Les clubs suisses suivent l’avis des supporters… en partie

352

Après la fronde des supporters puis des joueurs cet hiver, les clubs suisses ont fait un rétropédalage dans les réformes annoncées. La « National League », dont le slogan est devenu « Ta ligue », a d’abord publié un sondage officiel qui a rejoint toutes les opinions exprimées au cours de l’hiver. En se montrant soudainement à l’écoute du public, la ligue a tenté de retrouver son image. Un bel exercice de démocratie, même si en pratique il s’agit plutôt d’un compromis avec l’intérêt des clubs.

La promotion/relégation, réclamée par 81% de oui contre 14% de non, fera donc bien son retour… mais uniquement quand la ligue aura atteint le maximum de 14 clubs (elle sera à 13 l’an prochain après la promotion des Jurassiens d’Ajoie alors que la relégation a été abolie par le Covid). Dans le sondage, les répondants s’étaient exprimés à 61% dans un modèle à 12 clubs contre 30% pour un modèle à 14 clubs (et 5% à 10 clubs). Mais le vote interne des clubs a privilégié leur intérêt particulier – et leur crainte de perdre leur place – pour aboutir à cette taille de championnat sans doute un peu grosse pour un pays comme la Suisse.

Cet élargissement a aussi une autre conséquence sur l’autre question épineuse, celle des étrangers. Le passage de 4 à 7 étrangers, rejeté à 88%, n’est plus d’actualité.  Donc on reste à six… pour 12 clubs ! Mais à partir de 2022/23, il y aura 5 étrangers si on joue à 13 équipes et 6 étrangers si on joue à 14. L’explication est logique, le nombre de joueurs suisses de niveau élite n’est pas soudainement extensible, mais on voit comment le passage à 14 – que rien n’empêchera si on enlève la relégation tant qu’on n’atteint pas ce chiffre – permettra « subtilement » de passer à 6 étrangers, niveau jamais vu en Suisse.

L’autre conséquence est la suppression du statut « comme Suisse », dont la réforme était aussi rejetée. Les joueurs ayant passé cinq années en Suisse entre 9 et 20 ans continueront de bénéficier de leur statut déjà acquis. Les nombreux hockeyeurs français concernés (Thomas Thiry, Floran Douay, Eliot Berthon, les frères Bozon…) ne se feront donc pas « éjecter » du marché suisse dans un ou deux ans. La règle n’évoluera qu’à partir de 2027, date à laquelle ce statut ne vaudra que jusqu’à 23 ans. Ensuite, il faudra avoir un passeport suisse pour ne plus être considéré comme étranger.

Les commentaires sont fermés.