Les Américains s’emparent du derby

167

Battus en ouverture par la Lettonie – pour la première fois de l’histoire – le Canada et sa jeune équipe doit réagir. L’adversaire, les États-Unis, a subi le même genre de déconvenue deux jours plus tôt face à la Finlande, et affiche justement les mêmes ambitions… et le même profil d’équipe.

Le contexte de bulle sanitaire a découragé la plupart des meilleurs joueurs disponibles. Usés par une saison très dense et aux contraintes fortes, les joueurs les plus âgés ont décliné, et laissé les plus jeunes – ceux à la recherche de temps de développement, ou pas encore parents par exemple – la place au Mondial.

On trouvera donc dans ces effectifs deux jeunes talents éligibles pour la prochaine draft : Owen Power côté feuille d’érable, Matthew Beniers côté bannière étoilée. Les scouts en sont cependant pour leurs frais, puisque Beniers, aligné au premier match, est en tribunes dans ce deuxième. Le coach américain Jack Capuano a en effet choisi de chambouler ses lignes et de tester Jack Drury, un espoir des Sabres de Buffalo qui s’est aguerri en Suède cette saison.

La rencontre débute par un coup dur. Le gardien partant américain Anthony Stolarz doit en effet quitter le match dès la cinquième minute sur blessure, après s’être bloqué la cheville contre son poteau sur un contre canadien. Jake Oettinger, le rookie de Dallas, entre en piste et subit un premier tiers plutôt dominé par les Canadiens. Ils frôlent l’ouverture du score sur une action de Michael Bunting, qui ne profite pas d’une cage ouverte, gêné par le retour de Zac Jones.

Erreur de KuemperPour autant, les rouges concèdent le premier but sur une grossière erreur de l’un de leurs joueurs les plus expérimentés : le gardien Darcy Kuemper. Le portier des Coyotes de l’Arizona sort derrière sa cage pour réceptionner un palet envoyé au fond. Il patiente trop longtemps, cafouille sa passe et se fait surprendre par son coéquipier de club Connor Garland, arrivé dans son dos. Kuemper perd le contrôle du disque, une aubaine pour le candidat au titre de rookie de l’année en NHL, Jason Robertson, cage ouverte (0-1, photo).

Deux pénalités successives contre Cole Perfetti et Nick Paul placent les Canadiens sous pression, mais ils échappent au pire. Ils ne profitent pas en revanche d’un faire trébucher de Matt Tennyson et rentrent au vestiaire avec un but de retard.

Adam ClendeningLe deuxième tiers tourne au cauchemar pour les Canadiens. Après 1’19 seulement, le jeune défenseur Matt Hellickson, à peine sorti de NCAA pour une poignée de matchs AHL avec la filiale des Devils du New Jersey, échange le disque avec Adam Clendening (photo). Ce dernier feinte le tir pour figer le défenseur et  expédie un tir à travers la foule, qui prend Kuemper à contre-pied et double la mise (0-2).

Le rookie des Kings de Los Angeles Gabriel Vilardi laisse ensuite les Canadiens à un joueur de moins pour un accrochage et assiste depuis le banc des punis au troisième but : remontée de palet de Garland, Trevor Moore écarte vers Robertson qui lance à la cage… Le disque trouve la crosse puis le patin de Moore dans le slot (0-3).

Le duo Garland-Robertson s’entend comme larrons en foire. Le premier gagne encore un duel au fond et sort le palet devant la cage, où le second étire sa crosse… Parade de Kuemper du bout de la botte.

robertson kuemper

Et les deux hommes sont encore sur la glace au moment où Jaret Anderson-Dolan, dans le coin, cherche une passe dans le dos, mais le palet rebondit bizarrement le long de la bande… et est intercepté par Garland, qui offre à Trevor Moore une position qu’il ne manque pas d’exploiter (0-4).

