4 dixièmes de seconde décident de Canada-Suisse

512

Le Canada a montré un visage de plus en plus solide dans ce tournoi, compensant son absence de superstars par un effectif très homogène. Jonathan Marchessault et Mark Stone se sont imposés en meneurs offensifs. L’équipe à la feuille d’érable doit quand même se méfier d’une Suisse qui l’a battue trois fois sur les cinq dernières confrontations en championnat du monde, dont l’an passé en demi-finale. La Nati a toutefois un secteur faible cette année, son powerplay, le plus faible des qualifiés à 11%… alors que celui du Canada dépasse toujours les 50% !

Chaque équipe déplore une absence de plus. Dans le camp canadien, Anthony Mantha, co-meilleur buteur du tournoi avec ses 7 buts, a été suspendu pour une charge à la tête au dernier match face aux États-Unis. Le vestiaire suisse compte un deuxième défenseur blessé après Janis Moser, il s’agit de Yanick Weber qui se ressent du cross-check dans la nuque de Dmitrij Jaškin. La Suisse, qui tournait à 8 ou 7 arrières selon les rencontres, n’en aura que 6 ce soir. On peut s’attendre à un gros temps de jeu de Roman Josi et Raphael Diaz, qui en avaient jusqu’ici été un peu épargnés.

La Suisse attaque fort puisqu’elle se procure un 2 contre 1 dès la première minute : après un une-deux avec Kevin Fiala, Nino Niederreiter fait passer le palet entre les jambes de Matt Murray, mais il ne franchit pas la ligne, sauvé par le défenseur Darnell Nurse. La Nati joue un hockey rapide et agressif, récompensé de belles occasions : Tristan Scherwey et Nino Niederreiter reprennent dans l’enclave des passes de derrière la cage, respectivement de Martschini et de Fiala. Mais Scherwey bute sur Murray et « El Nino » voit son tir partir dans les airs.

Le Canada n’a eu qu’une occasion pour sa part en dix minutes, quand Anthony Cirelli parvient à déborder Josi mais pas à rabattre son palet vers la cage après avoir repiqué devant le gardien. Il commence toutefois à renifler l’odeur du sang quand Leonardo Genoni commence à lâcher des rebonds dans l’axe devant Pierre-Luc Dubois, qui remplit la mission d’aller droit à la cage. Le gardien multiple champion suisse évite alors le pire d’extrême justesse par un arrêt de la botte droite.

Le powerplay suisse est attendu au tournant après une obstruction de McCann sur Scherwey. Comme depuis le début de la quinzaine, la première unité est bredouille, aucun tir n’atteignant la cage. Ceux de Josi et Haas sont en effet détournés au départ par la défense (Couturier et Severson). Le deuxième bloc prend le relais. Si Simon Moser trébuche d’abord dans une position de tir qui s’annonçait parfaite, il réussit en revanche ensuite son rôle d’écran sur un lancer balayé de Sven Andrighetto (0-1).

En insistant un peu trop sur le gardien pour mettre un deuxième but (après un excellent travail de Haas qui l’a servi en retrait), Andrighetto part néanmoins sur le banc de la prison. Le powerplay canadien, lui, ne concrétise pas quand le jeu reprend pour la deuxième période : le lancer du haut de l’enclave de Jonathan Marchessault est dévié par le bras gauche de Genoni sur sa barre transversale !

Le Canada reçoit un avertissement : un lancer de la ligne bleue de Romain Loeffel passe sous la botte Murray… et frôle le poteau ! Mais les rouges repartent de l’avant avec des séquences de possession en zone offensive. Mark Stone se positionne dans l’enclave et rabat parfaitement entre les jambes de Genoni un tir de la bleue de Dante Fabbro (1-1).

Les Canadiens maintiennent une relative domination territoriale après cette égalisation, mais les Suisses sont très rapides dans leur jeu de transition. Mis à l’épreuve, le repli canadien s’avère très présent, à l’instar de Mark Stone qui revient contrer un palet décisif dans la crosse de Roman Josi par une très bonne lecture du jeu. Les deux équipes sont dans leur match, le bras de fer se poursuit et personne ne veut lâcher.

