Grenoble – Gap (Ligue Magnus, 11e journée, match avancé)

Les Rapaces ne tiennent pas la distance

11

Après des débuts délicats en Ligue Magnus (une défaite face à Amiens et deux victoires en prolongation ou tirs au but face à Angers et Nice), les Brûleurs de Loups ont rectifié le tir cette semaine en battant Chamonix mardi (6-0) puis en gagnant à Bordeaux vendredi (6-2). Pour terminer cette semaine jusqu’à présent parfaite, Grenoble reçoit son voisin Gap dans le cadre d’un match avancé de la onzième journée pour cause de CHL à la date initialement prévue. Le derby dauphinois a toujours tenu ses promesses mais le décor a changé puisqu’Eric Blais a remplacé Luciano Basile derrière le banc des Rapaces. Ces derniers restent sur deux défaites consécutives face à Mulhouse (0-2) et Amiens (1-3) et auront à cœur de retrouver le chemin de la victoire du côté de Pôle Sud. Un absent sur blessure de part et d’autre : Artūrs Mickēvičs côté gapençais et Maxime Legault côté grenoblois.

Le début de la rencontre est très équilibré avec deux équipes qui s’observent. Mais Grenoble obtient rapidement un premier avantage numérique lorsque Roman Vondráček fait trébucher Peter Valier en zone neutre. Grenoble installe son power-play avec un premier lancer de Kyle Hardy dans le trafic. Puis c’est au tour de Manavian de tenter un one timer qui passe de peu à côté du cadre. Colotti subit une grosse charge de Sauvé sur une contre-attaque mais aucune pénalité n’est appelée sur l’action. Gap revient tranquillement à égalité numérique et occupe la zone offensive face à une équipe grenoblois attentiste. Mais les Rapaces se font de nouveau sanctionner lorsque Jesse Juntheikki accroche Damien Fleury. Nouvelle supériorité numérique pour Grenoble qui essaie de pousser mais n’arrive pas à bouger une défense bien en place. Kearney insiste au rebond ce qui provoque un petit brassage puis McEachen sur un lancer lointain mais Ylönen est présent pour bloquer la rondelle. Un tir en pivot de Dylan Fabre échappe au cadre de quelques centimètres. Une nouvelle fois le boxplay gapençais fait le travail pour tuer la pénalité. De retour à cinq contre cinq, le jeu se déroule essentiellement en zone neutre avec des Rapaces plus volontaires qui exercent un bon forecheck pour maintenir les Brûleurs de Loups dans leur zone. Il en résulte une rencontre relativement fermée où les occasions se font rares. Colotti tente sa chance sur un lancer lointain puis Fabre parvient à trouver Sauvé démarqué mais le tir du défenseur grenoblois n’est pas cadré. Il en faut plus pour perturber Horak et Ylönen, bien en place.

Sur un palet perdu par Gap à la ligne bleue, la première ligne grenobloise combine une belle contre-attaque et il en faut peu pour qu’Aleardi n’ouvre le score mais son lancer n’est pas cadré. Les attaques grenobloises commencent à être plus tranchantes à l’image d’un bon décalage de Hardy pour Fabre qui se présente seul face à Ylönen mais le portier tricolore bloque le palet entre ses jambières. Suite à une charge incorrecte de Sacha Treille sur Vondracek, Gap se trouve à son tour en supériorité numérique pour la première fois du match. Les Rapaces font bien circuler la rondelle sur le power-play et Dimitri Thillet aurait pu ouvrir le score sur une action confuse devant le slot alors que les deux équipes se battent pour le contrôle du palet. Suite à une charge de Trabichet contre la bande, Roberts Jekimovs reste allongé sur la glace pendant quelques instants et peine à regagner son banc. La pénalité est finalement tuée par les Brûleurs de Loups qui s’offrent dans la foulée une belle contre-attaque en 2 contre 1 mais Trabichet ne parvient pas à reprendre la passe d’Aleardi. Les charges se font un peu plus appuyées en fin de tiers, signe que l’intensité monte d’un cran mais aucune équipe ne parviendra à marquer avant la pause à l’issue d’une période dans l’ensemble assez fermée.

