Valenciennes – Châlons (Division 3, quart de finale, match retour)

55
Jeu, set et match Châlons
 
Battus 4-6 en Champagne, les Diables Rouges se retrouvent dos au mur à l’heure de recevoir les Gaulois, qu’ils n’ont vaincu qu’une fois en quatre réceptions depuis l’exercice 2011-2012. Contrariés en novembre dernier par le dispositif mis en place par les équipiers de Tristant Lohou, les Nordistes devront particulièrement surveiller la paire Matejka – Kubovcik, qui avec cinq buts a fortement contribué au succès de Marnais confiants et soutenus par plus d’une centaine de partisans.
La partie de tribune aux couleurs jaunes et bleues est d’ailleurs vite rassurée par son duo slovaque, qui profite de la montée de Lukas Prokop pour prendre son hôte à revers. Parfaitement lancé dans le dos de Ludovic Mathieu par une passe millimétrée de Matejka, David Kubovcik ajuste Sedlacko de près (0-1 à 00’35″).
 
Valenciennes tarde à entrer dans la rencontre, les bégaiements devant le dispositif adverse n’étant entrecoupés que par un numéro de Jakub Bernad, dont la feinte de tir est suivie d’un essai croisé. Si Sedlacko tremble encore sur un revers de Hanes, Bernad revient à la charge, se joue en beauté de Melvin Bayen pour subir la faute à hauteur du banc jaune. Sur le jeu de puissance consécutif, Lukas Janos lance, la cage est déplacée et les premières explications éclatent. L’autre artilleur de l’unité spéciale, Prokop, manque sa reprise sans contrôle sur une passe idéale de Bernad, la mitaine de Bachan calmant les ardeurs de Janos.
 
Au retour à cinq, Janci passe près de la sanction en expédiant le disque hors de l’aire de jeu, mais Arnaud Briand subit vite le coup de sifflet en déséquilibrant Janos sur la droite. Le défenseur aux cheveux longs se fait justice dans les instants suivants, aidé par l’écran de Selin (1-1 à 09’04″). Coupable de protestations trop véhémentes, Janci gagne à son tour le banc des bannis, laissant  à ses troupes le soin de résister à l’omniprésent Slovaque, dont le compatriote Bachan écarte l’assaut de Bernad. Renversé (de façon licite?) par Prokop à son retour sur le glaçon, la tour de contrôle Janci dirige vers le haut du but la passe précise d’un Matejka patient (1-2 à 12’58″), en profitant au passage pour exécuter une roulade peu gracieuse.
 
À nouveau refroidis, les Diables Rouges perdent leur maestro Jakub Bernad, auteur d’une charge dangereuse aux dépens de Hugo Goncalves. Ils sont alors heureux de voir Hanes rater la conclusion d’une nouvelle passe « caviar » de Matejka, puis de voir Delaunois faire trébucher Janos. Toutefois, cette nouvelle supériorité, brève, ne leur permet pas de recoller. Prokop passe par toutes les émotions en fin de période ; il se rate d’abord face au dangereux Matejka, à nouveau malheureux devant Sedlacko, puis ponctue sa montée côté droit d’un tir puissant malgré la densité  de défenseurs (2-2 à 19’50″).
 
À la reprise, Jakub Matejka galvaude une opportunité en ‘deux contre un’, mais les Champenois se retrouvent en supériorité car la crosse de Lageard en quête d’un centre dévié de Delbecque heurte le visage de Lanu. Le palet circule bien dans la zone nordiste, Valenciennes courbe l’échine sur une salve de Janci, et frôle, par Prokop, une sanction infligée finalement à Marchal, trop engagé dans sa quête du palet. Une aubaine pour les Gaulois ; Janci voit son tir repoussé, et récupéré par Tristant Lohou, qui pivote à mi-distance pour loger le caoutchouc sous la barre (2-3 à 27’48″).
 
Une obstruction contestée de Bernad redonne un peu d’espoir aux locaux, toutefois peu inspirés, la relance de Prokop se transformant en dégagement interdit. Et quand Bernad, de retour de sa longue pénitence, est bien placé, le palet lui arrive trop en retrait, quand il n’opte pas pour un centre ne trouvant pas preneur… Face à une formation « hérisson », bien en place et très habile dans la contre-attaque, la tâche s’annonce d’autant plus compliquée que les erreurs de transmission et la nervosité rendent le deuxième tiers-temps plus tranquille pour Bachan. Les occasions y sont plus nombreuses pour les représentants du chef-lieu de la Marne : profitant d’une erreur de Fronty, Matejka sert Nelson Goncalves, vaincu par la vigilance de Sedlacko, Hanes en fait de même avec Delaunois, dont le sort est comparable, avant de contourner l’arrière-garde et employer un dernier rempart ayant digéré une entame contrariée.
 
Le rythme baisse à l’approche de ce qui s’apparente de plus en plus comme l’acte final de la saison d’une formation par moments statique et entêtée à confier son destin à ses hommes forts. Anthony Wagret modifie son dispositif et laisse sa place sur le premier trio à Lukas Prokop, qui à l’instar de ses cousins slovaques Hanes et Matejka multiplie désormais les présences, repassant par moments en défense. La pression est plus sensible sur la cage de Bachan, testé par un essai vicieux de Mathieu dans le trafic et tout aussi vigilant sur un tir croisé de Lageard. Toutefois Châlons profite encore des espaces,  un tir tendu de Kubovcik est écarté par la botte de son compatriote, dernier rempart d’une défense aux abois. Une relance manquée parvient à Delaunois, déjoué à son tour, mais une interception de Matejka aux dépens de Delbecque offre une seconde chance à l’ancien Rémois (2-4 à 46’02″).
 
