Division 1 (3e journée) : les Drakkars prennent les commandes

473

Zéro point il y a deux semaines, un point le week-end passé, puis deux aujourd’hui : trajectoire régulière pour l’Étoile Noire dans ce championnat ! Il y avait fort à faire face aux Yétis de Mont-Blanc, invaincus après deux journées. Les unités spéciales ont eu un rôle prépondérant dans la rencontre puisque tous les buts ont été marqués en supériorité numérique. Michal Duras a ouvert le score avant l’égalisation d’Alex Roberts, synonyme de prolongation durant lesquelles l’Espagnol Alejandro Burgos Ramires a permis à Strasbourg de décrocher sa première victoire de la saison (2-1 a.p.).

Avec cet unique point pris pour le Mont-Blanc, la rencontre qui allait déterminer le nouveau leader du championnat opposait les Drakkars de Caen (deux victoires dont une en prolongation) aux Jokers de Cergy Pontoise (deux victoires). Les choses ont mis du temps à se dessiner puisque rien n’avait été marqué à la mi-match. C’est l’expérimenté Pierre-Antoine Devin qui donnait l’avantage aux Caennais, puis Ronan Quemener fut extrêmement solide devant les nombreuses tentatives des Jokers. Sur une dernière supériorité en fin de match, Cergy joua à six contre quatre mais buta jusqu’au bout sur l’ancien gardien international. Prosvic enfonça le clou d’un but en cage vide. Caen prend le commandement de la Division 1 (2-0).

Neuilly a enregistré sa deuxième victoire de la saison, la première à domicile, en recevant les Spartiates de Marseille. La recrue de la semaine, l’impressionnant Phil Bushbacher, n’a pas tardé à se mettre en évidence pour signer son retour en France. Il a inscrit la moitié des buts des Bisons de la rencontre, par son doublé. Benoit Valier avait ouvert le score, et Brody Silk a terminé le travail en cage vide. Johan Andersson est l’unique buteur marseillais (4-1).

Deuxième victoire également pour Nantes, mais en autant de matchs pour les Corsaires, et même en autant de voyages. C’est cette fois-ci sur la glace de Montpellier que les Nantais ont brillé, avec cinq buteurs différents (Goncalves, Leveillé, Logan, Bergeron et Brenton) et un match assez nettement dominé. Les Vipers sont en difficulté, n’ayant remporté le moindre point depuis l’entame de la saison (2-5).

Après Tours sur la deuxième journée, les Dogs de Cholet offrent décidément des scénarios haletants dans ces rencontres. Nouvelle illustration ce soir face à une équipe qui avait besoin de points, les Albatros de Brest. Après à peine trois minutes de jeu, les Choletais menaient de deux buts sur un doublé de Sevigny. Mais Berthon puis Gabaj remettaient les compteurs à zéro avant d’entrer aux vestiaires. Marcel Balaz offre même l’avantage aux Bretons mais Zach White égalisa puis Jayat redonna l’avantage aux Dogs. Il a fallu un but de Berthon à quatre minutes du terme pour éviter aux Albatros une troisième défaite sèche. La prolongation ne donnera rien et c’est aux tirs au but que le sort de la rencontre s’est décidée en faveur de Brest, Alex Corvi ayant été le seul buteur de la séance. De quoi lancer enfin la saison des Albatros (4-5 t.a.b.).

Et Montpellier de se retrouver seul à la dernière place du championnat, puisqu’à l’instar des Bretons, les Sangliers de Clermont ont débloqué le compteur. Un démarrage léger pour autant, puisqu’ils doivent se contenter d’un unique point, acquis suite à une défaite en prolongation face à Dunkerque. Les Maritimes avaient démarré tambour battant : moins de dix minutes de jeu et ils menaient de trois buts. Mais les Auvergnats sont revenus progressivement dans la partie jusqu’au but du 4-4 par Martin Kulha à trois minutes du terme. Dunkerque sauve la victoire grâce à Adam Young, mais peuvent peut être nourrir des regrets d’un point évitablement lâché (4-5 a.p.).

Dans le même temps, les Remparts piétinent. À Chambéry, Tours démarrait parfaitement en menant de deux buts après vingt minutes. Un but de chaque côté était inscrit dans le deuxième tiers, puis la machine s’est grippée. Vyhonsky puis Janecek marquaient pour les Éléphants, conduisant la rencontre vers le temps supplémentaire. Et c’est le même duo (avec Vyhonsky à la conclusion et Janecek à la passe) qui a empêché les Remparts d’accéder à un succès qui a longtemps semblé se profiler (4-3 a.p.).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

sed nunc quis, vel, id ante. pulvinar venenatis