En début de seconde période, les Brûleurs de Loups mettent rapidement la pression en zone offensive avec un bon jeu entre Aleardi et Kearney mais Ylönen bloque le palet. Le portier gapençais est malmené en ce début de tiers puisqu’à deux reprises il se retrouve au sol sous la pression des attaquants locaux à la lutte avec les défenseurs gapençais. Mais les Rapaces restent redoutables en contre-attaque et il faut que Horak soit bien présent sur une attaque rapide de Victor Ranger. Il y a un peu plus d’espaces en ce début de seconde période ce qui permet quelques occasions franches sur des contres rapidement joués. Un bon tir de Sauvé est repoussé par Ylönen alors que de l’autre côté, Correia, fraîchement arrivé de Lyon, tente sa chance mais manque le cadre. Sur une contre-attaque, Trabichet, aligné en attaque ce soir, décale parfaitement Baylacq sur la gauche mais le tir de ce dernier manque de précision à l’image d’une période où les approximations techniques de part et d’autre font souvent échouer les actions. Une charge contre la bande en zone offensive de Yann Sauvé sur Mathieu Guertin offre une deuxième supériorité numérique à Gap dans cette rencontre. Pendant deux minutes, les Rapaces vont faire tourner le palet en zone offensive et tenter quelques tirs lointains, notamment par Gagnon. La présence de Boutet devant le slot permet quelques rebonds non exploités et le boxplay grenoblois arrive à tuer la pénalité sans trop de difficulté. De retour à cinq contre cinq, les Gapençais continuent d’exercer un bon forecheck et récupèrent le palet dans les bandes. Sur l’un deux, Charles Schmitt est bien servi face à la cage mais Horak repousse à bout portant.

A la mi-match, le score est toujours nul et vierge dans une rencontre décidément bien cadenassée. La première ligne grenobloise effectue une bonne présence en zone offensive pour ramener le jeu dans zone gapençaise. Les tirs de Bisaillon et Kearney ne sont pas cadrés mais la pression monte sur la cage des Rapaces. Mais ce sont ces derniers qui se procurent la meilleure occasion du tiers sur une passe en retrait de Correia pour Juntheikki qui, seul face à la cage, manque le cadre. Cette fois c’est Grenoble qui souffre dans sa zone défensive mais Dylan Fabre parvient à s’échapper et tire à la cage, sans pouvoir cadrer. Mais ce n’est que partie remise : Fleury entre en zone offensive, laisse en retrait à Kara qui lance à la cage. Ylönen se couche pensant geler le palet mais celui-ci lui échappe et tombe dans la crosse de Fleury qui marque en hauteur dans la cage ouverte (1-0, 33’59’). Gap réagit tout de suite sur le coup d’envoi et Vondracek est tout près d’égaliser dans la foulée mais Horak ferme bien son angle. Une charge trop vigoureuse de Bisaillon sur Correia suite à un bon mouvement offensif gapençais permet aux Rapaces d’évoluer pour la troisième fois en supériorité numérique. Mais sur le power-play, Ylönen se fait une grosse frayeur en sortant loin de sa cage, il se fait subtiliser le palet dans la bande par Rohat qui centre en retrait pour Sauvé face à la cage vide. Immanquable ? Et pourtant si car le palet est détourné sur sa ligne par Gagnon. Le jeu va vite d’une cage à l’autre avec Melisko qui récupère le palet en zone offensive avant de lancer sur Horak dans le mouvement mais le portier grenoblois bloque entre ses jambières. Gap finit fort le tiers en campant dans la zone offensive au court de la dernière minute mais sur une dernière offensive grenobloise, Treille met sur orbite Fleury qui reprend d’un magnifique one timer qui laisse Ylönen sans réaction (2-0, 39’40’). Au meilleur moment et contre le cours du jeu, Grenoble fait le break dans cette rencontre !