La moindre erreur compte : Christoph Bertschy prend le palet à Jonathan Marchessault à la ligne bleue et part en 2 contre 1 avec Andres Ambühl, mais tarde à contourner la jambière de Matt Murray qui s’est bien déplacé. Le temps que Bertschy en fasse le tour, Fabbro est revenu mettre sa crosse en opposition sur sa ligne de but pour sauver la patrie.

La seconde erreur de Marchessault est une crosse au visage de Fabbro. Pendant l’infériorité numérique canadienne, Darnell Nurse tire sur le poteau sur une contre-attaque menée par Adam Henrique. Mais la Suisse a inversé l’ordre de passage de ses lignes de jeu de puissance. Nico Hischier débloque enfin son compteur dans cette phase de jeu en prenant le rebond d’un tir de Niederreiter dévié par Martschini (1-2). Il restait trois secondes avant le retour aux vestiaires !

Tout est à refaire pour le Canada, de nouveau mené avec vingt minutes restant à jouer. Il met la pression dans la zone helvétique en début de période, mais elle se relâche après quatre minutes en raison d’un coude levé de son capitaine Kyle Turris. Les rouges se consolent en tuant une pénalité pour la première fois du match ! Ils replacent ensuite l’étau et le resserrent avec une longue séquence en zone offensive face à la première ligne suisse.

Les « Hopp Schwyz » commencent à retenir pour encourager une équipe qui souffre et ne fait plus que défendre. La quatrième ligne suisse concède deux dégagements interdits consécutifs et est à bout de souffle quand Sean Couturier n’arrive pas à reprendre la passe au second poteau de Sean Theodore. La Nati défend de manière compacte et tient, en maintenant les Canadiens dans le périmètre. L’effet d’un dégagement interdit de Bertschy, après trente secondes de présence, est annulé par un temps mort opportun de Patrick Fischer.

Alain Vigneault sort son gardien à deux minutes de la fin et son équipe intensifie ainsi sa présence devant la cage sur les rebonds, sans effet. Raphael Diaz finit par écarter un palet qui traînait devant la cage ouverte après avoir frappé son gant.

Le temps mort canadien est pris à 52 secondes de la fin pour envoyer de nouveau la première ligne, avec l’adjonction de Turris ou Couturier – selon le côté – pour prendre les engagements. Les mises au jeu sont pourtant gagnées deux fois par Hischier et une fois par Haas, mais la Suisse ne sort jamais de sa zone : le seul dégagement du capitaine Diaz cherche la cage vide et passe à côté.

Damon Severson prend deux ultimes lancers dans les dernières secondes : le premier est bloqué par Moser et le second est ralenti par Genoni entre son bouclier et sa botte… avant de franchir la ligne au ralenti pendant que la sirène retentit. Stupeur, incrédulité et suspense ! Le ralenti chronométré est requis par les arbitres. La rondelle est rentrée à quatre dixièmes de secondes de la fin (2-2). Le Canada, vainqueur de la Slovaquie à une seconde et sept dixièmes de la fin, bat son propre record !

Contrairement aux deux années précédentes, le Canada et la Suisse n’avaient pas encore joué de prolongation à 3 contre 3 dans ce Mondial. Le « défensif » Sean Couturier est aligné systématiquement face aux trois stars NHL suisses (Josi, Hischier, Niederreiter) et se crée la première occasion en tour de cage. Il reste d’autres atouts à la Nati : Martschini prend un lancer dangereux, Fiala met dans le vent Cirelli et s’ouvre l’accès à la cage, Ambühl est actif à chaque présence.

Cette prolongation est beaucoup plus équilibrée que la troisième période, à vrai dire. La moindre action peut faire la différence. Elle viendra de Pierre-Luc Dubois. Le centre de Columbus déborde Niederreiter, entre en zone et trouve une passe parfaite pour la déviation au second poteau de Mark Stone (3-2).

Désignés joueurs du match : Leonardo Genoni pour la Suisse et Mark Stone pour le Canada.

Trois meilleurs joueurs suisses selon leur entraîneur : Simon Moser, Roman Josi, Kevin Fiala.

