Grenoble – Amiens (Ligue Magnus, 3e journée)

Les Brûleurs de Loups ratent leurs débuts à Pôle Sud

21

Première rencontre de la Ligue Magnus à Pôle Sud cette saison. L’arène grenobloise a déjà vibré à deux reprises dans le cadre de la CHL face aux Finlandais du Kärpät Oulu et de Skellefteå. Deux sorties honorables pour les Brûleurs de Loups mais deux défaites face à deux cadors européens. Avec 1 victoire pour 3 défaites lors des 4 premiers matchs, les Brûleurs de Loups n’ont pas les cartes en main pour se qualifier mais ils ont fait bonne figure avant un dernier aller-retour contre Berne. En attendant, retour sur les glaces de la Ligue Magnus avec un premier match difficile mardi à Nice où les champions de France ne se sont imposés qu’aux tirs au but. Un match en demi-teinte pour l’équipe iséroise qui récupère petit à petit ses blessés. Après le retour de Tartari à Nice, c’est celui de McEachen ce soir. Seuls Baylacq et Legault manquent encore à l’appel. Les Gothiques pour leur part restent sur une défaite aux tirs au but contre Rouen alors qu’ils s’étaient imposés lors du match d’ouverture de la saison à Briançon. Ils seront privés d’Edwards ce soir mais auront à cœur de se reprendre après avoir été blanchis lors de la demi-finale l’an dernier contre Grenoble.

Les Brûleurs de Loups monopolisent la rondelle dès le coup d’envoi. La première grosse occasion est pour Bisaillon qui s’avance mais manque le cadre. Les lignes inédites concoctées par Terglav (avec notamment Fleury au centre d’une ligne composée de Rohat et Fabre) interpellent mais les Brûleurs de Loups se trouvent bien en ce début de rencontre. Buysse repousse un nouveau lancer en bonne position de Champagne puis parvient à se saisir de la rondelle sur une situation confuse devant Koudri et Dair, venus mettre la pression devant le slot.

Les Gothiques, très discrets depuis le début, finissent par réagir avec un lancer de Cain Franson qui récupère en bonne position un lancer mal dégagé par la défense grenobloise. Les Brûleurs de Loups mettent la pression en zone offensive avec Champagne et Kearney notamment tout près d’ouvrir le score alors que le palet traîne aux abords de la cage amiénoise. Amiens subit le jeu au cours des 10 premières minutes mais parvient parfois à se montrer dangereux, comme sur une récupération de palet de Franson à la ligne bleue qui conduit à une belle occasion de Verrier et Sabatier. Finalement, Grenoble concrétise sa domination sur un lancer de Trabichet dévié juste devant la cage par Dylan Fabre (1-0, 10’38).

Halley tente de répliquer dès l’engagement avec un lancer sur la cage grenobloise mais Horak bloque le palet sans rebond. Sérieux défensivement, les Grenoblois contiennent la réaction amiénoise. Les Brûleurs de Loups continuent d’avoir la mainmise sur le palet mais se font parfois quelques frayeurs. Un palet perdu en zone défensive est ainsi tout près de profiter à Tommy Giroux mais son lancer dans l’axe est capté par Horak de la mitaine. Les Grenoblois campent souvent dans la zone offensive en faisant circuler le palet, contenant ainsi les Gothiques dans leur zone, ce qui les empêche de se montrer dangereux. Un lancer de Tartari en bonne position est bloqué par Sabatier qui se jette pour contrer le tir.

Les occasions s’enchaînent sur la cage de Buysse qui est très sollicité. Après un arrêt de ce dernier, Roussel se fait sanctionner pour un coup de crosse sur Kearney. Le power-play grenoblois est bien installé. Une action en solo de Damien Fleury échoue sur Buysse qui ferme bien son angle. Un lancer de Sauvé est dévié au passage par Valier juste devant la cage mais le palet file à côté du poteau. Sur la contre-attaque, Halley part en un contre un mais Horak ne se laisse pas surprendre. La pénalité est finalement tuée et les deux équipes rentrent au vestiaire sur ce petit avantage d’un but, pas cher payé compte tenu de la domination affichée au cours de la première période par les Grenoblois (20 tirs à 6).