Les Rapaces n’ont pas été récompensés de leurs efforts au cours du deuxième tiers temps et se retrouvent menés de deux buts au début du dernier tiers. Jakub Melisko tente sa chance sur un tir puissant mais le palet est bloqué de la mitaine par Horak. Les Brûleurs de Loups semblent se contenter de presser haut et de maintenir les Gapençais dans leur zone mais ils se font surprendre sur une contre-attaque et Peter Valier est contraint de commettre une faute sur Arnaud Faure qui se présentait en bonne position face à la cage. Gap installe son power-play et fait rapidement circuler le palet dans la zone offensive. Un palet mis à la cage provoque une grosse action confuse devant le slot. Une nouvelle pénalité est sifflée contre Grenoble pour un cinglage. Tartari part en prison alors que c’est Baylacq qui avait commis la faute. Mais la conséquence est surtout que les Brûleurs de Loups vont évoluer en double infériorité numérique ! L’occasion rêvée pour Gap de se relancer complètement dans cette rencontre. Mais cette situation est très mal négociée par Gap qui n’arrive pas à installer le jeu de puissance et se fait repousser dans sa zone. Grenoble tue la première pénalité mais Colotti parvient jusqu’à la cage grenobloise sur un bon rush mais Horak parvient bloquer la rondelle. Finalement le boxplay grenoblois a fait le travail en désavantage numérique et Gap a laissé échapper une belle opportunité. Le tournant du match ? Possible car les Grenoblois sont ragaillardis après cette résistance à trois contre cinq. Et sur une accélération en zone offensive, Fleury fait le tour de la cage pour servir en retrait Sacha Treille qui surprend Ylönen d’un tir du revers en pivot (3-0, 49’29’).

Cette fois les Gapençais accusent le coup. Grenoble reprend possession de la zone offensive. Fleury puis Bisaillon lancent à la cage, Ylönen repousse l’échéance. Car sur l’action suivante, Champagne gagne le palet en zone offensive pour Aleardi derrière la cage lequel centre pour Kearney qui arrive lancé vers la cage et pousse le palet au fond des filets (4-0, 50’25’). Un deuxième but en une minute but qui met définitivement fin au suspense dans cette rencontre. Les Gapençais ne renoncent pas mais continuent de se heurter à la muraille Horak qui repousse un nouveau lancer de Melisko et s’oppose au rebond qui suit. Sur une rapide contre-attaque, Charles Schmitt se présente en position de deux contre un mais son tir est détourné par Horak. Puis c’est au tour de Guertin, oublié par la défense grenobloise, de se retrouver seul face à la cage grenobloise mais Horak continue son festival en repoussant le palet à bout portant. Les Grenoblois sont plus attentistes et procèdent par contre-attaque. Un beau mouvement de la deuxième ligne grenobloise en zone offensive conduit à un bon tir de Fleury, repoussé par Ylönen. Les Rapaces continuent d’attaquer avec Schmitt et Chapuis notamment qui prennent de vitesse la défense grenobloise. La volonté gapençaise conduit à une pénalité de Bisaillon pour cinglage. Dernière opportunité en supériorité numérique pour Gap qui s’installe rapidement avec un bon lancer de Bourgeois détourné par Horak. Le boxplay grenoblois fait bloc pour renvoyer le palet régulièrement en dehors de la zone. La pénalité est finalement tuée facilement et les Brûleurs de Loups se permettent même le luxe de rajouter un cinquième but sur un palet amené en zone offensive par Fleury qui laisse à Kara. Ce dernier ouvre pour Hardy qui remet au centre pour Sacha Treille dont la reprise dans l’axe ne laisse aucune chance à Ylönen (5-0, 58’56’).