Commentaires d’après-match

Mark Stone (attaquant du Canada) : « C’était un match difficile. Nous avons travaillé 60 minutes pour obtenir cette égalisation. Nous avions travaillé le 6 contre 5 à l’entraînement, on a besoin de marquer un gros but comme ça dans ce tournoi. Nous avons contrôlé la prolongation, possédé le palet. Pierre-Luc a fait une action fantastique, il a battu son vis-à-vis, il a utilisé sa vitesse et il m’a donné un palet facile à faire rentrer. »

Simon Moser (attaquant de la Suisse) : « Après ce match, on ressent un grand vide. Il ne nous a pas manqué grand chose. Nous savions que nous devrions être solides derrière, et nous y sommes vraiment bien parvenus. L’égalisation à 0,3 secondes de la fin, c’est très dur à avaler. Quand on perd, on a toujours quelque chose à se reprocher. À la fin, mon block renvoie le palet directement dans la palette du Canadien. »

Raphael Diaz (capitaine de la Suisse) : « C’est la défaite la plus amère que j’ai jamais vécue. Je me sens comme dans une caméra cachée. Nous avons fait un match excellent, nous sommes restés fidèles à notre tournoi pendant 60 minutes. Encaisser cette égalisation à la fin, c’est extrêmement dur. Que voulez-vous faire, c’est une décision aux centièmes de seconde, presque comme dans les courses de ski. Nous pouvons quand même être très fiers de notre performance. Nous savons que nous pouvons rivaliser avec ces équipes. Mais ça fait mal. »

Canada – Suisse 3-2 après prolongation (0-1, 1-1, 1-0, 1-0)
Jeudi 23 mai 2019 à 20h15. Steel Arena de Košice, Slovaquie. 6157 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de Miroslav Lhotsky (TCH) et Hannu Sormunen (FIN)
Pénalités : Canada 6′ (2′, 2′, 2′, 0′), Suisse 2′ (2′, 0′, 0′, 0′).
Tirs : Canada 42 (12, 7, 20, 3), Suisse 24 (5, 9, 6, 4).

Évolution du score :
0-1 à 18’06 : Andrighetto assisté de Diaz et Fiala (sup. num.)
1-1 à 25’45 : Stone assisté de Fabbro et Dubois
1-2 à 39’57 : Hischier assisté de Martschini et Niederreiter (sup. num.)
2-2 à 59’59 : Severson assisté de Stone
3-2 à 65’07 : Stone assisté de Dubois et Theodore

Canada

Attaquants :
Jonathan Marchessault (+2, 2′) – Pierre-Luc Dubois (+3) – Mark Stone (A, +3)
Anthony Cirelli – Sean Couturier (A, +1) – Sam Reinhart
Jared McCann (2′) – Kyle Turris (C) – Tyson Jost
Adam Henrique – Dylan Strome – Mathieu Joseph

Défenseurs :
Darnell Nurse – Damon Severson (+1)
Thomas Chabot (+1) – Troy Stecher
Shea Theodore (+2) – Dante Fabbro (+1)
Philippe Myers

Gardien :
Matt Murray

Remplaçants : Carter Hart (G), Tyler Bertuzzi. Réservistes : Mackenzie Blackwood (G), Brandon Montour (D, entorse du genou), Anthony Mantha (A, suspendu).

Suisse

Attaquants :
Nino Niederreiter (-1) – Nico Hischier – Kevin Fiala
Grégory Hofmann puis vers 9′ Vincent Praplan (-1) – Gaëtan Haas (-2) – Sven Andrighetto (-1)
Tristan Scherwey (-1) – Philipp Kurashev – Lino Martschini (-1)
Simon Moser (A, -1) – Christoph Bertschy – Andres Ambühl
Noah Rod [1 présence]

Défenseurs :
Roman Josi (A, -1) – Raphael Diaz (C, -1)
Joël Genazzi (-1) – Romain Loeffel (-1)
Lukas Frick – Michael Fora (-1)

Gardien :
Leonardo Genoni

Remplaçant : Reto Berra (G). En réserve : Robert Mayer (G), Janis Moser (D, blessé à la main), Yannick Weber (D, commotion).

Les commentaires sont fermés.

sed eget Aenean tempus adipiscing felis ultricies