Rouen – Amiens (Ligue Magnus, 3e journée)

Un cinquantenaire toujours vert

521

214 jours plus tard…

Beaucoup d’eau a coulé sous le pont Mathilde, depuis que Rouen a éliminé Gap en 4 manches sèches pour le compte des quarts de finale de la Synerglace Ligue Magnus 2019-20. 214 jours sans que l’Île Lacroix ne résonne des bruits de patins, de crosses, et des clameurs du public.

Une pandémie a stoppé net les espoirs de Mulhouse, Angers, Grenoble et bien sûr Rouen, en quête d’un 16e sacre, frustrant les clubs d’une apothéose, et les joueurs partant à la retraite, d’un au revoir sur la glace.

La longue intersaison a permis aux deux derniers finalistes de la coupe de France de se refaire une beauté. De chaque côté, des joueurs essentiels sont partis. Côté normand, l’immense mais modeste Marc-André Thinel, l’homme aux 8 coupes Magnus, a tiré sa révérence, et officie désormais comme assistant du coach et du manager général. Le capitaine Mathieu Roy a lui aussi pris sa retraite. Une fuite de JFL (joueurs formés localement) notamment vers Angers a obligé le club à régénérer partiellement son effectif. Rouen a engagé quelques joueurs d’expérience (Flood, Lamarche, Lagacé, Trotter), attiré le talentueux Rolands Vigners (JFL), et fait monter sa jeune garde en grade. Ayant conservé une bonne partie de ses cadres (Pintaric, Guttig, Lampérier, Chakiachvili, Koivisto…), le staff a également pu faire re-signer l’ancien 3e choix de la draft NHL 2004, Cam Barker, nommé capitaine. De quoi nourrir toujours des ambitions, malgré une certaine prudence, comme l’a souligné Guy Fournier :

« On a (…) décidé d’être très prudent. On voulait avoir un maximum d’informations pour prendre nos décisions. Au fil des réflexions et de ce qui nous arrivait comme infos, on s’est dit que soit on faisait une équipe de milieu de tableau, et là on gardait les abonnements et le même système économique, soit on bougeait quelques curseurs pour faire une équipe de haut de tableau. On a opté pour cette solution-là. » (Paris Normandie)

Ajoutons que l’attaquant américain de poche Greg Squires, a été retenu aux États-Unis en raison d’un problème de renouvellement de passeport. Ardemment souhaitée par le staff rouennais, sa venue, qui pourrait intervenir en cours de saison, est néanmoins très incertaine.

Les Picards ont aussi assez largement rafraîchi le groupe. Anthony Mortas, qui remplace Mario Richer au poste d’entraîneur, aura pour mission de confirmer l’embellie du club (2 coupes de France en 2 ans). Les départs notamment de Bélisle (à Bordeaux) et du duo Giroux-Halley (à Angers) doivent être digérés. Une petite dizaine de nouvelles têtes sont apparues au Coliseum, dont certaines (celle des frères Leclerc et de Baazzi) déjà bien connues. La qualification pour les PO est bien entendu l’objectif de base d’un groupe qui, privé du gâteau de la Continental Cup, paraît en mesure de se mêler une fois encore à la lutte pour le Top 4. Toutefois, Amiens a dû parer à la défection de l’expérimenté Elgin Pearce, rentré aux Canada pour des raisons personnelles, ajoutant dernièrement l’international Guillaume Leclerc, libre de tout contrat après un essai en Autriche.

Img 3270

Une préparation perturbée

C’est peu dire que les préparations de Rouen et d’Amiens ont été compliquées. Amiens a été une des toutes premières équipes touchées par le virus, dans d’importantes proportions. Très vite, Rouen a emboîté le pas, peu de temps après le tournoi de Cergy, lors duquel les 2 équipes s’étaient rencontrées (victoire de Rouen 4-3 après prolongation).

