Belfast – Liberec (CHL, groupe C, 1re journée)

207

Soir de gala à la SSE Arena. Habitués à la coupe Continentale, les Nord-Irlandais de Belfast accèdent pour la première fois à la compétition européenne majeure par ricochet. Échouant à la deuxième place de la dernière « Conti Cup », les Giants ont profité de la non-éligibilité à la CHL pour les Kazakhs de l’Arlan Kokshetau pour récupérer la place, avant de la confirmer sportivement en soulevant le trophée de saison régulière en EIHL (et offrir ainsi à Cardiff le deuxième ticket britannique).
Les hommes d’Adam Keefe affrontent une équipe rompue à la compétition. Le HC Bílí Tygři Liberec a en effet pris part à l’ensemble des éditions précédentes, exception faite de la saison dernière. Son meilleur résultat est une demi-finale perdue en 2017-2018 face aux suédois de Växjö. Mais les trajectoires des deux formations la saison dernière comportent bien des similitudes : les deux équipes ont remporté la saison régulière de leur championnat respectif, avant de s’incliner en finale de play-offs.

Les travées de l’immense arène nord-irlandaise sont loin d’être pleines, mais les supporters présents font comme toujours honneur à la réputation des fans britanniques, chauffés à blanc dès le coup d’envoi. Les verts mettent la pression d’entrée et obligent rapidement les arbitres à intervenir sur Tomáš Havlín, qui inaugure le banc de pénalité. Il n’y fera pas les deux minutes. Reddox met à la cage, Smotherman au rebond transmet à son compatriote Bobby Farnham, oublié au poteau. L’Américain trompe Peters, qui ne parvient à effectuer son déplacement suffisamment rapidement (1-0, 2’00’’). Les pénalités coûtent cher en ce début de rencontre. Sur la première supériorité tchèque, consécutive à une faute d’Hamilton, Šmid (mystérieusement non crédité sur la feuille de statistiques) décale Libor Hudáček qui délivre un slapshot crucifiant Owen masqué au départ par le trafic (1-1, 7’21’’).

Les deux équipes font jeu égal dans cette première période. Pas impressionné pour un sou, Belfast joue sur ses qualités toutes britanniques, un placement efficace et un forecheck agressif. C’est ainsi que Liam Morgan vint travailler derrière la cage des Tigres jusqu’à la perte du palet par Zachar. Le Polonais Patryk Wronka transmet sans contrôle à Hook avant d’aller se placer en entrée de slot. Stratégie payante car sur le cafouillage, il hérite de la rondelle pour la glisser sous la jambière de Peters, qui s’était couché. Le natif de la belle Zakopane, très prolifique dans son championnat national, s’offre une parfaite entrée dans la formation nord-irlandaise (2-1, 11’26’’).

Les choses ne s’arrangent guère pour Liberec. Havlin retourne en prison et sera même rejoint par Petr Jelínek, offrant quelques secondes de double supériorité aux locaux. Au courage, les blancs tuent l’infériorité et seront récompensés deux minutes plus tard. Derner et Marosz travaillent fort sur l’aile, obligeant Belfast à une relance hasardeuse en milieu de zone. Le défenseur Ronald Knot passe par là tandis que Reddox tente le sacrifice mais trop tard pour dévier la course du palet, qui vient tromper Owen en contre-angle (2-2, 16’15’’). Ce tiers-temps spectaculaire s’achève sur une explication de texte entre Farnham et Valský, et les deux équipes regagnent le vestiaire sur un score de parité plutôt logique.

La période médiane verra les esprits s’échauffer encore, et ce dès la mise au jeu sur laquelle les arbitres Marian Rohatsch et Liam Sewell sont obligés d’intervenir, pénalisant Leonard pour les locaux, Bulíř pour les visiteurs. Le jeu se poursuit et Patrik Mullen récupère un palet sur la bleue défensive, remonte la glace avant de transmettre à Brian Ward. Ce dernier prend le temps d’analyser la position de Justin Peters pour lancer au-dessus de l’épaule droite du gardien canadien. À l’instar du premier but, la nouvelle colonie américaine fait décidément beaucoup de bien à la formation nord-irlandaise (3-2, 23’29’’).

Vient alors une distribution de pénalités, avec entre autres Jaroslav Vlach, Jean Dupuy et Bobby Farnham, déjà fort nerveux en fin de première période, pour acteurs principaux. Farnham offre d’ailleurs à Liberec une supériorité numérique à mi-tiers, et les Tigres ne mettront que 12 secondes à convertir l’offrande : Šmíd pilote le jeu de puissance depuis la ligne arrière, trouve en position idéale Libor Hudáček au slapshot. L’international slovaque s’offre un doublé (3-3, 31’48’’).

Rien de nature à calmer les âmes échaudées par l’enjeu, avec une fin de période émaillée d’incidents. Les pénalités mineures comme majeures pleuvent : Jan Ordoš et Kevin Raine sont renvoyés aux vestiaires suite à une bataille. Dans cette cohue, c’est Belfast qui hérite d’une supériorité numérique, et Smotherman mène une contre-attaque. Il fait le bon choix en remettant à Mullen qui arrive de la défensive, créant le déséquilibre dans la base arrière tchèque. Mullen transmet à Curtis Hamilton qui s’est parfaitement placé pour trouver un lancer victorieux (4-3, 39’40’’). Présent devant la cage sur l’action et pourtant peu vindicatif, le malheureux Ben Lake voit alors Petr Jelínek dégoupiller et se jeter littéralement sur lui bien après que le palet a franchi la ligne. Le centre natif de Prague ne verra pas non plus la dernière période, alors qu’il aurait été fort utile pour aider des Tigres malmenés.

