L’entraîneur tchèque Miloš Říha est mort

169

On a appris la mort ce jour de celui qui était il y a peu l’entraîneur national de la République Tchèque, Miloš Říha, à l’âge de 61 ans.

Ces deux dernières saisons, Říha était à la tête de la sélection tchèque. L’annulation des Mondiaux en Suisse l’avait empêché de la mener à un second championnat du monde, après avoir fini la conférence de presse en larmes après la 4e place du Mondial 2019 (voir bilan du Mondial slovaque).

Cette émotion, c’était tout Říha, et cela rend son décès encore plus bouleversant. Ancien champion de Tchécoslovaquie (1981) comme joueur, il a fait sa carrière d’entraîneur en République Tchèque, en Slovaquie mais aussi en Russie. Tous ces pays ont été touchés : la nouvelle de son décès a d’abord été dévoilée par le Slovan Bratislava, et la KHL a publié un communiqué expliquant qu’elle « n’aura pas d’objections au cas où les clubs décident d’organiser une minute de silence avant leur match pour l’honorer » (cela répondait à une demande officielle d’autorisation du Spartak Moscou).

Partout, Říha avait été reconnu comme un homme qui insufflait des émotions à ses joueurs et aux supporters par son charisme, qui était animé par une profonde sincérité et pas par des techniques de management. Parfois, son émotion dépassait son contrôle, vis-à-vis des arbitres voire des joueurs (en revenant sur sa carrière il y a deux mois, le hockeyeur slovaque Tomas Kopecky s’était dit choqué par ses propos vulgaires et insultants sur le banc)

Říha n’était plus en poste car son contrat était arrivé à son terme. Il cherchait ensuite un engagement en club, et son nom avait été prononcé quelques fois en Slovaquie ou au Kazakhstan (Barys). Mais depuis quelques semaines, le monde du hockey avait appris son hospitalisation, d’abord à Banska Bystrica (Slovaquie) avant son transfert à Prague, sans que la maladie qui l’a frappé ne soit dévoilée.

Robert Reichel, qui était un de ses adjoints en équipe nationale, lui a rendu un hommage émouvant sur hokej.cz : « Nous continuions à rester au contact. Je ne connais pas les détails, mais je croyais que Miloš surmonterait ses problèmes de santé. Sa mort m’a profondément heurté. Quand quelqu’un nous quitte à seulement ans, c’est une énorme tragédie. J’ai passé deux très belles années avec Miloš. J’ai rencontré un grand homme et une belle personne qui était toujours juste. Il avait le dernier mot, mais autrement nous discutions et résolvions tout ensemble. Miloš avait du charisme, il vivait les choses pleinement. »

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à tous ceux qui l’ont croisé, côtoyé et connu.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

eget consequat. Curabitur sit efficitur. luctus quis