Dans une rencontre longtemps fermée et incertaine, les Brûleurs de Loups s’imposent finalement sur un score large, assez flatteur et dur pour une équipe gapençaise qui a longtemps tenu la dragée haute aux locaux. Offensivement, les champions de France ont fait preuve d’une réussite maximale en marquant aux moments clés grâce à la deuxième ligne offensive notamment avec un doublé de Damien Fleury qui a débloqué la rencontre puis un autre de Sacha Treille qui a assuré la victoire grenobloise. Mais le grand bonhomme du match côté grenoblois est une nouvelle fois Lukáš Horák, auteur d’un deuxième blanchissage en une semaine après celui contre Chamonix mardi (6-0). En multipliant les arrêts clés, il a dégoûté littéralement les attaquants gapençais, permettant à son équipe de tenir jusqu’à l’ouverture du score de Fleury puis de maintenir l’avance acquise, empêchant toute possibilité de retour des Haut-Alpins.

Les Rapaces pour leur part n’ont pas ménagé leurs efforts et ont posé beaucoup de problèmes aux Brûleurs de Loups dans cette rencontre avec une défense bien en place pendant toute la première moitié du match. Ils n’ont par contre pas réussi à tenir ce rythme initial pendant les soixante minutes du match, devenant de plus en plus approximatifs au marquage défensif ce qui a laissé plus d’espaces aux attaquants grenoblois dans la deuxième moitié du match. Sur le plan offensif, les Rapaces ont manqué d’efficacité, buttant inlassablement sur un Horak des grands soirs et en étant trop inoffensif en supériorité numérique. Un problème récurrent puisque l’attaque gapençaise n’a marqué qu’un but au cours des trois derniers matchs (après un 0-2 contre Mulhouse et 1-3 contre Amiens). La réception d’Anglet mardi sera l’occasion d’enrayer cette série de trois défaites consécutives.

Désignés meilleurs joueurs du match : Sacha Treille (Grenoble) et Roman Vondráček (Gap)

(Photos d’Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a parlé beaucoup d’être constants pendant soixante minutes, on a déjà été très bon vendredi. Aujourd’hui, c’est le troisième match de la semaine, en première période on était moins bien, Gap a patiné beaucoup plus que nous mais on n’a pas donné de grosses occasions, c’est important en début de match. On a eu deux avantages numériques on n’était pas très très bien mais c’était important de rester calme et on a vu qu’en troisième période, on était beaucoup plus physique, on a trouvé les jambes, c’était une bonne troisième période. On a donné quelques occasions à deux contre un ou trois contre deux, mais c’est des choses qu’il faut corriger car on ne peut pas donner des occasions de cette qualité-là. On a attendu nos chances après, on marque un premier but travaillé, deuxième rebond devant la cage… C’est ces buts là qu’aujourd’hui on marque beaucoup, c’est un bon signe parce que parfois on jouait un peu trop faciles et on cherchait des jeux parfaits. On met beaucoup de palets à la cage et c’est là qu’on est dangereux aujourd’hui. C’est une bonne semaine, trois victoires mais il ne faut pas regarder que les buts mais aussi notre jeu défensif. C’est bien aussi ne pas donner beaucoup de buts au cours des trois derniers matchs, c’est là pour moi que le jeu offensif commence. On est bien en place défensivement à cinq et quand on récupère le palet, on attaque à cinq cou six et c’est là qu’on crée beaucoup d’occasions aujourd’hui. Je suis très satisfait, on voit qu’offensivement les joueurs commencent à se trouver, les buts viennent de partout, c’est ce qui est bien. Parfois on compte sur un ou deux joueurs et quand ces joueurs-là sont moins bien, on ne produit pas mais aujourd’hui on a essayé d’équilibrer toutes les lignes, chaque ligne peut amener de l’énergie. On voit à la fin du match, quand les quatre lignes poussent, les équipes adverses souffrent un peu et c’est là qu’on profite et c’était le cas aujourd’hui. »

