Tours – Nantes (Division 1, 11e journée)

46

Les Remparts de Tours retrouvent leur antre après leur défaite à Mulhouse deux jours plus tôt (5-4). L’occasion de se relancer passera par un succès contre des Corsaires de Nantes en difficulté. Les visiteurs restent sur six défaites consécutives, et ont perdu en Coupe de France contre… Tours.

IMG 9354Le coup d’envoi est retardé de quelques minutes suite à un petit souci de glace vers le banc nantais. Tours entame fort et porte le palet vers le camp adverse. Lors d’un changement de ligne, Colin Downey reçoit le disque derrière sa propre cage et démarre en slalom dans la défense, pivote en entrée de zone et lance à la cage. Kevin Altidor prend le rebond et ouvre le score (1-0).

Nantes réagit par une action individuelle de Pier-Olivier Grand Maison, qui contraint Lino Chimienti à fermer la porte. Un feu de paille, car sur l’engagement qui suit, les Remparts débordent encore. À l’affût dans le slot, Thomas Giorgi expédie un joli tir au fond des filets (2-0).

Les locaux ont pris les commandes et bénéficient peu après d’un jeu de puissance pour un accrochage de Demers. Les premières secondes offrent quelques situations devant la cage, puis la supériorité se transforme en domination territoriale stérile.

IMG 9356Ces deux buts de retard poussent Nantes à établir un échec-avant à deux joueurs qui gêne la relance tourangelle. Motreff et Rhéaume partent même en contre et Chimienti sauve son camp en deux temps. Nicolas Motreff se blesse sur l’action et doit être aidé pour rentrer aux vestiaires…

Bob Millette fait tourner ses lignes : le quatrième trio entre en jeu et offre un bon tir du point d’appui à Jussi Laine. Tours domine, et obtient une nouvelle chance en supériorité pour un accrochage de Dimitri Motreff. Le jeu de puissance s’installe vite et tourne avec patience, décalant finalement Vepsäläinen au cercle droit. Le Finlandais lance un tir précis côté plaque à travers la foule (3-0).

Trop facile pour les Remparts ? Pas si sûr. Nantes réduit le score à une minute de la pause sur une action un peu confuse dans l’enclave, avec Grand Maison à la conclusion (3-1). Nantes conserve un peu d’espoir après vingt minutes.

Le jeu reprend sur un contre tourangeau à deux-contre-un mené par Downey, dont la passe déviée manque de surprendre Julian Barrier. Les minutes qui suivent équilibrent le duel. Nantes cherche à forcer la décision, fait reculer les Remparts dans leur zone. Les locaux ne disposent plus d’autant d’espace et de temps pour mener le jeu et subissent de plus en plus.

Les duels sont âprement disputés : Lucas Bini et Colin Downey finissent au sol et s’échangent quelques amabilités… Le jeu est interrompu quelques instants pour nettoyer un peu de sang sur la glace. Les deux joueurs sont sortis : deux minutes pour Downey et vingt-cinq pour Bini pour charge à la tête.

Les deux formations évoluent à quatre-contre-quatre, ce qui donne l’ascendant aux Remparts, plus actifs en zone offensive. Cette bonne phase dans la zone nantaise provoque une perte de palet au cercle gauche. Laine tente de slalomer et chute. Deux Nantais ont visé le même joueur, et Giorgi en profite : sans se poser de question, le défenseur expédie un missile qui trompe Barrier (4-1).

Léo Cuzin proteste trop et sort pour conduite antisportive. Puis, pris sur un mouvement adverse le long de la bande, Grand Maison concède deux minutes pour accrochage. Le disque tourne bien et Vepsäläinen, de volée, fait tinter le métal. Barrier tient son camp sur deux nouveaux tirs. Nantes revient au complet mais subit une pression folle, peinant à dégager le palet.

IMG 9359Ce temps fort finit par payer avec un joli tir de Colin Downey, qui a bien déshabillé toute la défense (5-1).

Les Remparts déroulent et Bob Millette libère son banc. La quatrième ligne se crée une très belle chance, avec un tir au-dessus et le rebond contre le plexiglas non converti en angle fermé. Laine commet un faire trébucher et Valentin Morais un accrochage, qui replacent Nantes dans le bon sens. Chimienti sort un arrêt autoritaire de la botte à bout portant. Le jeu de puissance fonctionne en fin d’avantage avec un but en deux temps de près par Dufournet, seul devant la cage (5-2).

Tours a baissé de pied et tombe dans le piège de l’indiscipline avec une méconduite de Vepsäläinen et une crosse haute de Paulus Rundgren, qui permet aux Corsaires de finir le deuxième tiers en supériorité numérique.

