Le hockey tchèque est à l’arrêt mais l’équipe nationale joue

150

Le hockey tchèque est actuellement à l’arrêt : professionnels comme amateurs n’ont plus le droit de s’entraîner depuis la mi-octobre, conséquence d’une deuxième vague qui est en République tchèque la deuxième plus forte d’Europe – derrière la Belgique – en nombre de nouveaux cas par habitant. Pour ne pas appeler des joueurs en pause forcée depuis trois voire cinq semaines pour certains, le nouveau sélectionneur Filip Pešán a donc dû s’appuyer sur des expatriés qui sont encore dans le rythme de la compétition.

Il a fait exception pour Filip Hronek, meilleur défenseur du dernier Mondial disputé et actuellement prêté par Detroit, ainsi que pour des juniors pris dans une sélection élargie pour qu’ils gardent un rythme de compétition avant le Mondial des moins de 20 ans dans moins de deux mois. Des forfaits de KHL (Šustr, Krejčík et Jaškin) ont finalement contraint à appeler 10 juniors au lieu de 8, et à appeler un second joueur senior évoluant au pays, Radan Lenc. Comme il est interdit de se regrouper dans une salle fermée sur le sol tchèque, ces joueurs d’Extraliga se sont entraîné sur une patinoire en plein air à Dobříš. La star Hronek – dont le dernier match remonte à fin septembre – y a avoué qu’il en avait un peu marre de nettoyer les feuilles… Le périple n’était pas terminé. Ces joueurs quittant la « zone rouge » tchèque ont été testés à l’aéroport : Hronek et le junior Novák avaient des valeurs à la limite et ont passé 26 heures à l’isolement dans leur chambre d’hôtel du Radisson avant de pouvoir sortir.

La Suède, qui se pensait à l’abri de la seconde vague (et commence à en douter ces dernières heures), a fait un choix totalement différent en ne faisant appel qu’à des joueurs évoluant au pays. L’un d’eux joue même en Allsvenskan, en deuxième division, un fait pas inédit mais quand même assez rare. Il s’agit de Jonathan Dahlén, actuel capitaine de Timrå à seulement 22 ans : Garpenlöv le considère comme un joueur qui mène son équipe dans les deux sens de la glace. Les quatre autres débutants du jour sont les défenseurs Mattias Norlinder et Adam Ollas Mattsson ainsi que les hommes en forme que sont Niklas Rubin (3 blanchissages en 7 parties avec Frölunda) et Jonatan Berggren, troisième marqueur du début de saison de SHL à 20 ans.

Les Tchèques semblent plus expérimentés, et cela les aide à prendre le meilleur sur leurs adversaires. Ils font la différence dans les unités spéciales : ils tuent la première pénalité de Jeřábek, puis convertissent leurs deux premières supériorités numériques en fin de première période, pour un retard de jeu de Lindqvist et un faire trébucher de Bristedt. C’est d’abord Filip Hronek qui envoie un gros slap de la ligne bleue pour l’ouverture du score, puis Hynek Zohorna reprend dans l’angle ouvert une bonne passe d’Andrej Nestrašil.

Les barres transversales empêchent que les avantages numériques suivants soient transformés au début du deuxième tiers-temps. Un revers de Jiří Smejkal fait tinter une première fois le métal dans la grande patinoire vide, puis c’est l’invité-surprise Jonathan Dahlén (par ailleurs fils de la légende Ulf Dahlén) qui l’imite. Mais lorsqu’on revient à 5 contre 5, Jakub Galvas marque pour sa part poteau rentrant. Le seul junior tchèque titularisé, Jan Myšák, un choix de draft des Canadiens de Montréal le mois dernier, inscrit son premier point en sélection avec la seconde assistance sur ce but. L’autre débutant tchèque Michael Špaček (Tappara) n’est pas loin de déflorer son compteur international mais bute de près sur Niklas Rubin. Un temps faible tchèque d’environ cinq minutes n’est ensuite pas exploité par Zaar.

La Suède sauve l’honneur dès le début de la troisième période sur une transition rapide. Anton Wedin lance Max Friberg qui ne laisse aucune chance au gardien Patrik Bartošák. Hormis une riposte de leur capitaine Tomáš Zohorna, les Tchèques se contentent de défendre leur avance jusqu’à la sirène, y compris en fin de match quand les Suédois sortent leur gardien pendant plus de trois minutes.