Damien Fleury (attaquant de Grenoble) : « On a fait une mauvaise entame de match, un mauvais premier tiers et un début de deuxième assez poussif donc oui il a fait du bien le premier but, il a mis l’équipe dans le droit chemin et après on ne leur a pas laissé grand-chose donc c’était pas mal. Ça fait trois matchs maintenant où on commence à trouver notre rythme. C’est positif. On a fait un début de saison avec nos trois premiers matchs assez mauvais donc on avait à cœur de se rattraper, de se fait plaisir sur la glace. Ça fait trois matchs où on marque des buts, trois matchs où on n’en prend pas ou très peu donc c’est que du positif. C’est clair qu’on est l’équipe à battre, surtout chez nous. On a une belle patinoire, des bons supporters donc les équipes qui viennent ici ont à cœur de faire des gros matchs donc ce n’est jamais évident. Ce soir on a fait un bon match, solide donc c’est parfait. Lukas fait un super début de saison, même en CHL il a été très bon, les attaques sont construites sur une bonne défense donc si on joue bien derrière, devant on va se créer pas mal d’occasions donc à nous de travailler comme ça. »

Eric Blais (entraîneur de Gap) : « C’est mérité pour Grenoble. On travaille fort avec Pierrick mon assistant pour préparer tous les matchs, on met le point sur lesquels on sait qu’ils vont appuyer. On est beaucoup dans l’analytique tous les deux. On a été très bien jusqu’à la moitié du match et sur la fin de tiers, deux erreurs identifiées sur des choses qu’on savait qu’ils faisaient : rusher, attention aux changements de ligne, etc., le F3 qui est très haut chez eux, la preuve c’est qu’ils ont mis un magnifique but à la fin du tiers. Moi j’ai vraiment beaucoup de frustration, oui l’effort il est là mais ça fait trois matchs qu’on se le dit et ça ne veut pas tourner du bon côté et à un moment donné, si on veut que ça tourne du bon côté, il va falloir faire les choses aussi. Là, on ne les fait pas. Donc moi je suis très en colère, je suis vraiment déçu. Quand on voir qu’on a un cinq contre trois et c’est eux qui font le jeu à cinq contre trois et qui sont les plus dangereux ? Moi ça ne joue pas et il va falloir qu’il y ait une grosse remise en question de certains gars de mon équipe. Je suis vraiment déçu parce qu’on est arrivé avec de bonnes intentions, on a bien préparé ce match comme on les prépare depuis le début du championnat. On les prend les uns après les autres, on essaie d’être précis avec mon assistant et ce qu’on a besoin maintenant c’est que les gars ils montent d’un niveau et qu’ils prennent leurs responsabilités sur la glace. Amiens, ce n’était pas très loin, Mulhouse, ce n’était pas très loin. Soit on se contente de voir le nuage au-dessus de notre tête et on attend que ça passe, soit on provoque les choses pour que ça tourne du bon côté. On a fait encore un effort ce soir. Est-ce qu’il est suffisant contre cette équipe-là ? Non parce qu’on ne peut rien leur laisser. Tu sais qu’on doit jouer comme on a joué au premier tiers pendant soixante minutes et tant qu’on ne sera pas capables de jouer soixante minutes de cette façon-là, que ce soit contre Grenoble ou n’importe quelle équipe, on sera en difficulté. Donc il faut qu’on réagisse. Il n’y a pas tout à jeter mais ce qui est très frustrant, c’est de prendre les buts sur lesquels on sait qu’ils allaient appuyer. On les a vus jouer, on sait exactement ce qu’ils font. On a tout préparé, leur set play en zone offensive, comment ils jouent sur les réorganisations, les forechecks controls, tout était prêt de A à Z donc pour moi il n’y a pas d’excuses. Mais les gars sont à l’écoute, c’est le début du championnat, on a encore énormément de choses à travailler. Dans ce match-là, il y a des choses positives mais aussi des choses négatives qu’il faut sortir car que ce soit contre Grenoble ou les autres équipes, il va falloir améliorer ces jeux défensifs mais c’est un tout. »