La deuxième période débute sur un rythme enlevé avec des Gothiques revenus semble-t-il avec de meilleures intentions. Dès la première minute, Horak doit se montrer vigilant sur une contre-attaque amiénoise. Mais les Brûleurs de Loups reprennent rapidement le contrôle du palet dans la lignée de la première période. Avec McEachen et Bisiaillon qui ferment la ligne bleue, les Isérois parviennent à maintenir leurs adversaires en zone défensive la plupart du temps. Sur une rapide remontée de palet, Kearney parvient à lancer sur la cage mais Buysse bloque le palet avec autorité. Le petit brassage qui suit vaut deux minutes de pénalité à Kearney pour conduite antisportive. C’est la première supériorité numérique pour Amiens. Giroux et Romand tentent leur chance mais la défense grenobloise parvient à se dégager. Sur une entrée de zone rapide, Plagnat fonce sur la cage, Horak repousse le palet qui est dégagé in extremis par Rohat.

À cinq contre cinq, Grenoble revient tout de suite en zone offensive. Aleardi temporise pour donner à Sauvé qui démarque Kyle Hardy dont le tir du revers dans l’axe surprend Buysse entre les jambières (2-0, 27’45). Les Brûleurs de Loups se détachent au tableau d’affichage mais Giroux essaie tout de suite de repartir à l’offensive, suivi d’une bonne période dans la zone grenobloise. Mais les Grenoblois parviennent à se dégager et reviennent dans le camp amiénois sous l’impulsion de leur première ligne. Manavian manque de peu une déviation face à la cage. Et sur un lancer de Valier, Buysse, gêné par le trafic devant lui, relâche le palet. Aurélien Dair, posté devant le slot, en profite pour marquer du revers sur le rebond (3-0, 29’18).

Les Brûleurs de Loups essaient de profiter de l’apathie amiénoise pour enfoncer le clou sur une très bonne occasion de Kara devant le slot. À la mi-match, le score est sans appel mais la réaction amiénoise ne tarde pas : sur une bonne circulation du palet en zone offensive, le palet revient sur Babcock à la ligne bleue. Son tir instantané au ras du poteau surprend Horak (3-1, 30’22). Fleury essaie de relancer Grenoble mais il casse sa crosse sur un lancer de la bleue. La contre-attaque est fulgurante avec un gros travail de Philippe Halley en zone offensive : son tir du revers est repoussé par Horak, les défenseurs grenoblois peinent à se dégager, le palet ressort sur Romand qui devance Manavian et remet sur la cage en direction de Giroux, lequel pousse le palet au fond au milieu d’une défense grenobloise bien statique (3-2, 31’06). En moins d’une minute, les Gothiques se relancent complètement au moment où ils semblaient se faire distancer.

Désormais le momentum est amiénois et c’est Grenoble qui est obligé de procéder par contre-attaques. Dair s’échappe mais il est contré par le retour de Coulaud. Mais le palet revient très vite dans la zone grenobloise avec Horak qui sort une belle mitaine pour garder son équipe à flots. Le palet va d’une cage à l’autre : Halley répond à Kearney dans un va et vient permanent qui met à mal les défenses. Grenoble pousse avec une bonne circulation de palet en zone offensive et un tir de Sauvé bien bloqué par Buysse. Le portier amiénois est encore sollicité sur un gros tir de Bisaillon en one-timer, dévié in extremis. Les Brûleurs de Loups poussent fort mais n’assurent pas leurs arrières. Un 3 contre 1 emmené par Plagnat est très mal négocié par les Gothiques qui auraient pu égaliser sur l’action.

Le jeu s’équilibre mais la pression est sur la défense grenobloise : Kyle Hardy se fait prendre le long de la bande par Matima qui lui subtilise le palet. Halley le récupère derrière la cage, son tir est contré mais le palet s’élève et retombe dans la cage grenobloise derrière Horak (3-3, 36’29). Un but casquette qui vient récompenser le pressing amiénois depuis quelques minutes. Tout est à refaire pour Grenoble qui a vu fondre son avance au score comme neige au soleil. Sacha Treille récupère le palet face à la cage mais manque son contrôle alors qu’il avait l’occasion de remettre son équipe dans le sens de la marche. Les champions de France multiplient les erreurs défensives et semblent déstabilisés par la tournure des événements. Un nouveau dégagement raté de Kyle Hardy met leur défense en difficulté mais cette fois Horak parvient à éviter le pire. Les Gothiques assiègent la cage grenobloise. Franson puis Dan Gibb à deux reprises tentent leur chance de loin sans réussite. Mais il est temps que la sirène retentisse pour des Brûleurs de Loups complètement désemparés.

