Aucun intérêt d’affronter des juniors… surtout si on perd !

423

C’est la seule certitude actuelle sur une compétition IIHF dans les prochains mois : les championnats du monde des moins de 20 ans auront lieu fin décembre dans une « bulle » à Edmonton, selon une organisation similaire aux play-offs NHL. Mais s’y préparer est un casse-tête pour les équipes participantes. Tous les tournois internationaux dans les catégories de jeunes ont été annulés avec la pandémie. Les juniors russes ont en général une préparation intense : deux tournois contre leurs adversaires européens fin août et début novembre, puis une traditionnelle tournée au Canada face à des sélections des trois ligues juniors canadiennes. Rien de tout ça cette année.

Le sélectionneur des juniors Igor Larionov a simplement pu rassembler ses hommes en août pour les faire jouer en amical contre un club junior, le Kapitan Stupino. Très léger. Il avait demandé à pouvoir jouer contre des clubs de VHL voire de KHL pendant la trêve internationale. Mais la fédération russe a trouvé une option encore plus radicale : puisque seul l’Euro Hockey Tour est maintenu, elle a décidé d’y renvoyer son équipe junior à la place de son équipe senior !

Du point de vue russe, nécessité fait loi. La compétition urgente à préparer est le Mondial junior. Le staff de l’équipe nationale autour de Valeri Bragin a contracté la Covid-19 il y a quelques semaines, certains internationaux ont été ou sont malades : la sélection aurait donc de toute façon été perturbée. Autant carrément envoyer les moins de 20 ans avec Larionov sur le banc. Cette équipe aura ainsi un test de très haut niveau.

Les adversaires, eux, ont tous grogné, de même que les journalistes. Le sélectionneur finlandais a dit qu’il ne voyait aucun intérêt à affronter des juniors et qu’il le faisait parce qu’il y était obligé mais qu’il s’en fichait. Une déclaration qui va se retourner contre lui… La Finlande, privée des joueurs des Jokerit (quatre tests positifs dans ce club la semaine dernière), va prendre une leçon de la part de ces « gamins » russes.

2020 11 05 Russie Finlande1

Cette génération russe était présentée comme meilleure défensivement et avec un grand gardien (Askarov), mais sans grand meneur offensif. Pourtant, elle réussit une démonstration complète en première période. Le premier but doit tout à la vitesse d’exécution des mains de Rodion Amirov : il entre en zone, dribble devant le défenseur Mikael Seppälä et tire dans la lucarne à mi-distance. Le deuxième but est apporté par la détermination et l’énergie de Marat Khusnutdinov, qui traverse une défense passive en protégeant bien son palet pour venir coucher et transpercer le gardien. Le troisième but est un classique jeu collectif russe, une passe transversale d’un cercle à l’autre que reprend Ilya Safonov.

On imagine que Jukka Jalonen doit en appeler dans le vestiaire à l’honneur de ses hommes en train de se faire humilier par des juniors. Ils abordent mieux le deuxième tiers-temps. Elmeri Eronen réduit le score, et la Finlande a trois très belles positions de tir pour revenir à 2-3 pendant les pénalités de Chayka et Khusnutdinov. Mais elle n’y parvient pas. Quand c’est au tour de la Russie de jouer à 5 contre 4, Daniil Chayka place un tir du poignet sous la barre depuis la ligne bleue pendant que Podkolzin masque le gardien. Egor Chinakhov, seul face au gardien, porte même le score à 1-5 en fin de tiers.

Jere Sallinen réduit la marque dès la première minute du troisième tiers. Il le mérite puisqu’il signé 8 tirs cadrés, tout comme Eronen, alors que tous les autres Finlandais cumulés en tenteront… 3 ! Face à une équipe aussi poussive, les juniors russes méritent leur victoire. Egor Afanasyev reçoit le palet dans le cercle droit, et après un petit temps de contrôle, décoche le 2-6. Otto Jarvinen est renvoyé au vestiaire à quatre minutes de la fin pour une charge à la tête dans une soirée à oublier pour la Finlande.

Désignés joueurs du match : Yaroslav Askarov pour la Russie et Valtteri Kemiläinen pour la Finlande.