Les Remparts défendent bien en ce début de troisième tiers. Chimienti sort deux arrêts et Downey obtient un contre favorable et déboule en échappée. Le portier nantais ne cède pas dans ce duel. Les Corsaires ne convertissent pas leur avantage et se font punir dès que Tours revient au complet. Altidor finit le travail après une présence solide en zone offensive (6-2).

Sur l’engagement, Tours concède une nouvelle faute, de quoi faire briller Chimienti, intraitable. Le gardien local craque finalement, Chiappino récupérant un palet sur un tir contré et trouvant la cible de près (6-3).

La suite du match propose un jeu d’un but à l’autre, sans réelles occasions. Les deux formations manquent de précision sur la dernière passe. Une action nantaise derrière la cage de Chimienti provoque toutefois un nouvel avantage numérique. Nantes le convertit pour la troisième fois du match lorsque deux joueurs frappent à la porte du gardien sur un rebond. Cuzin trouve le disque entre les jambières de Chimienti (6-4). Sur l’engagement, Nantes repart à l’assaut et Alexandre Demers, excentré, trouve une lucarne précise (6-5).

Coup de froid sur la patinoire, dans le brouillard… Bob Millette pose son temps mort et les Remparts se réveillent avec un double arrêt énorme de Julian Barrier.

Une fin de partie folle. La ligne Cuzin-Grand Maison-Rheaume fait encore parler d’elle et Chimienti doit veiller au grain. À cinq minutes du terme, Dugast se rend coupable d’une crosse haute sur Vepsäläinen. L’équipe spéciale peine à s’installer et à tourner le palet, gaspillant l’occasion de se donner de l’air.

Les minutes défilent et Bruno Maynard pose son temps mort, puis sort son gardien. Malheureusement pour les visiteurs, Dufournet est puni à quelques secondes de la fin pour cinglage.

Tours s’impose donc 6-5, dans la douleur. Plutôt à l’aise une bonne partie du match, les Remparts sont un peu tombés dans la facilité et, alors que Bob Millette procédait à de nombreux tests de jeunes joueurs, dans l’indiscipline. Nantes a eu le mérite de ne rien lâcher et de se montrer efficace en équipe spéciale.

 

Tours – Nantes 6-5 (3-1, 2-1, 1-3)
Samedi 12 novembre 2016, 20h30. Patinoire municipale de Tours.
Arbitrage de Pierre Dehaen assisté de Cédric Turbert et Samuel Fessier.
Pénalités : Tours 26′ (0′, 8’+10′, 8′), Nantes 45′ (4′, 2’+35′, 4′)

Récapitulatif du score
1-0 à 01’31 » : Altidor assisté de Downey et Lijdsman
2-0 à 03’30 » : Giorgi assisté de Robbins et Downey
3-0 à 17’10 » : Vepsäläinen assisté de Laine et Kluuskeri (sup. num.)
3-1 à 19’03 » : Grand Maison assisté de Rheaume et Demers
4-1 à 27’27 » : Giorgi assisté de Laine
5-1 à 34’36 » : Downey assisté de Robbins et Bournand
5-2 à 37’34 » : Dufournet assisté de Grand Maison et Chiappino (sup. num.)
6-2 à 43’33 » : Altidor assisté de Robbins
6-3 à 46’01 » : Chiappino assisté de Cuzin et Salvail
6-4 à 53’22 » : Cuzin assisté de Roy
6-5 à 53’52 » : Demers assisté de Grand Maison et Dufournet (sup. num.)
 

Tours

Attaquants
Bradley Robbins – Colin Downey – Kevin Altidor
Toni Kluuskeri – Paulus Rundgren – Ville Vepsäläinen
Alexis Crosnier – Timothée Franck – Maxime Dordet
Valentin Morais – Mickaël Lamothe – Yoan Coubret
David Camy-Sarty, Lucas Brohan

Défenseurs
Eric David – Chris Lijdsman
Jussi Laine – Thomas Giorgi
Romain Bournand

Gardien :
Lino Chimienti

Remplaçant : Renan Sarrazin (G).

Nantes

Attaquants
Dimitri Motreff (2′) – Pier-Olivier Grand Maison (2′) – Michael Rhéaume
Léo Cuzin (10′) – Gautier Alvau – Etienne Salvail
Lucas Bini (25′) – Alexandre Demers (2′) – Edouard Dufournet
Valentin Dugast – Thomas Saunier – Louis Seignez

Défenseurs
Rémi Peronnard – Samson Samson
Mathieu Leduc – Etienne Chiappino
Nicolas Motreff – Matthieu Roy

Gardien :
Julian Barrier-Heyligen

Remplaçant : Corentin Lapointe (G).

Les commentaires sont fermés.

Sed risus id id, quis, Aenean ante. dictum