu de travail… ou pas. McCann manque même le huitième en ne cadrant pas son tir en échappée.

Nouvelle chance à huit minutes de la fin avec un accrochage de Chabot. Et nouvelle chance d’échappée canadienne : Cirelli reçoit une longue passe de son compère de Tampa Bay, Joseph, et, en un-contre-un avec le gardien, déniche l’espace entre les jambières (8-1, photo).

La fin de match, sans intensité, est anecdotique. Le Canada se qualifie en quarts de finale avec l’Allemagne et la Finlande, et jouera sa place dans le top-2 lors des deux derniers matchs : le Danemark et surtout, les États-Unis. L’Allemagne, qualifiée elle aussi, jouera les États-Unis et la Finlande, et espère ainsi éviter la quatrième place…

Désignés joueurs du match : Markus Eisenschmid (Allemagne) et Mark Stone (Canada)

Photo Michel Bourdier

Canada – Allemagne 8-1 (2-0, 2-1, 0-0)
Samedi 18 mai 2019 à 16h15. Steel Arena de Kosice, Slovaquie. 4519 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Peter Stano (SVK) assistés de Roman Kaderli (SUI) et Joep Leermakers (HOL).
Pénalités : Canada 12′ (4′, 4′, 4′), Allemagne 18′ (2′, 4′, 2’+10′)
Tirs : Canada 49 (13, 17, 19), Allemagne 16 (6, 1, 9)

Récapitulatif du score
1-0 à 02’01 : Chabot assisté de Marchessault et Strome (sup. num.)
2-0 à 16’43 : Stone assisté de Severson et Nurse
3-0 à 26’02 : Stone assisté de Strome et Marchessault (sup. num.)
3-1 à 38’01 : Ehliz assisté de Eisenschmid et Seidenberg (sup. num.)
4-1 à 38’49 : Stone assisté de Dubois
5-1 à 43’01 : Mantha
6-1 à 44’55 : Mantha assisté de Turris
7-1 à 45’28 : Reinhart assisté de Strome
8-1 à 53’10 : Cirelli assisté de Joseph (inf. num.)

Photo Michel Bourdier

Canada

Attaquants :
Jonathan Marchessault (2′, +2) – Pierre-Luc Dubois (2′, +2) – Mark Stone (A, +3)
Anthony Cirelli (+1) – Sean Couturier (A) – Sam Reinhart (+1)
Jared McCann (+1) – Kyle Turris (C, +1) – Anthony Mantha (+2)
Tyson Jost (+1) – Dylan Strome (2′, +2) – Mathieu Joseph (+1)
Adam Henrique

Défenseurs :
Darnell Nurse (+3) – Damon Severson (+3)
Thomas Chabot (2′, +3) – Troy Stecher (+2)
Shea Theodore (2′, +1) – Philippe Myers
Dante Fabbro

Gardien :
Matt Murray

Remplaçant : Carter Hart (G). Réservistes : Mackenzie Blackwood (G), Brandon Montour (entorse du genou, forfait pour le tournoi), Tyler Bertuzzi (A)

Allemagne

Attaquants :
Yasin Ehliz – Patrick Hager (A, 2’+10′) – Leo Pföderl (-2)
Domink Kahun (-2) – Leon Draisaitl (A, -2) – Frederik Tiffels (2′)
Matthias Plachta (-3) – Marc Michaelis (-2) – Markus Eisenschmid (-2)
Lean Bergmann (-2) – Marcel Noebels (-3) – Frank Mauer (-1)
Gerrit Fauser

Défenseurs :
Moritz Müller (C, -1) – Korbinian Holzer
Yannick Seidenberg (-2) – Marco Nowak (2′, -2)
Denis Reul (-3) – Jonas Müller
Benedikt Schopper (-3)

Gardien :
Niklas Treutle

Remplaçant : Mathias Niederberger (G). Réservistes : Philipp Grubauer (G), Stefan Loibl (D), Moritz Seider (D, blessé)

Photo Michel Bourdier

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

elementum mattis venenatis, mattis ante. tristique