Désignés joueurs du match : Hynek Zohorna pour la République tchèque et Anton Wedin pour la Suède.

Commentaires d’après-match :

Filip Pešán (entraîneur de la République Tchèque) : « Il y a eu deux phases. Nous avons étions la meilleure équipe en première période. Ensuite, le jeu s’est équilibré et nous avons eu des problèmes en zone défensive avec leur pressing. Mais nous avons gagné avec notre dévouement et notre courage. Convertir les deux premiers powerplays a été un très bon départ. C’est bien de travailler avec des joueurs qui ont des initiatives et inspirent les entraîneurs. Les joueurs sont venus nous voir, Martin [Straka, assistant-coach chargé de l’avantage numérique] et moi, pour nous suggérer quelque chose, et nous l’avons essayé à l’entraînement puis en match. C’est comme ça que j’imagine l’attitude des joueurs. »

Filip Hronek (défenseur de la République Tchèque) : « C’est différent de l’entraînement hors glace. Mais c’était sympa, je n’étais pas si frais à la fin du match. Nous avons essayé quelque chose à l’entraînement en jeu de puissance et je suis content que nous l’ayons réussi en match. Il y avait un signal à la mise au jeu sur mon but, c’était un jeu direct. Cela nous a bien lancés, nous étions mobiles et nous avons pressé les Suédois. Souvent pendant un match, le public aide à garder le rythme, mais il n’y a pas d’autre choix que de faire sans. »

République Tchèque – Suède 3-1 (2-0, 1-0, 0-1)
Jeudi 5 novembre 2020 à 14h30 à la Hartwall Areena de Helsinki. 0 spectateur (huis clos).
Arbitrage de Riku Brander et Aaro Brännare (FIN) assistés de Joni Pekkala et Antti Thomann (FIN).
Pénalités : Tchéquie 6′ (2′, 2′, 2′), Suède 6′ (4′, 2′, 0′).
Tirs : Tchéquie 24 (10, 12, 2), Suède 20 (6, 7, 7).

Évolution du score :
1-0 à 16’34 : Hronek assisté de Nestrašil et H. Zohorna (sup. num.)
2-0 à 18’18 : H. Zohorna assisté de Nestrašil et Hronek (sup. num.)
3-0 à 26’56 : Galvas assisté de Stránský et Myšák
3-1 à 41’44 : Friberg assisté de Wedin et Wingerli

République Tchèque (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Hynek Zohorna – Tomáš Zohorna (C) – Andrej Nestrašil
Jan Ordoš – Ondřej Roman – Radan Lenc
Jiří Smejkal (-1) – Michael Špaček (-1, 2′) – Radek Koblížek (-1)
Šimon Stránský (+1) – Rudolf Červený (+1) – Jan Myšák (+1)

Défenseurs :
Jakub Galvas (+1) – Jakub Jeřábek (A, 2′)
Michal Moravčík – Filip Hronek (A, +1)
Lukáš Klok (-1) – Vojtěch Mozík (-1)

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçants : Dominik Hrachovina (G), Šimon Kubíček (D), Jaromír Pytlík (A). En tribune : Lukáš Pařík (G), David Jiříček, Stanislav Svozil (D), Michal Teplý, Adam Raška, Filip Koffer, Pavel Novák (A).

Suède

Attaquants :
Jonathan Dahlén – Jacob Nilsson – Michael Lindqvist (2′)
Leon Bristedt (2′) – Lias Andersson (C) – Daniel Zaar
Anton Wedin – Andreas Wingerli – Jonatan Berggren (-1)
Emil Sylvegård (A) – Linus Ölund – Max Friberg (A, +1)

Défenseurs :
Jesper Sellgren – John Nyberg
Mattias Norlinder (-1) – Niklas Hansson (2′)
Adam Ollas Mattsson (+1) – Gustav Bäckström

Gardien :
Niklas Rubin [sorti à 56’40]

Remplaçant : Samuel Ersson (G). En tribune : Pontus Näsén (D), Eric Martinsson (D), Jesper Frödén (A), Pontus Holmberg (A).

Les commentaires sont fermés.

pulvinar suscipit ipsum Curabitur libero dolor. Lorem ut id, lectus