C’est toujours en récoltant les fruits de l’houleuse issue de la mi-match que Belfast aborde les vingt dernières minutes en supériorité numérique. Celle-ci touche à son terme et les verts sont installés dans la zone offensive, sans toutefois être franchement mobiles. Mullen, si précieux dans cette rencontre, met à la cage depuis la ligne bleue. Brian Ward pivote sur lui-même et embarque un Peters, loin d’être souverain, dans son mouvement. Le natif du Massachusetts s’offre à son tour un doublé, et les Giants prennent une avance de deux buts pour la première fois (5-3, 44’31’’).

Les hommes de Patrik Augusta accusent le coup. Pris dans la fougue des Nord-Irlandais poussés par des supporters en liesse, ils peinent à s’installer même si les offensives témoignent d’une supériorité technique. À vrai dire un peu paniqués par le scénario de la partie, ils perdent en fluidité, et l’équipe ne se simplifie vraiment pas la tâche avec notamment un surnombre à la 51e minute. Ils ne convertissent pas la supériorité quand Jean Dupuy est de nouveau sanctionné, pas plus que Libor Hudáček n’ait converti son tir de pénalité qui lui aurait de surcroît offert un triplé.

L’entraîneur se résout à sortir Peters pour les dernières minutes. Bien lui en prend puisqu’avec l’attaquant supplémentaire, Šmíd lance en direction de la cage et le gros trafic permet à Jakub Valský de récupérer le palet et de tromper Shane Owen à moins de trente secondes du terme (5-4, 59’32’’). Le temps-mort demandé suite à cela ne changera rien, Liberec ne parvient pas à refaire son retard et s’incline pour cette première rencontre de CHL.

Un évènement en plus d’un exploit pour les Giants de Belfast, qui déjouent les pronostics et prennent les trois points pour leur toute première rencontre dans cette compétition. Malgré l’effectif largement remanié en cette intersaison (pas moins de quinze nouveaux joueurs), les recrues n’ont pas mis longtemps à se mettre en évidence puisque les quatre buteurs viennent de poser leurs valises en Irlande du Nord. Mention spéciale à la délégation américaine, qui totalise neuf points dans la partie.

Ce résultat tend à vérifier une tendance dans la Champions Hockey League. Au fil des éditions, les surprises se font de moins en moins rares, et le niveau émergeant de ligues jugées inférieures est un bon indicateur de l’évolution du hockey en Europe. Les Dragons de Rouen sont sortis des poules la saison dernière, les Panthers de Nottingham (et en terminant premiers du groupe) la saison d’avant. Il est donc plus que permis aux Giants de rêver à poursuivre l’aventure.

Belfast – Liberec 5-4 (2-2,2-1,1-1)
Jeudi 29 août 2019 à 20h30 – The SSE Arena – 2 859 spectateurs.
Arbitrage de Marian Rohatsch (ALL) et Liam Sewell (GBR) assistés d’Andrew Dalton (GBR) et Ryan Fraley (GBR).
Pénalités : Belfast 45′ (4’, 39’, 2’) ; Liberec 78′ (8’, 66’, 4′).
Tirs : Belfast 54 ; Liberec 40.
Mises au jeu : Belfast 27 ; Liberec 35.

Évolution du score :
1-0 à 02’00’’ : Farnham assisté de Smotherman et Reddox (sup. num)
1-1 à 07’21’’ : Hudáček (sup. num.)
2-1 à 11’26’’ : Wronka assisté de Morgan et Hook
2-2 à 16’15’’ : Knot
3-2 à 23’29’’ : Ward assisté de Mullen et Morgan
3-3 à 23’29’’ : Hudáček assisté de Šmíd (sup. num.)
4-3 à 39’40’’ : Hamilton assisté de Mullen et Smotherman (sup. num.)
5-3 à 44’31’’ : Ward assisté de Mullen et Lake (sup. num.)
5-4 à 59’32’’ : Valský assisté de Šmíd et Birner (joueur supp.)

Belfast

Attaquants :
Patryk Wronka – Ben Lake – Curtis Hamilton
Bobby Farnham – Brian Ward – Liam Reddox
Ciaran Long – Jean Dupuy – Jordan Smotherman
Mark Garside – Liam Morgan – Lewis Hook

Défenseurs :
Patrick Mullen – Curtis Leonard
Kevin Raine – Jesse Forsberg
Matt Pelech – Paul Swindlehurst

Gardien :
Shane Owen

Remplaçant : Steven Murphy (G)

Liberec

Attaquants :
Libor Hudáček – Michal Bulíř – Michal Birner
Radan Lenc – Tomáš Filippi – Rostislav Marosz
Marek Zachar – Petr Jelínek – Lukáš Krenželok
Jakub Valský – Adam Musil – Jan Ordoš

Défenseurs :
Tomas Hanousek – Ladislav Šmíd
Ronald Knot – Lukáš Derner
Petr Kolmann – Tomáš Havlín
Jaroslav Vlach

Gardien :
Justin Peters

Remplaçant : Marek Schwarz (G)

Les commentaires sont fermés.

amet, ut at mattis facilisis massa neque. ipsum ut elit.