Après un deuxième tiers complètement fou, le suspense est de mise au coup d’envoi de la troisième période dans une rencontre plus que jamais indécise. Les Grenoblois semblent revenir avec de meilleures intentions et Damien Fleury est tout près de marquer après avoir passé en revue la défense amiénoise sur une action individuelle. Buysse ne se laisse pas surprendre et repousse la tentative de l’international. Un palet expédié sur un projecteur provoque un arrêt de jeu pour enlever le verre répandu sur la glace. Le jeu peut reprendre avec deux équipes qui se craignent et qui ne veulent pas se livrer. Mais les Gothiques sont plus en réussite ce soir et la première ligne amiénoise fait de nouveau la différence avec Romand pour Halley qui signe un doublé (3-4, 44’11) ! Désormais ce sont les Brûleurs de Loups qui sont dos au mur. Une pénalité de Joey West en zone offensive donne une belle occasion à Grenoble de recoller tout de suite. Damien Fleury tente sa chance mais son tir est dévié par Buysse. Le palet circule dans la zone offensive : Fleury, Bisaillon et Champagne essaient tour à tour de forcer le verrou mais le boxplay amiénois parvient à s’en sortir.

De retour à cinq contre cinq, les Gothiques repartent à l’offensive et obtiennent une pénalité de Manavian, auteur d’un déblayage un peu trop musclé sur Babcock. L’occasion pour Amiens de se mettre presque définitivement à l’abri avec Halley et Belisle à la manœuvre. Grenoble arrive à tuer la pénalité malgré quelques frayeurs autour de sa cage. Reparti à l’offensive, Champagne profite un palet mal transmis entre Coulaud et Matima pour s’appuyer sur Kearney qui redonne le palet à son capitaine dans l’axe de la cage. Champagne fait un tour sur lui-même et surprend Buysse en se retournant (4-4, 49’35). Après une longue période de doute qui les a vus encaisser quatre buts consécutivement, les Brûleurs de Loups se relancent enfin dans cette rencontre. Fleury se lance à l’abordage des cages amiénoises pour porter l’estocade puis Manavian place un lancer puissant à la cage, détourné par Buysse. Mais sur une passe en retrait de Fleury, Manavian rate le contrôle du palet et laisse filer Babcock qui s’en va défier Horak et marque en lucarne malgré le retour de Hardy (4-5, 50’31). Grosse erreur du défenseur international grenoblois au moment où son équipe tentait de reprendre l’ascendant.

De nouveau aux commandes, les Gothiques reprennent l’initiative dans cette rencontre. Un duel âpre entre Tartari et Halley envoie les deux équipes en prison. À quatre contre quatre, le jeu s’accélère sous l’impulsion de Fleury. Kyle Hardy ferme la zone à la ligne bleue et tente sa chance du revers : le poteau renvoie le palet ! Dan Gibb tergiverse avec le palet derrière la cage, Sacha Treille s’en va le récupérer vigoureusement et le glisse dans un trou de souris. Tout Pôle Sud croit en l’égalisation mais le but est refusé pour une charge préalable de Valier sur Bault juste devant le slot. Au lieu d’égaliser, les hommes de Terglav se retrouvent donc en danger en infériorité numérique. Franson décale Lehtinen qui lance à la cage, le palet est relâché juste devant le slot par Horak et Rudy Matima est le plus prompt au rebond pour pousser le palet au fond au milieu d’une défense grenobloise bien statique (4-6, 54’52).

Les Grenoblois jettent leurs dernières forces dans la bataille avec Manavian qui décale Treille mais Buysse parvient à détourner la rondelle. Puis c’est Champagne qui a le cinquième but grenoblois dans sa crosse sur une échappée mais Buysse parvient de nouveau à le maîtriser en deux temps. Edo Terglav demande un temps mort pour essayer de mettre en place une dernière stratégie. Il décide de sortir Horak à plus de deux minutes de la fin pour tenter le tout pour le tout. Les esprits commencent à s’échauffer autour de la cage amiénoise, ce qui envoie Treille et Verrier en prison. Manavian manque le cadre sur un lancer puissant, Babcock récupère le palet pour une nouvelle contre-attaque mais ne parvient pas à trouver West pour lancer dans la cage vide. Fleury lance à la cage mais trouve la mitaine de Buysse. Richer demande un temps mort pour gérer les dernières secondes. Kearney manque à son tour la possibilité de marquer. Grenoble a laissé passer sa chance, une pénalité de Champagne pour avoir fait trébucher Roussel en zone offensive sonne le glas de ses derniers espoirs de retour. Amiens gère tranquillement les dernières secondes du match en supériorité numérique et tient sa victoire à Pôle Sud !