Préparation tronquée, matches reportés, arrivées tardives… Dragons et Gothiques ne se présentent pas dans les meilleures conditions. Tout au plus, Amiens a le léger avantage d’avoir un match dans les jambes (défaite à domicile contre Cergy 2-3), contrairement à Rouen qui commence sa saison après que les matches face à Bordeaux et Mulhouse ont été annulés.

C’est donc dans ce contexte difficile et inédit que les deux rivaux du derby de la plaine doivent en découdre, dans une Île Lacroix enfin rénovée et devant 1000 spectateurs distanciés et masqués.

Img 3275

Débuts encourageants

Le nouvel arrivant Brock Trotter remporte la mise au jeu initiale. Les Dragons, sans Joël Caron ni Bastien Zago (en phase de reprise), prennent tout de suite le contrôle du match, sans parvenir à se montrer réellement dangereux pour Lucas Savoye. La menace se précise lors du premier avantage numérique. Décalé par Trotter, Florian Chakiachvili déclenche un tir des poignets qui heurte le montant gauche du cerbère amiénois (6’15).

Amiens défend, plutôt bien, mais est une nouvelle fois pénalisé, pour crosse haute. Cette fois, la première ligne du jeu de puissance rouennais a réglé la mire. Après une première chaude alerte sur laquelle Lucas Savoye s’interpose brillamment au détriment d’Anthony Guttig (15’35), les Gothiques vont finir par rompre. Jacob Lagacé, au rebond devant la cage, voit le palet ricocher sur lui, à la suite d’un tir de Nicolas Deschamps repoussé par le suppléant d’un Henri-Corentin Buysse présent sur le banc (1-0, 16’30).

La fin du tiers intervient alors qu’Amiens n’a shooté que 6 fois à la cage, ne se créant que peu d’occasions franches. Selon notre décompte, le RHE a lui tiré 9 fois (6 selon les statistiques officielles).

Le 2e tiers s’ouvre sur un but des Normands. Vincent Nesa chipe le palet à deux Amiénois derrière la cage et sert en retrait Florian Chakiachvili qui, d’un tir puissant d’entre les cercles, transperce Lucas Savoye (2-0, 22’11).

Img 3276

Le break est fait, et rien n’indique qu’Amiens a les ressources pour revenir. Sous pression, la défense picarde redonne la rondelle à Koivisto qui se présente seul à la cage, mais ne peut convertir son revers, la faute à un Savoye impérial (25’37). Le premier avantage numérique des hommes d’Anthony Mortas ne donnera pas grand chose.

À l’inverse, en supériorité, Rouen fait bien tourner le palet, et Guttig a l’occasion de mettre le 3e but, mais le portier picard fait encore un gros arrêt (33’45). Parti en break, Vigners échoue une nouvelle fois sur le dernier rempart (34’55). La seule petite frayeur pour le camp normand viendra d’un 3 contre 1 initié par Romand, relayé par Guillaume Leclerc et conclu par Sevcenko (les lignes étant régulièrement brassées), mais Pintaric, vigilant et mobile, a tout vu (35’55).

Et dans les deux dernières minutes d’un tiers à sens unique, Savoye finit par céder sur un tir relativement anodin d’Enzo Cantagallo, de la ligne bleue, entre les jambières (3-0, 38’09).

Img 3274

Le match est dès lors plié. Le troisième tiers voit deux équipes à la peine physiquement. Rouen gère et Amiens ne peut passer la vitesse supérieure. Les absences de Fredriksen et Haaranen (dont on apprendra qu’il quitte le club) ont sans doute un peu pesé.

Seule action notable, évidemment, un double arrêt spectaculaire de Savoye aux dépens de Deschamps parti en contre et Lagacé sur le rebond (49’03). Les Amiénois peuvent remercier leur gardien.

