Lausanne bat une équipe de NHL (Philadelphie)

499

La Vaudoise aréna, une des deux patinoires qui accueillera les championnats du monde 2020, accueille un des deux matches de pré-saison d’une franchise NHL contre un club européen (Chicago a gagné de peu 3-1 à Berlin hier avec le dernier but en cage vide). Ce n’est pas le match d’inauguration puisque plusieurs rencontres de championnat suisse y ont déjà eu lieu, mais le Lausanne HC y est toujours en quête de sa première victoire. Il a même été écrasé à domicile samedi par Davos (1-7). Inquiétant à deux jours d’affronter une formation de NHL, les Flyers de Philadelphie.

Il n’est pas sûr que la NHL reviendra en Suisse romande car la ruée sur les billets n’a pas totalement correspondu à ses attentes. L’objectif de ces rencontres est aussi financier (ce qui fait de la Suisse une destination de prédilection), il suffit de voir le prix prohibitif des places pour s’en rendre compte. Deux semaines avant le match, le LHC – co-organisateur avec la NHL – ont même annoncé la mise en vente de « nouvelles places », en fait des places qui ont été reclassés. Certaines places de catégorie 1 qui ne trouvaient pas preneur à 363 francs suisses (avec des prestations VIP) ont été rétrogradées en catégorie 4 à 155 francs (plus de 140 euros quand même !). Même avec le niveau de vie très élevé dans la Confédération, il y a des limites à la dépense. Des catégories 2 et 4 (les plus éloignées de la glace) ont été commuées en une nouvelle « catégorie 6 » à 117 francs.

La soirée a commencé par une conférence de presse du numéro 2 de la NHL, Bill Daly, qui a précisé qu’il visiterait les locaux du CIO à Lausanne… mais qu’aucune discussion sur la participation des joueurs de NHL aux Jeux olympiques n’était programmée ! Il a par ailleurs vanté les bonnes relations de la ligue avec les instances du hockey… suédois, ce qui expliquait sa venue ici. Suède, Suisse : tout ça, c’est pareil pour les Américains ! Mais une telle attitude ignorante n’augure pas forcément de la meilleure manière de préparer le match, surtout avec une équipe de Philadelphie qui n’est pas la plus « fraîche » de NHL, toujours dominée par quelques vétérans.

Après les deux hymnes et le coup d’envoi donné par la capitaine de l’équipe féminine du LHC et par la très applaudie Florence Schelling (meilleure joueuse des Jeux olympiques 2014 où elle conduisit la Nati à la médaille de bronze), ce sont bien les Lausannois qui s’emparent du palet et entrent le mieux dans le match. Un tir fulgurant de Yannick Herren en entrée de zone frappe la poitrine du gardien Carter Hart qui laisse le rebond : Herren est passé entre-temps dans le dos de Gostisbehere et reprend lui-même le palet en pleine lucarne pour ouvrir le score. Le LHC enchaîne, notamment par une déviation de Cory Emmerton. Les Flyers répliquent par une bonne contre-attaque de Travis Konecny, un des rares visiteurs à dominer en patinage ses vis-à-vis suisses.

La première pénalité du match est infligée à l’encontre de Kevin Hayes pour un coup de crosse négligent en zone offensive. Cory Emmerton reprend alors dans l’angle ouvert une passe transversale de Christoph Bertschy pour convertir ce premier avantage numérique. Le score passe même à 3-0 sur une mise au jeu en zone offensive, remportée par Josh Joors devant Scott Laughton : le défenseur Robert Hägg masque son propre gardien sur le beau slap de Joël Genazzi. Philadelphie a tout de même une forte réaction dans les cinq dernières minutes du premiers tiers-temps. Tobias Stephan doit notamment réaliser un bel arrêt face à Oskar Lindblom.

En début de deuxième période, Farabee part en prison (accrocher) et Joël Vermin reprend dans le cercle gauche la passe du coin de Dustin Jeffrey. Deux buts en deux powerplays. Carter Hart, le jeune gardien sur lequel les Flyers ont misé l’avenir de la franchise, se fait sortir après avoir concédé 4 buts en 12 tirs, alors qu’il avait arrêté 56 tirs sur 57 lors de ses trois précédentes apparitions en pré-saison contre des adversaires de NHL. Son collègue Brian Elliott va très vite se mettre dans le bain car le LHC continue de se procurer des occasions nettes (y compris en infériorité par Vermin pendant une pénalité de Lindbohm pour retenir). Le public lausannois, qui met une belle ambiance, se pince pour y croire : son équipe est en train de mener 4-0 contre une équipe de NHL.

