Division 1 – 9e journée : le carton marseillais

821

<>Avec la première journée des matchs retours en miroir avec la dernière journée de la phase aller, Épinal retrouve la compétition trois semaines après l’avoir laissé. Et ce n’était pas une reprise en douceur avec la réception de Marseille, bien décidé à ne pas laisser Strasbourg s’envoler en tête du classement. Ce sont d’ailleurs les Spartiates qui démarraient pied au plancher, menant rapidement de trois buts grâce à Augustin Nalliod-Izacard et un doublé de Maxim Makarov. Cela a donné la tonalité à la rencontre puisqu’en dépit d’une réaction vosgeoise dans le deuxième tiers-temps grâce à Dominik Fujerik, les Marseillais ont réalisé un festival offensif en fin de match et signe une victoire sans trembler, avant d’être au repos la semaine prochaine (2-8).

Ce succès met une pression sur l’Étoile Noire de Strasbourg, qui recevait les Yétis du Mont-Blanc. Après une première période neutralisée, l’ouverture du score fut pour les Alsaciens grâce à Kévin Massy. Mais à peine le temps de savourer qu’Éric Léger remettait les équipes à égalité. Mikulas Bicha permit ensuite aux montagnards de mener pour la première fois dans la partie à quinze minutes du terme, puis Strasbourg revint à son tour grâce à l’ancien amiénois Louis Olive. Les prolongations ne donneront rien, la victoire s’est jouée sur l’expérience de Michal Duras qui a converti son premier tir au but, puis son second à l’issue des cinq tireurs (William Gignac avait marqué pour Mont-Blanc). Victoire dans la douleur, mais victoire tout de même pour le leader strasbourgeois (3-2 t.a.b.).

En deuxième partie de tableau, Montpellier recevait la lanterne rouge Clermont-Ferrand, dans une rencontre qui fut longue à se dessiner. Après vingt minutes nulles et vierges, le score fut à deux partout dans la deuxième période, avec Peter Gapa et Marc-Antoine Gagnon pour buteurs montpelliérains, Tony Allouchery et Radovan Cutt pour buteurs clermontois. Raphaël Odorico pensa ensuite faire le plus dur en donnant un long avantage aux siens, mais Allouchery s’octroya un doublé à neuf secondes du terme, après la sortie de Steven Catelin pour le surnombre. Direction là encore les tirs au but, un exercice qui a souri aux Sangliers puisque seul Radovan Cutt a réussi sa tentative. Les Auvergnats signent deux victoires consécutives pour la première fois de la saison (3-4 t.a.b.).

Ayant décroché leur sixième victoire consécutive en semaine face à Brest dans un match en retard (9-2), les Corsaires de Nantes naviguent en toute confiance en tête de la poule A. Mais les Dogs de Cholet qui les accueillaient pouvaient prétendre jouer les trouble-fête à l’occasion de ce derby. Objectif atteint avec la défensive choletaise qui a réduit au silence l’attaque de Martin Lacroix. Avec un but de Jérémy Côté à mi-match, un autre de Ryan Tait en début de troisième période et en dépit de la réduction de la marque par Frédéric Bergeron consécutif à la sortie de Joonas Harald, les Dogs remportent le derby sur un dernier but en cage vide par Ryan Tait, et mettent ainsi fin à la série de succès du leader (3-1).

De leur côté, les Drakkars de Caen pouvaient laisser la dernière place de la poule aux exempts Brestois, en cas de victoire contre les Corsaires de Dunkerque, qui de leur côté pouvait profiter à distance du faux-pas nantais pour se rapprocher. Jonathan Janil a ouvert la marque pour les Normands, mais rapidement Vit Budinsky égalisa. La décision s’est faite dans la dernière période avec des buts des intenables Éric Aurard et André Ménard. En sortant le gardien en toute fin de match, Dunkerque a fait naître l’espoir sur un but de Waltteri Lehtonen, mais ce dernier s’est avérait insuffisant. Les Corsaires ne bénéficient pas de l’infortune de leurs homonymes, tandis que Caen se donne une bouffée d’air (3-2).

Le grand gagnant de la soirée au Nord pouvait donc être Neuilly-sur-Marne, pouvant revenir à trois points de Nantes tout en décrochant Dunkerque. Mais cela allait de pair avec une victoire dans le temps réglementaire à Tours, de retour au jeu à l’instar d’Épinal. Avec cinq buts marqués au cours du premier vingt, la tonalité du match était débridée. Tour à tour sans jeu de mot, les deux équipes ont mené mais ce sont les visiteurs franciliens qui prirent deux buts d’avance à l’issue du tiers médian, grâce à un doublé du virevoltant Tomas Simonsen. Les Remparts ne reviendront pas et c’est même Jonathan Joannette qui enfonça le clou (un doublé également pour lui). Si Neuilly est exempt la semaine prochaine, le retour au jeu sera pour une affiche face au leader nantais. Important quand on sait que les Bisons comptent un match en retard (3-6).

(image d’illustration : Aurélien Chausserie-Laprée des Spartiates de Marseille, pris en photo par Denis Broyer)

Les commentaires sont fermés.