À la pause, Gerard Gallant décide de remplacer Kuemper par son compère des Coyotes, Adin Hill. Les Canadiens se montrent entreprenants et Brandon Pirri obtient une bonne occasion du revers, sans réussite. Finalement, Nicolas Beaudin, de l’aile gauche, centre fort à l’opposée. Maxime Comtois contrôle et trouve enfin la cible derrière Oettinger (1-4). Soulagement pour les Canadiens, déjà muselés en ouverture et à la peine offensivement !

111 minutes pour un premier but dans le tournoi, mais ce sera le dernier du jour. Pire, Matt Tennyson enfonce le clou longue distance, en profitant d’un double écran à trois minutes du terme (1-5).

Le Canada a perdu ses deux premiers matchs de championnats du monde pour la première fois de son histoire. La route des quarts de finale se complique…

Désignés joueurs du match : Troy Stecher (Canada) et Trevor Moore (États-Unis)

Commentaires d’après-match :

Adam Henrique (capitaine du Canada) : « Cette rivalité est toujours présente, chaque année et quel que soit le tournoi. Il y a toujours un peu plus d’enjeu. C’est une défaite difficile ce soir, nous devons absolument rebondir et repartir du bon pied demain. »

Jack Capuano (entraîneur des États-Unis) : « Offensivement, nous voulions que notre défense soit impliquée depuis la base arrière et le point d’appui. Plusieurs buts sont venus de là, avec du trafic devant le gardien. Nous avons vraiment effectué du bon travail sur ce plan. »

Canada – États-Unis 1-5 (0-1, 0-3, 1-1)
Dimanche 23 mai 2021, 20h15. Arena Riga, Lettonie. Pas de spectateurs.
Arbitres : Andre Schrader (ALL) et Christoph Sternat (AUT) assistés de David Obwegeser (SUI) et Elias Seewald (AUT)
Pénalités : Canada 6′ (4′, 2′, 0′), États-Unis 4′ (2′, 2′, 0′)
Tirs : Canada 29 (11, 7, 11), États-Unis 23 (7, 10, 6)

Récapitulatif du score
0-1 à 07’42 : Robertson assisté de Garland
0-2 à 21’19 : Clendening assisté de Hellickson
0-3 à 23’27 : Moore assisté de Robertson (sup. num.)
0-4 à 38’20 : Moore assisté de Garland
1-4 à 51’35 : Comtois assisté de Beaudin
1-5 à 57’06 : Tennyson assisté de Clendening

Canada

Attaquants :
Maxime Comtois – Adam Henrique (C) – Brandon Pirri
Brandon Hagel – Justin Danforth – Connor Brown (A)
Nick Paul (2′) – Gabriel Vilardi (2′) – Michael Bunting
Cole Perfetti (2′) – Jaret Anderson-Dolan – Liam Foudy

Défenseurs
Colin Miller (A, -1) – Mario Ferraro (-2)
Troy Stecher (-2) – Sean Walker
Nicolas Beaudin (+1) – Jacob Bernard-Docker
Owen Power
Braden Schneider [5 présences]

Gardien :
Darcy Kuemper puis Adin Hill à 40’00

En réserve : Michael DiPietro (G).

États-Unis

Attaquants :
Jason Robertson (+2) – Trevor Moore (+2) – Conor Garland (+2)
Ryan Donato (+2) – Jack Drury (+1) – Tage Thompson (+1)
Eric Robinson – Kevin Rooney (-1) – Sasha Chmelevski
Colin Blackwell (A, 4′) – Justin Abdelkader (C, -1) – Kevin Labanc
Brian Boyle (2′, -1) [quatre attaquants se relaient sur la 4e ligne]

Défenseurs
Christian Wolanin (+2) – Matt Roy (A)
Zac Jones – Matt Tennyson (+1)
Matt Hellickson – Adam Clendening (+2)
Chris Wideman (+1)

Gardien :
Anthony Stolarz puis Jake Oettinger à 04’58

En réserve : Cal Petersen (G), Ryan Shea, Connor Mackey (D), Matti Beniers (A).

Les commentaires sont fermés.