Mais au retour à égalité numérique, Sean Couturier remonte le palet et lance en angle : Tobias Stephan laisse un rebond axial que Claude Giroux met au fond. Philadelphie a maintenant le contrôle du jeu pour essayer de revenir et fait parler son physique ou encore sa vitesse, à l’instar de Scott Laughton. Stephan réalise un dernier arrêt important avant de céder son poste. Ville Peltonen change également de gardien, un remplacement programmé pour faire participer la doublure Luca Boltshauser à ce match de gala. La meilleure façon de protéger le nouvel entrant, c’est encore de se porter à l’offensive, ce que font les Lausannois avec notamment un bon lancer de Matteo Nodari.

La star de cette équipe des Flyers, c’est décidément… Gritty. La mascotte qui fait tant parler d’elle depuis sa création il y a un an (voir anecdotes de septembre 2018) remporte un grand succès dans les travées de la Vaudoise aréna. Elle fait un clapping avec les supporters. Et si elle a de quoi faire peur aux enfants, elle assume en jouant du tambour sur leurs têtes. Si l’an passé la venue des Devils était centrée sur l’étoile suisse Nico Hischier, cette année le marketing NHL est entièrement centré sur la mascotte ! Gritty éclipse totalement Cooly, la vache qui sera la mascotte du Mondial 2020.

En troisième période, Alain Vigneault modifie ses lignes. Il rassemble en particulier ses trois meilleurs joueurs en mettant Jakub Voracek sur la ligne de Giroux et Couturier. Cela ne réveille pas vraiment le Tchèque, qui gagne plus que les joueurs lausannois réunis mais qui paraît peu motivé par la pré-saison. C’est la troisième ligne modifiée Lindblom-Laughton-Farabee qui est la plus incisive dans cette nouvelle configuration. Philly s’en remet comme souvent à Claude Giroux. Le capitaine se procure une échappée, arrêté par Luca Boltshauser, mais a été retenu par Petteri Lindbohm. Il a donc droit à une seconde chance, mais perd le contrôle du palet, sur lequel Boltshauser referme ses jambières dans un réflexe salvateur.

Après un arrêt de Brian Elliott devant Kenins, Philadelphie finit par réduire le score. Comme Stephan avant lui, Boltshauser commet l’erreur de laisser un rebond dans l’axe, sur un tir en angle de Hägg : Connor Bunnaman, rookie qui a gagné sa place en NHL pendant cette pré-saison, marque du revers, à genoux sur la glace. À huit minutes de la fin, Travis Sanheim manque une cage à moitié ouverte, et les minutes défilent en faveur de Lausanne. Vigneault sort son gardien avec trois minutes à jouer et utilise son temps mort. À 6 contre 5, Sean Couturier gagne l’engagement en zone offensive devant Josh Jooris : Voracek centre pour une première déviation de Carsen Twarynski, celui-ci fait passer en force le palet sous le gardien et Sean Couturier le pousse au fond. 4-3, les Flyers ne reviendront pas plus près.

Philadelphie a paru empreinté sur la patinoire lausannoise. Les Flyers, qui avaient fondé leur jeu en infériorité numérique sur le blocage des entrées de zone, n’ont pas pu le faire sur une glace plus large. Ils n’ont jamais su empêcher la circulation de palet adverse et ont fini à 0% en infériorité. Offensivement, ils ont aussi mal utilisé les espaces. Il leur reste quatre jours pour se reprendre avant leur début de saison, à Prague contre les Blackhawks de Chicago (sur petite glace). Précisons que la ligue suisse n’a pas l’intention d’abandonner sa taille de glace, elle l’a fait savoir dans un communiqué dans la journée en réaction à la décision de l’IIHF de tester les championnats du monde sur des patinoires de taille NHL.

Les joueurs lausannois, quant à eux, n’ont pas trop le temps de savourer cette toute première victoire dans leur nouvelle Vaudoise aréna. Ce match de prestige a en effet été inséré dans un calendrier serré et ils devront rejouer trois fois d’ici samedi. Les clubs suisses ont en tout cas égalisé à trois victoires partout dans leurs confrontations face aux équipes de NHL. Ils mènent même aux points si on considère que Berne n’a perdu qu’en prolongation contre New Jersey l’an passé.