Les Brûleurs de Loups ont raté leur entrée en Ligue Magnus en présentant deux visages diamétralement opposés ce soir. Ils ont tout d’abord maîtrisé leur sujet dans la première partie du match, se montrant solides défensivement et opportunistes en attaque pour se bâtir une solide avance de 3-0 à la mi-match. Et puis tout s’est écroulé comme un château de cartes. En six minutes, les Gothiques étaient revenus à hauteur avant de prendre à deux reprises l’avantage au troisième tiers-temps. Devenus fébriles défensivement, les Grenoblois ont multiplié les erreurs à l’image des pertes de palet de Hardy et Manavian qui coûtent les troisième et cinquième but ou la faute inutile de Valier qui prive les Isérois d’une égalisation à 5-5. Ajoutez à cela une défense dans l’ensemble très passive et un Horak pas dans un grand soir et on obtient une prestation aux antipodes de celles proposées en CHL où les Grenoblois avaient fait preuve de la plus grande rigueur défensive. Après une entrée en matière difficile à Nice mardi et cette défaite ce soir, les Brûleurs de Loups devront se reprendre pour un déplacement délicat à Angers dimanche.

Malgré un début de rencontre délicat et un premier tiers-temps où ils ont été surclassés, les Gothiques ont du faire le dos rond et faire preuve d’une grande force mentale qui leur a permis de revenir dans une rencontre qui semblait perdue pour eux. Ils ont fait preuve d’une grande abnégation lors de la deuxième partie du match, en se montrant plus agressifs sur le porteur du palet, en gagnant de nombreux duels le long des bandes et en faisant preuve d’une redoutable efficacité qui a déstabilisé les Grenoblois. Outre Buysse auteur d’un grand match, Michael Babcock et Philippe Halley ont été les grands bonhommes du match avec un doublé chacun. Très prometteur pour Amiens qui avait déjà posé des problèmes cette semaine à Rouen et qui vient s’imposer chez le champion de France en titre. De quoi voir la suite avec optimisme du côté de la Picardie…

Désignés meilleurs joueurs du match : Joël Champagne (Grenoble) et Michael Babcock (Amiens)

(Photos d’Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « À 3-0, tout était bien. On avait bien joué, on a patiné, on a eu beaucoup de chances. On s’est mis dans le trouble tous seuls avec quelques erreurs individuelles qu’à ce niveau on ne peut pas faire. On n’était pas si mal que ça après ces trois buts, c’est juste qu’on n’arrivait plus à trouver cette énergie qu’on avait au début du match. Tous les petits rebonds allaient en leur faveur. On prend trois buts en troisième période, si on regarde le match avant, on ne se fait jamais marquer des buts comme ça… Aujourd’hui tout allait bien pour eux, à partir de 3-3, tout ce qu’ils ont fait a fonctionné. On a travaillé pour revenir, on s’est créé quelques occasions en fin de match mais on n’a pas mis le palet près de leur gardien et c’est ça un peu l’histoire du match. C’est une défaite qui fait mal mais il faut simplement se remettre en question, travailler fort et sortir de cette mauvaise période. On joue dans moins de 48h à Angers, il faut préparer comme il faut ce match. Il y a eu quelques erreurs parce qu’on pense un peu trop à l’offensive et on a laissé trop d’espaces défensivement. C’est dommage parce que si on regarde le début, on a le palet, on est en contrôle mais on ne fait pas les bons choix et ils profitent de ces erreurs-là. La réaction était bonne par rapport au dernier match à Nice, on s’est parlé avant le match, on a dominé une grosse partie des 30 premières minutes. Le match se joue sur 60 minutes, et quand on est moins bien, les équipes profitent de ces moments-là. C’est comme ça, on apprend, il faut qu’on fasse le match complet pour avoir du succès. Tous les matchs vont être très serrés, c’est à nous d’être prêts, de jouer de la même façon pendant 60 minutes. »

Mario Richer (entraîneur d’Amiens, photo) : « On est content des trois points qu’on a ramassés. On a été très opportunistes ce soir, on a pris quatre points sur six contre les deux grosses formations de la ligue donc c’est une très belle semaine pour nous. Pour nous ce sont des bonus chaque fois qu’on a la chance d’avoir des points contre eux. Au dernier match contre Rouen, on perdait 2-0. Notre équipe, c’est un peu des morpions comme dirait mon assistant coach Anthony [Mortas]. Ils n’abandonnent pas, ils travaillent très fort. C’est une équipe acharnée qu’on veut. Il faut travailler 60 minutes, on ne sait jamais ce qui peut arriver et c’était le cas ce soir. Je ne sais pas si eux ont lâché mais il y a toujours les deux côtés à la médaille, on a une équipe qui persévère. On va continuer à travailler, on veut une équipe qui mouille le maillot pour les partisans, la ville d’Amiens, et c’est l’équipe qu’on a depuis 3 ans. »

