Gabin Ville découvre l’élite du hockey tchèque

540

Le jeune Chamoniard, Gabin Ville, vient d’intégrer l’équipe de České Budějovice en République Tchèque. Parti assez jeune en Finlande, il a pu concrétiser son hockey mineur en passant par Espoo et l’IFK Helsinki.

Ses débuts professionnels se sont déroulés sur les glaces françaises de Chamonix et Grenoble en cumulant 10 et 20 points respectivement en deux saisons. L’occasion se présentant de retourner en Finlande, il a joué plus de 100 parties en Mestis (2e niveau finlandais), où il a pu placer 80 points.

Une nouvelle aventure se présente avec une offre qui lui a été faite pour jouer au HC Motor České Budějovice en République Tchèque. Ce club fondé en 1928 a été l’un des clubs fondateurs du premier véritable championnat national en 1937. Un seul titre de champion en élite a été remporté, en 1951, mais le club a vu de nombreux joueurs internationaux légendaires porter son maillot comme Miroslav Dvořák, Jaroslav Pouzar, Jiří Lála, Radek Bělohlav, Radek Dvořák ou encore Roman Turek qui est aujourd’hui président du club. C’est Václav Prospal, le pur produit du club, qui mène le groupe aujourd’hui.

Il est temps de savoir comment Gabin se retrouve dans son nouvel environnement.

(Hockey Archives) Bonsoir, avant toute chose, comment va la santé ?

(Gabin Ville) La santé est plutôt bonne, je me sens bien physiquement et pour l’instant j’ai été plutôt chanceux car je n’ai pas été affecté par le COVID.

Après trois saisons passées en Mestis finlandaise, tu arrives dans le club de České Budějovice. Comment s’est effectué ce transfert et quelles sont les raisons de ce choix ?

J’ai eu un bon début de saison en Mestis et en décembre j’ai commencé à avoir de l’intérêt de certains clubs d’un niveau supérieur à la Mestis. Le coach Vinny Prospal me connaissait de cet été quand j’étais au camp d’entraînement de Motor et quand le timing fut bon vers Noël, rejoindre Budějovice s’est fait assez naturellement pour moi.

L’Extraliga tchèque est ton nouveau terrain de jeu, comment te sens-tu dans le jeu et quels sont les objectifs et les responsabilités demandées par le staff ?

C’est un style différent de la Finlande. J’ai beaucoup à apprendre de cette ligue et ce niveau mais je joue bien et je pense pouvoir faire mieux avec du temps. Mes objectifs sont de devenir meilleur et d’apporter mon maximum à l’équipe pour performer. Quant à mes responsabilités, c’est d’être un joueur sur qui on peut compter à tous les niveaux de la glace ainsi qu’en infériorité numérique.

Quelles sont les conditions de vie et de logistique dans le club ? As-tu du temps pour sortir et découvrir ou bien êtes-vous maintenus dans une bulle ?

Nous ne sommes pas dans une bulle mais nous prenons le maximum de précautions en portant des masques, en nous lavant les mains et puis nous sommes testés toutes les 72 heures.

L’effectif est à une très grande majorité tchèque, comment se passent les relations avec tes coéquipiers ?

Les relations sont très bonnes et les Tchèques très accueillants donc c’est vraiment un plaisir d’être là.

Dans cette incertitude du moment avec cette crise sanitaire, comment se présente l’organisation de la compétition ?

Nous jouons sans public mais il semble que nous pourrons finir la saison quand même.

Le coach Václav Prospal porte une très grande expérience de joueur avec plus de mille matchs NHL et deux médailles d’or en Championnat du Monde. Quelles sont les orientations et apport de ce jeune entraîneur-chef dans la direction du groupe ?

Vinny Prospal m’apprends énormément sur comment être « accountable » en anglais c’est à dire un joueur sur lequel on peut compter et puis sur comment être professionnel tous les jours sur la glace et en dehors. Et effectivement, quand on a plus de 1000 matchs en NHL, c’est qu’on est « accountable » et pro.

Pour revenir à ton évolution, tu as intégré le hockey mineur finlandais assez rapidement. Quel est ton regard sur cette école de formation ?

Avec un peu de recul maintenant, la formation finlandaise est pour moi une des meilleures qu’il y ait. Ils nous apprennent très tôt les valeurs du travail ainsi que l’esprit de compétition et c’est un avantage par la suite.

L’équipe de France ne jouera pas de Mondial cette année, mais tu as déjà effectué quelques regroupements avec les bleus. L’espace pour y faire une place devient de plus en pus concurrentiel, comment vois tu les choses pour toi ?

Le futur nous en dira plus, je n’ai pas de prédictions.

As-tu appris quelques mots en tchèque, histoire de découvrir cette langue particulière ?

Très peu pour l’instant c’est une langue encore toute nouvelle mais au moins ça… Děkuji (merci).

L’équipe de Hockey Archives te souhaite une bonne saison et une bonne dose de plaisir à évoluer sur la glace tchèque ainsi que dans cette charmante ville de Bohême.

Les commentaires sont fermés.