Commentaires d’après-match :

Ville Peltonen (entraîneur de Lausanne) : « Nous avons eu la bonne approche. Nous sommes passés par 48 heures difficiles, nous avons dû creuser profondément dans notre âme. Nous avons utilisé l’opportunité de nous réhabiliter devant notre public. »

Joël Vermin (attaquant de Lausanne) : « C’est cool, même si c’était tendu à la fin. Nous ne devons pas nous cacher. Nous leur avons rendu la vie difficile. La grande glace nous aide assurément, ils auraient sûrement joué plus agressivement sur petite glace. Je suis fier d’avoir joué quelques matches en NHL [24 avec Tampa Bay quand il avait 23-24 ans], tout le monde n’y arrive pas. Mais je ne ressens pas de satisfaction particulière du fait de cette victoire. Nous avons vraiment bien joué. Nous avons bien commencé, ensuite il était clair que ça se resserrerait. »

Alain Vigneault (entraîneur de Philadelphie) : « Il y a des secteurs que nous devons travailler, c’est très évident. Il est clair que je n’ai pas encore trouvé de combinaisons avec lesquelles je suis confortable, que ce soit défensivement ou offensivement. J’ai dit à de nombreuses reprises au cours du camp que nous avons beaucoup de travail. Et nous le faisons. Nous avons actuellement des jeunes qui jouent de manière très dure et compétitive. Je dois rechercher un peu plus de certains de nos vétérans, de ce qu’ils peuvent mettre sur la table. Nous le ferons. Nous nous entraînons encore ici demain et nous devons être prêt pour le premier match officiel de la saison. »

Michael Raffl (attaquant de Philadelphie) : « On ne doit pas chercher d’excuses, mais on sous-estime l’effet du décalage horaire deux jours après. Nous avions encore les jambes lourdes. C’était une ville cool, une aréna cool, hormis le fait que nous avons été vite menés 4-0. »

(photos du match par Stéphane Matthey)

Lausanne – Philadelphie 4-3 (3-0, 1-1, 0-2)
Vendredi 30 septembre 2019 à la Vaudoise Aréna de Lausanne. 9600 spectateurs.
Arbitrage d’Anssi Salonen (FIN) et Dan O’Halloran (CAN) assistés de Roman Kaderli (SUI) et Libor Suchánek (TCH).
Pénalités : Lausanne 2′ (0′, 2′, 0′) ; Philadelphie 4′ (2′, 2′, 0′).

Évolution du score :
1-0 à 04’08 : Herren
2-0 à 10’29 : Emmerton assisté de Bertschy (sup. num.)
3-0 à 13’26 : Genazzi assisté de Oejdemark et Jooris
4-0 à 23’02 : Vermin (sup. num.)
4-1 à 25’37 : Giroux assisté de Couturier
4-2 à 45’23 : Bunnaman
4-3 à 57’50 : Couturier assisté de Twarynski

Lausanne HC

Attaquants :
Ronalds Kenins – Dustin Jeffrey – Joël Vermin
Yannick Herren – Josh Jooris – Christoph Bertschy
Cody Almond – Cory Emmerton – Tyler Moy
Benjamin Antonietti – Étienne Froidevaux (C) – Tim Traber
Robin Leone

Défenseurs :
Robin Grossmann – Matteo Nodari
Lukas Frick – Petteri Lindbohm (2′)
Jonas Junland – Fabian Heldner
Joël Genazzi – Victor Oejdemark

Gardien :
Tobias Stephan puis à 32’15 Luca Boltshauser

Philadelphia Flyers

Attaquants :
Claude Giroux (C) – Sean Couturier – Travis Konecny
Joel Farabee (2′) – Kevin Hayes (2′) – Jakub Voracek
James van Riemsdyk – Scott Laughton – Oskar Lindblom
Michael Raffl – Connor Bunnaman – Carsen Twarynski

Défenseurs :
Ivan Provorov – Travis Sanheim
Shayne Gostisbehere – Justin Braun
Robert Hägg – Matt Niskanen
Sam Morin – Philippe Myers

Gardien :
Carter Hart puis à 23’02 Brian Elliott [sorti de 56’59 à 57’50 et de 58’30 à 60’00]

En réserve : Alex Lyon (G), Chris Stewart (surnuméraire), Andy Welinski (« bas du corps »), Nolan Patrick (migraines), Tyler Pitlick (convalescent après une opération du poignet).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! AccepterEn savoir plus

id vulputate, consequat. leo velit, ipsum mi, in libero.