Fabien Colotti (attaquant de Gap) : « On est venu avec de bonnes intentions, beaucoup d’intensité. On a appliqué notre jeu pour commencer. On avait parlé pas mal de tactique avant le match, on connaissait l’adversaire qu’on jouait, on savait ce qu’il était capable de faire. On prend trois, voire quatre buts dans des situations qu’on a travaillées. Et quatre fois le même donc on ne peut s’en vouloir qu’à nous même. On fait l’effort, on donne ce qu’on a à donner mais derrière c’est une défaite 5-0 qui est dure à accepter. Ça fait 2-3 matchs sur lesquels on a beaucoup de regrets et de remords donc il va falloir relever la tête et aller de l’avant. Horak et d’autres gardiens, on en a fait briller pas mal ces 3-4 derniers matchs. On peut dire qu’Horak a été présent, a fait un bon match, c’est sur mais c’est à nous d’avoir un peu plus de « chien » devant la cage, d’en vouloir un peu plus. Il y a certains joueurs qui ont beaucoup de responsabilités et il faut apprendre à les prendre, à jouer sa carte à fond et ce soir encore on ne l’a pas fait. L’effort est là, on travaille beaucoup, on a une bonne ambiance dans l’équipe, le groupe vit bien, tout va bien, on bosse mais le résultat n’est pas là et il faut se poser les bonnes questions, se regarder chacun dans la glace et trouver les solutions tous ensemble parce qu’on a un match qui arrive très vite et il faut se remettre dedans tout de suite. »

 

Grenoble – Gap 5-0 (0-0, 2-0, 3-0).

Dimanche 29 septembre 2019 à 15h à Pôle Sud. 2833 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart et Alexandre Bourreau assistés de Nicolas Constantineau et Damien Icard
Pénalités : Grenoble 12’ (2’, 4’, 6’), Gap 4’ (4’, 0’, 0’)
Tirs : Grenoble 29 (8, 11, 10), Gap 27 (6, 10, 11)

Évolution du score :

1-0 à 33’59’ : Fleury assisté de Kara et Trabichet
2-0 à 39’40’ : Fleury assisté de Treille et Hardy
3-0 à 49’29’ : Treille assisté de Fleury et Baylacq
4-0 à 50’25’ : Kearney assisté de Aleardi et Champagne
5-0 à 58’56’ : Treille assisté de Hardy et Kara

Grenoble

Attaquants :

Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille (2’) – Damien Fleury (A) – Vincent Kara
Dylan Fabre – Sébastien Rohat – Peter Valier (2’)
Teddy Trabichet [puis Tartari] – Adel Koudri – Julien Baylacq

Défenseurs :

Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon (4’)
Antonin Manavian – Christophe Tartari (A) (2’) [puis Trabichet]
Patrick McEachen – Yann Sauvé (2’)

Gardien :

Lukáš Horák

Remplaçant : Loïc Corvez (G). Absents : Sébastien Raibon, Maxime Legault (genou), Aurélien Dair.

Gap

Attaquants :

Mathieu Guertin – Romain Gutierrez (C) – Julien Correia
Dimitri Thillet – Jesse Juntheikki (2’) – Fabien Colotti
Roberts Jekimovs – Roman Vondráček (2’) – Victor Ranger
Charles Schmitt – Romain Chapuis – Paul Joubert

Défenseurs :

Etienne Boutet – Fabien Bourgeois
Mathieu Gagnon – Raphaël Faure
Jakub Melisko – Arnaud Faure

Gardien :

Sebastian Ylönen

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absents : Alexandre Pascal, Artūrs Mickēvičs

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

odio tempus amet, sem, felis dolor. nec consequat. Donec ipsum