L’Avalanche humilie Tampa (NHL, finale de la coupe Stanley, match 2)

392

Domination. Voilà comment résumer le deuxième match des Finales de la Coupe Stanley du 18 juin 2022 entre les Colorado Avalanche et les Tampa Bay Lightning. Partie jouée à Denver devant leur public, l’Avalanche a réalisé une démonstration de hockey, produit un déluge de buts, et éteint, le temps d’une partie, les doubles champions en titre sur le score de 7-0. Récit d’une partie à sens unique.

 

Lors des finales de la Coupe Stanley, chaque match est capital. Une victoire dans une partie rapproche un peu plus l’équipe vainqueur de soulever le trophée en arrivant aux quatre victoires décisives. Mercredi 15 juin 2022, c’était les Colorado Avalanche qui l’avaient emporté les premiers contre les Tampa Bay Lightning. L’équipe de la Floride se devait de réagir, eux qui ont l’habitude dans l’histoire, de tirer de l’arrière en playoffs pour l’emporter par la suite. Statistiquement, lorsqu’ils sont menés dans une série 1-0, Tampa a 60% de chances de gagner la série (12 fois sur 20). C’est le meilleur ratio de la ligue. Alors au moment où la mise au jeu inaugurale a lieu, les spectateurs de la Ball Arena s’attendent à tout.

L’Avalanche frappe d’entrée

Pour le deuxième match, Colorado ne laisse pas de temps d’adaptation à Tampa Bay. Leur système d’échec avant est très agressif et l’équipe du Colorado arrive dès la première minute de jeu à provoquer une pénalité, avec Ryan McDonagh (1’01’’). Nathan MacKinnon se montre déjà grâce à sa vitesse de jeu où il pénètre dans la zone adverse en toute simplicité. Rapide et agressif, Colorado marque très tôt en exploitant le côté droit de la patinoire puis le centre avec Valeri Nichushkin, assisté de Andre Burakovsky et d’Alex Newhook, qui marque d’ailleurs son premier point dans une Coupe Stanley (1-0, 2’54’’) à sept secondes du terme du powerplay.

Comme un sentiment de déjà vu lors du premier match, Tampa Bay semble avoir du mal à se mettre en route. Le Lightning est dans le début du match dominé dans tous les compartiments du jeu. Le pire est à venir, car alors qu’ils essaient de sortir le palet depuis la bande dans la zone de Colorado, Tampa perd le palet et Alex Newhook le récupère pour le donner à Cogliano. La chose va devenir dangereuse quand Cogliano s’avancera et passera le disque à Josh Manson. Lui se retrouve dans une situation de deux contre un. Il arme un tir du poignet et bat Vasilevskiy (2-0, 07’55’’).

À la moitié de la première période, les chiffres parlent d’eux-mêmes. 15 tirs pour l’Avalanche contre 1. Un réveil urgent chez les hommes de Jon Cooper est obligatoire. Mais Mikhail Sergachev provoque un retard de jeu et se fait envoyer pendant deux minutes sur le banc des pénalités (08’34’’). Tampa Bay retient son souffle, mais tient.

Landeskog et MacKinnon mettent encore plus la pression sur leurs adversaires en montrant leur créativité et leur aisance, crosse en main. Et une nouvelle sirène de but va sonner avec Andre Burakovsky. Celui qui avait marqué le but gagnant en prolongation va profiter d’un rebond suite à un tir de Mikko Rantanen pour inscrire son troisième but en playoffs (3-0, 13’52’’). « We want the Cup, we want the Cup » scandent alors les partisans de l’Avalanche.
Preuve de la domination de l’Avalanche à ce moment du match, l’équipe jouant à domicile a marqué plus de buts que Tampa Bay a de tirs. La première période se conclut sur une action de Burakovsky qui est en face à face avec le gardien adverse. (19’25’’). Si Colorado maîtrise la partie, on commence à se demander si c’est bien le Tampa Bay Lightning en face.

Un observateur en profite aussi pour comparer, sur le ton de l’humour, la totalité de chaque unité de 5 joueurs de l’Avalanche au Russian Five de l’URSS et des Red Wings.

Colorado présent, Tampa absent

C’est dire si la confiance règne parmi les fans de Colorado pour la deuxième période. Josh Manson refait sursauter la Floride en frappant le poteau d’Andrei Vasilevskiy lors des 3 premières minutes de jeu, après un slapshot décoché de la ligne bleue. À la suite d’un turnover, J.T. Compher prend possession de la rondelle. Elle revient à Mikko Rantanen, qui se retrouve avec le palet dans le coin adverse. Il l’envoie à Valeri Nichushkin, présent près de l’enclave de Tampa. Il le réceptionne et l’envoie dans le filet droit (4-0, 24’51’’). L’addition commence à être salée pour Tampa. Dans le même temps, Nichushkin soigne ses statistiques (et son futur compte bancaire) alors qu’il doit prendre la route du marché des agents libre dans quelques semaines.

Darcy Kuemper montre ses qualités à ses coéquipiers en réussissant à ressortir blanc comme neige d’un powerplay de Tampa. 1, 2, 3 arrêts clutchs vont amener les supporters à scander son nom. Bien pâle depuis le début de la partie, Tampa essaye de retrouver des couleurs, en se montrant plus présent, mais les tentatives sont annihilées par Colorado. Une première frayeur arrive pour l’Avalanche quand Burakovsky doit rentrer aux vestiaires à cause d’une passe bloquée.. avec la main.

