L’étoile Nylander

168

L’affiche est alléchante au possible : conditionnés à une qualification à minima pour les quarts de finale, les Suisses et les Suédois abordent la rencontre avec des objectifs divers. La Nati commence son passage au révélateur. Jusqu’alors invaincue après quatre rencontres, il reste à la formation helvète à affronter les têtes de groupe, et cela débute ce soir face à la Suède. Une sélection Tre Kronor qui depuis son match inaugural perdu face à la République Tchèque, se régale offensivement et déroule un jeu extrêmement abouti. Face à cet adversaire d’un tout autre calibre, il sera intéressant de voir comment la Suède se positionne dans l’optique du prochain tour.

Les Suisses sont les premiers à se montrer dangereux avec un double lancer de Bertschy puis Lukas Frick qui trouve le montant de Lundqvist sur le rebond. Ekman-Larsson est à la réponse avec un lancer dangereux qu’Hörnqvist est proche de dévier. Reto Berra a ensuite l’occasion de repousser de la botte un lancer de Kruger, et peu de temps après, Gaëtan Haas récupère un palet en défense et s’échappe sur son aile. Plein de vitesse, il transmet dans l’axe pour Andrighetto qui vient tromper Lundqvist d’un court lancer glissé, que le malheureux gardien rentre lui-même de l’intérieur de la cuisse (1-0, 04‘09‘’).

La Suède souhaite répondre tout de suite, et Wennberg est tout proche de pousser à la cage, mais il échoue de peu. Les jaunes ne se facilitent pas les choses au regard d’Anton Lander, sanctionné de la première pénalité. Fort heureusement pour eux, la Suisses ne parvient pas du tout à installer le jeu de puissance.

La nervosité des jaunes se fait sentir et sur un départ en échappée de Fora, Gustafsson commet une faute qui lance quelques hostilités devant la cage. Cette fois-ci les joueurs helvètes parviennent à s’installer dans la zone, mais malgré des essais d’Hischier ou Martschini, rien n’est converti et la Suède tue une nouvelle pénalité.

La Suisse travaille très fort, et l’allant la pousse à sa première faute, concédée par Fora. De quoi permettre aux Suédois de poser un peu leur jeu. Ils s’installent mais cadrent peu, si ce n’est Pettersson qui fait briller Berra. Ils parviennent tout de même à garder la maitrise au retour au complet, et Klingberg fait tinter le poteau. D’une manière générale, la fin de période est à l’avantage des jaunes, et cela contraint notamment Moser à commettre une nouvelle faute sanctionnée de deux minutes… qui se transformeront finalement en deux secondes ! Sur la mise au jeu, Klingberg fait un lancer laser dont la trajectoire est dévié par Wennberg, à la surprise de Berra. C’est le premier but personnel encaissé par le gardien de Fribourg-Gottéron durant ces Mondiaux (1-1, 18‘44‘’). Chaque équipe ayant eu son temps fort, le score de parité au retour aux vestiaires est plutôt logique.

La Nati aborde ce tiers médian aussi fort qu’au démarrage de la rencontre. Lundqvist est sollicité tour à tour par Moser puis Josi, Nylander répond côté scandinave. Gregory Hofmann s’essaye ensuite mais Lundqvist gèle le palet entre ses jambières. D’une cage à l’autre, Gabriel Landeskog récupère un palet perdu par la défense, mais Berra est vigilant. C’est également une action confuse qui amène le deuxième but suédois : sur un lancer à la bleue, le palet rebondit sur le défenseur, Hornqvist travaille fort en entrée d’enclave et Nylander récupère le rebond pour tromper le portier suisse (1-2, 25‘20‘’).

Un coup dur pour la Suisse, pratiquement rattrapé sur l’engagement quand Josi se présente en position préférentiel, mais l’éternel Lundqvist sauve miraculeusement. Il n’en demeure pas moins une faute de Larsson sur la situation. Les rouges n’en bénéficient pas dans un premier temps puisque Praplan part à son tour en prison. Le fait est qu’un 4 contre 4 avec deux équipes aussi rapides, ça débloque forcément les choses. Sur une remontée suisse par Josi, Genazzi arrive comme une fusée et vient fusiller Lundqvist pour l’égalisation (2-2, 27‘58‘’).

Le match devient fou et la Suède reprend l’avantage presque aussi promptement. Nylander, décidément très en vue dans la rencontre, vient fixer la défense et trouver Gustafsson, centre de fortune sur l’affaire, qui finit le travail dans l’axe (2-3, 28‘28‘’).

Accrocheurs, les Suisses se remettent au travail et poussent Larsson à la faute pour bénéficier d’une nouvelle supériorité numérique. Ils mettent une grosse pression, Fiala fait tout dans ce powerplay : il met Lundqvist à contribution par une fois, loupe un contrôle immanquable puis trouve l’épaule du gardien qui dévie sur le montant. La Suède s’en sort et tue la pénalité, mais la pression suisse demeure comme ce lancer de Rod que Lundqvist arrête brillamment. Depuis le dernier but encaissé, les hommes de Patrick Fischer dominent et trouvent des lancers, mais cadrent peu ou butent sur Lundqvist. La Suède procède par contres et n’est pas loin d’aggraver la marque sur une sortie fort hasardeuse de Berra, mais aucun jaune n’est à la reprise devant la cage. C’est donc sur cet avantage d’un but que le Tre Kronor achève cette période.