Ensuite, les minutes s’égrènent sans que la victoire rouennaise ne soit contestée. La première depuis 214 jours. Une éternité…

Partant un peu dans l’inconnu, Rouen, cinquante ans cette année, a assuré l’essentiel, après un match loin d’être parfait mais assez bien maîtrisé. La montée en régime devra néanmoins être rapide, car c’est Grenoble (défait à Angers 6-4) qui se présentera dans une semaine sur les bords de Seine. Si tout va bien…

Commentaires d’après-match (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur des Dragons) : « On partait un peu dans l’inconnu après onze jours d’inactivité. On ne savait pas trop si on allait être en mesure de tenir soixante minutes. Ce soir, j’ai vu deux bons tiers et un troisième avec un peu plus de déchet technique, mais, vu les conditions dans lesquelles on a préparé ce match, on ne peut pas en vouloir aux gars. Défensivement, je voulais qu’on soit solide et on l’a été. On n’a pas pris de but et on n’a laissé que peu d’occasions à Amiens. Offensivement, on a manqué un peu d’efficacité et d’opportunisme, mais après aussi longtemps sans jouer, c’est un peu normal. Au final, c’est un bon début, on est content de commencer par une victoire, mais on est bien conscient aussi qu’il va falloir être encore au-dessus de ça la semaine prochaine (NDLR : pour la réception de Grenoble). »

Anthony Mortas (entraîneur d’Amiens) : « Je suis un peu déçu et un peu énervé contre mon équipe. On a fait n’importe quoi. Rouen n’a pourtant pas besoin de ça. Il y a des joueurs dans cette équipe qui ne veulent pas faire d’efforts alors moi aussi je vais arrêter d’en faire avec eux. Ce soir, si notre gardien fait juste un match normal et pas un excellent match, on repart avec une rouste… »

 

Rouen – Amiens 3-0 (1-0, 2-0, 0-0)
Vendredi 2 octobre 2020 à 20h00 – Centre sportif Guy Boissière. 1000 spectateurs.
Arbitres : Julien Peyre et Alexandre Hauchart assistés de Cyril Debuche et Jérémie Douchy.
Pénalités : Rouen 6′ (0′, 2’, 4’) ; Amiens 8′ (4’, 2’, 2’).
Tirs : Rouen 22 (6, 8, 8) ; Amiens 17 (6, 5, 6).

Évolution du score
1-0 à 09’55 : Lagacé assisté de Deschamps et Trotter (sup. num.)
2-0 à 14’13 : Chakiachvili assisté de Nesa
3-0 à 21’32 : Cantagallo assisté de Crinon et Gueurif

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Brock Trotter – Jacob Lagacé
Loïc Lampérier (A) – Théo Gueurif – Rolands Vigners
Joris Bedin – Anthony Guttig (A) – Vincent Nesa
Joran Reynaud – Juha Koivisto – Quentin Tomasino

Défenseurs
Florian Chakiachvili – Maxim Lamarche
Pierre Crinon – Mark Flood
Cam Barker (C) – Enzo Cantagallo

Gardien
Matija Pintaric (17 arrêts)

Remplaçant : Valentin Duquenne (G). Absents : Joël Caron (haut du corps), Bastien Zago (haut du corps).

Amiens

Attaquants :
Baptiste Bruche – Guillaume Leclerc – Rudy Matima
Jérémie Romand (C) – Alexandre Boivin – Arturs Sevcenko
Brendan Jacome – Joey West – Florian Sabatier
Thomas Suire – [alternance de centres] – Antonin Plagnat

Défenseurs :
Aziz Baazzi – Skylar Pacheco
Dan Gibb – Yohan Coulaud
Romain Bault – Nicolas Leclerc

Gardien :
Lucas Savoye (19 arrêts)

Remplaçant : Henri-Corentin Buysse (G). Absents : Christopher Fredriksen (blessure), Matias Haaranen (maladie / instance de départ)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

dolor. Lorem sem, ipsum Praesent consequat. nec suscipit quis, venenatis,