Mais cette inquiétude s’efface quand MacKinnon et Nichushkin ont de nouveau une occasion de marquer, celle-ci finit par atterrir dans la mitaine de Vasilevskiy (34’20’’). Et si le réveil de Tampa sonnait maintenant ? La réponse est non. À la suite d’une mauvaise passe en retrait du Lightning dans la zone défensive de l’Avalanche, le vétéran Darren Helm récupère le palet et va patiner jusqu’à la zone de Tampa pour marquer (5-0, 36’26’’). Ça tourne à la correction, d’autant plus que Corey Perry prend 2 minutes de pénalité (encore une fois) à la suite d’une mêlée avec J.T Compher. La pénalité est tuée alors que la deuxième période s’achève.

Un remake de 1996 ?

Alors qu’il ne reste que 20 minutes à jouer, l’incompréhension est présente parmi les insiders et les spectateurs. Andrei Vasilevskiy qui vit une soirée cauchemardesque est de retour dans les cages. Il a le temps de se mobiliser, car Colorado se voit pénalisé de deux minutes, Rantanen a fait trébucher Steven Stamkos (41’04’’). Mais même en infériorité numérique, Tampa ne trouve pas la faille. Pire, ils encaissent un sixième but. Cale Makar, comme un remake du but de Josh Manson, fait trembler les filets une nouvelle fois (6-0, 42’04’’). C’est son premier point dans la série, lui qui était déjà considéré par The Hockey News comme l’un des meilleurs défenseurs de la NHL en 2020.

Ondrej Palat est envoyé sur le banc des pénalités (48’19’’) à la suite d’un coup sur Cale Makar. L’ancien pensionnaire de U-Mass, en NCAA, va se venger et marquer un nouveau but (7-0, 49’49’’) après une construction de jeu en powerplay exemplaire, avec Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen. De quoi rendre très heureux Gary Makar, quelques heures avant la fête des Pères.
Quelques échauffourées entre joueurs viennent ponctuer la fin du match. Mais sans rien changer au tableau d’affichage. La partie se termine sur le score sans appel de 7-0. Clin d’œil de l’histoire, en 1996, lors du match 2 de la Coupe Stanley, Colorado avait battu leurs adversaires, les Florida Panthers, par une différence de 7 buts (8-1). On connaît la suite.

Le match 3 se produira à l’Amalie Arena de Tampa lundi 20 juin 2022. Les Bolts auront à cœur de faire oublier leur performance cataclysmique de l’avant-veille pour leur retour à la maison alors que Colorado aura fait le plein de confiance. La suite s’annonce capitale.

Colorado Avalanche – Tampa Bay Lightning : 7-0 (3-0, 2-0, 2-0)
Samedi 18 juin à la Ball Arena de Denver (Colorado). 17 849 spectateurs.
Arbitres : Wes McCauley et Jean Hebert assistés de Kiel Murchison et Jonny Murray.
Pénalités : Colorado 22′ (2′, 4’, 16’), Tampa Bay 28′ (6’, 4′, 18’).
Tirs : Colorado 31 (11, 12, 8) Tampa Bay 17 (5, 7, 5).

Évolution du score :
1-0 à 02’54 : Nichushkin assisté de Burakovsky et Newhook (sup. num.)
2-0 à 07’55 : Manson assisté de Cogliano et Newhook
3-0 à 13’52 : Burakovsky assisté de Rantanen et Toews
4-0 à 24’51 : Nichushkin assisté de Rantanen
5-0 à 36’26 : Helm assisté de O’Connor
6-0 à 42’04 : Makar (inf. num.)
7-0 à 49’49 : Makar assisté de Rantanen et MacKinnon (sup. num.)

Colorado Avalanche

Attaquants :
Gabriel Landeskog – Nathan MacKinnon – Valeri Nichushkin (+1, 4’)
Andre Burakovsky (+1) – J.T. Compher (+2, 2’) – Mikko Rantanen (+2, 2’)
Artturi Lehkonen (4’) – Darren Helm (+1, 4’) – Logan O’Connor (+2)
Andrew Cogliano (+3) – Nico Sturm (+1) – Alex Newhook (+1)

Défenseurs :
Devon Toews (+1) – Cale Makar (+2)
Jack Johnson (+2, 4’) – Josh Manson (+3)
Bowen Byram (+1) – Erik Johnson (+1)

Gardien :
Darcy Kuemper (2’)

Remplaçant : Pavel Francouz (G). Absents : Nazem Kadri (pouce), Ryan Murray (main), Samuel Girard (fracture du sternum), Dylan Sikura, Roland Mckeown, Jayson Megna, Nicolas Aube-Kubel, Jacob Macdonald, Kurtis Macdermid, Martin Kaut, Keaton Middleton, Jean-Luc Foudy, Hunter Miska (G), Trent Miner (G), Justus Annunen (G)

Tampa Bay Lightning

Attaquants :
Ondrej Palat (-2, 2’) – Steven Stamkos (-2, 4’) – Nikita Kucherov (-2)
Brandon Hagel (-1) – Anthony Cirelli (-2, 4’) – Alex Killorn (-2, 4’)
Nicholas Paul – Brayden Point (-1) – Ross Colton (-1)
Pat Maroon (-1) – Pierre-Édouard Bellemare (-1) – Corey Perry (-1, 6’)

Défenseurs :
Victor Hedman (-3) – Jan Rutta (-2)
Ryan McDonagh (-2, 2’) – Erik Cernak (-1, 4’)
Mikhail Sergachev (2’) – Zach Bogosian (-1)

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Brian Elliott (G). Absents : Fredrik Claesson, Alex Barré-Boulet, Riley Nash, Darren Raddysh, Cole Koepke, Cal Foote, Remi Elie, Anthony Richard, Maxime Lagacé (G)

Les commentaires sont fermés.