Leur sort définitivement scellé, les Valenciennois font preuve de lacunes dont profitent les visiteurs pour tenter de corser un peu plus l’addition. Abandonné, Juraj Sedlacko met fin à un numéro de Bayen et repousse une incartade de Delaunois, facilitée par un changement de lignes hasardeux. Sur un nouveau ‘deux contre un’, Jakub Matejka parvient enfin, de la droite, à tromper Sedlacko malgré le plongeon de Ludovic Mathieu (2-5 à 50’09″).
 
Alors que les débats s’enveniment, il semble que le principal danger pour les Gaulois viendrait d’un mauvais geste, fruit d’une soirée difficile pour des locaux passablement énervés. Lukas Prokop est à son tour envoyé en geôle, qu’il refuse dans un premier temps de rejoindre… pour en ressortir quelques secondes plus tard afin de palabrer à hauteur la table de marque. Contraint de regagner le vestiaire prématurément, il invective le duo arbitral dans sa langue natale et clôt dans la déception une saison où il aura bien souvent été le moteur du jeu hennuyer. Quant à Jamie McIlroy, il goûte peu aux railleries de David Kubovcik et lui assène un mauvais coup, l’attaquant slovaque restant étendu au sol de longs moments. La frustration gagne également Rémi Lageard, envoyé en prison, dont il se permet d’ouvrir la porte peu avant la remise en jeu, ce qui l’amène à son tour à regagner le vestiaire.
 
Entre-temps, Jakub Matejka, en supériorité, avait converti un rebond, donnant plus d’ampleur à un score anecdotique (2-6 à 51’29″). 6-4, 6-2, Châlons gagne sans vraiment trembler son ticket vers un troisième carré final de suite. Quatrièmes en 2015 à Wasquehal, deuxièmes en 2016 à Montpellier, les équipiers de Tristant Lohou viseront en Normandie la première place, portés par des Obélix et autres personnages tout à leur joie.
 
Comme un symbole, la saison des Diables Rouges se termine sur une ultime percée de leur principale arme offensive, Jakub Bernad, écartée par le solide Juraj Bachan, désigné homme du match pour les visiteurs. En manque de solutions, paraissant crispés par l’enjeu et dépassés par la vitesse adverse, les Valenciennois devront remettre à plus tard leur objectif de promotion.
 
Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Juraj Bachan pour Châlons et Arthur Delbecque pour Valenciennes.
 
 
Valenciennes – Châlons 2-6 (2-2, 0-1, 0-3).
Samedi 1er avril 2017 à 18h40 à Valigloö. Environ 1 000 spectateurs.
Pénalités : Valenciennes 84′ (6’+10′, 4’+10′, 4’+10’+2×20′), Châlons 16′ (10’, 2′, 4′).
Tirs : Valenciennes 36 (13, 7, 16), Châlons 34 (8, 12, 14).
 
Évolution du score :
0-1 à 00’35″ : Kubovcik assisté de Matejka
1-1 à 09’04″ : Selin assisté de Prokop et Janos (sup. num.)
1-2 à 12’58″ : Janci assisté de Matejka (sup. num.)
2-2 à 19’50″ : Prokop assisté de Lageard
2-3 à 27’48″ : Lohou
2-4 à 46’02″ : Delaunois assisté de Matejka
2-5 à 50’09″ : Matejka
2-6 à 51’29″ : Matejka (sup. num.)
 
 
Valenciennes
Attaquants :
Anthony Wagret (ou Prokop au troisième tiers-temps) – Jakub Bernad – Arthur Delbecque
François Grenier – Allan Harmegnies – Thomas Trambouze 
François Marchal – Rémi Lageard – Jamie McIlroy
 
Défenseurs :
Ludovic Mathieu – Lukas Prokop
Cyril Debuche – Lukas Janos
David Selin (C) – Sébastien Fronty
Louis Camurat 
  
Gardien :
Juraj Sedlacko
 
Remplaçants : Axel Brassart (G), Maël Harmegnies.
Absents : Marek Matej, Benjamin De Gubernatis (blessés).
  
Châlons
 
Attaquants :
David Kubovcik – Jakub Matejka (A) –  Melvin Bayen
Loïs Paroissien (A) – Marek Hanes (C) –  Julien Delaunois
Arnaud Briand – [Matejka ou Hanes] – Florent Domaine
 
Défenseurs :
Nelson Goncalves – Tomas Janci
Tristant Lohou – Hugo Goncalves
Thomas Lanu – Sylvain Berton
Nathan Dutat
 
Gardien :
Juraj Bachan
 
Remplaçants : Alexis Bachetti (G), Fabrice Domaine, Pierre Etasse.
Absents : Pierre Geny (obligations professionnelles).

Les commentaires sont fermés.

risus ut consectetur lectus suscipit vulputate, dapibus dictum commodo Praesent Donec