Les Suédois se montrent les plus entreprenants au début du troisième tiers, avec un gros lancer de Wennberg, qui n’atteint pas la cible, idem pour Loui Eriksson du revers. La Suisse peut se remettre dans le bon sens avec la pénalité appelée contre Lindblom. Mais seul Fiala trouve une chance de marquer en cette supériorité, et le gardien des Rangers de New York intervient. Il fera de même face à Haas lancé dans l’axe. C’est à son homologue Berra de participer ensuite sur un très beau jeu à deux entre Kruger et Lindblom. Alors que la sélection septentrionale est en place, elle se met en danger sur une pénalité largement évitable concédée par Lander. Le travail en forecheck frustre les Suisses pendant la totalité de leur supériorité, mais dans la phase de jeu attenante au retour au complet, Haas prend un lourd lancer de l’aile qui vient tromper Lundqvist pour la troisième fois (3-3, 50’27’’).

Seulement à l’instar du précédent but concédé, la Suisse va connaitre un nouveau relâchement bien coupable. William Nylander devient le meilleur pointeur des Mondiaux à l’instant T de sa passe pour Ekman-Larsson, laissé totalement seul, qui prend le temps de trouver la lucarne gauche de Berra (3-4, 51’47’’).

En cette fin de match, les Suédois redoublent de patinage et de jeu dans les intervalles pour empêcher au maximum les Suisses de s’installer. Berra sort tout de même à deux minutes du terme, mais seul Diaz trouve une tentative, arrêtée par Lundqvist. La Suède lutte fort dans la zone médiane et empêche les Suisses de progresser, jusqu’à l’issue de la partie.

La Nati concède sa première défaite du tournoi, en ayant certes montré de belles choses mais c’est une défaite à l’expérience contre cet adversaire. Coupables par deux fois d’avoir encaissé un but juste après avoir marqué, les joueurs helvètes auront au moins eu à tirer des enseignements, dans l’optique du tour suivant où ils comptent briller. En attendant, la Suède leur ravit la deuxième place du groupe et peut encore espérer prendre la tête alors que les deux adversaires du soir doivent encore affronter le leader russe.

Désignés joueurs du match : Gaëtan Haas pour la Suisse, William Nylander pour la Suède

 
Suisse – Suède 3-4 (1-1, 1-2, 1-1)
Samedi 18 mai 2019 à 20h15 à la Ondrej Nepela Arena de Bratislava. 9085 spectateurs.
Arbitrage d’Olivier Gouin (CAN) et Manuel Nikolic (AUT) assistés de René Jensen (DAN) et Jiri Ondracek (TCH).
Pénalités : Suisse 6’ (4′, 2′, 0′), Suède 12’ (4′, 4′, 4′).
Tirs : Suisse 24 (6, 11, 7), Suède 29 (12, 10, 7).

Évolution du score :
1-0 à 04’09’’ : Andrighetto assisté de Haas
1-1 à 18’44’’ : Wennberg assisté de Klingberg (sup.num.)
1-2 à 25’20’’ : Nylander assisté de Hörnqvist et Larsson
2-2 à 27’58’’ : Genazzi assisté de Josi
2-3 à 28’28’’ : Gustafsson assisté de Nylander
3-3 à 50’27’’ : Haas assisté de Scherwey et Bertschy
3-4 à 51’47’’ : Ekman-Larsson assisté de Nylander et Wennberg

Suisse

Attaquants :
Kevin Fiala (-2) – Nico Hischier (-3) – Vincent Praplan (2’, -1)
Grégory Hofmann – Philipp Kurashev – Lino Martschini
Tristan Scherwey (+2) – Gaëtan Haas (+2) – Sven Andrighetto
Simon Moser (A, 2’) – Christoph Bertschy (+1) – Andres Ambühl
Noah Rod

Défenseurs :
Roman Josi (A, +1) – Yannick Weber (-1)
Joël Genazzi – Romain Loeffel (+1)
Lukas Frick – Michael Fora (2’)
Raphael Diaz (C)

Gardien :
Reto Berra

Remplaçant : Leonardo Genoni (G). En réserve : Robert Mayer (G), Janis Moser (D, blessé à la main).

Suède

Attaquants :
William Nylander (+3) – Alexander Wennberg (+2) – Patric Hörnqvist (A, +2)
Gabriel Landeskog (-1) – Elias Pettersson (-1) – Elias Lindholm (-1)
Adrian Kempe (-1) – Anton Lander (4’, -1) – Loui Eriksson (-2)
Dennis Rasmussen – Marcus Krüger – Oskar Lindblom (2’)
Jesper Bratt

Défenseurs :
Oliver Ekman-Larsson (C, +2) – Adam Larsson (4’, +2)
Mattias Ekholm (A, -1) – John Klingberg (-1)
Marcus Pettersson (-1) – Erik Gustafsson (2’, -1)

Gardien :
Henrik Lundqvist

Remplaçants : Jacob Markström (G), Robert Hägg (D). En réserve : Jhonas Enroth (G), Philip Holm (D), Mario Kempe (A).

Les commentaires sont fermés.

et, Aenean Aliquam elementum elit. velit, ipsum