Commentaires d’après-match

Igor Larionov (entraîneur de la Russie) : « Très belle impression des gars. Ils ont montré du caractère, du talent, de la capacité à défendre. Nous ne connaissions pas l’équipe de Finlande, nous savions seulement qu’elle avait des joueurs matures. Nous nous sommes concentrés sur notre jeu. Bien sûr, le 6-2 ne peut que nous réjouir, mais les gars n’étaient pas surpris. La préparation nous a permis de comprendre les forces de chacun et d’assembler une équipe intéressante. Le jeu phénoménal de notre gardien Yaroslav Askarov a donné confiance à l’équipe. Nous avons quelques heures pour savourer. Mais j’ai dit aux joueurs qu’un match ne faisait pas une carrière. Chaque adversaire doit être respecté. Nous ferons des ajustements dans l’effectif, les autres joueurs doivent jouer. »

Rodion Amirov (attaquant de la Russie) : « La tâche était de travailler, pas d’écouter ce que les Finlandais disaient. Nous devions justifier la confiance. Nous avons déjà oublié cette victoire, nous nous préparons pour le prochain match. On ne peut pas comparer la Finlande avec une équipe de KHL. C’est une équipe nationale. La vitesse est un peu supérieure, la prise de décision aussi. Je ne dirais pas qu’il y avait de la nervosité. L’excitation du début a disparu après le coup d’envoi. Nous avions comme consigne de jouer agressivement dès les premières minutes, nous l’avons fait. »

Kasper Björkqvist (attaquant de la Finlande) : « L’adversaire a fait un bon départ et marqué tout de suite. Ce sont des garçons talentueux qui ont mis de beaux buts, donc c’était dur. En général, les Russes ont du talent, et quand ils sont dans leur élan, ils améliorent sans cesse leur jeu durant le match et sont très difficiles à jouer. Je suis ennuyé par le deuxième but, on devait gagner les duels et leur gars passe si facilement. Le coach a insisté pendant la pause pour que chacun individu s’améliore pour améliorer l’équipe. Le début de deuxième période était prometteur, mais nous n’avons pas pu conserver ce sentiment positif. »

2020 11 05 Russie Finlande

Russie – Finlande 6-2 (3-0, 2-1, 1-1)
Jeudi 5 novembre 2020 à 18h30 à la Hartwall Arena. 2224 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari et Sakari Suominen (FIN) assistés de Markus Hägerström et Niko Jusi (FIN).
Pénalités : Russie 20′ (2′, 6′, 2’+10′) ; Finlande 35′ (2′, 4′, 4’+5’+20′).
Tirs : Russie 26 (7, 5, 14) ; Finlande 19 (9, 7, 3).

Évolution du score :
1-0 à 01’42 : Amirov
2-0 à 11’21 : Khusnutdinov assisté de Chajka
3-0 à 16’53 : Safonov assisté de Podkolzin et Afanasyev
3-1 à 22’33 : Eronen assisté de Peltola
4-1 à 35’47 : Chayka assisté de Afanasyev et Podkolzin (sup. num.)
5-1 à 38’20 : Chinakhov assisté de Safonov et Groshev
5-2 à 40’46 : Sallinen assisté de Kemiläinen
6-2 à 52’01 : Afanasyev assisté de Mukhamadullin et Chistyakov (sup. num.)

Russie

Attaquants :
Egor Afanasyev (+2) – Marat Khusnutdinov (2′) – Vasily Podkolzin (C)
Maksim Groshev – Ilya Safonov (+2, 2′) – Egor Chinakhov (A, +1)
Arseni Gritsyuk (+1) – Danil Bashkirov (+1) – Rodion Amirov (+1)
Egor Spiridonov (-1) – Zakhar Bardakov (-1, 2’+10′) – Danil Alalykin (-1)
Dmitri Zlodeyev

Défenseurs :
Daniil Chayka (2′) – Nikita Sedov (2′)
Shakir Mukhamadullin (A, +1) – Semyon Chistyakov (+1)
Kirill Kirsanov (+1) – Egor Shekhovtsov (+1)
Roman Bychkov

Gardien :
Yaroslav Askarov

Remplaçants : Artur Akhtyamov (G). En tribune : Maksim Beryozkin, Takhir Mingachyov (A).

Finlande

Attaquants :
Jere Innala – Eetu Koivistoinen – Aleksi Saarela (2′)
Jere Sallinen (C, -2) – Peter Tiivola (-1, 2′) – Jerry Turkulainen (-1)
Kasper Björkqvist (-2) – Hannes Björninen (-1) – Ahti Oksanen (-1)
Jukka Peltola (A, +1, 2′) – Miska Siikonen (+1, 2′) – Otto Karvinen (+1, 5’+20′)
Markus Nurmi (-1)

Défenseurs :
Jarkko Parikka (-1) – Vili Saarijärvi (-1)
Lasse Lappalainen (-1) – Valtteri Kemiläinen (A, -1)
Mikael Seppälä (-1) – Axel Rindell (-1)
Alex Lintuniemi (+1, 2′) – Elmeri Eronen (+1)

Gardien :
Oskari Setänen

Remplaçant : Sami Rajaniemi (G). En tribune : Eemeli Suomi (A).

Les commentaires sont fermés.

felis Curabitur Phasellus neque. elementum diam libero