L’Allemagne sans sélectionneur et presque sans adversaires

239

Alors que ses clubs de l’élite n’ont toujours pas repris leur saison (et qu’on n’est pas encore sûr qu’ils soient tous prêts à la reprendre), la fédération allemande a tout fait pour organiser coûte que coûte sa Deutschland Cup afin de donner un signe de vie du hockey allemand. Ce fut un véritable parcours du combattant. La Slovaquie et la Russie (B) ont été les premières à se désister. La DEB a alors cherché des pays remplaçants : la Lettonie a accepté, la Norvège a donné un accord provisoire avant de décliner. Le fait que le capitaine de son équipe nationale Jonas Holøs soit positif au coronavirus n’a pas aidé…

Entre-temps, la quatrième nation participante, la Suisse, s’est aussi décommmandée, en expliquant qu’elle ne voyait pas rassembler ses équipes nationales alors que la maladie se propageait dans tout le pays. Après le refus final norvégien, l’Allemagne s’est donc retrouvé avec un tournoi… à deux. Pour faire le nombre, elle a donc mis en place son équipe nationale B, alias le « Top Team Peking » en référence aux prochains Jeux olympiques qui viendront sans doute un peu vite pour ces jeunes joueurs. Mais les ennuis n’étaient pas finis ! C’est ensuite le sélectionneur national de l’Allemagne, Toni Söderholm, qui a eu un test positif à la Covid-19 ! Thomas Popiesch le remplace pour l’occasion, alors que l’entraîneur national des U18 Steffen Ziesche a dû passer de l’équipe B à la A.

Dans ce tournoi triangulaire, l’Allemagne B a logiquement perdu contre son homologue A (2-7) et contre la Lettonie (2-4). Le troisième match de poule oppose les deux vraies équipes nationales… qui savent donc déjà qu’elles se retrouveront le lendemain pour la finale. Les joueurs de l’Allemagne B sont rentrés chez eux… à deux exceptions près. Après la blessure de Daniel Fischbuch, les attaquants Tim Wohlgemüth et Lukas Reichel ont été transférés de l’équipe B à l’équipe A. Un mois après avoir été choisi au premier tour de la draft NHL, Lukas Reichel fait donc ses débuts en sélection à seulement 18 ans et 5 mois. Et il est tout de suite mis en responsabilité en participant aux avantages numériques. Un autre joueur actuellement aux Eisbären Berlin (prêté par l’organisation de Winnipeg pour sa part), le défenseur Leon Gawanke, débute en équipe d’Allemagne ce week-end.

Outre la présence inattendue de Reichel, l’évènement pour l’Allemagne est le retour du gardien Felix Brückmann, trois ans et demi après sa dernière sélection. Entre-temps, il est passé par une convalescence de 18 mois après une opération de la hanche. Brückmann, qui fêtera ses 30 ans le mois prochain, signe la plus belle parade du premier tiers-temps lorsque Martins Karsums et Andris Džeriņš combinent en supériorité numérique à la quinzième minute. La Lettonie qui avait plutôt adopté une tactique de contre au début, prend le contrôle du jeu sur sa lancée jusqu’à la fin de période.

Au deuxième tiers, le gardien letton Rūdolfs Lazdiņš (18 ans à peine !) – qui fait ses débuts aujourd’hui comme le défenseur Brants et l’attaquant Jevdokimovs – commence à être plus mis au travail. Sa défense est sous pression, elle commet souvent des dégagements interdits. Mais le portier junior voit bien le palet et garde ses cages inviolées. Le match de gardiens se poursuit au troisième tiers, et Brückmann remporte notamment un face-à-face avec Rihards Bukarts. C’est finalement le plus jeune des cerbères qui craque. À cinq minutes de la fin, Lazdiņš relâche un tir de Yasin Ehliz, et Marcel Noebels récupère le rebond pour le but gagnant. Mathias Plachta n’a ensuite plus qu’à finir le travail en cage vide.

Ce n’est pas forcément une grande prestation de l’Allemagne, qui s’est autorisée bien trop de pertes de palet au troisième tiers, mais c’est un beau retour pour Felix Brückmann après un « long chemin », comme il le décrit. Il s’agit de son quatrième blanchissage en 12 titularisations avec l’équipe nationale.

Désignés joueurs du match : Felix Brückmann pour l’Allemagne et Rūdolfs Lazdiņš pour la Lettonie.

Commentaires d’après-match

Thomas Popiesch (entraîneur de l’Allemagne) : « Le bilan est globalement positif, ce fut un match difficile tout du long et nous avons mérité notre victoire. L’intensité était bien plus élevée, les Lettons étaient forts avec le palet et patinaient très bien. Le rythme n’était pas encore à 100% mais c’est normal. Pour la finale, nous visons une qualité de passe encore meilleure et nous voulons améliorer quelques petits détails. »

 

Allemagne – Lettonie 2-0 (0-0, 0-0, 2-0)
Samedi 7 novembre 2020 à 16h45 à la Yayla Arena de Krefeld. Huis clos.
Arbitrage de Benjamin Hoppe et Marc Iwert (ALL) assistés de Wayne Gerth et Jonas Merten (ALL).
Pénalités : Allemagne 8′ (2′, 0′, 6′) ; Lettonie 6′ (2′, 2′, 2′).
Tirs : Allemagne 34 (10, 14, 10) ; Lettonie 28 (10, 6, 12).

Évolution du score :
1-0 à 54’24 : Noebels assisté de M. Müller et Ehliz
2-0 à 58’27 : Plachta (cage vide)

Allemagne

Attaquants :
Yasin Ehliz (+1) – Marcel Noebels (A, +1, 2′) – Matthias Plachta (+2)
Lean Bergmann (2′) – Marc Michaelis (2′) – Markus Eisenschmid (2′)
Frederik Tiffels – Maximilian Kastner (+1) – Lukas Reichel
Maximilian Kammerer – Andreas Eder – Parker Tuomie (+1)

Défenseurs :
Fabio Wagner – Korbinian Holzer (A)
Yannic Seidenberg – Leon Gawanke (+1)
Moritz Müller (C, +2) – Colin Ugbekile (+1)
Marcel Brandt – Marco Nowak

Gardien :
Felix Brückmann

Remplaçant : Daniel Fießinger (G). En réserve : Mathias Niederberger (G), Tim Wohlgemüth.

Lettonie

Attaquants :
Frenks Razgals – Andris Džeriņš (A) – Mārtiņš Karsums (C, -1)
Nikolajs Jeļisejevs (-1) – Gatis Sprukts (-1) – Emīls Ezītis (-1)
Raivo Freidenfelds – Renārs Krastenbergs (-1) – Rihards Bukarts (-1)
Ralfs Jevdokimovs – Oskars Batņa (-1) – Gunārs Skvorcovs
Kārlis Ozoliņš

Défenseurs :
Ēriks Ševčenko – Krisjanis Rēdlihs (-1)
Kārlis Čukste (-1) – Artūrs Kulda (-1, 2′)
Harijs Brants – Kristofers Bindulis (-1, 4′)
Arvils Bergmanis

Gardien :
Rudolfs Lazdiņš [sorti de 57’32 à 58’27]

Remplaçant : Artūrs Šilovs (G). En réserve : Kārlis Beķeris-Brīvkalns (G), Oskars Bārtulis, Artūrs Salija (D), Vitālijs Pavlovs, Egils Kalns (A).

Les commentaires sont fermés.

tristique commodo mattis ante. elit. eget nunc Aliquam Praesent dolor odio