Sébastien Rohat (attaquant de Grenoble) : « C’est sûr que ça ne fait jamais plaisir de perdre à la maison en ouverture de saison mais ce n’est que le deuxième match, il n’y a pas le feu non plus. C’est dommage parce qu’on a fait une très bonne première moitié de match. On sort très fort, on leur donne très peu d’occasions, très peu de shoots. Après, il y a quelques faits de jeu qui ont fait qu’il y a un peu de frustration de notre côté, on a commencé à ne plus faire attention aux détails, ce qu’on faisait bien sur le début de match, et puis on a laissé le match pencher du côté d’Amiens, juste par notre faute. Amiens n’a pas forcément fait grand-chose pour récupérer le match, je pense qu’on s’est mis tous seuls dans le trouble… C’est dommage. Ce sont des choses qu’on avait déjà fait contre Nice, qu’on ne voulait pas refaire. Quand on mène largement par 3 buts, il faut qu’on continue de la même façon, ne pas ralentir et continuer à asphyxier l’équipe adverse, ce qu’on n’a pas su faire ce soir. À nous de nous remettre en question. Si on ne joue pas 60 minutes, on ne gagnera pas de match cette année. On n’était pas fatigué, on a mis beaucoup d’intensité mais quand on a un plan de match, il faut qu’on le respecte du début à la fin. On a fait beaucoup d’erreurs individuelles, beaucoup de turnovers à la bleue. On a donné beaucoup de 2 contre 1 ou de 3 contre 1, c’est à nous de faire attention à ces petits détails, de respecter plus le plan de jeu défensif et d’éviter de donner ces mauvais contres. Ce soir l’indiscipline nous a fait mal, elle nous a refusé un but, elle nous a coûté un but derrière… On n’est qu’au mois de septembre, le but est de s’améliorer et d’être prêts pour les play-offs. C’est quelque chose qu’on a très bien su faire l’année dernière, on est très bien monté en puissance. On part peut-être d’un peu plus loin cette année, il faut simplement prendre les choses telles qu’elles sont, gommer les erreurs match après match et c’est comme ça qu’on va s’améliorer, devenir plus fort. »

 

Grenoble – Amiens 4-6 (1-0, 2-3, 1-3)
Vendredi 20 septembre 2019 à 20h à Pôle Sud. 2925 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre et Pierre Dehaen assistés de Nicolas Constantineau et Vincent Zede
Pénalités : Grenoble 12’ (0’, 2’, 10’), Amiens 18’ (2’, 0’, 6’+10’).
Tirs : Grenoble 50 (20, 16, 14), Amiens 30 (6, 11, 13).

Évolution du score :
1-0 à 10’38 : Fabre assisté de Trabichet et Fleury
2-0 à 27’45 : Hardy assisté de Sauvé et Aleardi
3-0 à 29’18 : Dair assisté de Valier et Aleardi
3-1 à 30’22 : Babcock assisté de Plagnat et Suire
3-2 à 31’06 : Giroux assisté de Romand et Halley
3-3 à 36’29 : Halley assisté de Matima et Sabatier
3-4 à 44’11 : Halley assisté de Romand et Roussel
4-4 à 49’35 : Champagne assisté de Kearney et Kara
4-5 à 50’31 : Babcock
4-6 à 54’52 : Matima assisté de Sabatier et Lehtinen (sup. num.)

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney (2’) – Joël Champagne (C) (2’) – Vincent Kara
Sacha Treille (2’) – Peter Valier (2’) – Alex Aleardi
Dylan Fabre – Damien Fleury (A) – Sébastien Rohat
Adel Koudri – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Yann Sauvé – Antonin Manavian (2’)
Christophe Tartari (A) (2’) – Teddy Trabichet
Patrick McEachen

Gardien :
Lukáš Horák [sorti de 57’44 à 58’33]

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Julien Baylacq, Maxime Legault (genou).

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley (2’) – Jeremie Romand
Thomas Suire – Michael Babcock – Antonin Plagnat
Cain Franson – Jérôme Verrier (2’) – Florian Sabatier
Rudy Matima – Joey West (C) (2’) – Baptiste Bruche

Défenseurs :
Thomas Roussel (2’) – Kai Lehtinen (10’)
Louis Belisle – Dan Gibb
Romain Bault – Yoann Coulaud

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Axel Prissaint, Spencer Edwards.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

leo sed nec odio nunc elit. vulputate, ut